Le Buisson-de-Cadouin

commune française du département de la Dordogne
(Redirigé depuis Buisson-de-Cadouin)

Le Buisson-de-Cadouin
Le Buisson-de-Cadouin
La gare ferroviaire du Buisson.
Blason de Le Buisson-de-Cadouin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Intercommunalité Communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord
Maire
Mandat
Marie-Lise Marsat
2020-2026
Code postal 24480
Code commune 24068
Démographie
Gentilé Caduniens
Population
municipale
1 943 hab. (2018 en diminution de 6,27 % par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 46″ nord, 0° 54′ 37″ est
Altitude Min. 43 m
Max. 248 m
Superficie 50,37 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Lalinde
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Le Buisson-de-Cadouin
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Le Buisson-de-Cadouin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Buisson-de-Cadouin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Buisson-de-Cadouin
Liens
Site web lebuissondecadouin.fr

Le Buisson-de-Cadouin est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. De 1960 à 2015, la commune a été le chef-lieu d'un canton.

GéographieModifier

 
La Dordogne au pont de Vic, entre Le Buisson-de-Cadouin (à gauche) et Saint-Chamassy.

La commune du Buisson-de-Cadouin est bordée par la Dordogne.

Accès SNCF par la gare du Buisson et par la route départementale 710 (ancienne route nationale 710).

Le Buisson-de-Cadouin est un nœud ferroviaire, au croisement entre la ligne de Niversac à Agen et la ligne de Libourne au Buisson.

Communes limitrophesModifier

 
Carte du Buisson-de-Cadouin et des communes avoisinantes en 2015.

Le Buisson-de-Cadouin est limitrophe de onze autres communes.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Le Buisson-de-Cadouin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (59,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (58,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (58 %), zones agricoles hétérogènes (24,8 %), prairies (7,5 %), zones urbanisées (3,3 %), terres arables (2,6 %), eaux continentales[Note 2] (1,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,6 %), mines, décharges et chantiers (0,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Prévention des risquesModifier

À l'intérieur du département de la Dordogne, un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2008 pour la Dordogne centre concernant donc la zone basse du territoire du Buisson-de-Cadouin[7],[8].

ToponymieModifier

En occitan, la commune porte le nom de Lo Boisson de Cadonh[9].

HistoireModifier

En 1893, la commune de Cabans prend le nom de Le Buisson.

En 1960, les communes de Cussac et Le Buisson fusionnent sous le nom de Le Buisson-Cussac.

En 1974, les quatre communes de Cadouin, Le Buisson-Cussac, Paleyrac et Urval s'associent sous le nouveau nom de Le Buisson-de-Cadouin.

Urval est rétablie en 1989.

Cadouin et Paleyrac conservent le statut de communes associées et, à ce titre, élisent chacune un maire délégué qui siège obligatoirement au conseil municipal du Buisson-de-Cadouin.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Dès 1790, la commune de Cabans est rattachée au canton de Cadouin qui dépend du district de Belvès jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Bergerac. Cabans devient Le Buisson en 1893, puis Le Buisson-Cussac en 1960 et enfin Le Buisson-de-Cadouin en 1974[10]. À cette date, le canton change de nom, devenant le canton du Buisson-de-Cadouin.

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[11]. La commune est alors rattachée au canton de Lalinde, lui aussi dépendant de l'arrondissement de Bergerac.

IntercommunalitéModifier

Début 2002, Le Buisson-de-Cadouin intègre dès sa création la communauté de communes de Cadouin. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord.

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

La population de la commune étant comprise entre 1 500 et 2 499 habitants au recensement de 2017, dix-neuf conseillers municipaux ont été élus en 2020[12],[13].

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs de Cabans, puis du Buisson, puis du Buisson-Cussac, puis du Buisson-de-Cadouin
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1944 1945 Paul Borie[14] PCF  
         
? ? Fernand Fromentières SFIO puis PS Instituteur
Conseiller général du canton du Buisson-de-Cadouin (1960-1979)
         
avant 1981 1983 Albert Élie Castanet DVG  
1983 1995 Pierre Chaussade MRG puis SE Préfet honoraire, ancien président de la Lyonnaise des eaux
Conseiller général du canton du Buisson-de-Cadouin (1979-1995)
1995 janvier 2002
(décès)
Bernard Lucas[Note 3] DVD Vétérinaire
Conseiller général du canton du Buisson-de-Cadouin (1996-2002)
mars 2002 mars 2008 Françoise Wolters DVG (app. PS) Retraitée de l'Éducation nationale
Conseillère générale du canton du Buisson-de-Cadouin (2002-2011)
mars 2008 mars 2014 Mérico Chies SE[15] puis PS Retraité de La Poste
mars 2014[16] mai 2020 Jean-Marc Gouin SE puis DVD [17] Chef d'entreprise
Vice-président de la CC des Bastides Dordogne-Périgord (depuis 2014)
mai 2020[18] En cours Marie-Lise Marsat PS Conseillère départementale du canton de Lalinde (depuis 2015)

JuridictionsModifier

Dans le domaine judiciaire, Le Buisson-de-Cadouin relève[19] :

Politique environnementaleModifier

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune[20].

DémographieModifier

Avant la fusion des communes de 1974Modifier

La commune de Cabans change de nom et devient « Le Buisson » en 1893. Elle devient « Le-Buisson-Cussac » lors de la fusion entre Le Buisson et Cussac en 1960.

Évolution démographique de Cabans, puis Le Buisson, puis Le-Buisson-Cussac
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
9528979559011 1541 1431 1261 157
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
1 2491 2651 3141 2031 1621 1371 2091 258
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
1 2561 2191 3121 2751 2961 3741 4461 406
1936 1946 1954 1962 1968 - - -
1 3811 4281 3611 4761 529---
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[10].)

Après la fusion des communesModifier

Le , Le Buisson-Cussac devient « Le Buisson-de-Cadouin » lorsqu'elle s'associe à trois autres communes : Cadouin, Paleyrac et Urval, cette dernière reprenant son autonomie en 1989.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1975. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2018, la commune comptait 1 943 habitants[Note 4], en diminution de 6,27 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
2 1872 0612 0032 0752 1142 0941 9621 943
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

FamilleModifier

  • Étudiants : 4,05 %
  • Familles monoparentales : 10,39 %

ÉconomieModifier

EmploiModifier

En 2015[25], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 793 personnes, soit 39,7 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (141) a augmenté par rapport à 2010 (119) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 17,7 %.

ÉtablissementsModifier

Au , la commune compte 271 établissements[26], dont 169 au niveau des commerces, transports ou services, 37 dans la construction, 31 relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, 18 dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et 16 dans l'industrie[27].

EntreprisesModifier

Dans le secteur du BTP, parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, l'« Entreprise Guy » (travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment) située au Buisson-de-Cadouin se classe en 46e position en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, avec 2 552 k€[28].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine civilModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieuxModifier

  • L'abbaye de Cadouin — et son église abbatiale Notre-Dame-de-la-Nativité — ancienne abbaye cistercienne en partie classée (en 1840, 1898 et 1976) et en partie inscrite (en 1927 et 1984) au titre des monuments historiques[32].
  • L'église Saint-Barthélémy de Salles, inscrite en 1974 au titre des monuments historiques[33].
  • L'église Saint-Pierre-ès-Liens de Cabans, inscrite en 1970 au titre des monuments historiques[34].
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Paleyrac[35].
  • L'église Saint-Pierre-ès-Liens du Buisson a été construite dans un style néogothique par l’architecte bordelais Jean-Jacques Valleton (1841-1916). C’est le maître verrier Jean Besseyrias qui a réalisé le projet des vitraux, avec l’accord du curé Purrey de l’époque.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturelModifier

Partagée avec les communes de Bouillac et Saint-Avit-Rivière, la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II de la « forêt de la Bessède » s'étend sur plus de 7 500 hectares[36],[37], dont une partie importante concerne le territoire du Buisson-de-Cadouin.

Cette ZNIEFF héberge onze espèces d'oiseaux protégées sur le territoire national[36],[38] : le Busard cendré (Circus pygargus), le Busard Saint-Martin (Circus cyaneus), la Bondrée apivore (Pernis apivorus), la Buse variable (Buteo buteo), la Chouette effraie (Tyto alba), la Chouette hulotte (Strix aluco), l'Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus), le Faucon hobereau (Falco subbuteo), la Fauvette pitchou (Sylvia undata), la Linotte mélodieuse (Carduelis cannabina) et la Locustelle tachetée (Locustella naevia).

Au niveau de sa flore, deux espèces de plantes sont également protégées au niveau national : la Droséra à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) et la Laîche fausse (Carex pseudobrizoides), cette dernière étant considérée comme espèce déterminante[36].

Pèlerinage de CompostelleModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
Écartelé, au 1, d'azur à un aviron d'or posé en barre la pelle vers la pointe, soutenu par une rivière d'argent, au 2, d'argent au cognassier terrassé de sinople fruité d'or, accosté de deux fleurs de lys de même,au 3, d'azur à la croix d'argent cantonnée de quatre pals d'or, à la bordure cousue de gueules chargée de dix besants d'or, au 4, d'azur à un ours passant d'or sur une terrasse de gueules surmonté d'un croissant d'argent.
Détails
  Armes parlantes.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Décédé en fonctions.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  7. PPR inondation - 24DDT20070002 - Dordogne Centre, DREAL Aquitaine, consulté le 17 février 2019.
  8. [PDF] Le Buisson-de-Cadouin - Dordogne centre - Plan de prévention du risque inondation p. 4, DREAL Aquitaine, consulté le 17 février 2019.
  9. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 12 février 2014.
  10. a et b « Notice communale du Buisson-de-Cadouin », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 19 janvier 2013).
  11. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2015).
  12. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 29 août 2020.
  13. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 25 octobre 2020.
  14. notice BORIE Paul, Joseph, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 16 février 2009.
  15. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 12.
  16. Anne-Marie-Sopkowitz, « Un nouveau président à l'intercommunalité », Sud Ouest, édition Dordogne,‎ , p. 20.
  17. http://www.rassemblonsladordogne.fr/lecanton.php?id=8 « Copie archivée » (version du 23 juillet 2015 sur l'Internet Archive),
  18. « Marie-Lise Marsat succède à Jean-Marc Gouin », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 15.
  19. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 14 janvier 2021).
  20. Site des villes et villages fleuris, consulté le 16 décembre 2020.
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. Dossier complet - Commune du Buisson-de-Cadouin (24068) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 août 2018.
  26. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 24 août 2018).
  27. Dossier complet - Commune du Buisson-de-Cadouin (24068) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 24 août 2018.
  28. « BTP », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 37.
  29. « Halle de Cadouin », notice no PA00082421, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 12 décembre 2020.
  30. « Manoir de la Bourgonie », notice no PA00082422, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 12 décembre 2020.
  31. « Grotte ornée souterraine de Cussac », notice no PA24000033, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 12 décembre 2020.
  32. « Ancienne abbaye de Cadouin », notice no PA00082415, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 12 décembre 2020.
  33. « Église Saint-Barthélémy de Salles », notice no PA00082418, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le * L'église Saint-Pierre-ès-Liens du Buisson a été construite dans un style néogothique par l’architecte bordelais Jean-Jacques Valleton (1841-1916). C’est le maître verrier Jean Besseyrias qui a réalisé le projet des vitraux, avec l’accord du curé Purrey de l’époque.
  34. « Église de Cabans », notice no PA00082417, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 12 décembre 2020.
  35. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 167.
  36. a b et c [PDF] Forêt de la Bessède, INPN, p. 2 et 18, consulté le 16 septembre 2020.
  37. Carte de localisation de la ZNIEFF 720000930, INPN, consulté le 16 septembre 2020. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux limites communales, cliquer à droite sur « Fonds de cartes », déplacer le curseur « Fond Cartographique » complètement sur la droite et barrer le curseur « Orthophotos ».
  38. Arrêté du fixant la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection, consulté le 16 septembre 2020.
  39. André Boissière sur memoiredeshommes - base des fusillés du Mont Valérien