Ouvrir le menu principal

Vannetais

pays historique de Bretagne
Ne doit pas être confondu avec pays de Vannes.

Vannetais
Blason de Vannetais
Héraldique
Drapeau de Vannetais
Drapeau
Vannetais
Carte de Localisation
Administration
Pays Drapeau de la France France
Création de l'évêché de Vannes 465
Capitale historique Vannes
Démographie
Langue(s) Français - Breton - Gallo
Religion Catholique
Géographie
Superficie 5 649 km2

Le territoire du Vannetais ou Pays de Vannes, (Bro-Gwened en breton vannetais[1], Bro-Wened en KLT) correspond à celui de l'un des neuf anciens évêchés de Bretagne.

C'était aussi à l'origine un royaume, dont le nom historique était le Bro Ereg (voir Liste des rois de Broërec), fondé au VIe siècle, et incorporé par Nominoë au royaume indépendant de Bretagne au IXe siècle.

Le territoire du Pays de Vannes correspond, pour une grande part, au département moderne du Morbihan, mais, notamment, sans les cantons ou pays cornouaillais de Gourin et Le Faouët (Ar Faoued), et, par contre, avec celui du finistérien Arzano (An Arzhanoù).

HistoireModifier

VénètesModifier

Article détaillé : Vénètes (Gaule).

Le nom de la ville et de la région vient de celui de la cité gauloise des Vénètes (lat. : Veneti). Jules César dut mener une campagne longue contre ces excellents marins. On suppose que la bataille navale finale a eu lieu, en 56 av. J.C., au large de la presqu'île de Rhuys. Au IIe siècle Ptolémée indique que les Vénètes appartiennent à la province de Gaule lyonnaise. À partir du IVe siècle la cité des Vénètes (Civitas Venetum) apparait. D'après la Table des Provinces celle-ci est rattachée à la IIIe Lyonnaise à partir du début du Ve siècle[2]. Vannes Darioritum est progressivement reliée par des voies romaines à Quimper, Carhaix, Corseul, Rennes et Nantes[3].

Bro EregModifier

À partir du Ve siècle les Bretons insulaires s'installent en nombre dans le pays de Vannes. La région était demeurée peuplée et le territoire est partagé entre les Bretons, dont la présence est attestèe par les toponymes en plou, lan ou tre, et les Gallo-Romains[4]. Dans la seconde moitié du VIe siècle, Waroch est le chef des Bretons alors que les relations avec les Francs se dégradent : en luttant contre les rois mérovingiens, il se construit une principauté, appelée en breton Bro Waroch.

Au haut Moyen Âge le Vannetais est subdivisé en un certain nombre de pays historiques appelés pagus : le pagus Reuuisii (Presqu'île de Rhuys), le pagus de Belz, le pagus du Kemenet-Héboé[5], le pagus Venetensis (dit aussi Warochia, autour de Vannes)[6].

Les Carolingiens tentent en 775 d'intégrer le Vannetais à la marche de Bretagne qu'ils viennent de créer. Lassés par les nombreuses révoltes, Louis le Pieux finit, en 824, par confier le comté de Vannes à Nominoë avec le titre officiel de représentant de l'empereur carolingien. Mais Nominoë se révolte contre le nouveau roi de Francie occidentale, Charles le Chauve, se taille une principauté bretonne et bat le roi des Francs à Ballon. Son fils, Erispoë, bat à nouveau Charles le Chauve à Jengland ce qui oblige ce dernier à lui accorder le titre de roi[7].

LanguesModifier

L'évêché était traditionnellement divisé en deux zones linguistiques :

Le dialecte breton du Vannetais (le gwenedeg, comme on l’appelle en breton) est très particulier et pendant longtemps avait une orthographe et une littérature à part. Selon le Chanoine Falc'hun (1909-1991) le vannetais [G] serait marqué par la langue gauloise, contrairement aux trois autres groupes linguistiques dit parfois KLT (Cornouaillais [K], Léonard [L], Trégorois [T]).

Les innovations orthographiques du peurunvan et de l’etrerannyezhel (interdialectal) ont contraint d'écrire le vannetais en orthographe 'normalisée'.

SubdivisionsModifier

Pays traditionnelsModifier

Il est composé de 9 pays traditionnels qui sont , du Nord au Sud et de l'Ouest à l'Est, le pays de Kost ar c'hoad, le pays de Pourlet, le pays Bas-Vannetais, le Pays de Pontivy, le Pays de Baud, le pays Haut-Vannetais, le pays Vannetais gallo, le pays de Rhuys et une partie du Pays de Redon.[8].

VillesModifier

VannesModifier

La ville principale, qui a remplacé la Darioritum romaine, est Vannes, nom issu de la population vénète (Gwened) et qui a régulièrement accueilli l'administration ducale. Vannes possédait un château ducal (château de l'Hermine aujourd'hui remplacé par l'hôtel Lagorce) et le Parlement de Bretagne qui reviendra y siéger en exil sous les règnes de Louis XIV et Louis XV. Les autres villes notables du pays sont Lorient, Pontivy et Redon.

Sur le plan géographique, on peut constater l'existence de deux zones distinctes, l’intérieur dont une partie était au XIXe siècle composé de landes incultes (landes de Lanvaux) et le littoral peu découpé, mais prolongé par une petite mer intérieure presque fermée (Morbihan = petite mer) appelée le golfe du Morbihan.

LittératureModifier

Notes et référencesModifier

  1. [1] et Bro Guéned dans l'orthographe traditionnelle du vannetais.
  2. Rosenzweig, Dictionnaire topographique du département du Morbihan, Paris 1870.
  3. Le Morbihan de la Préhistoire à nos jours, coll., Ed.Bordessoules, 1994, p.66
  4. ibid, p. 86
  5. Les kemenet pourraient être à l'origine des circonscriptions des pagi, mais cela reste incertain
  6. Philippe Jouët et Kilian Delorme, "Atlas historique des pays et terroirs de Bretagne", Skol Vreizh, 2007, (ISBN 978-2-915623-28-4)
  7. ibid., p 91-93.
  8. Section Pays traditionnels des Pays de Bretagne.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean Gallet, La seigneurie bretonne (1450-1680). L'exemple du Vannetais, Publications de la Sorbonne, 1983

Articles connexesModifier