Ouvrir le menu principal

Frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel

congrégation laïque masculine de droit pontifical qui se consacre à l'éducation
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frères de l'instruction chrétienne.

Frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel
Image illustrative de l’article Frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel
Devise : Dieu seul
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale
par Pie IX
Institut Apostolique
Type Congrégation laïque masculine
Spiritualité École française
But Éducation
Structure et histoire
Fondation
Saint-Brieuc
Fondateur Jean-Marie de La Mennais et Gabriel Deshayes
Abréviation F.I.C.P
Site web site officiel
Liste des ordres religieux

Les Frères[a] de l'instruction chrétienne de Ploërmel (en latin : Institutum Fratrum instructionis christianae de Ploërmel) forment une congrégation laïque masculine de droit pontifical qui se consacrent à l'éducation de la jeunesse.

Sommaire

HistoriqueModifier

La congrégation a été fondée en 1819 par l’abbé Jean-Marie de La Mennais (1780-1860) et l’abbé Gabriel Deshayes, curé d'Auray (Morbihan) (1767-1841), qui voulaient former des maîtres chrétiens et ouvrir des écoles. Elle naît à Ploërmel, commune du Morbihan, et est approuvée en 1822. À la mort de l'abbé de La Mennais, la congrégation compte 852 profès. Elle est dissoute en France en 1903 par les lois anticongrégationnistes de la IIIe République (deux ans avant la Loi de séparation de l'Église et de l'État), comme toutes les congrégations enseignantes. Les Frères se redéploient à l'étranger et renforcent les effectifs au Canada.

La congrégation est maintenant présente dans 25 pays. Elle comptait en 1962 environ 2 262 membres, dont 796 en France[1], année où les effectifs de la congrégation ont culminé et où le nombre de novices au Canada s'élevait à 31 (sur un total de 63). La révolution tranquille au Canada et le changement de mentalité dans les années suivant les événements de mai 1968 provoquent de nombreux départs et un tarissement des vocations. Les Frères sont en 2010 au nombre de 868, dont un peu plus d'une centaine en France. Depuis de nombreuses années, il n'y a plus aucune vocation en France, en Europe et en Amérique. Les vocations se trouvent désormais en Afrique (21 novices) et à Haïti (8 novices)[1].

Ils sont présents aujourd'hui en France dans 7 départements, surtout en Bretagne qui comprend à elle seule 72 établissements scolaires (école, collège et lycée)[2]. Toutes les provinces de France ont fusionné en une seule en 1995, devenue la province Saint-Jean-Baptiste qui regroupe aussi les maisons d'Angleterre et d'Italie. La congrégation est dirigée par Yannick Houssay, né en 1949 en Bretagne. Il a notamment pour tâche de maintenir la cohésion entre les frères, de garder la fidélité à l'esprit des fondateurs et désormais de faire passer les maisons à la direction des laïcs, appelés à court terme à remplacer les frères.

La maison généralice de la congrégation se trouve à Rome.

 
L'ancien institut des Frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel à Saint-Sauveur, Jersey

FusionModifier

Deux instituts voués à l'instruction ont fusionné avec les Frères de l'instruction chrétienne[3] :

  • 1876 : les Frères de l'Instruction Chrétienne appelés Frères de Gascogne fondés en 1841 à Auch par Mgr de la Croix d'Azolette ;
  • 1880 : les Frères de Sainte-Marie de Tinchebray fondé en 1850 à Tinchebray par l'abbé Charles-Augustin Duguey.

Activités et diffusionModifier

Les frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel se consacrent à l'éducation de la jeunesse.

Ils sont présents en :

Au 31 décembre 2005, la congrégation compte cent cinquante-quatre maisons et 990 religieux dont cinq prêtres. Cinq ans plus tard, le nombre de frères s'élève à 868[1]. La maison généralice est à Rome.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « Frères » prend une majuscule initiale pour désigner l’ensemble de l'ordre dans la locution « les Frères de l’instruction… ». Pour désigner un frère individuellement ou un groupe restreint de frères, on écrit « un frère », « un frère de l'instruction chrétienne », « des frères de l'instruction chrétienne », etc. Source : Conventions typographiques.

RéférencesModifier

  1. a b et c Site officiel de la congrégation
  2. Agathe Lauriot, « Il y a 150 ans mourait J-M La Mennais », Ouest-France, no 20147,‎ , p. 10
  3. « La famille menaisienne dans le monde », sur http://www.lamennais.org/ (consulté le 15 décembre 2015)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Collectif, Chronique des frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel. 1837-1937. Centième année de l'activité missionnaire de l'institut. Imprimerie Moderne, 1938.
  • H.-Charles Rulon et Philippe Friot. Un siècle de pédagogie dans les écoles primaires (1820-1940). Histoire des méthodes et des manuels scolaires utilisés dans l'institut des frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel, Paris, J. Vrin, 1962.
  • Frère Paul Cueff, Deux congrégations mennaisiennes - Les frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel - Les filles de la Providence de Saint-Brieuc, Édition Paoline, 1980.
  • Chanoine Le Douarec, Un héros Jean-Baptiste Legeay, frère Clair-Marie de l'instruction chrétienne de Ploërmel 1897-1943, décapité à la hache à Cologne , La Prairie, Québec, Imprimerie du Sacré-Cœur, 1946.

Liens externesModifier