Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Persan

langue indo-européenne
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Percent.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Persan (homonymie) et Farsi.

Le persan (en persan : فارسی ou پارسی) est une langue indo-iranienne. C'est la langue officielle en Iran (centre, centre-sud, nord-est) où elle y est majoritairement parlée. Le persan est une langue minoritaire notable à Bahreïn, en Irak, à Oman, au Qatar, au Tadjikistan et aux Émirats arabes unis[7]. Le dari, dialecte ou langue très proche du persan, également appelé persan afghan ou persan oriental, est une langue officielle en Afghanistan, et parlé également en Iran et au Pakistan[8]. De même le tadjik, autre langue proche ou dialecte du persan, est la langue officielle du Tadjikistan et également parlé au Kirghizistan, au Turkménistan, en Ouzbékistan, et dans une moindre mesure au Kazakhstan[9]. Le persan ou l’une de ses langues-sœurs est également parlé en Azerbaïdjan, en Russie[2],[3] et en Ouzbékistan (minorité tadjike). Jadis, du XVIe au XIXe siècle, il fut la langue officielle de l'Empire moghol.

Persan
پارسی (fa)
فارسی (fa)
Pays Iran, Azerbaïdjan[1], Afghanistan, Bahreïn, Tadjikistan, Ouzbékistan, Russie[2],[3]
Nombre de locuteurs Macro-langue[4] : 57 008 100 [5]
Total[précision nécessaire] : 120 000 000[6].
Nom des locuteurs persophone / persanophones
Typologie SOV
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan
Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan
Régi par Académie de langue et littérature perse
Académie des sciences d'Afghanistan
Codes de langue
ISO 639-1 fa
ISO 639-2 per, fas
ISO 639-3 fas
Étendue macro-langue
Type langue vivante
IETF fa
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)
مادهء ١
تمام افراد بشر آزاد زاده می‌شوند و از لحاظ حيثيت و كرامت و حقوق با هم برابرند. همگی دارای عقل و وجدان هستند و بايد با يكديگر برادرانه رفتار كنند.

Le persan fait partie du groupe indo-iranien de la famille des langues indo-européennes. C'est une langue du type « sujet-objet-verbe ». Les langues persanes s’écrivent surtout au moyen de l'alphabet arabo-persan, variante de l'alphabet arabe, bien qu'elles n'aient aucune parenté avec la langue arabe, dont elles diffèrent tant sur le plan de la grammaire que de la phonologie. Au Tadjikistan, en Russie, en Azerbaïdjan et en Ouzbékistan, où elle a été cyrillisée, la langue tadjike s’écrit en caractères cyrilliques.

Il est appelé fārsi (فارسی) en Iran et en Afghanistan (ce qui est une forme arabisée de parsi — l'alphabet arabe ne comporte pas de consonne p), parsi (پارسی, une appellation locale ancienne, encore utilisée par certains locuteurs), hazara et tadjik (un dialecte d'Asie centrale) ou dari (appellation locale en Afghanistan). Les gens qui parlent persan sont désignés comme persanophones.

Sommaire

HistoireModifier

Le persan est un membre du groupe indo-iranien de la famille linguistique indo-européenne. Le persan moderne dérive, successivement, du vieux perse (avestique et perse achéménide), puis du moyen persan (pehlevi, parthe et perse sassanide).

Le vieux perse, langue de la plupart des inscriptions achéménides, diffère de la langue élamite, laquelle n'est pas indo-européenne. Au cours du temps, la morphologie du persan se simplifie grandement : la conjugaison et la déclinaison complexes des origines cèdent la place à la morphologie régulière et à la syntaxe rigide de la langue d'aujourd'hui. Cette évolution se compare au développement de l'anglais. Pour ce qui est du lexique, de nombreux mots provenant des langues avoisinantes (l'araméen et le grec dans les temps anciens, plus tard l'arabe et, dans une moindre mesure, le turc) ont été introduits dans le vocabulaire persan. Plus récemment, les emprunts aux langues européennes, principalement au français et à l'anglais, sont les plus fréquents.

Dialectes et langues prochesModifier

 
Les régions où sont parlés le persan et les autres langues iraniennes.

La communication est généralement intelligible entre les Iraniens, les Tadjiks et les Afghans parlant persan. Cependant, on peut noter les définitions suivantes :

  • le dari est le nom local du dialecte oriental du persan, une des deux langues officielles de l'Afghanistan, dont le hazaragi — parlé par le peuple Hazara du centre de l'Afghanistan ;
  • le tadjik peut aussi être considéré comme un dialecte du persan mais, au contraire du farsi et du dari, il s'écrit avec l'alphabet cyrillique.

D'après Ethnologue.com les dialectes du persan sont[7] :

Les dialectes suivants sont des langues proches parlées par plusieurs peuples en Iran et dans les pays limitrophes :

Autres dialectes Persiques:

Écriture et prononciationModifier

Le farsi et le dari s`écrivent avec l'alphabet perso-arabe, variante de l'alphabet arabe. L'alphabet latin est utilisé par certains pour des raisons de technologie ou d'internationalisation. Le tadjik, influencé par le russe, s'écrit avec l'alphabet cyrillique au Tadjikistan mais avec l'alphabet arabo-persan en Afghanistan.

Alphabet perso-arabeModifier

Article détaillé : Alphabet perso-arabe.

Auparavant, deux alphabets différents étaient utilisés pour le moyen persan : l'un, appelé pehlevi, est une adaptation de l'alphabet araméen, l'autre est un alphabet iranien originel appelé dîndapirak (littéralement : écriture de la religion). Environ 150 ans après la conquête de l'Empire perse par les Arabes musulmans, les Persans adoptent l'alphabet arabe en remplacement de leur ancien alphabet. Le texte se lit de droite à gauche. Les lettres prennent quatre formes : isolée, initiale, médiane et finale. Les voyelles brèves (a, é, o) ne sont pas écrites mais les voyelles longues (â, i, ou) le sont. L'alphabet persan présente certaines différences avec l'alphabet arabe[16]. Notamment, il compte quatre lettres supplémentaires, du fait que quatre sons existant en persan n'existent pas en arabe.

Lettres de l'alphabet perso-arabe
Phonétique API Lettre (s) Nom (s) Translittération Notes
[ɒː], [a], [e], [o] aléf â, a é, o L'aléf marque la présence d'une voyelle initiale (a, e, o) ou se prononce [a] à l'intérieur d'un mot. L'aléf bâ kolâh (), toujours initiale, se prononce ’â ([ʔɒː]).
[b] b
[ʃ] chin ch
[t͡ʃ] چ tché tch N'existe pas en arabe.
[d] dâl d La lettre demeure le plus souvent détachée.
[f] f
[g] گ gâf g N'existe pas en arabe.
[h]
hé djimi
h La lettre hé se prononce é ([e]) en fin de mot.
[j], [i:] ی y, i Cette lettre se prononce parfois [ɑ:]. La lettre arabe ي n'existe pas en persan.
[ʒ] ژ j N'existe pas en arabe.
[dʒ] djim dj
[k] ک kâf k La lettre arabe ك n'est pas utilisée en persan.
[l] lâm l
[m] mim m
[n] noun n
[p] پ p N'existe pas en arabe.
[ɾ] r La lettre demeure le plus souvent détachée.
[s]
sin
sâd
s La lettre ﺱ (sin) est la plus fréquemment utilisée, la lettre ﺹ (sâd) étant restreinte à des emprunts à l'arabe.
[t]

t La lettre ﺕ (té) est la plus fréquemment utilisée, la lettre ﻁ (tâ) étant restreinte à des emprunts à l'arabe.
[u], [v] و vâv ou, v La lettre demeure souvent détachée. Elle sert à noter le son o dans les mots دو (do, deux) et تو (to, toi).
[x] khé kh
[z] z La lettre demeure le plus souvent détachée.

Les diacritiques en persan comprennent notamment le tachdid, le sokoun, le fathé, le kasré et le zammé. Ces signes sont très rarement utilisés en pratique. Le tachdid est une petite barre oblique placée en suscrit sur une consonne marquant qu'on la prononce deux fois de suite. Par exemple, le mot دکان (magasin) se prononce dokkân, en doublant le son k. Le sokoun est un petit cercle inscrit au-dessus d'une consonne pour marquer qu'elle n'est pas suivie par un son de voyelle. Ce signe est le plus souvent omis sauf lorsqu'il élimine toute ambiguïté. Il peut être inscrit par exemple sur le râ (ر) dans le mot مرد (homme). Dans certains cas où il peut y avoir forte ambiguïté, les voyelles peuvent être marquées sur la consomme par l'ajout du fathé (petite barre oblique au-dessus de la consonne) pour le son a ([a]), du kasré pour le son é ([e]), du zammé pour le son o ([o]). Les signes de ponctuation sont les mêmes qu'en français, sauf la virgule et le point d'interrogation (؟) qui s'écrivent à l'envers[16].

Plusieurs mots persans d'origine arabe sont écrits différemment du mot arabe original. Ainsi, alef avec la hamza en dessous ( إ ) se change toujours en aléf ( ا ) ; généralement teh marbuta ( ة ) se change en ( ت ) ou en ( ه ), sans qu'il s'agisse d'une règle absolue ; plusieurs mots utilisant différents types de hamza sont écrits avec une autre sorte de hamza (de cette manière مسؤول devient مسئول).

Les marques diacritiques utilisées dans le script arabe, ou harakat, sont aussi utilisées en persan, bien que certaines se prononcent différemment. Par exemple un damma en arabe se prononce /u/, alors qu'en persan on le prononce /o/. La variante persane ajoute aussi une notion de pseudo-espace à l'écriture arabe, appelée un ZWNJ (Zero-width non-joiner, le liant sans chasse U+200D) dans le standard Unicode et la norme ISO 10646. Ce caractère agit comme une espace en déconnectant deux caractères adjacents qui seraient optionnellement joints sans le ZWNJ qui n'a pas de largeur visuelle. Les caractéristiques du persan sont reprises par d'autres langues comme le pashto ou l'ourdou et a parfois été encore plus étendu avec d'autres lettres ou de nouveaux signes de ponctuation.

Alphabet latinModifier

L'alphabet universel persan (UniPers / Pârsiye Jahâni) est un alphabet fondé sur l'alphabet latin créé il y a plus de 50 ans en Iran et popularisé par Mohammed Keyvan, qui l'a utilisé dans nombre de livres persans pour les étrangers et les voyageurs. Il met de côté les difficultés de l'alphabet traditionnel fondé sur l'arabe, avec ses multiples formes de lettres, et s'adapte particulièrement bien au contexte moderne des médias écrits.

L'alphabet international persan (IPA2[17]), communément appelé Pársik est un autre alphabet basé sur le script latin développé récemment, principalement par A. Moslehi, linguiste comparatif qui a défini le projet, sous l'autorité de l'Association des linguistes persans. Il est réputé être le plus exact des alphabets persans fondés sur le script latin dans lequel beaucoup d'aspects linguistiques du persan moderne sont respectés. Cependant, ces règles ne sont pas aussi simples qu'UniPers.

Fingilish, ou Penglish, est le nom donné aux textes écrits utilisant l'alphabet latin de base. Il est communément utilisé dans le cadre d'applications de messagerie instantanée, de courrier électronique et SMS.

PhonétiqueModifier

 
Les phonèmes vocaliques du persan.

La prononciation en persan est semblable à celle du français. Le persan comporte six voyelles et vingt-deux consonnes (vingt-trois avec le « ʔ », d'origine arabe), dont deux affriquées /t͡ʃ/ (ch) et /d͡ʒ/ (j). Historiquement, le persan distingue la longueur : les voyelles longues /i:/, /u:/, /ɑ:/ contrastant avec les voyelles courtes /e/, /o/, /æ/. Le persan moderne parlé, cependant, ne fait généralement plus ce type de distinctions.

Consonnes
  labiales alvéolaires post-alvéolaires vélaires glottales
occlusives sourdes p t k ʔ
occlusives sonores b d g  
fricatives sourdes f s ʃ x h
fricatives sonores v z ʒ ɣ  
affriquée sourde     t͡ʃ    
affriquée sonore     d͡ʒ    
nasales m n      
liquides   l, r      
spirante     j    

GrammaireModifier

SyntaxeModifier

Les phrases déclaratives normales sont ordonnées « (S) (PP) (O) V ». Les phrases simples peuvent comprendre des sujets optionnels, des groupes prépositionnels et des objets, suivis du verbe. L'adjectif se place généralement après le sustantif. Dans ce cas, l'ézâfé (son [e] (é)) s'ajoute après le nom pour marquer la relation entre les deux éléments. L'ézafé n'est pas marqué à l'écrit[16]. Si l'objet est défini, alors il est suivi du suffixe rɑ: (ﺭﺍ) et précède les groupes propositionnels « (S) (O + « rɑ: ») (PP) V »[18].

L'ordre est le suivant :

  • (circonstance de temps) — sujet — objet + (postposition -râ) — (objet indirect/circonstance) — prédicat - verbe
  • fardâ u in ketâbhâ va daftarhâ-râ be šomâ midahad = demain il ces livres et cahiers (râ) à vous donnera = demain il vous donnera ces livres et (ces) cahiers

Genre et nombreModifier

En persan, il n'existe pas de genre pour les noms, les pronoms et les adjectifs. Le genre d'une personne est parfois marqué par des noms qualifiants, par exemple avocate se dit ﺧﺎﻧﻢ وﻛﻴﻞ (khânom-é vakil), ce qui signifie littéralement « dame avocat »[19]. Il n'existe pas d'article défini (le, la). Ainsi, le pain se dit ﻧﺎﻦ (nân, littéralement pain). L'article indéfini singulier (un, une) est rendu par يِک (yék, un)[16]. Le nombre ne se marque pas et se comprend implicitement par le contexte de la locution, sauf par le mot ﺗﺎ (tâ) qui marque le lien entre l'adjectif numéral et le substantif. Ainsi, le groupe six pommes se traduit par ﺷﺶ ﺗﺎ ﺳﻴﺐ (chéch tâ sib), soit littéralement « six quantités pomme ». Par ailleurs, aimer les pommes se dit ﺳﻴﺐ ﺩوﺳﺖ ﺩﺍﺷﺘﻦ (sib doust dâchtan), soit littéralement « pomme ami avoir » et avoir des pommes s'exprime par ﺳﻴﺐ ﺩﺍﺷﺘﻦ (sib dâchtan), ce qui équivaut littéralement à « pomme avoir »[20]. L'ézafé est un suffixe prononcé é ([e]) à la fin d'un substantif qui est suivi d'un attribut, d'un autre type d'adjectif ou d'un complément. Il est prononcé mais non écrit. Par exemple, pain chaud s'écrit ﻧﺎﻦ ﮔﺮﻡ et se prononce nân-é-garm, littéralement « pain-é-chaud », mon nom s'écrit اسم من et se prononce ésm-é-man, littéralement « nom-é-moi », centre de la ville ou centre-ville s'écrit مرکز شهر et se prononce markaz-é chahr, littéralement « centre-é-ville »[21].

Verbes et dépendantsModifier

Les verbes peuvent exprimer le temps et l'aspect, et ils s'accordent avec le sujet] en nombre. La conjugaison est très régulière en persan. Le temps présent et passé est marqué par le radical alors que la désinence ou terminaison indique la personne et le nombre. La troisième personne du singulier se conjugue avec le radical sans terminaison. À l'instar de langues comme l'italien et l'espagnol, le pronom personnel peut ainsi être omis et, lorsqu'il est ajouté au verbe, il marque l'insistance sur le [sujet plutôt que l'action ou l'état. Les verbes sont souvent de forme composée, employant un auxiliaire et un nom, un adjectif ou un gérondif pour obtenir un signifié distinct[16]. Il existe certaines formes de contractions du verbe avec un adverbe[21].

La forme négative se forme du terme نا (na) devant le verbe. Par exemple, l'expression tu n'as pas fait est rendue par ندارد (na-dârad = nadâré). Le verbe être se contracte à la forme négative; ainsi l'expression il n'est pas se dit nist, contraction de na + ast. La forme interrogative se dit comme la forme affirmative, avec une intonation prosodique comme en français familier. À l'écrit, elle est marquée par le point d'interrogation retourné (؟)[21].

Personnes, pronoms personnels, terminaisons verbales et possessifs
Personne Français Pronom sujet Translittération Désinence du verbe Translittération
1re singulier Je, moi من man -am
2e singulier Tu, toi تو to ى -i
2e pluriel Vous شما chomâ ين -in

VocabulaireModifier

Nombres
Français Chiffre Persan Prononciation
1 ۱ يِک yék
2 ۲ دو do
3 ۳ سه
4 ۴ چهار tchahâr
5 ۵ پنج pandj
6 ۶ شش chéch
7 ۷ هفت haft
8 ۸ هشت hacht
9 ۹ نه noh
10 ۱۰ ده dah

Les suffixes prédominent dans la morphologie du persan, bien qu'il y ait aussi un petit nombre de préfixes. Le vocabulaire du persan comprend des mots empruntés, venant pour la plupart de l'arabe, de l'anglais, du français et des langues turques.

De la même façon, le persan influence les vocabulaires d'autres langues, spécialement les langues indo-iraniennes et turques. Beaucoup de mots persans ont aussi trouvé leur chemin jusqu'à la langue anglaise.

Vocabulaire usuel persan
Français Persan Prononciation Français Persan Prononciation
Oui بله balé Non نه na
Bonjour, salut سلام salâm Au revoir به سلامت bé salâmat
S'il vous plaît لطفا lotfan Merci مرسی mérsi
Homme مرد mard Femme زن zan
Enfant بچه battché
Père پدر pédar Mère مادر mâdar
Garçon, fils پسر pésar Fille دختر dokhtar
Jour روز rouz Nuit شب chab
Terre خاک khâk Ciel آسمان âsemân
Eau آب âb Feu آتش âtach
Pain ﻧﺎﻦ nân Riz برنج berendj
Pomme سیب sib
Fleur گل gol
Chat گربه gorbé
Marché ﺑﺎﺫﺍﺭ bâzâr Magasin دکان dokkân
Centre مرکز markaz Ville شهر chahr
Maison خانه khâné
Lit تخت takht
Santé سلاﻤﺖ salâmat État حال hâl
Nom, prénom اسم ésm Ami دوست doust
Jeu بازی bâzi
Persan فارسی fârsi
Grand بزرگ bozorg Petit كوچک koutchek
Chaud ﮔﺮﻡ garm Froid سرد sard
Bon خوب khoub Mauvais بد bad
Facile آسان âsân Difficile سخت sakht
Sachant ناد balad
Adverbes et pronoms interrogatifs
Qui کی ki Que, quoi چه tché
Comment چطور tchétowr
Peu ﻛﻢ kam Un peu یک کمی yek kami ou kami
Beaucoup, très خیلی khéyli
Bien خوب khoub Mal بد bad
Dehors بیرون biroun کجا kodjâ
Prépositions
À ﺑﻪ Avec با
Dans ﺩر dar De از az
Sous زیر zir-é
Conjonctions
Et و va / o

Le kh correspond au j espagnol (jota) ou au ch allemand dans Bach.

Vocabulaire : verbes persans simples
Français Infinitif Prononciation Radical I (Présent) Prononciation Radical II (Passé) Prononciation
Être ﺍﺴﺖ ast
Avoir ﺩﺍﺭﺩ dârad
Y avoir ﺑوﺩ boud
Aller ﺭﻓﺖ raft
Dire گفت goft
Donner ﺩﺍﺩ dâd
Faire کرﺩ kard
Manger خورد khord
Venir آمد âmad
Voir دﻴد did
Ne pas na- Ne pas y avoir, ne pas être nist
Appel de complément d'objet direct را râ-
Va-t-en! ﻧﺮو boro!
Vocabulaire : verbes persans composés
Français Infinitif Prononciation Traduction littérale[pertinence contestée]
Aimer دوست داشتن doust dâshtan Ami avoir
Jouer بازی کردن bâzi kardan Jeu faire
Sortir (mettre dehors) بیرون کردن biroun kardan Dehors faire

Notes et référencesModifier

  1. Windfuhr, Gernot: The Iranian Languages, Routledge 2009, p. 418.
  2. a et b H. Pilkington,"Islam in Post-Soviet Russia",Psychology Press, Nov 27, 2002. p. 27 : "Among other indigenous peoples of Iranian origin were the Tats, the Talishes and the Kurds"
  3. a et b T. M. Masti︠u︡gina, Lev Perepelkin, Vitaliĭ Vi͡a︡cheslavovich Naumkin, "An Ethnic History of Russia: Pre-Revolutionary Times to the Present",Greenwood Publishing Group, 1996 . p. 80:""The Iranian Peoples (Ossetians, Tajiks, Tats, Mountain Judaists)"
  4. La macro-langue du persan est constituée du persan iranien et du dari.
  5. Ethnologue code « fas ».
  6. « Persan », sur Institut national des langues et civilisations orientales, L'INALCO ne donne pas de précision sur les langues considérées comme du persan.
  7. a et b (en) Fiche langue (code «pes») dans la base de données linguistique Ethnologue.
  8. (en) Fiche langue (code «prs») dans la base de données linguistique Ethnologue.
  9. (en) Fiche langue (code «tgk») dans la base de données linguistique Ethnologue.
  10. Gernot Windfuhr, "Persian Grammar: history and state of its study", Walter de Gruyter, 1979. pg 4:""Tat- Persian spoken in the East Caucasus""
  11. V. Minorsky, "Tat" in M. Th. Houtsma et al., eds., The Encyclopædia of Islam: A Dictionary of the Geography, Ethnography and Biography of the Muhammadan Peoples, 4 vols. and Suppl., Leiden: Late E.J. Brill and London: Luzac, 1913–38.
  12. V. Minorsky, "Tat" in M. Th. Houtsma et al., eds., The Encyclopædia of Islam: A Dictionary of the Geography, Ethnography and Biography of the Muhammadan Peoples, 4 vols. and Suppl., Leiden: Late E.J. Brill and London: Luzac, 1913–38. Excerpt: Like most Persian dialects, Tati is not very regular in its characteristic features"
  13. C Kerslake, Journal of Islamic Studies (2010) 21 (1): 147-151. excerpt:"It is a comparison of the verbal systems of three varieties of Persian—standard Persian, Tat, and Tajik—in terms of the 'innovations' that the latter two have developed for expressing finer differentiations of tense, aspect and modality..." [1]
  14. Borjian, Habib, "Tabari Language Materials from Il'ya Berezin's Recherches sur les dialectes persans", Iran and the Caucasus, Volume 10, Number 2, 2006 , p. 243-258(16). Excerpt:"It embraces Gilani, Ta- lysh, Tabari, Kurdish, Gabri, and the Tati Persian of the Caucasus, all but the last belonging to the north-western group of Iranian language."
  15. Windfuhr, Gernot. The Iranian Languages. Routledge. 2009. p. 417.
  16. a, b, c, d et e Halbout et Karimi 2012, p. 41-49.
  17. IPA2 Tutorial
  18. Mahootian 1997, p. 6.
  19. Halbout et Karimi 2012, p. 691.
  20. Halbout et Karimi 2012, p. 27.
  21. a, b et c Halbout et Karimi 2012, p. 89-94.

Voir aussiModifier

 
Consulter le Wiktionnaire rédigé en persan.

BibliographieModifier

  • Dominique Halbout et Muhammad-Hossein Karimi, Le Persan, Chennevières-sur-Marne, Assimil, coll. « Sans peine », (ISBN 978-2-7005-0525-2)
  • Christophe Balaÿ, Hossein Esmaïli , Le Persan au quotidien, Paris, L'Asiathèque, 2012. (ISBN 978-2-36057-024-9)
  • (en) Mahootian, Shahrzad, Persian, Londres, Routledge, 1997.
  • (en) Mace, John, Persian Grammar: For reference and revision, Londres, Routledge-Curzon, 2003.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier