Voïvode

fonction civile ou militaire en Pologne ou dans d'autres pays slaves

Voïvode est un terme qui désigne au départ le commandant d’une région militaire, puis un titre de noblesse dans les pays slaves et roumains. D’origine slave, il est aussi utilisé en Roumanie, pays de langue romane, et en Hongrie, pays de langue finno-ougrienne.

Voïvode moscovite du XVIIe siècle à cheval, tous les deux en armure.

GraphieModifier

Aujourd'hui, la graphie la plus communément usitée en français est voïvode, mais on rencontre encore parfois les formes voïévode[1], woïwode ou voévode. Ces variantes tiennent essentiellement au fait que le terme a été traduit à partir de différentes langues.

À titre d'exemple, sont données ci-après quelques-unes des formes prises par ce terme dans la langue d'origine :

DéfinitionModifier

De même que sa graphie, le sens du mot diffère selon les époques et les pays.

Usage contemporainModifier

En Pologne, le voïvode est de nos jours le représentant du gouvernement central dans une voïvodie. Il correspond au préfet de région français.

Usages historiquesModifier

Les voïvodes avaient mandat pour gouverner, présider l'assemblée (diète ou divan), faire appliquer les lois, envoyer des ambassadeurs, lever les impôts, lever des troupes ou affréter des flottes pour le compte du souverain qu'ils représentaient (Pologne, Transylvanie, Moldavie, Valachie, Serbie, Monténégro).

Le terme d’origine latine correspondant est duc (du latin ducere, conduire). Le terme d'origine germanique correspondant est Herzog (même signification).

En pays slave, le territoire sur lequel l’autorité d’un voïvode était reconnue s’appelait la voïvodie, que l'on peut traduire en français par marche ou palatinat (en fait une région militaire) ; en pays roumain, c'est un voévodat ou voiévodat, que l'on traduit en français par principauté.

  •  
    Couronne de Voïvode
    En Serbie, voïvode (en serbe cyrillique војвода, serbe latin vojvoda) était dès le Moyen Âge le grade militaire le plus élevé, correspondant à celui de maréchal de France. La région serbe de Voïvodine tire d'ailleurs son nom des voïvodes qui y ont été nommés pendant les quatre siècles de guerre contre les Turcs ottomans. Dans ce pays, le Grand Voïvode était désigné par ses pairs (d’autres voïvodes) comme leur chef. Le titre de voïvode devient un titre héréditaire, comme le titre de duc l'est devenu.
  • En Transylvanie, il s'agissait du prince régnant (erdélyi vajda).
  • En Pologne, il s'agissait du gouverneur d'une province, le terme désignant la fonction occupée, sans conférer un titre de noblesse ou un grade militaire particulier.

Usage dans le monde de la fictionModifier

  • Dans le roman la Dame au linceul de Bram Stoker, le terme voïvode est utilisé pour désigner le chef serbe d'un petit pays imaginaire situé dans les Balkans. Sa fille et tante Janet reçoivent aussi le titre de « voïvodine ».
  • Bram Stoker utilise également ce terme dans son roman Dracula où le célèbre comte est décrit comme ayant été probablement un grand voïvode se battant contre les turcs.
  • Dans les tomes 8 et 9 la bande dessinée Aquablue, le terme voïvode est utilisé pour désigner un astre improbable analogue à un trou noir
  • Dans la série de romans Sorceleur de Andrzej Sapkowski, un voïvode est un chef militaire et politique secondaire.
  • Malko Linge, personnage principal des romans de la série SAS, est grand voïvode de la voïvodie de Serbie.

Notes et référencesModifier

  1. « VOÏVODE ou VOÏEVODE », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 1er avril 2020)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier