Castelmaurou

commune française du département de la Haute-Garonne

Castelmaurou
Castelmaurou
Mairie.
Blason de Castelmaurou
Blason
Castelmaurou
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux Bellevue
Maire
Mandat
Diane Esquerre
2020-2026
Code postal 31180
Code commune 31117
Démographie
Gentilé Castelmaurousiens, Castelmaurousiennes
Population
municipale
4 273 hab. (2017 en augmentation de 7,77 % par rapport à 2012)
Densité 255 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 40″ nord, 1° 31′ 56″ est
Altitude Min. 132 m
Max. 231 m
Superficie 16,77 km2
Élections
Départementales Canton de Pechbonnieu
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Castelmaurou
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Castelmaurou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castelmaurou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castelmaurou
Liens
Site web Site officiel

Castelmaurou (en occitan Castèlmauron) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Castelmaurousiens.

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain en banlieue nord-est de Toulouse (12 km). La flore et la faune sont typiques du Sud-Ouest avec ses nombreux platanes jonchant les axes principaux, destinés à rendre les longues marches au soleil plus agréables grâce à l'ombre procurée par ces dits arbres.

 
Logo de la ville de castelmaurou

Communes limitrophesModifier

Castelmaurou est limitrophe de huit autres communes.

 
Carte de la commune de Castelmaurou et de ses proches communes.

HydrographieModifier

La commune est traversée par le Girou, un affluent de la Garonne qui sert de limite nord avec la commune de Garidech.

Voies de communications et transportsModifier

La commune est traversée par la route nationale 88, axe Lyon-Toulouse. Accès par l'autoroute A68, sortie   3 Montastruc-la-Conseillère ou depuis le périphérique de Toulouse, sortie   14 Cx-Daurade.

La ligne 68 du réseau Tisséo relie le centre de la commune à la station Balma - Gramont du métro de Toulouse et la ligne 76 relie Lapeyrouse-Fossat à la station Argoulets en desservant l'ouest de la ville. La ligne 355 du réseau Arc-en-Ciel permet de relier la commune à la gare routière de Toulouse ou à la station Borderouge jusqu'à Villemur-sur-Tarn.

Halte SNCF la plus proche : gare de Gragnague sur le réseau TER Occitanie (ligne Toulouse - Brive-la-Gaillarde).

ToponymieModifier

Le nom de Castelmaurou signifierait « Château des Maures ». Son patrimoine est constitué du Château de Preissac ayant reçu François Ier au XVIe siècle. Maurou viendrait du latin maurus qui vient lui-même du grec ancien μαυρός signifiant « sombre, noir ».

HistoireModifier

Le cartulaire de Conques rédigé en 1106 pose, dans la mémoire collective, l'écrit le plus ancien concernant Castelmaurou, petit village haut-garonnais situé dans le nord-est toulousain.

Au-delà de la longévité du site, le document lève le voile sur deux énigmes qui ont traversé les siècles. La première fait référence au nom même de Castel Mauro ou Castri Mauronis (Castelmaurou est ainsi écrit dans le texte). Contrairement au réflexe populaire qui donnait la signification de Château des Maures, la traduction du latin en français conduit à « Château du Maure ». Cette même traduction répond à la deuxième énigme quant à l'origine de la patronne du village Sainte Foy. Le point commun étant ce fameux Maure appartenant assurément à l'élite de l'époque[réf. nécessaire] et reliant à travers des propriétés à Castel Mauro et Conques en Aveyron les deux communautés.

Ce village a eu également ses parts de drames avec la vente de ses terres par l'archevêque de Toulouse Étienne-Charles de Loménie de Brienne en 1785, l'expropriation de 52 propriétaires en 1864 afin que puisse passer la ligne de chemin de fer reliant Toulouse à Lexos.

Plus près de nous eut lieu l'exécution de 15 résistants dans le bois de la Reulle par des soldats de la triste division Das Reich, le . Les SS les ont contraints à creuser à mains nues leur tombe avant de les exécuter. Un seul rescapé a pu transmettre les faits. Aujourd'hui encore, 5 corps parmi les 15 victimes restent non identifiés et leurs sépultures sont au cimetière de Castelmaurou. À ce jour, 1 seul résistant reste encore inconnu. En effet, grâce au travail du Groupe de Recherche du bois de la Reulle Castelmaurou/Gragnague et à l'association Le Souvenir français de Castelmaurou présidé au moment des recherches par Louis Gibert, 4 des 5 inconnus ont pu être identifiés récemment : en 2012, un aviateur et résistant belge du nom de Charley de Hepcée (né le à Ixelles (Belgique) ; en 2013 Marcel Joyeux (officier d’active de l’armée de l’Air, dessinateur industriel, résistant de la Haute-Garonne des groupes Combat, AS, GFL, et des réseaux Morhange et Mithridate, de la Vienne et de la Haute-Vienne, un des cadres les plus en vue de la R4 (1942-1944)), né le à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ; en 2014, Pierre Carthelet (instituteur, dirigeant des Compagnons de France dans les Pyrénées-Orientales, membre de plusieurs réseaux et de l’ORA des Pyrénées-Orientales), né le à Taillette (Ardennes) ; enfin en 2017, Jean-Baptiste André Giorgetti (sous-lieutenant des Forces Françaises Libres, agent secret du BCRA de Londres, héros de la Résistance), né le à Venaco (Haute-Corse).

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : D'or au pal ondé de sable.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 habitants et 4 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de vingt sept[2],[3].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes des Coteaux-Bellevue et du canton de Pechbonnieu (avant le redécoupage départemental de 2014, Castelmaurou faisait partie de l'ex-canton de Toulouse-15).

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1969 1971 Raymond Pichou    
1971 1977 Roland Waysbort    
1977 2001 Lucien Paul Pouget SE  
2001 2008 Claude Giusti DVG  
2008 2020 Magali Mirtain Schardt DVD[4]  
2020 En cours Diane Esquerré LDVG[5]  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durableModifier

Le projet territorial de développement durable de la commune de Castelmaurou a été reconnu « Agenda 21 local France » par le ministère de l'Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement au titre de la Stratégie nationale de développement durable, dans le cadre de la sixième session de reconnaissance des « projets territoriaux de développement durable et agendas 21 locaux ». Cette reconnaissance, prononcée pour trois ans (à partir de 2012), souligne la qualité du projet porté et animé par le territoire, et veut encourager à poursuivre la démarche dans une dynamique d'amélioration continue[6].

Tous les ans, les habitants sont invités à participer à la journée écocitoyenne (débats, découverte et nettoyage du village...).

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2017, la commune comptait 4 273 habitants[Note 1], en augmentation de 7,77 % par rapport à 2012 (Haute-Garonne : +6,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
674810788843824822802804845
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
807807802777716737721713666
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
716705676629589625645693790
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8099181 4581 6112 8493 2613 3733 9274 238
2017 - - - - - - - -
4 273--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[11] 1975[11] 1982[11] 1990[11] 1999[11] 2006[12] 2009[13] 2013[14]
Rang de la commune dans le département 77 62 71 48 47 56 56 56
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

ÉconomieModifier

La commune de Castelmaurou s’étend sur 1 677 hectares. Son territoire est composé de 76 % de terres agricoles et naturelles préservées. C’est un territoire à dominante rurale avec la présence de nombreux bois et une activité agricole encore forte. De nombreuses PME sont présentes avec de multiples commerces de proximité. Une maison de retraite et deux cliniques répondent aux besoins du territoire.

Vie localeModifier

EnseignementModifier

Castelmaurou fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par la crèche et le groupe scolaire Marcel-Pagnol maternelle + élémentaire. ce dernier compte en 2015, plus de 400 élèves inscrits qui disposent d'un restaurant scolaire construit en 2010 et dont les repas sont reconnus de qualité, puisque la municipalité a fait le choix de préparer les repas sur place et d'inclure des repas bios réguliers. Le projet d'une nouvelle école maternelle est en cours de réalisation.

Service publicModifier

 
La Poste de Castelmaurou.

Castelmaurou possède un bureau de poste réalisé par l'architecte Claude Victor Lindor.

SantéModifier

La commune possède un centre communal d'action sociale, une clinique (Monvert convalescence), des médecins généralistes, ainsi qu'une pharmacie. La commune dispose aussi de vétérinaires et d'une clinique vétérinaire.

CultureModifier

Sont présents sur la commune : Un cinéma "Le Méliès", une salle des fêtes réalisée par l'architecte Claude Victor Lindor, elle est utilisée par les nombreuses associations de la commune, une médiathèque municipale l'AlphaB[15]. , réalisée l'architecte Joseph Almudever, et inaugurée en par le maire Magali Mirtain.

SportsModifier

Équipements sportifsModifier

Un gymnase omnisport, trois terrains de tennis, deux terrains de football, un dojo, Aire de Loisir jeunes (un skatepark, un city stade) et table de ping-pong.

La Ligue de Midi-Pyrénées de football (présidée par Lilian Buzzichelli) et un centre de pré-formation sont basés à Castelmaurou.

Footballeurs issus du centre de pré-formation de CastelmaurouModifier

Alaixys Romao, Guillaume Borne, Aurélien Mazel, Loïc Poujol, Pierrick Cros, Mathieu Peybernes, Pierre Espanol.

Associations sportivesModifier

Plusieurs associations sportives sont présentes sur la commune : Cyclo-club des Violettes, Volley-Ball, Basket club, Société Bouliste, Plaisir Danse, Chasse ACCA, Football club et Foot vétérans, Gymnastique volontaire, Judo/Yoga, Tai chi chuan, Tennis loisir et Tennis club, Handball les coteaux, Club d'aéromodélisme Castelmaurou, une entreprise Natura Game (paintball, accro-branche...), centre de pré-formation de football.

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des Coteaux Bellevue[16].

Les déchèteries les plus proches sont situées sur les communes de Garidech, L'Union ou Saint-Alban.

Lieux et monumentsModifier

 
L'Eglise Ste-Foy

L'église Sainte-Foy[17] fut construite en 1832[18]. Elle renferme une phalange d'un petit doigt de la petite martyre, dont les ossements sont dans l'abbaye aveyronnaise depuis l'an 866. Cette phalange a été coulée dans l'autel.

L'édifice religieux, toujours en bon état, a succédé à un premier, détruit lors de la Révolution française de 1789. Il se trouvait du côté des cimetières et du hameau du Fort. Cette église est une des figures de Castelmaurou qui n'hésite pas à le fixer sur des cartes postales pour en assurer sa promotion.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  3. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 10 septembre 2020).
  4. [1]
  5. [2]
  6. http://www.mairie-castelmaurou.fr/article-1146-Agenda-21. et htmlhttp://www.territoires-durables.fr/agenda21Detail.asp?pk_agenda21=67
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. l'AlphaB
  16. « Gestion des déchets - Communauté des communes des Coteaux-Bellevue », sur Communauté des communes des Coteaux-Bellevue (consulté le 10 septembre 2020).
  17. « Castelmaurou. L'église rouvre au public », sur ladepeche.fr (consulté le 19 novembre 2019)
  18. « Église Sainte-Foy de Castelmaurou - dépliant »