Le Malade imaginaire

comédie-ballet de Molière, Marc-Antoine Charpentier et Pierre Beauchamp

Le Malade imaginaire, dernière œuvre dramatique écrite par Molière, est une comédie-ballet en trois actes et en prose, créée le par la Troupe du Roi sur la scène du Palais-Royal à Paris, avec une musique de scène composée par Marc-Antoine Charpentier et des ballets réglés par Pierre Beauchamp.

Le Malade imaginaire
Le Malade imaginaire vu par Honoré Daumier.
Le Malade imaginaire vu par Honoré Daumier.

Auteur Molière
Genre Comédie ballet
Nb. d'actes 3
Musique de scène Marc-Antoine Charpentier
Date de création en français
Lieu de création en français Théâtre du Palais-Royal
Frontispice de l'édition de 1682.

PersonnagesModifier

 
Argan : « Ah ! chienne ! ah ! carogne ! »
Toinette (faisant semblant de s'être cogné la tête) : « Diantre soit fait de votre impatience ! Vous pressez si fort les personnes, que je me suis donné un grand coup de la tête contre la carne d'un volet ».
(Le Malade imaginaire, gravure de Moreau le jeune)
  • Argan, le malade imaginaire (hypocondriaque).
  • Toinette, servante de Monsieur Argan.
  • Béline, seconde femme d'Argan.
  • Béralde, frère d'Argan.
  • Angélique, fille aînée d'Argan et amante de Cléante.
  • Louison, fille cadette d'Argan et sœur d'Angélique.
  • Cléante, amant d'Angélique.
  • Monsieur Purgon, médecin d'Argan.
  • Monsieur Diafoirus, médecin
  • Thomas Diafoirus, fils de Diafoirus et choisi par Argan pour se marier avec Angélique.
  • Monsieur Bonnefoy, notaire.
  • Monsieur Fleurant, apothicaire.
  • Polichinelle, amant de Toinette.

Résumé de la pièceModifier

La pièce tourne autour d'Argan, le « malade imaginaire ». Il est veuf et a épousé en secondes noces Béline, qui simule des soins attentionnés, mais n'attend en réalité que la mort de son mari pour hériter. Il se fait faire des saignées et des purges et absorbe toutes sortes de remèdes, prescrits par des médecins pédants, plus soucieux de complaire à leur patient que de concourir à améliorer sa santé. Pour les berner, Toinette, sa servante, se déguise en médecin et lui dispense de nombreux conseils ironiques et moqueurs pour la profession[1].

Argan prévoit de marier sa fille ainée Angélique à Thomas Diafoirus, fils de médecin et lui-même médecin. Mais celle-ci est éperdument amoureuse de Cléante et ne veut pas se marier avec Thomas Diafoirus. Elle et Cléante s'avouent leur sentiments grâce à une chanson (à la demande d'Argan), mais qui servait surtout à mettre en avant les qualités de chanteuse d'Angélique devant les Diafoirus. Pour savoir qui est vraiment sincère entre Angélique et Béline, Toinette recommande à Argan de faire le mort. Sa femme, appelée par Toinette, manifeste, devant celui qu'elle croit trépassé, sa joie d'en être débarrassée. Angélique, appelée ensuite par Toinette, manifeste un chagrin sincère à la mort de son père, qui arrête aussitôt son jeu et accepte l'union avec Cléante, à la condition que celui-ci devienne médecin. Béralde, frère d'Argan, conseille à ce dernier de devenir médecin à son tour, menant à une fin burlesque de la pièce, à savoir la cérémonie bouffonne de l'intronisation du « malade imaginaire » comme médecin[1].

La dernière comédie de MolièreModifier

À la quatrième représentation, Molière qui joue le rôle d'Argan devient réellement malade, mais s'efforce de cacher sa douleur. Ses comédiens comprenant que leur chef est vraiment mal en point, ferment les rideaux. Il n'est pas mort sur scène, c'est une légende qui s'est construite ultérieurement. Les médecins l'emmènent chez lui. Il y meurt quelques heures plus tard, entouré de sa femme, Armande Béjart, et de quelques personnes. Entretemps, il demande à faire venir un prêtre pour recevoir les derniers sacrements (en adjurant du fait de l'excommunication des comédiens, c'est-à-dire en renonçant très symboliquement mais formellement, par écrit, au métier de comédien, comme sa belle-sœur Madeleine Béjart morte un an plus tôt jour pour jour), mais le seul prêtre qui accepte de se déplacer arrive sur place trop tard[2],[3].

Analyse de la pièceModifier

Satire des médecinsModifier

La satire de notre peur de la mort apparaît dans la critique des médecins. Or la thématique des médecins est déjà présente dans le théâtre français du Moyen Âge et se retrouve tout aussi bien dans les pièces de la commedia dell'arte que dans le théâtre français du XVIIe siècle. Molière reprend ce thème pour la première fois dans Le Médecin volant, une de ses premières farces, peu connue. Dans Dom Juan ou le Festin de Pierre (1665) les thèmes de la maladie, des médecins et de la médecine resurgissent. Il suffit ici que Sganarelle (un domestique) s'habille en médecin pour passer pour un grand érudit et pour oser parler comme tel. Deux thématiques voient alors le jour : celle du jargon attribué aux médecins et celle du vêtement qui à lui seul suffit à transformer son porteur.

La critique de la médecine universelle est fréquente en Europe occidentale lors de la révolution scientifique des XVIe et XVIIIe siècles.

Rire de la mortModifier

Une des thématiques importantes du Malade imaginaire est le rire sur la mort, qui est récurrente : Argan a peur de mourir, les amants Angélique et Cléante songent au suicide si jamais ils sont séparés, la plus jeune fille d'Argan fait semblant de mourir, pour échapper à la correction. Et, point d'orgue, Argan feint la mort afin de connaître les vrais sentiments de sa femme et de sa fille aînée.

La musique dans la pièceModifier

 
Marc-Antoine Charpentier.

La comédie de Molière était donnée initialement avec des intermèdes musicaux à la fin de chaque acte, y compris l'intronisation finale d'Argan à la médecine. Cléante et Angélique chantent une courte pièce au début du deuxième acte. Marc-Antoine Charpentier a composé plus qu'une musique de scène, elle est référencée aujourd'hui, H.495, H.495 a et H.495 b dans le catalogue de ses œuvres. Le jeune compositeur avait succédé à Jean-Baptiste Lully brouillé avec Molière. Mais le surintendant de la musique prenant des mesures afin de limiter l'importance des effectifs dans une musique dont il ne serait pas l'auteur, Charpentier fut obligé de remanier deux fois sa partition, nous laissant ainsi trois versions. Par la suite, certaines parties de la musique ont été dispersées et n'ont été retrouvées qu'en 1980 dans les archives de la Comédie-Française par le musicologue américain John S. Powel, complétant l'édition de H. W. Hitchcock, musicologue, auteur du catalogue raisonné des œuvres de Marc-Antoine Charpentier[4],[5].

Le , à Paris au théâtre du Châtelet, la pièce est montée pour la première fois dans sa création d'origine, avec la musique de Charpentier (première version H.495, qui dure plus d'une heure), dans une mise en scène de Jean-Marie Villégier, une chorégraphie de Francine Lancelot, William Christie à la direction des Arts Florissants[6].

Le , à Nantes au théâtre Graslin, la pièce est montée une seconde fois dans sa version de comédie-ballet, avec la musique de Charpentier, dans une mise en scène de Vincent Tavernier, une chorégraphie de Marie-Geneviève Massé, avec Hervé Niquet / Nicolas André à la direction du Concert Spirituel[7].

 
Représentation du 19 juillet 1674 lors des fêtes de Versailles. Marc-Antoine Charpentier, sans doute, dirige la musique.

D'autres compositeurs s'essayèrent dans « l'illustration musicale » de la pièce. On peut citer l'Ouverture composée par Jacques Offenbach, alors directeur de la musique de la Comédie-française en 1851, puis par Léon Roques en 1860. Le , la pièce est montée au théâtre Porel avec de nouveau la musique de Charpentier révisée par Camille Saint-Saëns. Au XXe siècle, d'autres compositeurs sont mis à contribution, André Jolivet (1944), Georges Auric (1958), Jean-Claude et Angélique Nachon (1991), Marc-Olivier Dupin (2001). L'édition scientifique du CMBV parue en 2019, Monumentale Charpentier, Musique pour les comédies de Molière, sous la direction de Catherine Cessac, pourrait mettre un terme à ces collaborations.

RéférencesModifier

  1. a et b Georges Forestier, Alain Riffaud et Anne Piéjus, « Le Malade imaginaire. Notice », dans Georges Forestier et Claude Bourqui (dir.), Molière. Œuvres complètes, vol. 2, Gallimard, coll. « La Pléiade », , p. 1542-1583
  2. Georges Forestier, Molière, Gallimard, , p. 472-475
  3. André Degaine, Histoire du théâtre dessinée, éditions Nizet, , « La troupe de Molière », p. 217, 219
  4. Charles Mazouer, « Molière et Marc-Antoine Charpentier », Cahiers de l'Association internationale des études francaises, no 41,‎ , p. 145-160 (DOI 10.3406/caief.1989.1710, lire en ligne)
  5. (en) John S. Powell, « Charpentier's Music for Molière's Le Malade imaginaire and its Revisions », Journal of the American Musico- logical Society, vol. . XXXIX,‎ , p. 87-142
  6. « Ah ! le grand médecin " Le Malade imaginaire " au Châtelet avec les fastes, musique et danses de Marc-Antoine Charpentier », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. « Comédie-ballet : Le Malade imaginaire, Théâtre Graslin, Nantes », sur Unidivers, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 
Fauteuil utilisé par Molière lors de sa dernière représentation du Malade imaginaire exposé à la salle Richelieu de la Comédie-Française.

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier