Just Jaeckin

réalisateur, photographe, peintre et sculpteur français
Just Jaeckin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Just Jaeckin, né le à Vichy et mort le à Saint-Briac-sur-Mer, est un cinéaste, photographe, peintre et sculpteur français.

Il est surtout connu pour avoir réalisé le film érotique Emmanuelle sorti en 1974, l'un des plus gros succès du cinéma français et l'un des longs métrages les plus longtemps resté à l'affiche.

BiographieModifier

Service militaireModifier

En 1958, à l'âge de 18 ans, Just Jaeckin est appelé à servir en Algérie, où il officie comme photographe de guerre. Au cours de son séjour de 28 mois, il photographie Ahmed Ben Bella et Mehdi Ben Barka, et rencontre notamment les jeunes Philippe Labro, Francis Veber et Jacques Séguela, appelés du contingent comme lui[1].

Activités artistiquesModifier

PhotographieModifier

Jaeckin devient un photographe de mode réputé dans les années 1960, pour les magazines Elle, Marie Claire et Vogue[2].

Il est alors l'auteur de photographies de stars et de personnalités comme Barbara, dont l'une sera reproduite sur l'affiche de l'exposition Barbara (2017-2018).

EmmanuelleModifier

Just Jaeckin se fait connaître du public en 1974, à la sortie de son premier long métrage comme réalisateur, Emmanuelle, d'après le roman d'Emmanuelle Arsan. Le rôle-titre est incarné par Sylvia Kristel et la chanson du générique est interprétée par Pierre Bachelet. Avec 8 millions d'entrées en France et environ 100 millions de dollars de recette dans le monde, ce film est l'un des plus grands succès du cinéma français à l'étranger.

Just Jaeckin se spécialise alors dans le registre érotique et réalise Histoire d’O, d'après le livre de Pauline Réage.

Les suites d'Emmanuelle (films et téléfilms) auxquelles Just Jaeckin ne participe pas, n'obtiennent pas le même accueil[à développer].

Salut championModifier

Après avoir tourné quelques films pour la plupart érotiques, Just Jaeckin réalise deux des treize épisodes de la série télévisée Salut champion consacrée au sport et diffusée en première partie de soirée sur TF1 en 1981 avec notamment Jacques Charrier et Chantal Nobel.

GwendolineModifier

Dix ans après Emmanuelle, Just Jaeckin réalise Gwendoline, adapté de la bande dessinée Adventures of Sweet Gwendoline de John Willie, un film d'aventures avec Zabou et Bernadette Lafont. La création des costumes est confiée aux dessinateurs de bande dessinée Claude Renard et François Schuiten.

Apparition dans les médiasModifier

Just Jaeckin a souvent témoigné dans des documentaires et émissions de télévision pour évoquer son film Emmanuelle. Il fait l'une de ses dernières apparitions dans le documentaire Emmanuelle, la plus longue caresse du cinéma français réalisé par Clélia Cohen en 2021[réf. nécessaire].

Vie privéeModifier

Just Jaeckin et son épouse Anne sont les propriétaires d'une galerie d'art, rue Guénégaud à Paris. Ils y exposent des peintures et des sculptures, notamment les leurs[3].

MortModifier

Just Jaeckin meurt le [4] à Saint-Briac-sur-Mer à l'âge de 82 ans, des suites d'une « longue maladie »[5]. Ses obsèques sont prévues le en l'église communale[6].

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

  • 1981 : Salut champion (série télévisée)
    • épisode 3, « Moto story »
    • épisode 12, « La Formule 1 »

ClipModifier

  • 1984 : Chanson Who Wears These Shoes? d'Elton John

PublicationModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Soir - Just Jaeckin, réalisateur d'"Emmanuelle", passe ses vacances en Bretagne », sur Le Telegramme (consulté le )
  2. « SYLVIE VARTAN ARRETS SUR IMAGES - Just Jaeckin », sur www.sylvissima.com (consulté le )
  3. « Jaeckin - Le guide du Web ! », sur Jaeckin (consulté le ).
  4. « Décès de Just Jaeckin, le réalisateur d'"Emmanuelle", à l'âge de 82 ans », sur LaProvence.com, (consulté le )
  5. « Mort de Just Jaeckin, le réalisateur du film érotique « Emmanuelle » », sur lepoint.fr, (consulté le )
  6. « Bretagne. Le décès de Just Jaeckin, réalisateur d’« Emmanuelle », suscite l’émotion à Saint-Briac », sur ouest-france.fr, (consulté le )

Liens externesModifier