Coupe du monde de football 1962

7ème édition de la Coupe du monde de football
Coupe du monde de football 1962
Description de l'image FIFA World Cup 1962 logo.png.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FIFA
Édition 7e
Lieu(x) Drapeau du Chili Chili
Date du
au
Participants 16
Épreuves 32 rencontres
Affluence 899 074
(moyenne 28 096)
Site web officiel FIFA

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Brésil Brésil (1)
Vainqueur Drapeau : Brésil Brésil (2)
Finaliste Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Troisième Drapeau : Chili Chili
Buts 89 (moyenne 2,8)
Meilleur joueur Drapeau : États-Unis du Brésil Garrincha
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : États-Unis du Brésil Garrincha
Drapeau : États-Unis du Brésil Vavá
Drapeau : Chili Leonel Sánchez
Drapeau : République populaire de Hongrie Flórián Albert
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Drazen Jerković
Drapeau : URSS Valentin Ivanov (4)

Navigation

La Coupe du monde de football 1962 est la septième édition de la Coupe du monde de football. Elle se tient au Chili du 30 mai au et a vu le sacre du Brésil pour la deuxième fois. Cette édition est marquée par un jeu plus défensif et surtout plus physique.

Tour préliminaireModifier

Lors du tirage au sort effectué à Santiago le , quatre équipes sont désignées têtes de série : le Brésil (champion du monde en titre), l'Italie, l'Angleterre et l'Uruguay. Chaque poule est donc composée de quatre équipes dont une tête de série. La poule la plus relevée est sans conteste celle où figurent l'Italie, la RFA, le Chili (pays organisateur) et la Suisse.

Équipes qualifiéesModifier

Europe

Amérique du Nord, centrale et caraïbes

Amérique du Sud

StadesModifier

Sites de la Coupe du monde 1962

Premier tourModifier

Groupe IModifier

Les deux équipes européennes éliminent les équipes sud-américaines. L'URSS termine le groupe en tête invaincue et concède un spectaculaire match nul sur le score de 4 buts partout contre les néophytes colombiens.

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Moy.
1   Union soviétique 5 3 2 1 0 8 5 1.60
2   Yougoslavie 4 3 2 0 1 8 3 2.67
3   Uruguay 2 3 1 0 2 4 6 0.67
4   Colombie 1 3 0 1 2 5 11 0.45
30 mai Uruguay   2 1   Colombie
31 mai Union soviétique   2 0   Yougoslavie
2 juin Yougoslavie   3 1   Uruguay
3 juin Union soviétique   4 4   Colombie
6 juin Union soviétique   2 1   Uruguay
7 juin Yougoslavie   5 0   Colombie
Uruguay   2 - 1   Colombie Estadio Carlos Dittborn, Arica
15:00
  Historique des rencontres
Sasía   56e
Cubilla   75e
Zuluaga   19e (pén.) Spectateurs : 7 908
Arbitrage : Andor Dorogi  
Rapport

Union soviétique   2 - 0   Yougoslavie Estadio Carlos Dittborn, Arica
15:00
  Historique des rencontres
Ivanov   51e
Ponedelnik   83e
Spectateurs : 15 000
Arbitrage : Albert Dusch  
Rapport

Yougoslavie   3 - 1   Uruguay Estadio Carlos Dittborn, Arica
15:00
  Historique des rencontres
Skoblar   25e (pén.)
Galić   29e
Jerković   49e
Cabrera   19e Spectateurs : 8 829
Arbitrage : Karol Galba  
Rapport

Union soviétique   4 - 4   Colombie Estadio Carlos Dittborn, Arica
15:00
  Historique des rencontres
Ivanov   8e,   11e
Tchislenko   10e
Ponedelnik   56e
Aceros   21e
Coll   68e
Rada   72e
Klinger   86e
Spectateurs : 8 040
Arbitrage : João Etzel Filho  
Rapport

Union soviétique   2 - 1   Uruguay Estadio Carlos Dittborn, Arica
15:00
  Historique des rencontres
Mamykin   38e
Ivanov   89e
Sasía   54e Spectateurs : 9 973
Arbitrage : Cesare Jonni  
Rapport

Yougoslavie   5 - 0   Colombie Estadio Carlos Dittborn, Arica
15:00
  Historique des rencontres
Galić   20e,   61e
Jerković   25e,   87e
Melić   82e
Spectateurs : 7 167
Arbitrage : Carlos Robles  
Rapport

Groupe IIModifier

Le pays organisateur, qui en est à sa troisième phase finale de Coupe du monde, fait honneur à son rang d'hôte en se qualifiant pour les quarts de finale, grâce à deux victoires dont l'une sur l'Italie, obtenue à l'issue d'un match très violent connu comme la « Bataille de Santiago ». La Suisse perd tous ses matchs, tandis que la RFA termine en tête et invaincue (2 victoires pour un nul).

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Moy.
1   Allemagne de l’Ouest 5 3 2 1 0 4 1 4.00
2   Chili 4 3 2 0 1 5 3 1.67
3   Italie 3 3 1 1 1 3 2 1.50
4   Suisse 0 3 0 0 3 2 8 0.25
30 mai Chili   3 1   Suisse
31 mai Italie   0 0   Allemagne de l’Ouest
2 juin Chili   2 0   Italie
3 juin Allemagne de l’Ouest   2 1   Suisse
7 juin Allemagne de l’Ouest   2 0   Chili
8 juin Italie   3 0   Suisse
Chili   3 - 1   Suisse Estadio Nacional, Santiago
15:00
  Historique des rencontres
Sánchez   44e,   55e
Ramírez   52e
Wüthrich   8e Spectateurs : 65 006
Arbitrage : Ken Aston  
Rapport

Allemagne de l’Ouest   0 - 0   Italie Estadio Nacional, Santiago
15:00
  Historique des rencontres
Spectateurs : 65 440
Arbitrage : Bob Davidson  
Rapport

Chili   2 - 0   Italie Estadio Nacional, Santiago
15:00
  Historique des rencontres
Ramírez   73e
Toro   87e
Spectateurs : 66 057
Arbitrage : Ken Aston  
Rapport

Allemagne de l’Ouest   2 - 1   Suisse Estadio Nacional, Santiago
15:00
  Historique des rencontres
Brülls   45+1e
Seeler   61e
Schneiter   73e Spectateurs : 64 922
Arbitrage : Leo Horn  
Rapport

Allemagne de l’Ouest   2 - 0   Chili Estadio Nacional, Santiago
15:00
  Historique des rencontres
Szymaniak   21e (pén.)
Seeler   82e
Spectateurs : 67 224
Arbitrage : Bob Davidson  
Rapport

Italie   3 - 0   Suisse Estadio Nacional, Santiago
15:00
  Historique des rencontres
Mora   3e
Bulgarelli   65e,   68e
Spectateurs : 59 828
Arbitrage : Nikolaï Latychev  
Rapport

Groupe IIIModifier

Le champion sortant brésilien est dans le même groupe que son futur adversaire en finale, la Tchécoslovaquie de Josef Masopust, contre laquelle il est contraint au partage des points sur un score nul et vierge. Pour sa quatrième participation d'affilée, le Mexique passe encore à la trappe au premier tour. Avec 2 points comme le Mexique, l'Espagne de Ferenc Puskas et Alfredo Di Stéfano est également éliminée.

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Moy.
1   Brésil 5 3 2 1 0 4 1 4.00
2   Tchécoslovaquie 3 3 1 1 1 2 3 0.67
3   Mexique 2 3 1 0 2 3 4 0.75
4   Espagne 2 3 1 0 2 2 3 0.67
30 mai Brésil   2 0   Mexique
31 mai Tchécoslovaquie   1 0   Espagne
2 juin Brésil   0 0   Tchécoslovaquie
3 juin Espagne   1 0   Mexique
7 juin Brésil   2 1   Espagne
8 juin Mexique   3 1   Tchécoslovaquie
Brésil   2 - 0   Mexique Estadio Sausalito, Viña del Mar
15:00
  Historique des rencontres
Zagallo   56e
Pelé   73e
Spectateurs : 10 484
Arbitrage : Gottfried Dienst  
Rapport

Tchécoslovaquie   1 - 0   Espagne Estadio Sausalito, Viña del Mar
15:00
  Historique des rencontres
Štibrányi   80e Spectateurs : 12 700
Arbitrage : Carl Erich Steiner  
Rapport

Brésil   0 - 0   Tchécoslovaquie Estadio Sausalito, Viña del Mar
15:00
  Historique des rencontres
Spectateurs : 14 903
Arbitrage : Pierre Schwinte  
Rapport

Espagne   1 - 0   Mexique Estadio Sausalito, Viña del Mar
15:00
  Historique des rencontres
Peiró   90e Spectateurs : 11 875
Arbitrage : Branko Tesanić  
Rapport

Brésil   2 - 1   Espagne Estadio Sausalito, Viña del Mar
15:00
  Historique des rencontres
Amarildo   72e,   86e Adelardo   35e Spectateurs : 18 715
Arbitrage : Sergio Bustamante  
Rapport

Mexique   3 - 1   Tchécoslovaquie Estadio Sausalito, Viña del Mar
15:00
  Historique des rencontres
Díaz   12e
del Aguila   29e
Hernández   90e (pen)
Mašek   1re Spectateurs : 10 648
Arbitrage : Gottfried Dienst  
Rapport

Groupe IVModifier

Pour sa première participation, l'équipe de Bulgarie, ne marque qu'un seul but et un seul point et se classe dernière d'un groupe remporté par la Hongrie (2 victoires et 1 nul) devant l'Angleterre (une victoire, une défaite et un nul) deuxième qualifiée.

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Moy.
1   Hongrie 5 3 2 1 0 8 2 4.00
2   Angleterre 3 3 1 1 1 4 3 1.33
3   Argentine 3 3 1 1 1 2 3 0.67
4   Bulgarie 1 3 0 1 2 1 7 0.14
30 mai Argentine   1 0   Bulgarie
31 mai Hongrie   2 1   Angleterre
2 juin Angleterre   3 1   Argentine
3 juin Hongrie   6 1   Bulgarie
6 juin Argentine   0 0   Hongrie
7 juin Angleterre   0 0   Bulgarie

L'Angleterre se qualifie pour les quarts de finale grâce à une meilleure moyenne de buts que l'Argentine.

Argentine   1 - 0   Bulgarie Estadio Braden Cooper Co., Rancagua
15:00
  Historique des rencontres
Facundo   4e Spectateurs : 7 134
Arbitrage : Juan Gardeazábal Garay  
Rapport

Hongrie   2 - 1   Angleterre Estadio Braden Cooper Co., Rancagua
15:00
  Historique des rencontres
Tichy   17e
Albert   61e
Flowers   60e (pén.) Spectateurs : 7 938
Arbitrage : Leo Horn  
Rapport

Angleterre   3 - 1   Argentine Estadio Braden Cooper Co., Rancagua
15:00
  Historique des rencontres
Flowers   17e (pen)
Charlton   42e
Greaves   67e
Sanfilippo   81e Spectateurs : 9 794
Arbitrage : M. Reginato  
Rapport

Hongrie   6 - 1   Bulgarie Estadio Braden Cooper Co., Rancagua
15:00
  Historique des rencontres
Albert   1re,   6e,   53e
Tichy   8e   70e
Solymosi   12e
Sokolov   64e[1] Spectateurs : 7 442
Arbitrage : Juan Gardeazábal Garay  
Rapport

Hongrie   0 - 0   Argentine Estadio Braden Cooper Co., Rancagua
15:00
  Historique des rencontres
Spectateurs : 7 945
Arbitrage : Arturo Yamasaki Maldonado  
Rapport

Angleterre   0 - 0   Bulgarie Estadio Braden Cooper Co., Rancagua
15:00
  Historique des rencontres
Spectateurs : 5 700
Arbitrage : Antoine Blavier  
Rapport

À noter que tous les premiers de groupes ont marqué 5 points avec 2 victoires et un nul au premier tour.

Tableau finalModifier

Quarts de finale Demi-finales Finale
 10 juin / Arica      13 juin / Santiago du Chili      17 juin / Santiago du Chili
   Union soviétique  1
   Chili  2  
   Chili  2
 10 juin / Viña del Mar
     Brésil  4  
   Brésil  3
   Angleterre  1  
   Brésil  3
 10 juin / Santiago du Chili
     Tchécoslovaquie  1
   Allemagne de l’Ouest  0
 13 juin / Viña del Mar
   Yougoslavie  1  
   Yougoslavie  1
 10 juin / Rancagua Troisième place
     Tchécoslovaquie  3  
   Hongrie  0  16 juin / Santiago du Chili
   Tchécoslovaquie  1      Chili  1
   Yougoslavie  0

Quarts de finaleModifier

Le pays hôte se qualifie pour les demi-finales en battant l'URSS, après avoir notamment ouvert le score par un but de Leonel Sanchez.

Chili   2 - 1   Union soviétique Estadio Carlos Dittborn, Arica
14:30
  Historique des rencontres
Sánchez   11e
Rojas   29e
Tchislenko   26e Spectateurs : 17 268
Arbitrage : Leo Horn  
Rapport

La Tchécoslovaquie élimine son voisin hongrois sur le score le plus minime.

Tchécoslovaquie   1 - 0   Hongrie Estadio Braden Cooper Co., Rancagua
14:30
  Historique des rencontres
Scherer   13e Spectateurs : 11 690
Arbitrage : Nikolaï Latychev  
Rapport

Le Brésil élimine l'Angleterre par 3 buts à 1 dont un doublé de Garrincha.

Brésil   3 - 1   Angleterre Estadio Sausalito, Viña del Mar
14:30
  Historique des rencontres
Garrincha   31e,   59e
Vavá   53e
Hitchens   38e Spectateurs : 17 736
Arbitrage : Pierre Schwinte  
Rapport

Pour la troisième fois d'affilée, un quart de finale de Coupe du monde oppose la RFA à la Yougoslavie. Battus en 1954 et 1958, les Slaves prennent leur revanche en s'imposant grâce à un but marqué en fin de match.

Yougoslavie   1 - 0   Allemagne de l’Ouest Estadio Nacional, Santiago
14:30
  Historique des rencontres
Radaković   85e Spectateurs : 63 324
Arbitrage : Arturo Yamasaki Maldonado  
Rapport

Demi-finalesModifier

La première demi-finale est 100 % européenne, et elle voit la Tchécoslovaquie s'imposer pour se retrouver une deuxième fois en finale, 28 ans après celle disputée contre l'Italie.

Tchécoslovaquie   3 - 1   Yougoslavie Estadio Sausalito, Viña del Mar
14:30
  Historique des rencontres
Kadraba   48e
Scherer   80e   84e (pén.)
Jerković   69e Spectateurs : 5 890
Arbitrage : Gottfried Dienst  
Rapport

L'autre demi-finale est 100 % sud-américaine, et elle voit le Brésil se qualifier pour sa seconde finale consécutive, comme l'Italie en 1934 et 1938.

Brésil   4 - 2   Chili Estadio Nacional, Santiago
14:30
  Historique des rencontres
Garrincha   9e,   32e
Vavá   47e,   78e
Toro   42e
Sánchez   61e (pén.)
Spectateurs : 76 500
Arbitrage : Arturo Yamasaki Maldonado  
Rapport

Match pour la troisième placeModifier

Le Chili réalise la meilleure performance de son histoire en Coupe du monde, en arrachant la médaille de bronze à la dernière minute contre la Yougoslavie qui était déjà demi-finaliste en 1930. Il faudra attendre 2010, soit 48 ans après, pour voir le Chili remporter à nouveau un match en phase finale de Coupe du monde.

Chili   1 - 0   Yougoslavie Estadio Nacional, Santiago
14:30
  Historique des rencontres
Rojas   90e Spectateurs : 67 000
Arbitrage : Juan Gardeazábal Garay  
Rapport

FinaleModifier

Le Brésil et la Tchécoslovaquie, les deux qualifiés du groupe 3 au premier tour, se retrouvent en finale. Le Brésil parvient à s'imposer en 90 minutes, malgré l'ouverture du score des Européens. L'arbitrage de cette finale a fait l'objet de critiques en Tchécoslovaquie et en URSS, patrie de l'arbitre. En effet, deux penalties en faveur des Tchécoslovaques n'auraient pas été sifflés.[réf. nécessaire]


14h30
Brésil   3 - 1   Tchécoslovaquie Estadio Nacional, Santiago
  Historique des rencontres (  Didi) Amarildo   17e
(  Amarildo) Zito   69e
(  D. Santos) Vavá   78e
(1 - 1)   15e Masopust (Pospíchal  ) Spectateurs : 69 000
Arbitrage : Nikolaï Latychev  
  Photos du match
Rapport

Titulaires :
Gilmar
Djalma Santos
Mauro  
Zózimo
Nílton Santos
Garrincha
Zito
Didi
Amarildo
Vavá
Zagallo

Entraîneur :
Aymoré Moreira

GilmarDjalma SantosMauroZózimoNílton SantosGarrinchaZitoDidiAmarildoVaváZagalloViliam SchrojfJiří TichýSvatopluk PluskalJán PopluhárLadislav NovákJosef MasopustAndrej KvašňákTomáš PospíchalJosef KadrabaAdolf SchererJosef Jelínek 
À propos de cette image

Titulaires :
Viliam Schrojf
Jiří Tichý
Svatopluk Pluskal
Ján Popluhár
Ladislav Novák  
Josef Masopust
Andrej Kvašňák
Tomáš Pospíchal
Josef Kadraba
Adolf Scherer
Josef Jelínek

Entraîneur :
Rudolf Vytlačil

Meilleurs buteursModifier

 
Garrincha levant la coupe Jules Rimet.

4 buts

3 buts

2 buts

RésuméModifier

 
Paru à l'époque dans El Diario Ilustrado (Santiago).

Les préparatifs à cette Coupe du monde sont marqués par le plus grand tremblement de terre jamais subi par le Chili, d'une magnitude de 9,5 en mai 1960. Les dégâts sont considérables, et le pays mettra une énergie exceptionnelle pour rebâtir ses infrastructures et ses stades, avec succès.

Par rapport aux années 1950, la conception du jeu par les plus grandes équipes nationales a beaucoup évolué, au profit de stratégies plus défensives. Les joueurs se montrent plus agressifs dans la conquête du ballon. La moyenne de buts du tournoi descend en dessous de 3 par match pour la première fois, pour ne plus jamais par la suite revenir au-dessus de cette barre.

Pelé fut la victime emblématique de la violence qui sévit pendant toute cette Coupe du monde, blessé dès le deuxième match contre la Tchécoslovaquie. Son absence fut compensée par d'autres techniciens exceptionnels, comme Amarildo et Garrincha. Ils ne semblèrent pas avoir de rival. L'autre performance notable fut celle de l'hôte chilien, dont le collectif solide décrocha une troisième place plutôt inattendue.

L'ambiance délétère de certains matches est passée à la postérité, surtout lors du Chili-Italie (2-0) parfois appelé «bataille de Santiago». Les Chiliens avaient été motivés par des descriptions peu flatteuses du pays par des journalistes italiens, tandis que les Italiens entrèrent sur le terrain avec des intentions belliqueuses. Les fautes et les accrochages se multiplièrent et l'arbitre anglais, Ken Aston, fit preuve d'une certaine clémence en n'excluant que deux Italiens. Les azzuri durent sortir du terrain sous protection policière.

Les performances de l'équipe nationale déclenchèrent une telle passion au Chili que les organisateurs déplacèrent la demi-finale contre le Brésil de Viña del Mar, où elle était initialement prévue, vers la capitale Santiago. Les Chiliens manifestèrent leur mécontentement en boycottant l'autre demi-finale, Tchécoslovaquie-Yougoslavie, qui attira moins de 6.000 spectateurs. Dans un stade comble, le rival brésilien emporta sa demi-finale 4 buts à 2. Le Brésil était de loin favori de la finale. Même s'il fut mené après un quart d'heure de jeu, il conserva son titre mondial, rejoignant l'Uruguay et l'Italie au palmarès avec deux Coupes du monde.

Notes et référencesModifier

  1. RSSSF accorde ce but à Gueorgi Asparoukhov.

Liens externesModifier