Bohal

commune française du département du Morbihan

Bohal
Bohal
L'église Saint-Gildas.
Blason de Bohal
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Intercommunalité De l'Oust à Brocéliande Communauté
Maire
Mandat
Alain de Chabannes
2020-2026
Code postal 56140
Code commune 56020
Démographie
Gentilé Bohalais
Population
municipale
844 hab. (2018 en augmentation de 6,3 % par rapport à 2013)
Densité 100 hab./km2
Population
agglomération
16 453 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 56″ nord, 2° 26′ 10″ ouest
Altitude 60 m
Min. 17 m
Max. 90 m
Superficie 8,45 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Vannes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Moréac
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Bohal
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Bohal
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bohal
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bohal

Bohal [boal] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

GéographieModifier

Communes limitrophes de Bohal
Serent Saint-Marcel
Saint-Guyomard  
Molac Pleucadeuc

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 12,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 881 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pleucadeuc », sur la commune de Pleucadeuc, mise en service en 1990[7] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11,9 °C et la hauteur de précipitations de 902,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Vannes-Séné », sur la commune de Séné, mise en service en 1998 et à 29 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 12,3 °C pour 1981-2010[11] à 12,4 °C pour 1991-2020[12].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Bohal est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[13],[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vannes, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[16],[17].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (56,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (35,5 %), zones agricoles hétérogènes (22,2 %), terres arables (20,2 %), prairies (13,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,8 %), zones urbanisées (3,8 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[19].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Boal en 1330 ; Bohal en 1387 ; Bohal en 1442 ; Bohal en 1516 ; Bouhal en 1554 ; Boheal en 1731[20].

Le nom en gallo de la commune est Bohau[21].

HistoireModifier

BlasonnementModifier

Les armoiries de Bohal se blasonnent ainsi :

Échiqueté d’azur et d’or, au franc-quartier de gueules chargé de quatre besants d’or.

Les armoiries de Bohal (famille) se blasonnent ainsi :

Cinq points d’or équipolés de quatre d’azur, au chef de gueules chargé d’une croix pattée d’argent. (Famille de Bohal.)

Politique et administrationModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
30 mai 1909 5 mai 1912 Gicquel    
5 mai 1912 30 novembre 1919 Mathurin Gicquel    
30 novembre 1919 17 mai 1925 Jean Gicquel    
17 mai 1925 31 mai 1935 François Giguet    
31 mai 1935 7 janvier 1941 Jean Gicquel    
31 mai 1938 7 janvier 1941 Eugène Gicquel    
7 janvier 1941 19 octobre 1947 Eugène Gicquel prisonnier jusqu'en 1945 Paul DANION délégué de la préfecture et Mathurin PICARD délégué préfectoral    
19 octobre 1947 décembre 1961 Eugène Gicquel    
21 décembre 1961 20 mars 1965 Jean Baptiste Réto    
20 mars 1965 21 mars 1971 Bernard Lanoë    
21 mars 1971 20 mars 1983 Félix Réto    
20 mars 1983 12 mars 1989 Bernard Métayer    
12 mars 1989 26 mai 2020 André Piquet DVD-UDI[22] Retraité
26 mai 2020 En cours Alain de Chabannes[23]    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[25].

En 2018, la commune comptait 844 habitants[Note 6], en augmentation de 6,3 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
290290286310310355335334333
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
314321352320350392413407443
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
420483473460436442406390396
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
387360349344457501697724750
2013 2018 - - - - - - -
794844-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Bohal est constitué de différents sites architecturaux comme :

Église Saint-Gildas

Cette église est constituée de granit et de pierre taillée . L’église est vouée à saint Gildas, illustre moine qui arrive de Bretagne insulaire en 1527. Il meurt à Houat en 1570. Ses restes sont conservés dans l’église de Saint-Gildas-de-Ruys. Une première église, aujourd’hui disparue, est signalée sur un acte de donation à l’abbaye de Marmoutier. L’édifice actuel est antérieur au XVIe siècle. En 1612 un clocher est monté sous le parrainage du recteur Guillaume Guého. Un siècle plus tard des travaux de reconstruction sont entrepris. L’église dispose aujourd’hui d’un beau mobilier, dont une patène, un calice et une toile de Paul-Marc-Joseph Chenavard (1807-1895), figurant la résurrection des morts.

Château de l’abbaye

Ce château est constitué de granit et schiste de Rocaran et date du XVIe siècle. Le nom de l’abbaye, associé à celui du château de Rocaran, évoque l’époque ancienne où la paroisse fut concédée à l’abbaye de Marmoutier. L’orientation très simple du manoir originel a été modifiée : la tour de l’escalier, autrefois à l’arrière du bâtiment, décore désormais la façade. Un toit polygonal coiffe cette tour circulaire selon un mode de construction traditionnel dans la région. Au sommet, protégé par le coyau, une petite ouverture carrée laisse entrer les pigeons.

Croix de Saint-Gildas

Perchée sur un haut socle, la croix-bannière de Saint-Gildas est richement décorée : sur l’une des faces, un christ en croix qu’entourent sainte Marie et saint Jean, sur l’autre une pietà. Aux quatre coins du dais qui couronne la bannière, reposent quatre petits angelots.

Chapelle Saint-Charles

Cette chapelle, constituée de schiste, granit, grès et pierre taillée, est située à Trébiguet. Cette petite chapelle faisait probablement partie de l’ancien manoir du Portal, dont il ne reste désormais que les quatre piles d’un mur de clôture. Le 2 décembre 1656, Pierre Aubin, seigneur de Boicouart, s’y marie avec Mlle Catherine Bernard, fille du premier lit de Mathurine Allix, dame de la Bourdonnaye, dont l’époux, messire Jan Desprez, est seigneur du Portal. La petite construction est dominée par un modeste clocher en bâtière, couvert d’ardoise que surplombe une croix. Le toit est doté de longs pans débordants. Les murs, un peu de guingois, sont recouverts d’enduit et percés par des portes en anse de panier soulignées par un grand appareil. Quant à l’unique vaisseau, il est couvert de lambris.

Moulin de la Béraudaie

C’est à partir de 1887 que la famille Lanoé habite le moulin ; jusqu’en 1960. En 1942, le moulin est modernisé. Cette modernisation se traduit par l’apport de matériels performants et par l’adjonction d’un bâtiment, plus haut. Le moulin a désormais l’allure d’une grande bâtisse soigneusement appareillée, scindée en deux. Sa façade est rigoureusement scandée de larges et nombreuses ouvertures qui, jusque sur les combles, rythment la construction. Il est maintenant voué à l’habitation et est partiellement rénové en gîte et chambres d’hôtes.

Four à pain de la Gras d’en bas

Ce four à pain a été désolidarisé de la ferme de la Gras lors du goudronnage du chemin creux, effectué vers 1950. Depuis il appartient à la commune. Il y a quelques années ce four a été rénové par les jeunes de la commune de Bohal ainsi que par une association d’insertion.

Croix-Josse

Elle est monolithe sur piédestal, la hauteur du fût est de 1,15 m, les arêtes sont fortement chanfreinées. La Croix-Josse est située à l’entrée du bourg quand on vient de la Béraudaie à l’angle formé par la D 151 et le petit chemin qui monte à droite vers l’église.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Pleucadeuc - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Bohal et Pleucadeuc », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Pleucadeuc - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Bohal et Séné », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vannes », sur insee.fr (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  20. Erwan Vallerie - Traité de toponymie historique de la Bretagne. Editions An Here. 1995. (ISBN 2868431534).
  21. Bohal, geobreizh.bzh.
  22. Elections sénatoriales de 2017- Morbihan sur Politiquemania, août 2017
  23. « Municipales à Bohal. Alain de Chabannes élu nouveau maire », sur Ouest-France, (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :