Yves-Marie Maurin

acteur français

Yves-Marie Maurin, de son vrai nom Yves-Marie Bourdeaux-Maurin[1],[2], est un acteur, metteur en scène et directeur artistique français né le à Toulouse (Haute-Garonne), et mort le dans le 10e arrondissement de Paris[3].

Yves-Marie Maurin
Description de cette image, également commentée ci-après
Yves-Marie Maurin en 2009.
Nom de naissance Yves-Marie Paul Henri Bourdeaux
Naissance
Toulouse (Haute-Garonne)
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 65 ans)
10e arrondissement de Paris
Profession Acteur
Metteur en scène
Directeur artistique
Films notables En effeuillant la marguerite (1956)
La Révolution française (1989)
Drôle de Félix (2000)

Biographie

modifier

Jeunesse & débuts

modifier

Yves-Marie Bourdeaux-Maurin nait le à Toulouse (Haute-Garonne).

Famille

modifier

Fils de la comédienne Mado Maurin et du baryton Pierre-Marie Bourdeaux, il fait très tôt partie d'une sorte de troupe familiale baptisée par le métier les « petits Maurin », comprenant son frère Jean-Pierre Maurin (1941-1996) et ses demi-frères[4], Patrick Dewaere (1947-1982) et Dominique Collignon-Maurin (né en 1949), auxquels s'adjoindront plus tard ses autres demi-frère et sœur Jean-François Vlérick (né en 1957) et Marie-Véronique Maurin (née en 1960).


Carrière

modifier

Enfant, il joue dès 1951 dans Le Plus Joli Péché du monde de Gilles Grangier, puis dans Dortoir des grandes (1953), Les Diaboliques (1955), Chiens perdus sans collier (1955) ou encore En effeuillant la marguerite (1956).

Doté d'un physique et d'une voix de jeune premier rappelant Gérard Philipe, il tient par la suite des rôles importants dans de nombreux feuilletons télévisés, comme l'officier de la Marine nationale Hervé Lanoé dans La mer est grande (1973) ou le mari d'Anicée Alvina dans Les 400 Coups de Virginie (1979). ll ne fait en revanche que quelques incursions au cinéma. Il est ainsi en 1975 la vedette du film Les Onze Mille Verges ou les Amours d'un hospodar, tiré du livre homonyme de Guillaume Apollinaire.

Depuis lors, il s'était principalement consacré au doublage, prêtant entre autres sa voix à David Hasselhoff dans Alerte à Malibu et K 2000.

Il meurt d'une crise cardiaque le à Paris 10e, à l'âge de 65 ans et repose au cimetière d'Esmans, en Seine-et-Marne.

Théâtre

modifier

Comédien

modifier

Metteur en scène

modifier
  • Pollufission d'Éric Westphal
  • Une vilaine femme brune de Sacha Guitry, théâtre de Nesles
  • Ne te promène donc pas toute nue ! de Georges Feydeau, théâtre de Nesles
  • Le Tigre de Murray Schisgal, Le Gerpil
  • Trois minutes pour exister d'Yves-Marie Maurin de Kerguelen, Guichet Montparnasse
  • 1999 : Entre le chocolat et les œufs brouillés d'Yves-Marie Maurin de Kerguelen, Guichet-Montparnasse
  • 2005 : Indépendance de Lee Blessing
  • 2007 : Auto-psy de Gérald Gruhn - théâtre Darius-Milhaud
  • 2009 : Beaurepaire de Claire Marin (projet)

Filmographie

modifier

Cinéma

modifier

Télévision

modifier

Doublage

modifier

Cinéma

modifier

Télévision

modifier

Téléfilms

modifier

Séries télévisées

modifier

Séries d'animation

modifier

Jeux vidéo

modifier

Voix off

modifier

Documentaires

modifier
  • 1995 : commentaire du pré-show d’Image Studio pour le Futuroscope
  • 1998 : Frédéric Chopin
  • 1999 : Giuseppe Verdi
  • 2005 : Histoire du karaté, de la Chine à la France
  • 2009 : Alésia, victoire d'une défaite

Direction artistique

modifier

Publication

modifier
  • Yves-Marie Maurin de Kerguelen, Trois minutes pour exister, Édilivre, 2009.

Notes et références

modifier
  1. Nom figurant sur l’extrait de naissance no 117-1947 de l’état-civil de Saint-Brieuc. Bourdeaux est le nom d’épouse de Mado Maurin. Le patronyme du père officiel, Pierre-Marie Bourdeaux est également publié par Mado Maurin dans Patrick Dewaere mon fils, ma vérité (Le Cherche Midi, 2006), page 18.
  2. Insee, « Extrait de l'acte de décès d'Yves-Marie Bourdeaux-Maurin », sur MatchID.
  3. « Yves-Marie Maurin (1944-2009) » sur Objectif Cinéma.
  4. Nés de pères différents
  5. « Lola Dewaere, biographie » sur le site Gala.fr, consultée le .
  6. Mémoires d'un enfant du cinéma. Les années "Première" de Marc Esposito. éditions Robert Laffont, 9 mai 2019.
  7. Extrait sur le site de l'INA.
  8. Il est d'usage que les acteurs jouant leur propre rôle dans un film soient crédités sous l'appellation « lui-même », toutefois lorsque David Hasselhoff apparaît sous son propre nom, ceci est dans le but d'établir clairement qu'il interprète un personnage fictionnel et non sa propre personne.
  9. 2e doublage.
  10. Dans la VF réalisée pour le Québec uniquement.
  11. Yves-Marie Maurin a remplacé Daniel Gall, la voix habituelle, le temps de cet épisode.

Liens externes

modifier

Articles connexes

modifier