Ouvrir le menu principal

FK Spartak Moscou

club russe de football
Attention cet article possède des homonymes multiples. Pour consulter les autres clubs sportifs du même nom, voir Spartak Moscou.
Spartak Moscou
Logo du Spartak Moscou
Généralités
Nom complet Футбольный клуб «Спартак-Москва»
(Futbolny klub «Spartak-Moscou»)
Surnoms Krasno-belyé (les Rouge et blancs)
Miasso (la Viande)
Narodnaïa komanda (l'Équipe du peuple)
Gladiatory (les Gladiateurs)
Spartatchi
Noms précédents MKS (1922)
Krasnaïa Presnia (1923-1925)
Pichtchevik (1926-1930)
Promkooperatsia (1931-1934)
Fondation (97 ans)
Statut professionnel depuis
Couleurs Rouge et blanc
Stade Otkrytie Arena
(45 360 places)
Siège ul. Spartakovskaïa 7
107066, Moscou
Championnat actuel Première Ligue russe
Président Drapeau : Russie Léonid Fedoun
Entraîneur Drapeau : Allemagne Domenico Tedesco
Joueur le plus capé Drapeau : Russie Fiodor Tcherenkov (514)
Meilleur buteur Drapeau : URSS Nikita Simonian (162)
Site web spartak.com
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de Russie (10)
Coupe de Russie (3)
Supercoupe de Russie (1)
Championnat d'URSS (12)
Coupe d'URSS (10)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de Russie de football 2019-2020
0

Le Spartak Moscou (en russe : «Спартак-Москва») est un club de football russe basé à Moscou, section du club omnisports du Spartak Moscou.

Faisant partie des grandes équipes de l'ancien championnat soviétique, il en est le deuxième plus titré avec douze championnats remportés, à une unité du Dynamo Kiev, et remporte également dix coupes nationales, compétition où il est cette fois le plus titré. Cette domination se poursuit par la suite au cours des années 1990 après la chute de l'Union soviétique et la mise en place du championnat russe, dont le Spartak remporte neuf des dix premières éditions. Il connaît par la suite une période de creux qui s'achève avec un dixième titre de champion à l'issue de la saison 2016-2017.

Le Spartak fait partie des équipes les plus populaires de Russie, et a souvent arboré l'image « d'équipe du peuple »[1]. Ses couleurs principales sont le rouge et le blanc et il évolue depuis 2014 à l'Otkrytie Arena.

Le club est présidé par le milliardaire russe Léonid Fedoun depuis son rachat par celui-ci en 2003. L'entraîneur principal est Domenico Tedesco, en poste depuis octobre 2019.

Histoire du clubModifier

Les ancêtres du SpartakModifier

 
Photo d'équipe du MKS en 1922.

Les origines du Spartak Moscou peuvent être retracées jusqu'au 16 mai 1883, date de fondation de la « Société russe de gymnastique » (en russe : Русское гимнастическое общество, abrégé RGO). La pratique du football n'y est cependant mentionné qu'à partir de juillet 1897, tandis que le club évolue déjà sous les couleurs rouges et blanches avec un faucon en guise d'emblème, emprunté au mouvement tchèque Sokol, dont il reprend même le nom à partir de 1907[2]. Il prend part par la suite au championnat de la ville de Moscou.

À l'issue des évènements de la Révolution d'octobre de 1917 et la fin de la guerre civile russe au début des années 1920, le mouvement Sokol et ses composantes sont progressivement interdits par les autorités de la nouvelle Union soviétique. Pour éviter la disparition, le club du Sokol choisit d'être dissout au cours du printemps 1922 pour donner naissance au « Cercle sportif de Moscou » (en russe : Московский кружок спорта, abrégé MKS) sous l'impulsion d'Ivan Artemiev, tandis que Nikolaï Starostine devient directeur de la section footballistique. Cette nouvelle équipe dispute sa première rencontre le 18 avril 1922, qui est plus tard retenue comme date de fondation effective de l'actuel Spartak Moscou[2]. Cette période la voit également intégrer son premier stade, construit grâce à l'argent obtenu par l'organisation de matchs à l'extérieurs et la vente de billets à travers la Russie[3]

Le club change de nouveau de nom dès l'année suivante du fait d'une demande des autorités d'identifier les clubs par une caractéristique géographique locale, prenant cette fois le nom Krasnaïa Presnia en raison de sa localisation dans le quartier de Krasnopresnenski, à Presnenski. À partir de 1926, les autorités décident cette fois d'obliger les clubs à s'associer à des usines locales et d'adopter une appellation en rapport avec le type de production de l'usine représentée. Sous l'influence de Starostine, l'équipe est ainsi sponsorisée par Nikolaï Pachintsev, président du comité central du syndicat des travailleurs agricoles, et est renommée Pichtcheviki[2], tandis qu'elle intègre le stade Tomski. d'une capacité de 13 000 places. Elle connaît par la suite plusieurs sponsors différents, passant sous le joug du syndicat des manufacturiers en 1931, qui le renomme alors Promkooperatsia (en russe : Промкооперация).

1935-1940 : Fondation de la société Spartak et débuts en championnatModifier

 
Photo d'équipe du Spartak Moscou en 1939.

Bénéficiant de son statut de capitaine de la sélection soviétique au début des années 1930, Nikolaï Starostine parvient à se rapprocher d'Aleksandr Kossarev, président du comité central du Komsomol, organisme de la jeunesse soviétique, qui cherche alors à accroître son influence dans le domaine sportif. Il engage alors au mois de novembre 1934 Nikolaï Starostine et ses frères afin de planifier le développement futur de l'équipe, le Komsomol fournissant le soutien politique et la Promkooperatsia le soutien financier. Après plusieurs réunions avec des collaborateurs, ils décident alors de renommer une nouvelle fois le club, qui adopte cette fois l'appellation « Spartak » (en russe : Спартак), en référence à Spartacus, leader d'une révolte d'esclaves à l'époque de la République romaine et dont l'image est alors très populaire au sein des mouvements communistes, et dont le nom est notamment repris dans le cadre des Spartakiades[3].

Cette nouvelle appellation, ainsi que le logo dessiné par Starostine lui-même, est adoptée officiellement le 19 avril 1935 avec la création de la société sportive Spartak. Du fait de son identification nette avec un héro révolutionnaire, contrairement à la plupart des autres grandes sociétés sportives de l'époque telles que le Dinamo Moscou ou le CDKA Moscou soutenus respectivement par le NKVD et l'Armée rouge, ainsi que sa proximité avec les milieux syndicaux, le Spartak devient très rapidement populaire au sein des classes populaires et, sans devenir une équipe « dissidente », est souvent vu comme un moyen d'afficher son opposition au contrôle de la police politique représentée par le Dinamo[3].

Faisant partie des fondateurs de la nouvelle première division soviétique au printemps 1936, le club termine troisième de la saison printanière remportée par le Dinamo Moscou avant de remporter la saison automnale devant cette même équipe. Les saisons d'avant-guerre sont de manière générale marquée par une forte rivalité entre les deux équipes, avec trois titres de champion chacun, tandis que le Spartak remporte deux coupes nationales contre une pour le Dinamo entre 1936 et 1940. Hors des terrains, cette rivalité prend une nouvelle dimension sous l'influence de Lavrenti Beria, directeur du NKVD à partir de 1938 et grand soutien des équipes associées à la société Dinamo, qui met en place plusieurs actions pour limiter les succès et la popularité du Spartak, allant de matchs rejoués à plusieurs tentatives d'arrestation des frères Starostine qui finissent par aboutir en 1942 à une sentence de dix années en camp de travail[3], tandis que le championnat est arrêté à partir de 1941 en raison de la Seconde Guerre mondiale.

1945-1991 : Une domination nationale inconstanteModifier

L'après-guerre et l'emprisonnement puis l'exil des frères Starostine s'accompagne d'une période de creux en championnat, le Spartak ne parvenant à faire mieux que deux places de troisième en 1948 et 1949. Il maintient cependant un certain niveau de performance dans la Coupe, qu'il remporte trois fois en 1946, 1947 et 1950. Cette mauvaise passe s'achève lors de la saison 1952 où l'équipe portée notamment par Nikita Simonian, Anatoli Iline et Igor Netto, Aleksei Paramonov, Nikolaï Parchine ou encore Iouri Sedov parvient à remporter son quatrième titre de champion national. Cette victoire marque le début d'un nouvel âge d'or qui voit le Spartak remporter le championnat à trois autres reprises entre 1953 et 1958 ainsi qu'une coupe nationale en 1958, tandis que Nikolaï Starostine fait son retour à la présidence de la société sportive en 1955. Une grande partie de cette équipe fait par ailleurs partie de la sélection soviétique qui remporte les Jeux olympiques d'été en 1956 tandis que Netto est le capitaine de l'équipe championne d'Europe quatre ans plus tard en compagnie d'Anatoli Maslyonkin et Anatoly Krutikov.

 
Le passage de Konstantin Beskov au poste d'entraîneur entre 1977 et 1988 voit un retour du club au premier plan.

Bien que remportant deux nouveaux titres en 1962 et 1969 ainsi que trois coupes en 1963, 1965 et 1971, le Spartak finit par rentrer dans le rangs au cours des années 1960 et 1970, n'atteignant le podium que de manière irrégulière. Cette période le voit tout de même découvrir les compétitions européennes, avec une première participation à la Coupe des coupes en 1966, dont il atteint les quarts de finale en 1973, ainsi qu'à la Coupe des clubs champions en 1970 et à la Coupe UEFA en 1974. Les résultats en championnats continuent pendant ce temps de décliner, débouchant à la relégation du club à l'issue de l'automne 1976 avec une quinzième place devant le Dinamo Minsk et à un point du maintien.

Engageant Konstantin Beskov au poste d'entraîneur en janvier 1977, celui-ci amène le Spartak à la victoire en championnat de deuxième division à l'issue de cette même année avant de remonter rapidement au classement pour finalement remporter le championnat de première division dès l'année 1979, sous l'impulsion de joueurs notables tels que Gueorgui Iartsev, Youri Gavrilov, Fiodor Tcherenkov ou encore Rinat Dasaev. Les années suivantes voient l'équipe redevenir un habitué du podium, qu'il occupe perpétuellement entre 1979 et 1987, bien que ne remportant à nouveau le championnat que lors de cette dernière année. L'année 1982 est par ailleurs marquée par le drame de Loujniki, où un mouvement de foule au cours du match entre le Spartak et l'HFC Haarlem au stade Loujniki débouche sur la mort de soixante-six personnes le 20 octobre[4].

Après une quatrième position en 1988, Beskov quitte finalement le club après presque douze années de service et est remplacé par Oleg Romantsev, qui amène l'équipe à la victoire dès l'année suivante, marquant le douzième et dernier titre de championnat du Spartak, à une unité du Dynamo Kiev et avec un titre d'avance sur le Dynamo Moscou. Vainqueur de la dernière édition de la Coupe d'Union soviétique en 1992, il décroche ainsi son dixième titre dans la compétition avec une unité d'avance sur le Dynamo Kiev, affichant également un record de quinze finales disputées, qu'il partage avec le Torpedo Moscou. Alors que le championnat soviétique connaît ses dernières heures en 1991, le Spartak effectue une campagne remarquée en Coupe des clubs champions, où il défait successivement le Sparta Prague, le SSC Naples et le Real Madrid avant de chuter finalement au stade des demi-finales face à l'équipe française de l'Olympique de Marseille le 24 avril 1991, ce qui constitue tout de même sa meilleure performance européenne en date.

1992- : Âge d'or dans le championnat russe et retour au second planModifier

La chute de l'Union soviétique à la fin de l'année 1991 et l'organisation du nouveau championnat russe a notamment pour conséquence la fin de la rivalité nationale avec le Dynamo Kiev, qui est à présent rattaché au championnat ukrainien. Cela combiné au déclin des autres principales équipes de l'ancien championnat soviétique ainsi qu'à la montée en puissance d'une nouvelle génération dorée ayant pour principales figures Igor Lediakhov, Viktor Onopko, Andreï Tikhonov, Egor Titov, Ilya Tsymbalar, Dmitri Alenitchev et Aleksandr Filimonov tout au long des années 1990, voit ainsi le Spartak devenir très rapidement l'équipe dominante du football russe post-soviétique qui le voit rafler pas moins de neuf titres au cours de ses dix premières saisons entre 1992 et 2001, le seul titre lui échappant étant celui de 1995 remporté par le Spartak-Alania Vladikavkaz. Dans le même temps le club remporte la Coupe de Russie en 1994 et 1998, et atteint les demi-finales de la Coupe des coupes en 1993 puis de la Coupe UEFA en 1998.

Cette période domination s'achève finalement au début des années 2000, qui voit le club terminer troisième en 2002 puis dixième l'année suivante, cette dernière années voyant le départ définitif de l'entraîneur Oleg Romantsev présent de façon quasi-continue depuis 1989 au mois de mai 2003, et ce malgré une troisième victoire en coupe nationale. Repris en 2004 par l'homme d'affaires Léonid Fedoun, le Spartak fait son retour sur le podium dès 2005 avec une deuxième position, un classement qu'il répète à quatre autres reprises en 2006, 2007, 2009 et 2012, sans réussir à reprendre le titre de champion. Après une nouvelle période creux entre 2012 et 2016, l'arrivée de l'entraîneur italien Massimo Carrera au mois d'août 2016 qui reprend un effectif composé notamment de Quincy Promes, Fernando, Zé Luís, Lorenzo Melgarejo, Denis Glouchakov, Roman Zobnine et Ilia Koutepov, voit l'équipe connaître une saison 2016-2017 exceptionnelle qui la voit finalement remporter le championnat pour la dixième fois de l'histoire du club et pour la première fois depuis 2001.

Après une troisième place la saison suivante ainsi qu'une élimination précoce de la Ligue des champions à l'été 2018, Carrera est finalement renvoyé en octobre de la même année et remplacé par Oleg Kononov qui amène le club à la cinquième place. Ce dernier quitte lui aussi son poste dès la fin du mois de septembre 2019 après un mauvais début de championnat qui voit le Spartak pointer en neuvième position après onze journées[5], il est remplacé par la suite par l'Allemand Domenico Tedesco[6].

Historique des logosModifier

Bilan sportifModifier

PalmarèsModifier

Palmarès du Spartak Moscou
Compétitions nationales Compétitions soviétiques Compétitions internationales
  • Coupe de la CEI (6) :
    • Vainqueur : 1993, 1994, 1995, 1999, 2000 et 2001.
    • Finaliste : 1997, 1998 et 2002.

Classements en championnatModifier

La frise ci-dessous résume les classements successifs du club en championnat d'Union soviétique de 1936 à 1991.

Championnat d'URSS de footballChampionnat d'URSS de football 
Championnat d'URSS de football 
Championnat d'URSS de footballChampionnat d'URSS de football D2Championnat d'URSS de football 

La frise ci-dessous résume les classements successifs du club en championnat de Russie depuis 1992.

Championnat de Russie de football 
Championnat de Russie de football 

Bilan généralModifier

Bilan général du Spartak Moscou au 26 mai 2019[7],[8]
Compétition M V N D BP BC Diff.
URSS Championnat d'Union soviétique 1 467 729 389 349 2 505 1 481 +1 024
Championnat d'Union soviétique de D2 38 22 10 6 83 42 +41
Coupe d'Union soviétique 211 136 33 42 402 180 +222
Coupe de la fédération 27 15 8 4 50 28 +22
Total URSS 1 743 902 440 401 3 040 1 731 +1 309
Russie Championnat de Russie 833 458 200 175 1 511 879 +632
Coupe de Russie 87 54 13 20 156 78 +78
Supercoupe de Russie 4 1 0 3 7 11 -4
Coupe de la Ligue 4 1 1 2 8 7 +1
Total Russie 928 514 214 200 1 682 975 +707
International Ligue des champions 122 40 31 51 179 189 -16
Coupe des coupes 18 10 4 4 31 17 +14
Ligue Europa 120 60 24 36 188 150 +38
Coupe Intertoto 6 3 1 2 9 5 +4
Coupe de la CEI 50 44 2 4 204 35 +169
Total International 316 157 62 97 605 458 +147
Total 2 987 1 573 716 698 5 327 3 164 +2 163

Joueurs et personnalités du clubModifier

PrésidentsModifier

Le tableau suivant présente la liste des présidents du club depuis 1989.

Nom Période
  Iouri Chliapine 1989-1993
  Oleg Romantsev 1993-2002
  Andreï Tchervitchenko 2003-2004
  Léonid Fedoun 2005-2015
  Sergueï Rodionov 2015-

EntraîneursModifier

La liste suivante présente les différents entraîneurs du club depuis 1936 :

Joueurs emblématiquesModifier

Distinctions individuellesModifier

 
Avec 514 matchs disputés entre 1977 et 1994, Fiodor Tcherenkov est le joueur le plus capé de l'histoire du Spartak.
 
Auteur de 162 buts entre 1949 et 1959, Nikita Simonian est le meilleur buteur de l'histoire du club.

La liste suivante présente les joueurs ayant obtenus des distinctions individuelles notables au cours de leur passage au club.

Nom Période au club Performances
  Leonid Roumiantsev 1935-1940 Meilleur buteur du championnat soviétique en 1937.
  Gueorgui Glazkov 1935-1947 Meilleur buteur du championnat soviétique en automne 1936.
  Nikita Simonian 1949-1959 Meilleur buteur de l'histoire du club (162 buts).
Meilleur buteur du championnat soviétique en 1949, 1950 et 1953.
  Anatoli Iline 1949-1962 Meilleur buteur du championnat soviétique en 1954 et 1958.
  Evgeny Lovchev 1969-1978 Footballeur soviétique de l'année en 1972.
  Aleksandr Prokhorov 1972-1975
1976-1978
Gardien soviétique de l'année en 1974 et 1975.
  Gueorgui Iartsev 1977-1980 Meilleur buteur du championnat soviétique en 1978.
  Youri Gavrilov 1977-1985 Meilleur buteur du championnat soviétique en 1983.
  Sergueï Rodionov 1979-1990
1993-1995
Meilleur buteur du championnat soviétique en 1989.
  Fiodor Tcherenkov 1977-1990
1991-1994
Joueur le plus capé de l'histoire du club (514 matchs).
Footballeur soviétique de l'année en 1983 et 1989.
  Rinat Dasaev 1978-1988 Membre du FIFA 100.
Footballeur soviétique de l'année en 1982.
Gardien de but de l'année en 1988.
Gardien européen de l'année en 1983 et 1988.
Gardien soviétique de l'année à six reprises entre 1980 et 1988.
  Valeri Shmarov 1987-1991
1995-1996
Meilleur buteur du championnat soviétique en 1990.
  Stanislav Tchertchessov 1984-1987
1989-1993
1995
2002
Gardien soviétique de l'année à six reprises entre 1989 et 1990.
Gardien russe l'année en 1992
  Igor Lediakhov 1992-1994 Footballeur de l'année en Russie en 1992 (Sport-Express).
  Viktor Onopko 1992-1995 Footballeur de l'année en Russie en 1992 (Futbol (en)) et 1993.
  Andreï Tikhonov 1992-2000
2011
Footballeur de l'année en Russie en 1996.
  Egor Titov 1992-2008 Footballeur de l'année en Russie en 1998.
  Ilya Tsymbalar 1993-1999 Footballeur de l'année en Russie en 1995.
  Dmitri Alenitchev 1994-1998
2004-2006
Footballeur de l'année en Russie en 1997.
  Aleksandr Filimonov 1996-2001 Gardien de but russe de l'année en 1998.
  Roman Pavlioutchenko 2003-2008 Meilleur buteur du championnat russe en 2006 et 2007.
  Welliton 2007-2014 Meilleur buteur du championnat russe en 2009 et 2010.
  Artiom Rebrov 2011- Gardien de but russe de l'année en 2015.
  Yura Movsisyan 2013-2016 Meilleur buteur du championnat russe en 2013.
  Quincy Promes 2014-2018 Footballeur de l'année en Russie en 2017.
Meilleur buteur du championnat russe en 2018.

Autres joueurs emblématiquesModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.

RéférencesModifier

  1. (ru) « ВЦИОМ: "Спартак" подтвердил реноме "народной команды" », sur newsru.com,‎ (consulté le 15 mai 2019)
  2. a b et c (ru) « Сегодня – 95, завтра – 82, в мае - 133… Сколько «Спартаку» лет на самом деле? », sur sovsport.ru,‎ (consulté le 30 juillet 2019)
  3. a b c et d (en) « A Small Way of Saying “No”: Moscow Working Men, Spartak Soccer, and the Communist Party, 1900–1945 », sur historycooperative.org (consulté le 30 juillet 2019)
  4. (ru) « Трагедия в Лужниках. Факты и вымысел », sur october20.ru,‎ (consulté le 30 juillet 2019)
  5. (ru) « Окончен бой. Кононов покинул "Спартак" после четырех поражений подряд в РПЛ », sur tass.ru,‎ (consulté le 30 septembre 2019)
  6. (ru) « Доменико Тедеско назначен на пост главного тренера ФК "Спартак" », sur tass.ru,‎ (consulté le 14 octobre 2019)
  7. (ru) « Statistiques de la période soviétique », sur wildstat.ru (consulté le 19 avril 2019)
  8. (ru) « Statistiques de la période russe », sur wildstat.ru (consulté le 19 avril 2019)

Liens externesModifier