Jean Négroni

acteur français

Jean Négroni, né le à Constantine (Algérie) et mort le (à 84 ans) à L'Île-Rousse (Haute-Corse), est un comédien et metteur en scène français.

Jean Négroni
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
L'Île-RousseVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Il est le fils de Charles Négroni, avoué à la Cour[1].

Durant ses études à l'université d'Alger, Jean Négroni entre dans le monde du théâtre grâce à Albert Camus, alors à la tête du théâtre de l'Équipe (1938), promoteur d'un théâtre populaire.

Venu en métropole au début de la guerre, Jean Négroni fait en 1944 la rencontre de Jean Vilar, à la tête de la Compagnie des Sept, et participe aux débuts du TNP et du festival d'Avignon.

Durant les années 1960, il acquiert une certaine notoriété grâce à la télévision : sa carrière est particulièrement marquée par son interprétation de Robespierre, dans l'épisode La Terreur et la Vertu de La caméra explore le temps ; il joue ensuite ce rôle au théâtre sous la direction de Robert Hossein.

Il intervient comme narrateur dans plusieurs productions, notamment le court-métrage documentaire d'Alain Resnais Les statues meurent aussi (1953), le film de Chris Marker La Jetée (1962), et dans l’œuvre de Pierre Henry, L’Apocalypse de Jean (1968).

En 1968, il fonde la Maison des arts et de la Culture de Créteil et en assure la direction jusqu'en 1978.

Il prononce un discours d'hommage lors des obsèques d'Alain Cuny en 1994.

ThéâtreModifier

ComédienModifier

Metteur en scèneModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

Courts-métrages

TélévisionModifier

DoublageModifier

CinémaModifier

FilmsModifier

TélévisionModifier

Séries téléviséesModifier

Voix-offModifier

DiversModifier

  • 1960 / 1965 : prête sa voix à Stéphane Pizella dans les émissions de radio de la R.T.F., "Méridienne" et "Les nuits du bout du monde", lors des absences de ce dernier pour raison de santé.
  • 2000 : Une histoire, une rêve, conte musical d'Olivier Chancelier.

BibliographieModifier

  • Yvan Foucart, Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron, éditions cinéma, 2008, 1185 p.  (ISBN 978-2-9531-1390-7)

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier