Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Ray Lovelock

acteur italien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lovelock (homonymie).
Ray Lovelock
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
TreviVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Raymond LovelockVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Raymond Lovelock, dit Ray Lovelock, est un acteur italien né le à Rome et mort le à Trevi[1].

Sommaire

CarrièreModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La mère de Raymond Lovelock était italienne, tandis que son père était anglais. Ils s'étaient rencontrés lors de l'occupation de l'Italie à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Après avoir tourné quelques publicités, exploitant son physique de chérubin, Ray Lovelock se tourne vers la musique. Il aurait joué dans un groupe de rock avec Tomás Milián, un de ses amis, en compagnie duquel, il débute dans le film Tire encore si tu peux de Giulio Questi. Il poursuit une carrière dans les polars (Bandits à Milan de Carlo Lizzani, La rançon de la peur d'Umberto Lenzi, Rome violente de Marino Girolami) et dans les films d'horreur (Frissons d'horreur (it) d'Armando Crispino (it), Terreur de Francesco Prosperi, Murder Rock de Lucio Fulci).

Il se tourne ensuite vers la télévision italienne. Il joue le rôle du docteur Hans Rudolf dans la série Les Destins du cœur (Incantesimo).

Il est marié à Gioai Lovelock, qui est aussi son agent et a une fille Francesca Romana, qui est assistante à la réalisation.

Grand amoureux de football (dans Bandits à Milan, il joue un prodige de la balle), il est le capitaine de l'équipe des comédiens italiens.

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Notes et référencesModifier

  1. (it) « È morto Ray Lovelock, dai polizieschi anni Settanta alle serie tv », La Repubblica,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier