Rémouleur

personne qui aiguise (ou repasse) les ustensiles coupants
Un des derniers rémouleurs de Paris en 2008.

Le rémouleur est la personne qui pratique, à titre professionnel, l'affûtage (ou repasse) des ustensiles coupants et tranchants du ménage, des jardiniers, voire agriculteurs, ou encore des commerçants tels que les bouchers, sur une petite meule ambulante.

Avant le XXe siècle, il prenait également en charge les poignards et épées des gentilshommes.

HistoriqueModifier

 
Rémouleur (amoulaire) à Marseille au début du XXe siècle.
 
Rémouleur par Marie Caire-Tonoir (1898).

Le métier de rémouleur, qui était encore très commun jusqu'à entre les deux guerres mondiales, a quasiment disparu d'Europe au XXIe siècle.

Le rémouleur se déplaçait alors avec sa petite charrette, brouette, ramoulette ou rabelette (Belgique) sur laquelle était fixée la meule, généralement à eau et mécanique, dans les grandes villes, ou de village en village, s'arrêtant à chaque coin de rue en agitant sa clochette et en criant : « Rémouleur, rémouleur ! Repasse couteaux ! Repasse ciseaux ! ». Leurs cris et le crissement de leur meule sur le métal faisaient dans le temps partie des bruits typiques des grandes villes.

Au début du XXe siècle, en Europe, le métier de rémouleur était une spécialité des Yéniches, surnommés aussi « Tziganes blancs ».

Le rémouleur, comme de nombreux autres petits métiers, est victime du progrès (les couteaux en inox s'usent moins vite) et de la société de consommation (avec l'automatisation et l'importation de pays en voie de développement, le prix des couteaux a chuté et ne justifie économiquement plus leur ré-aiguisage).

En 2017, il n'en reste ainsi plus que cinq à Paris[1], dont la moyenne d'âge est assez élevée. Après leur départ à la retraite, il est plausible que le métier disparaisse de cette ville, mais cette activité itinérante demeure notamment dans les campagnes françaises, avec des meules électriques embarquées dans un véhicule utilitaire, et des formations demeurent[2].

Sainte-Catherine est la patronne des rémouleurs.

FilmographieModifier

Le métier de rémouleur a été repris de nombreuses fois dans les films, illustrant l'esprit des anciens métiers et des petits artisans.

Pièces de théâtre, œuvres musicales, bibliographieModifier

 
Le rémouleur par David Dellepiane.

Bibliographie

  • Annie-Jeanne et Bernard Bertrand, Jean de Pyrène, rémouleur françois…, Éditions de Terran, coll. « Le savoir-geste », 1997.
  • Henri Amblès, Au pays des émouleurs, mémoire de la Meuse, Éditions Coin de Rue, 1996.

Représentations du rémouleurModifier

SantonsModifier

La figurine du rémouleur fait partie de la crèche provençale. Voir : Crèche de Noël ; Santon de Provence

Tableaux et sculpturesModifier

 
Le rémouleur d'Alexandre-Gabriel Decamps.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. [vidéo] Métiers oubliés : le rémouleur gouailleur - La Quotidienne la suite sur YouTube.
  2. « L'École Nationale d'Affûtage et de Rémoulage », sur www.affuteurs-remouleurs.com, (consulté le 20 juin 2018).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier