Wrocław

ville de Basse-Silésie, Pologne

Wrocław
Blason de Wrocław
Héraldique
Drapeau de Wrocław
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Voïvodie Basse-Silésie
District Powiat de Wrocław
Commune Ville de Wrocław
Maire Jacek Sutryk
Code postal 50-041 à 54-612
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 71
Immatriculation DW
Démographie
Gentilé Wrocłavien
Population 672 929 hab. (2021)
Densité 2 298 hab./km2
Population de l'agglomération 1 120 000 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 51° 07′ 00″ nord, 17° 02′ 00″ est
Altitude 155 m
Min. 105 m
Max. 155 m
Superficie 29 282 ha = 292,82 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pologne
Voir sur la carte topographique de Pologne
Wrocław
Géolocalisation sur la carte : Pologne
Voir sur la carte administrative de Pologne
Wrocław
Géolocalisation sur la carte : Voïvodie de Basse-Silésie
Voir sur la carte administrative de Voïvodie de Basse-Silésie
Wrocław
Liens
Site web www.wroclaw.pl

Wrocław (prononcé en polonais : /ˈvrɔt͡s.waf/ Écouter), parfois francisé Vratislavie[1] (en silésien : Prassel ou Brassel, en allemand : Breslau, /ˈbʁɛslaʊ̯/[2] Écouter), est la troisième ville de Pologne par sa population (672 929 habitants)[3], la cinquième par sa superficie (293 km2), et l'une des plus anciennement fondées (vers le IXeXe siècle). Aujourd’hui chef-lieu de la voïvodie de Basse-Silésie, elle est desservie par l’aéroport de Wrocław-Nicolas-Copernic, le cinquième plus important du pays en nombre de passagers.

Située au sud des « monts des Chats » (en polonais : Kocie Góry et Wzgórza Trzebnickie), au nord des Sudètes, la ville est traversée par le fleuve Oder (en polonais : Odra), qui se divise ici en plusieurs bras, et quatre de ses affluents : la Bystrzyca, l’Oława, la Ślęza et la Widawa (en). Ces cours d'eau, avec les fosses municipales et les canaux d'évacuation qui s’y ajoutent, créent 12 îles et sont enjambés par plus de 120 ponts, ce qui vaut à Wrocław le surnom de « Venise polonaise ».

Wrocław, capitale européenne de la culture 2016[1], après avoir été hôte de l'Euro 2012 de football, accueille les Prix du cinéma européen 2016 et les Jeux mondiaux en 2017.

Histoire modifier

Appartenances historiques

  Duché de Breslau 1241-1335
  Principauté de Breslau 1335-1742
  Royaume de Prusse (Principauté de Breslau) 1742-1815
  Royaume de Prusse (Province de Silésie) 1815–1918
  République de Weimar 1918–1933
  Reich allemand 1933–1945
  Pologne 1945–présent

La région de Silésie, dans laquelle se trouve Breslau, a été mentionnée pour la première fois par Tacite vers l'an 98 et par Ptolémée vers 150 dans son ouvrage sur Germania magna. Au 4e et au début du 5e siècle, la tribu germanique Silinger s'est installée à proximité de ce qui est devenu plus tard Breslau. Le nom Wortizlawa ou Wratislawa, noté en latin Vratislavia, a été mentionné pour la première fois vers l'an 900 et désignait un bourg slave. Il était situé sur une île à proximité de trois affluents de l'Oder. En 990, le duc polonais Piast Mieszko I a conquis Wrocław et toute la Silésie. En l'an 1000, son fils Bolesław le Brave établit l'évêché de Breslau (Acte de Gniezno). Breslau a été détruit lors des attaques mongoles en 1241, mais a été reconstruit au cours des 20 années suivantes par les colons allemands. En 1261, Breslau a reçu les droits de la ville de Magdebourg. Breslau suivit le sort de la région qui passa de la Pologne à la couronne de Bohême (dans le Saint-Empire romain germanique) en 1335, puis avec elle en 1526 à l'Autriche. Conquise par la Prusse par le traité de Teschen, confirmé par ceux de Breslau (1742) et d'Aix-la-Chapelle (1748) pendant la guerre de Succession d'Autriche, la Silésie fut le théâtre de la guerre de Sept Ans et resta au traité d'Hubertsbourg (1763) à la Prusse qui la recolonisa en approfondissant la germanisation, déjà avancée, des campagnes alors que les villes l'avaient été depuis le Moyen Âge. Comme le reste du royaume de Prusse, Breslau fit partie de l'Empire allemand formé en 1871.

La ville vécut un grand essor économique dû à sa situation dans une plaine fertile, et au développement du bassin industriel de la Silésie. Entre 1870 et 1914, elle possédait des scieries et des huileries, devint un centre important de la fabrication de machines, matériel de chemins de fer, pianos, tabac, orfèvrerie, rubans et chapeaux, et du commerce de métaux bruts et ouvrés, charbon, bois, tissus (foire aux laines), lin, céréales, bestiaux. Après la Première Guerre mondiale, Breslau subit les conséquences économiques importantes de la perte par l'Allemagne de la Posnanie et de la majeure partie de la Haute-Silésie, débouchés et sources d'approvisionnement naturels pour ses activités de transformation. Les annexions des villages limitrophes lui permirent d'augmenter sa superficie qui passa de 4 962 à 17 509 ha. Les autorités, par une audacieuse politique d'urbanisme, réussirent le rattrapage du retard pris par rapport aux autres villes allemandes de cette taille. On construisit des nouveaux quartiers périphériques où le standing des logements répondait aux exigences modernes, on créa des parcs et jardins afin d'aérer la ville et d'améliorer les conditions de vie et l'équipement d'une population en croissance. À la fin des années 1920, Breslau dépassait 620 000 habitants pour atteindre 630 000 en 1939. En 1933, l'un des premiers camps nazis est implanté à proximité : le camp de concentration de Breslau-Dürrgoy.

L'Armée rouge met le siège devant la ville à partir du 15 avril 1945, jusqu'à la reddition de la garnison allemande le 6 mai 1945.

En 1945, par les accords de Potsdam (signés par les États-Unis, l'URSS et le Royaume-Uni), la région fut rattachée à la Pologne, et presque la totalité des habitants allemands furent expulsés, remplacés par les Polonais dont une partie venait des territoires perdus par la Pologne à l'est de la ligne Curzon, au profit de l'URSS.

Du 25 au se tint à Wrocław un congrès mondial des intellectuels pour la paix. Il constituait dans cette ville, symbole de la victoire sur l'Allemagne nazie, l'acte fondateur du Conseil mondial de la paix.

Démographie modifier

La démographie de Wrocław est la suivante[4] :

Évolution démographique
1800 1831 1850 1880 1900 1925 1939 1946 1956 1970 1999 2005 2009 2019
64 500 89 500 114 000 272 900 422 700 555 200 629 565 171 000 400 000 526 000 650 000 633 700 632 162 641 607

Édifices et lieux remarquables modifier

Personnages célèbres de la ville modifier

Prix Nobel modifier

liste chronologique par année d'obtention

Écoles et universités modifier

 
Université de Wrocław
 
L’Aula Leopoldina

Liste des universités et autres établissements d'enseignement supérieur de Wrocław :

Établissements d'enseignement supérieur privés :

Autres établissements

Économie et transport modifier

 
Pont Rędziński
 
Les Mosty Młyńskie (pl) à Wroclaw. Septembre 2013.
 
Maison contemporaine de Wrocław en rénovation

La ville est aujourd'hui le plus important centre économique et administratif de la Basse-Silésie et a connu un développement rapide depuis la chute du communisme en 1989. Le chômage y oscille autour de 3 % (2009).

La ville dispose d'un réseau de transports en commun composé de nombreuses lignes de bus et de tramways.

Wrocław est relié par les trains directs aux principales villes polonaises (Varsovie via Łódź; Cracovie via Katowice; Szczecin et Gdańsk via Poznań, ainsi qu'à Berlin, Dresde, Prague, Kiev et Vienne à partir de sa gare centrale (Wrocław Główny) derrière laquelle se situe la gare routière d'où partent des cars vers la plupart des villes de la Voïévodie, en Pologne, en Europe.

Une autoroute (dont le tronçon occidental fut construit avant la Seconde Guerre mondiale et modernisé à la fin des années 1990) relie Wrocław à la frontière allemande et à la frontière avec l'Ukraine via Opole, Katowice, Cracovie, Tarnów, Rzeszów (A4).

La ville dispose également d'une autoroute périphérique (A8).

L'aéroport de Wrocław-Nicolas-Copernic dessert des villes polonaises par le biais de la compagnie nationale PLL LOT ainsi que des destinations à l'étranger grâce à des compagnies comme Ryanair, Wizz Air et à la Lufthansa.

Principales entreprises de la ville modifier

  • Polmos Wrocław - fabrica Wratislavia Vodka
  • Volvo Polska
  • Protram
  • Apsys Polska
  • Siemens
  • Hewlett-Packard
  • Crédit agricole Polska (ex-Lukas Bank)
  • AB SA
  • Polifarb Cieszyn-Wrocław SA
  • KOGENERACJA S.A.
  • Impel SA
  • Europejski Fundusz Leasingowy SA
  • Telefonia Dialog SA
  • FagorMastercoock (usine reprise par BSH Hausgeräte)
  • Whirlpool Polska
  • American Restaurants
  • Hutmen SA
  • MPEC Wrocław
  • SAP Polska
  • SURYS (ex-Hologram Industries) Polska
  • Google
  • Opera Software
  • Comarch (logiciels)
  • Société Générale Insurance Poland
  • Macopharma

Politique modifier

Les bourgmestres allemands jusqu'en 1945 modifier

Les « présidents » polonais depuis 1945 modifier

Arrondissements de la ville modifier

 
L'Oder à Wroclaw

La ville de Wrocław est divisée en cinq arrondissements :

Emblèmes de la ville modifier

 

Le drapeau est un rectangle à deux bandes, rouge et jaune. Le rapport de sa largeur à sa longueur est de 5/8.

Le blason de Wrocław est un écu partagé en croix, en quatre champs, qui comporte un lion, un aigle aux ailes déployées, une grande lettre "W" et le buste de saint Jean l'Évangéliste. Au milieu de l'écu à quatre champs, la tête de saint Jean-Baptiste repose sur un plateau rond.

Culture modifier

La ville organise chaque année le Festival international du film Nouveaux Horizons, le Festival international d'oratorio Wratislavia Cantans, le festival international de théâtre Dialog (Międzynarodowy Festiwal Teatralny Dialog)[5].

Capitale européenne de la culture 2016 modifier

Avec la ville espagnole de Saint-Sébastien, la ville de Wroclaw a été sélectionnée pour être Capitale européenne de la culture en 2016. Elle a été désignée en par un jury d'experts indépendants[6].

Chaque année, deux pays définis par la Commission européenne sont appelés à accueillir une Capitale européenne de la culture. Onze villes polonaises s'étaient porté candidates (Białystok, Bydgoszcz, Gdańsk, Katowice, Łódź, Lublin, Toruń, Poznań, Szczecin, Varsovie et Wrocław).

Sport modifier

 
Stade municipal de Wrocław

La ville dispose de nombreuses installations sportives, parmi lesquelles le Stade municipal de Wrocław, le Stade olympique de Wrocław, le Stade Oporowska, le Stadion MCS Zakrzów ou encore le Boisko Piłkarskie Hotel GEM (pour le football).

Il existe de nombreuses équipes sportives professionnelles à Wrocław. Les plus populaires étant toutefois celles de football et de basket-ball. Le club le plus populaire est Śląsk Wrocław.

Chaque année la ville accueille un marathon en septembre.

Équipes professionnelles masculines modifier

Équipes professionnelles féminines modifier

Jumelages modifier

La ville de Wrocław est jumelée avec[7] :

 
Jumelages et partenariats de Wrocław. 
Jumelages et partenariats de Wrocław. 
VillePaysPériode
 Bréda[8] Pays-Basdepuis
 Charlotte[8] États-Unisdepuis
 Dresde[8] Allemagnedepuis
 Guadalajara[8] Mexiquedepuis
 Hradec Králové[8],[9] Tchéquiedepuis le
 Hrodna Biélorussiedepuis
 Kaunas[8],[10] Lituaniedepuis le
 Kiev[11] Ukrainedepuis le
 Lille[8] Francedepuis le
 Lviv[8] Ukrainedepuis le
 Ramat Gan[8] Israëldepuis
 Reinickendorf Allemagne
 Skopje Macédoine du Nord
 Vienne[8] Francedepuis
 Vienne France
 Vilnius[8],[12] Lituaniedepuis le
 Wiesbaden[8] Allemagnedepuis

Fiction modifier

Dans le cycle de science-fiction Wang de Pierre Bordage (qui se passe au XXIIIe siècle), le personnage principal, Wang, est originaire d'une ville de Silésie appelée Grand-Wroclaw, sur la Nysa, en Pologne.

Ce lieu a servi de décor au film polonais Le Fléau de Breslau (Plagi Breslau) de Patryk Vega, inspiré des romans policiers historiques de Marek Krajewski, habitué d’incorporer la scène du crime d'avant-guerre de Breslau dans ses œuvres[13].

La ville est des lieux inondés en 1997 dans la série polonaise La Crue (2022).

Notes et références modifier

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sources modifier