L'Union (Haute-Garonne)

commune française du département de la Haute-Garonne

L'Union
L'Union (Haute-Garonne)
L'hôtel de ville.
Blason de L'Union
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Marc Péré
2020-2026
Code postal 31240
Code commune 31561
Démographie
Gentilé Unionais
Population
municipale
11 798 hab. (2019 en augmentation de 0,57 % par rapport à 2013)
Densité 1 743 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 27″ nord, 1° 29′ 07″ est
Altitude Min. 132 m
Max. 196 m
Superficie 6,77 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Toulouse
(banlieue)
Aire d'attraction Toulouse
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Toulouse-9
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Union
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Union
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
L'Union
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
L'Union
Liens
Site web www.ville-lunion.fr/

L'Union est une commune française située dans le nord-est du département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Pays toulousain, qui s’étend autour de Toulouse le long de la vallée de la Garonne, bordé à l’ouest par les coteaux du Savès, à l’est par ceux du Lauragais et au sud par ceux de la vallée de l’ Ariège et du Volvestre. Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par l'Hers-Mort, la Sausse, la Seillonne, le ruisseau de Pichounelle et par divers autres petits cours d'eau.

L'Union est une commune urbaine qui compte 11 798 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1962. Elle est dans l'agglomération toulousaine et fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse. Ses habitants sont appelés les Unionais ou Unionaises.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Représentations cartographiques de la commune
 
La commune dans le département
  Mairie
 
Carte OpenStreetMap
 
Carte topographique
 
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

La commune de l'Union se trouve dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie[I 1].

Elle se situe à 7 km à vol d'oiseau de Toulouse[1], préfecture du département La commune fait en outre partie du bassin de vie de Toulouse[I 1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[2] : Saint-Jean (1,9 km), Launaguet (3,0 km), Saint-Geniès-Bellevue (3,0 km), Rouffiac-Tolosan (3,4 km), Montrabé (3,6 km), Castelmaurou (4,4 km), Saint-Loup-Cammas (4,5 km), Aucamville (4,6 km).

Sur le plan historique et culturel, L'Union fait partie du pays toulousain, une ceinture de plaines fertiles entrecoupées de bosquets d'arbres, aux molles collines semées de fermes en briques roses, inéluctablement grignotée par l'urbanisme des banlieues[3].

L'Union est limitrophe de six autres communes.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 677 hectares ; son altitude varie de 132 à 196 mètres[5].

HydrographieModifier

La commune est dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[6]. Elle est drainée par l'Hers-Mort, la Sausse, la Seillonne, le ruisseau de Pichounelle, un bras de l'Hers, le ruisseau de Dancelle et le ruisseau de la Rouquette, constituant un réseau hydrographique de 8 km de longueur totale[7],[Carte 1].

L'Hers-Mort, d'une longueur totale de 89,3 km, prend sa source dans la commune de Laurac (11) et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne à Grenade, après avoir traversé 40 communes[8].

La Sausse, d'une longueur totale de 22,1 km, prend sa source dans la commune de Lanta et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Elle traverse la commune et se jette dans l'Hers-Mort à Toulouse, après avoir traversé 11 communes[9].

La Seillonne, d'une longueur totale de 24,1 km, prend sa source dans la commune de Caraman et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Elle se jette dans la Sausse sur le territoire communal, après avoir traversé 11 communes[10].

 
Réseaux hydrographique et routier de l'Union.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[11]

  • Moyenne annuelle de température : 13,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 10,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 726 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Toulouse-Blagnac », sur la commune de Blagnac, mise en service en 1947[16] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[17],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[18], à 13,8 °C pour 1981-2010[19], puis à 14,3 °C pour 1991-2020[20].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[21],[22],[23].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

L'Union est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[24],[I 2],[25]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulouse, une agglomération inter-départementale regroupant 81 communes[I 3] et 1 035 280 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulouse est la cinquième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence et Lille (partie française)[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune du pôle principal[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[I 6],[I 7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (88,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (78,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (74,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (14 %), terres arables (9,5 %), zones agricoles hétérogènes (1,3 %), forêts (0,4 %)[26].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Morphologie urbaineModifier

La commune comprend un habitat très regroupé, en centre-ville, autour de plusieurs quartiers. Étant très dense (près de 2 000 habitants au km2), la commune ne compte que peu de zones encore agricoles ou naturelles telles que des forêts. La seule zone comme celle-ci est située à l'ouest, au niveau de la route de Bessières (RD61).

QuartiersModifier

Des conseils de quartiers, organisés par la ville de L'Union, permettent de voir quels sont les quartiers de la commune[27]. La commune en compte une dizaine, les plus grands étant Pyrénées, englobant le centre-ville, à droite de la route de Toulouse ; Z. I. Montredon, englobant le quartier de Montredon, à la limite avec Montrabé, au sud-est ; ou encore Z. I. La Violette, au sud-ouest, à la limite avec Toulouse.

LogementModifier

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 5 425, alors qu'il était de 5 396 en 2009[I 8].

Parmi ces logements, 94,8 % étaient des résidences principales, 0,6 % des résidences secondaires et 4,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 84,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 15 % des appartements.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 77,1 %, en légère baisse par rapport à 2009 (78,6 %). La commune compte 120 logements HLM, en légère hausse par rapport à 2009 (112).

Risques naturels et technologiquesModifier

L'Union est concernée par plusieurs risques : d'abord, la commune est concernée par un risque d'inondations, le long de la Sausse. Tout le territoire n'est cependant pas concerné[28].

L'Union est également concernée par un risque moyen de mouvement de terrain, ainsi qu'un risque moyen de retrait-gonflements des sols argileux. Le risque de séisme est de 1/5 (très faible).

On compte plusieurs usines non Seveso sur la commune. Il y a aussi d'anciens sites industriels sur la commune, pouvant représenter un certain risque.

Voies de communications et transportsModifier

Voies de communicationModifier

La commune est accessible par l'autoroute A68, et la sortie   1 - L'Union de celui-ci, mais aussi par la   14 - Croix-Daurade du périphérique de Toulouse. L'Union est également traversée par la route départementale 888 (ex-route nationale 88), qui relie le périphérique de Toulouse à Buzet-sur-Tarn en passant par le centre-ville.

TransportsModifier

L'Union est desservie par une ligne de bus à haut niveau de service, la ligne Linéo L9 du réseau Tisséo, qui relie la halle, en centre-ville, à la station Empalot du métro de Toulouse, en desservant au passage le sud de L'Union, les quartiers toulousains de Croix-Daurade et de Bonnefoy et le centre-ville de Toulouse.

D'autres lignes de bus Tisséo desservent également L'Union : la ligne 33 qui relie la route de Bessières à la station Argoulets depuis Bruguières, la ligne 40 qui relie le quartier Malbou et le centre-ville à la station Borderouge, la ligne 42 qui relie la clinique de L'Union et le centre-ville à la station Borderouge, la ligne 43 qui relie le centre-ville à la station Argoulets depuis Saint-Jean, la ligne 68 qui relie la ZI Montredon à la station Balma - Gramont depuis Castelmaurou, la ligne 73 qui relie le centre-ville à la station Borderouge depuis Saint-Jean, et la ligne 76 qui relie le centre-ville à la station Argoulets depuis Lapeyrouse-Fossat.

La ligne 354 du réseau liO Arc-en-Ciel relie la commune à la station Borderouge ou à la gare routière de Toulouse depuis Buzet-sur-Tarn, et la ligne 355 relie la commune à la station Borderouge ou à la gare routière de Toulouse également depuis Villemur-sur-Tarn.

L'Union est également située à proximité des réseaux ferroviaires, avec notamment la gare de Montrabé située à proximité, mais aussi évidemment la gare de Toulouse-Matabiau, à une dizaine de kilomètres.

Enfin, l'aéroport le plus proche est l'aéroport de Toulouse-Blagnac, situé à une quinzaine de kilomètres de L'Union.

ToponymieModifier

L'Union tire son nom de ses origines : la commune est constituée par la fusion des communes de Belbèze-lès-Toulouse (appelée aussi Belbèze) et de Lacournandrie (appelée aussi La Cornaudric[Note 7]) en application de l'arrêté du directoire du département de Haute-Garonne en date du 16 frimaire an II () sous le nom de Saint-Jean-de Kyrié-Éleyson, nom de l'église[Note 8] où doivent se réunir les conseils communaux[29].

Le 20 nivôse an II (), le conseil se réunit pour adopter le nouveau nom de la commune : L'Union[30].

En 1868, le hameau de Saint-Jean (anciennement Saint-Jean-de Kyrié-Éleyson) acquiert son autonomie[31].

Le nom de Belbèze, une des communes ayant donné naissance à L’Union, vient de l’occitan bèl et véser, signifiant belvédère. C’est la même étymologie que pour les communes nommées Beauvezer et Belvèze[32].

On entend encore parfois des gens parler de Saint-Jean-de-l'Union, vestige des temps où les communes de Saint-Jean et L'Union ne faisaient qu'une, et référence à la paroisse du même nom. D'ailleurs, en occitan, la commune s'appelle Sent Joan le Nòu.

Ses habitants sont appelés les Unionais.

HistoireModifier

Lors de la retraite d'Espagne des troupes napoléoniennes sous les ordres du maréchal d'Empire Soult, le territoire de la commune fut le théâtre de combats entre ces troupes et celles du duc de Wellington lancées à leur poursuite, en marge de la bataille qui eut lieu à Jolimont (voir bataille de Toulouse).

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Politiquement, L'Union semble être une commune avec une sensibilité de droite, malgré des scores plutôt homogènes.

À titre d'exemple, lors de l'élection présidentielle de 2017, à L'Union, au premier tour, c'est Emmanuel Macron qui l'avait emporté avec 30,28 % des voix, suivi par François Fillon avec 21,84 % des voix, par Jean-Luc Mélenchon avec 19,23 % des voix et par Marine Le Pen avec 13,67 %. Au second tour, c'est Emmanuel Macron qui l'avait emporté avec 75,51 % des voix face à Marine Le Pen[33].

Cette tendance ne se confirme pas forcément lors des scrutins locaux: lors des municipales, un maire divers gauche a été élu en 2014. Marc Péré a été élu en 2014 avec 43,93 % des voix au second tour, lors d'une triangulaire[34]. Il a été réélu en 2020 dès le premier tour avec 75,29 % des voix[35]. En 2021, Marc Péré a également été élu conseiller départemental du Canton Toulouse 9 avec 52% des voix[36].

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 10 000 habitants et 19 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de trente-trois[37],[38].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs depuis la Libération[39]
Période Identité Étiquette Qualité
avril 1945 1951 (dém.[40]) Georges Chaumeton DVD  
1951 1953 Jean Lairs DVD Adjoint au maire durant le précédent mandat de Georges Chaumeton
avril 1953 1972 † Georges Chaumeton DVD  
1972 octobre 2008 Georges Beyney DVD Délégué à la communauté d'agglomération du Grand Toulouse (président de la commission environnement et des bases de loisirs)[Note 9]
Délégation spéciale[Note 10],[41],[42] -  
[Note 11] Georges Beyney DVD  
avril 2014 En cours Marc Péré DVG Cadre supérieur
8e vice-président de Toulouse Métropole (2014-2020), président du Syndicat Mixte DECOSET (2014-2020)

Conseiller Départemental du canton de Toulouse-9 (2021-)

Rattachements administratifs et électorauxModifier

L'Union est située en région Occitanie, dans le département de la Haute-Garonne et l'arrondissement de Toulouse.

La commune fait partie du canton de Toulouse-9, qui englobe l'ensemble de la ville de L'Union, mais aussi Saint-Jean et les quartiers Bonnefoy, Soupetard et Marengo de Toulouse. En 2019, le canton comptait près de 55 918 habitants. Le canton compte deux élus départementaux: Marc Péré, maire de L'Union[43], et Caroline Honvault, conseillère municipale de Toulouse[44].

L'Union fait partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne, qui englobe 3 cantons toulousains, mais aussi Montastruc-la-Conseillère et Montrabé. L'actuelle députée de la circonscription est Anne Stambach-Terrenoir (alliance NUPES), élue le 19 juin 2022[45].

L'Union fait également partie de Toulouse Métropole, intercommunalité qui englobe la majeure partie nord de l'agglomération toulousaine, ainsi que Toulouse. Il s'agit de la plus grande intercommunalité de la Haute-Garonne.

Politique environnementaleModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la métropole de Toulouse Métropole[46].

Finances localesModifier

La chambre régionale des comptes Occitanie a contrôlé les comptes et la gestion de la commune sur la période 2014-2020[47]. Elle souligne une gestion financière saine, une capacité d'autofinancement préservée, des charges de fonctionnement maîtrisées et un endettement soutenable[48].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[49],[Note 12]

En 2019, la commune comptait 11 798 habitants[Note 13], en augmentation de 0,57 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +7,81 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2366467228389291 036882893857
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
800733468473488502503476454
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
437409448372435463489558689
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 4684 6017 81710 46111 75112 14112 30011 79211 660
2019 - - - - - - - -
11 798--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[50].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[51] 1975[51] 1982[51] 1990[51] 1999[51] 2006[52] 2009[53] 2013[54]
Rang de la commune dans le département 10 8 7 7 8 9 9 12
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

EnseignementModifier

L'Union fait partie de l'académie de Toulouse. La ville comprend 3 écoles primaires et maternelles (Belbèze-lès-Toulouse, Borde-d'Olivier et Montizalguier), et le collège Georges-Chaumeton (du nom de l'ancien maire).

Le lycée le plus proche de la commune est le lycée Raymond Naves de Toulouse (c'est le lycée de secteur de L'Union[55]).

Manifestations culturelles et festivitésModifier

SantéModifier

De 1968 a 1991 la ville a accueilli un établissement de soins privé, la clinique de L'Union. Depuis 1991, cette clinique a été transférée sur la commune voisine de Saint-Jean[56], en gardant son nom de « clinique de L'Union ».

La commune dispose de 17 médecins généralistes[57].

Elle dispose également d'un centre communal d'action sociale .

L'hôpital de Purpan et l'hôpital de Rangueil, deux des établissements composant le CHU de Toulouse, sont les plus proches.

SportsModifier

L'Union comptait jusqu'en une grande association sportive nommée ASU (Club omnisports)[58], avec plus de 5 000 adhérents, et plus de 300 dirigeants bénévoles. 26 sports dont le yoga, le football, le handball, le rugby ou encore le tennis y étaient pratiqués. Créée en 1957, l'ASU avait comme objectifs le développement de sport de masse amateur, une solidarité financière entre les différentes sections et le maintien de tarifs attractifs. Elle a été mise en liquidation judiciaire en à la suite de difficultés financières[59]. L'ASU a fait place à 16 associations[60], qui ont repris ses activités depuis .

La piscine municipale a été entièrement rénovée en 2021[61], offrant un bassin couvert, un bassin extérieur, des vestiaires et un snack.

Un DOJO municipal, à énergie positive, a également été reconstruit en 2020[62]. Enfin, une maison des sports accueille le service des sports de la commune.[63].

MédiasModifier

La commune édite un bulletin bimestriel d'informations, dénommé L'Unionais. Un bulletin associatif est publié les mois sans L'Unionais[64].

Elle est couverte par les éditions locales Toulouse Métropole de France 3 Occitanie et de La Dépêche du Midi.

CultesModifier

L'Union compte une église catholique, l'église Saint-Jean-Baptiste.

ÉconomieModifier

RevenusModifier

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 5 438 ménages fiscaux[Note 14], regroupant 12 228 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 26 740 [I 9] (23 140  dans le département[I 10]). 67 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 15] (55,3 % dans le département).

EmploiModifier

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 11] 5,2 % 6,3 % 6,8 %
Département[I 12] 7,7 % 9,6 % 9,3 %
France entière[I 13] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 6 135 personnes, parmi lesquelles on compte 77,5 % d'actifs (70,8 % ayant un emploi et 6,8 % de chômeurs) et 22,5 % d'inactifs[Note 16],[I 11]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie du pôle principal de l'aire d'attraction de Toulouse[Carte 3],[I 14]. Elle compte 5 524 emplois en 2018, contre 5 678 en 2013 et 5 764 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 4 490, soit un indicateur de concentration d'emploi de 123 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 49,3 %[I 15].

Sur ces 4 490 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 769 travaillent dans la commune, soit 17 % des habitants[I 16]. Pour se rendre au travail, 76,6 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 12,6 % les transports en commun, 7,3 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 3,4 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 17].

Activités hors agricultureModifier

Secteurs d'activitésModifier

1 614 établissements[Note 17] sont implantés à l'Union au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 18],[I 18].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 1 614 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
95 5,9 % (5,7 %)
Construction 156 9,7 % (12 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
450 27,9 % (25,9 %)
Information et communication 57 3,5 % (4,1 %)
Activités financières et d'assurance 94 5,8 % (3,8 %)
Activités immobilières 55 3,4 % (4,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
335 20,8 % (19,8 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
258 16 % (16,6 %)
Autres activités de services 114 7,1 % (7,9 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 27,9 % du nombre total d'établissements de la commune (450 sur les 1614 entreprises implantées à l'L'Union), contre 25,9 % au niveau départemental[I 19].

Entreprises et commercesModifier

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[65] :

  • Standard, commerce de détail d'habillement en magasin spécialisé (59 511 k€)
  • 3C Clim, commerce de gros (commerce interentreprises) de fournitures et équipements industriels divers (55 300 k€)
  • Plaka Group France, commerce de gros (commerce interentreprises) de bois et de matériaux de construction (43 001 k€)
  • Sud-Ouest Telesurveillance - Sotel, activités de sécurité privée (30 090 k€)
  • Serience Soins De Suite Et De Readaptation - Serience SSR, hébergement social pour personnes âgées (27 872 k€)

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2019, le revenu fiscal médian par ménage était de 26 890 . Sur les 5602 ménages fiscaux, 71 % étaient alors imposables[66].

AgricultureModifier

1988 2000 2010 2020
Exploitations 12 4 2 1
SAU[Note 19] (ha) 141 10 14 11

La commune est dans le Lauragais, une petite région agricole occupant le nord-est du département de la Haute-Garonne, dont les coteaux portent des grandes cultures en sec avec une dominante blé dur et tournesol[67]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 20] sur la commune est la culture de légumes ou champignons[Carte 4]. Une seule exploitation agricole ayant son siège dans la commune est recensée lors du recensement agricole de 2020[Note 21] (12 en 1988). La superficie agricole utilisée est de 11 ha[69],[Carte 5],[Carte 6].

Emploi[66]Modifier

En 2019, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 6 322 personnes, parmi lesquelles on comptait 77,8 % d'actifs dont 70,9 % ayant un emploi et 6,9 % de chômeurs. Le nombre de chômeurs étaient de 434.

On comptait 5 633 emplois dans la zone d'emploi, contre 5678 en 2013. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 4630, l'indicateur de concentration d'emploi est de 121,7 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus d'un emploi pour un habitant actif.

Entreprises et commerces[66]Modifier

Au , L'Union comptait 1 614 établissements. Au 1er janvier 2022, 4 hôtels étaient situés sur la commune.

En 2021, 201 entreprises ont été créées à L'Union, dont 139 sont des entreprises individuelles.

L'Union héberge plusieurs entreprises dont le fabricant de pianos Chavanne ou Medsys.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • La commune abrite un olivier millénaire[70], sur la place de la mairie. Il est originaire de Huesca en Espagne.
  • L'église Saint-Jean-Baptiste présente une architecture des plus remarquables (XIXe siècle).
  • Le château de Malpagat (XIXe siècle), à l'intérieur du parc de même nom, accueille à présent entre autres l'association des arts plastiques et l'école de musique.
  • Le château de la Cornaudric et son parc, domaine privé jusqu'en 2020, va devenir domaine public durant l'année 2022[71].
  • Le lac de Saint-Caprais, situé en bord de Sausse, propose un parcours santé, de vastes étendues herbeuses, des aires de jeux, une halle ouverte, à proximité immédiate du complexe sportif de Saint-Caprais.
  • La Grande halle est une grande salle de spectacle qui accueille régulièrement des artistes, lorsqu'elle n'est pas le lieu de forums ou autres expositions.
  • Monument aux morts.
Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur l'église Saint-Jean Baptiste.

Patrimoine culturelModifier

La commune compte une bibliothèque une ludothèque, et de très nombreuses associations[72]. Il y a aussi un cinéma et une maison des jeunes et de la culture[73].

Patrimoine environnementalModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : De gueules à la bande de sable chargée d'une foi d'argent et d'or, accompagnée en chef d'une croix cléchée pommetée de douze pièces d'or et en pointe d'une croix de Malte d'argent.

La « foi » (poignée de main) rappelle que L'Union est né de la fusion des hameaux de Belbèze-lès-Toulouse et Cornaundric en 1793. La croix de Toulouse symbolise le Pays d'Oc, et la croix de Malte le fait qu'autrefois l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem avait de nombreuses possessions à L'Union[74].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[13].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Cette graphie est sujette à caution dans la mesure où elle est dépendante de l'écriture et de la lecture qu'on peut en faire.
  8. Au sujet de la tenue de conseils municipaux dans ladite église, l'arrêté précise : « Le directoire considérant que depuis le règne de l'égalité et de la raison toute présence dans les églises est d'une ridiculité  [sic] affreuse et l'apanage des malveillances… » S'ensuit l'article premier dudit arrêté « invitant le conseil général à changer le nom de Saint-Jean-de Kyrié-Éleyson en un nom plus analogue aux vrais amis de la République. »
  9. Et aussi : délégué au SITROM (Syndicat intercommunal de traitement et de ramassage des ordures ménagères des cantons Centre et Nord de Toulouse), délégué au Syndicat intercommunal de voirie du canton de Toulouse Centre, délégué intercommunal des eaux des cantons Centre et Nord de Toulouse, délégué au Syndicat intercommunal de l'Hers, délégué à l'Agence d'urbanisme de l’agglomération Toulousaine, délégué au Syndicat mixte d’études de l'agglomération toulousaine, président du Syndicat des eaux des cantons Centre et Nord de Toulouse
  10. À la suite de la décision du tribunal administratif de Toulouse d'annuler les élections municipales de mars 2008 pour irrégularités dans la campagne électorale de M. Beyney, une délégation spéciale de trois membres est nommée par la préfecture pour la gestion des affaires courantes en attendant la tenue d'une nouvelle élection le 30 novembre 2008
  11. Élection municipale partielle du , mandat commencé le .
  12. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  13. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  14. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  15. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  16. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  17. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  18. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  19. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  20. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  21. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[68].
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de l'Union » sur Géoportail (consulté le 5 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

  1. a et b « Métadonnées de la commune de l'Union » (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition » (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 de Toulouse » (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. « Dossier complet - Commune de l'Union (31561) | Insee » (consulté le ).
  9. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à l'Union » (consulté le ).
  10. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).
  11. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à l'Union » (consulté le ).
  12. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).
  13. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  15. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à l'Union » (consulté le ).
  16. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  17. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  18. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à l'Union » (consulté le ).
  19. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).

Autres sourcesModifier

  1. Stephan Georg, « Distance entre L'Union et Toulouse », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. « Communes les plus proches de l'L'Union », sur www.villorama.com (consulté le ).
  3. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 378-379.
  4. Carte IGN sous Géoportail
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  6. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  7. « Fiche communale de l'Union », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  8. Sandre, « l'Hers Mort »
  9. Sandre, « la Sausse »
  10. Sandre, « la Seillonne »
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  13. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  16. « Station météofrance Toulouse-Blagnac - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Orthodromie entre L'Union et Blagnac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Toulouse-Blagnac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Toulouse-Blagnac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Station météorologique de Toulouse-Blagnac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de l'Union », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « Liste des ZNIEFF de la commune de l'Union », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « Liste des espaces protégés sur la commune de l'Union », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  27. « Conseils de quartier - Ville de L'Union » (consulté le ).
  28. « Géorisques | Mieux connaître les risques sur le territoire », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le ).
  29. Commune de L'Union. [cote] 1 D 5 : registre des délibérations du conseil municipal, an II, 24 frimaire-1821, 30 juin « Copie archivée » (version du 19 octobre 2014 sur l'Internet Archive) sur le site des Archives départementales de Haute-Garonne, voir p. 12/192, délibéré du 24 frimaire an II pour la réunion de Belbèze avec La Cornandrie.
  30. Commune de L'Union. [cote] 1 D 5 : registre des délibérations du conseil municipal, an II, 24 frimaire-1821, 30 juin « Copie archivée » (version du 19 octobre 2014 sur l'Internet Archive) sur le site des Archives départementales de Haute-Garonne, voir p. 14/192, réunion du 20 nivôse an II pour changer le nom de la municipalité ou paroisse.
  31. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux. Volume II, Formations non-romanes, formations dialectales, Genève, Librairie Droz, 1990 (notice 21122, p. 1127)
  33. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017 (consulté le ).
  34. « L'Union (31240) : Résultats des élections 2014 », sur ladepeche.fr (consulté le )
  35. « L'Union (31240) : Résultats des élections 2020 », sur ladepeche.fr (consulté le )
  36. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections départementales 2021 », sur https://mobile.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2021 (consulté le )
  37. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  38. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020 (consulté le ).
  39. « liste des élus de Toulouse Métropole », sur annuaire-mairie.fr, (consulté le ).
  40. Site du collège G. Chaumeton
  41. « Le Tribunal Administratif de Toulouse annule les élections de l'Union » sur ladepeche.fr
  42. « La municipalité de L'Union vit sous tutelle » sur ladepeche.fr
  43. « Présentation des élus du Conseil Départemental de la Haute-Garonne », sur Site du Conseil Départemental de la Haute-Garonne (consulté le )
  44. « Présentation des élus du Conseil Départemental de la Haute-Garonne », sur Site du Conseil Départemental de la Haute-Garonne (consulté le )
  45. « Article La Dépêche »,
  46. http://www.toulouse-metropole.fr/missions/dechets-proprete
  47. « Documents | Cour des comptes », sur www.ccomptes.fr (consulté le )
  48. « Commune de L'Union (Haute-Garonne) | Cour des comptes », sur www.ccomptes.fr (consulté le )
  49. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  51. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  52. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  53. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  54. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  55. « Lycées de secteur de Haute-Garonne » (consulté le ).
  56. Site de la clinique
  57. « Médecin généraliste L Union (31) - Professionnels de santé », sur annuairesante.ameli.fr (consulté le )
  58. ASU
  59. « La fin de l'ASU, le plus grand Club omnisports de l'agglomération toulousaine » sur francebleu.fr
  60. « Le sport à L’Union : vers une nouvelle ère » sur le site de la mairie
  61. « L'Union. Visite de la nouvelle piscine », sur ladepeche.fr (consulté le )
  62. « L'Union. Un nouveau dojo à la pointe de la technologie », sur ladepeche.fr (consulté le )
  63. « Maison des Sports - Ville de L'Union », sur Ville de L'Union (consulté le ).
  64. « Magazines municipaux », sur Ville de L'Union (consulté le )
  65. « Entreprises à l'Union », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  66. a b et c « Dossier complet − Commune de l'Union (31561) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le )
  67. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  68. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  69. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de l'L'Union - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  70. Photos de l'olivier millénaire
  71. « L'Union. Le château et le parc de La Cornaudric bientôt publics ? », sur La Dépêche du Midi, (consulté le )
  72. « Guide des Associations », sur calameo.com (consulté le ).
  73. « MJC - Ville de L'Union », sur Ville de L'Union (consulté le ).
  74. Notice explicative apposée sur le socle de l'olivier millénaire