Ouvrir le menu principal

Onomastique

étude linguistique des noms propres de toutes sortes et de leurs origines ou étymons
Forme masculine de l'adjectif onomastique en grec.

L'onomastique est une branche de la philologie qui a pour objet l'étude des noms propres[1] : leur étymologie, leur formation, leur usage à travers le temps. Le terme onomastique vient du grec ὀνομαστική « art de dénommer »[2].

Le souci de l'origine et de la signification des noms propres est immémorial et remonte, en Occident, aux textes bibliques[3]. Toutefois, en tant que discipline scientifique, reposant sur des preuves matérielles – inscriptions, documents écrits –, l'onomastique et ses branches majeures, l'anthroponymie (noms de personnes) et la toponymie (noms de lieux), ne date que du milieu du xixe siècle ; c'est à partir de cette époque qu'elle a acquis ses méthodes et ses règles ; comme dans toute discipline savante, certains de ses résultats sont prouvés, d'autres hypothétiques et d'autres conjecturaux.

L'onomastique trouve de nouvelles applications dans le domaine des affaires, avec l'apparition de nouvelles techniques de fouille de données (data mining)[4] : marketing, communication, gestion des risques et ressources humaines.

Histoire et méthodes de l'onomastiqueModifier

L'onomastique d'abord est une branche de la philologie : l'étude scientifique de l'origine et du sens d'un nom propre consiste d'abord à rechercher les documents les plus anciens où il apparaît, à étudier la transformation de ses formes au fil du temps selon le contexte linguistique et historique. L'onomastique mobilise donc plusieurs sciences :

  • la philologie : étude des documents anciens ;
  • l'histoire : circonstances historiques de création d'un nom ;
  • la linguistique historique : règles de transformation d'un mot selon le contexte des langues où il est employé.

OrganisationModifier

Au niveau internationalModifier

L'organisme fédérateur au niveau international est l'International Council of Onomastic Sciences (ICOS), dont le siège se trouve à Louvain en Belgique. Cette organisation édite la revue Onoma qui contient des rapports actualisés sur les travaux menés dans les différents champs des sciences onomastiques. Elle soutient le colloque mondial organisé chaque année par l'un de ses membres[5].

En FranceModifier

L'organe officiel dédié à la recherche onomastique en France est le Centre d'onomastique des Archives nationales et il se trouve hébergé par le Centre d'accueil et de recherche des Archives nationales à Paris. Ouvert au public, il comporte une bibliothèque rassemblant plus de 8 000 ouvrages[6] ainsi qu'un fonds cartographique.

Fondée en 1960 par les héritiers de la pensée d'Albert Dauzat, la Société française d'onomastique édite une revue, paraissant chaque année en un numéro double, et des Cahiers qui privilégient une approche de vulgarisation. Elle attribue un prix, le Prix Albert Dauzat, ainsi qu'un colloque qui se tient tous les deux ans et dont les Actes font l'objet d'une publication[7].

Champs d'applicationModifier

Les deux branches principales et les plus anciennes de l'onomastique sont l'anthroponymie et la toponymie, science qui s'applique aussi à étudier les noms de cours et étendues d'eau (hydronymie), de relief (oronymie) ou de voies de communication (odonymie). Elle intervient également dans le domaine commercial où elle étudie les noms des boutiques, des enseignes ou des marques.

Vocabulaire d’onomastiqueModifier

Onomastique des personnes, des peuples et des languesModifier

  • andronyme : nom d'un homme, nom de l'époux ;
  • anthroponyme : nom de personne ;
  • aptonyme : néologisme québécois désignant un patronyme fondé sur une entité lexicale dont le sens est lié à une caractéristique de la personne, comme son métier, ses occupations, etc. et désigné en anglais « charactonym » (exemple : M. Painchaud, boulanger) ;
  • autonyme : terme par lequel les locuteurs désignent leur propre langue, ou leur propre ethnie[8] ;
  • cognomen : surnom placé après le nomen d'un Romain, héréditaire ou individuel ;
  • cryptonyme : nom de personne servant à dissimuler son identité (exemple : nom d'acteur Raimu pour Jules Muraire) ;
  • déoronyme : nom formé sur un nom de montagne ou de hauteur ;
  • détoponyme : nom formé sur un nom de lieu ;
  • ethnonyme : nom de peuple ;
  • gentilé : désignation des habitants d’un lieu ;
  • gentilice : nom d'un clan chez les Romains ;
  • glottonyme ou glossonyme : nom de langue ;
  • gynéconyme : nom d'une femme ;
  • hagionyme : nom de saint ;
  • hétéronyme : nom de personne emprunté à une autre (exemple : Boileau pour l'écrivain Charles Cotin) ;
  • homonyme : personne portant le même nom propre qu'une autre ;
  • hypocoristique : modification affectueuse du nom d'une personne, par exemple Pierrot pour Pierre ;
  • idionyme : nom propre à une seule personne (exemple : Vercingétorix) ;
  • matronyme : nom de famille transmis par la mère ;
  • mononyme : nom unique identifiant généralement une personne, comme Voltaire ou Colette ;
  • nomen : nom d'une famille, d'une lignée chez les Romains ;
  • ognomen : surnom individuel pouvant s'ajouter au cognomen chez les Romains ;
  • papponyme : nom formé sur le nom grand-paternel ;
  • particule : préposition précédant un nom de famille ;
  • patronyme : nom transmis par le père ;
  • pseudonyme : nom d'emprunt d'une personne ;
  • sobriquet : surnom affectif, souvent dévalorisant, donné à une personne ;
  • socionyme : nom d'un groupe social (exemple : les Contis pour les ouvriers travaillant à l'usine Continental) ;
  • supernomen : nom de personne ajouté au nom romain en dehors de l'Italie et dès le Bas-Empire romain ;
  • surnom : nom familier autre que le prénom et le nom (exemple : Chichi pour Jacques Chirac) ;
  • topo-patronyme : patronyme qui reflète une origine géographique (toponyme). Nom indiquant une région, une ville, un village ou hameau voire le lieu d'habitation de la famille.

Onomastique des lieuxModifier

  • agronyme : nom de parcelle de terre non habitée ;
  • allonyme : nom de lieu désignant concurremment un même lieu (exemple : Byzance, Constantinople et Istanbul) ;
  • anthropotoponyme : nom de lieu formé sur le nom d'une personne ;
  • choronyme : nom de lieu ou de région issu d’une caractéristique géographique physique ou d'une particularité environnementale ;
  • ornithonyme : nom de lieu issu de celui d'oiseaux ;
  • hagiotoponyme : nom de lieu en rapport avec la sainteté ;
  • hydronyme : nom d’un cours d’eau ou d’une étendue d'eau ;
  • limnonyme : nom d'étendue d'eau (lac, étang...) ;
  • macrotoponyme : nom de hameau, de commune, de paroisse, de zone occupée (ZAC, etc.) ou habitée (quartier, lotissement, etc.) ;
  • microtoponyme : nom de lieu-dit, d'écart habité ou non (souvent une parcelle cadastrale ou un quartier) ;
  • néotoponyme : nom de lieu de création récente ;
  • nésonyme : nom d'île ;
  • odonyme : nom de voie de communication ;
  • oronyme : nom de montagne ;
  • polionyme : nom de ville ou d'agglomération ;
  • spéléolonyme : nom de grotte ;
  • thalassonyme : nom de lieu marin ;
  • toponyme : nom de lieu en général ;
  • urbanonyme : cf polionyme.

Management et marketingModifier

Onomastique dans l'apologétique chrétienneModifier

L'onomastique a fait récemment l'objet de recherches apologétiques approfondies de deux spécialistes du Nouveau Testament : Richard Bauckham[10] et Peter Williams[11]. Selon ces auteurs, l'étude des noms propres se trouvant dans les évangiles accréditerait la thèse selon laquelle ceux-ci résulteraient de témoignages oculaires.

AutresModifier

  • acronyme : sigle se prononçant comme un mot normal ;
  • bathéonyme : nom d'une profondeur (gouffre, dépression de terrain...) ;
  • chromonyme : nom de couleur ;
  • chrononyme : nom d'une période historique ;
  • dendronyme : nom d'arbre ;
  • domonyme : nom de bâtiment, d'édifice public ou privé ;
  • éconyme : nom porté par une maison, héréditaire et transmissible même s'il y a changement de propriétaire ;
  • phytonyme : nom de plante ;
  • tautonyme : en zoologie, répétition exacte du nom du genre pour désigner l'espèce (ex. : Rattus rattus) ;
  • théonyme : nom de divinité ;
  • zoonyme : nom d'animal.

Notes et référencesModifier

  1. Définition d'onomastique sur Larousse.fr
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « onomastique » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  3. Pierre-Henri Billy et Sébastien Nadiras (préf. Françoise Banat-Berger), Les Noms de lieux et de personnes en France, Guide bibliographique, Paris, Archives nationales, (ISBN 978-2-7355-0904-1), p. 9
  4. Elian Carsenat, Onomastique et Big Data, Paris Innovation Review, 17 septembre 2013
  5. Nouvelle revue d'onomastique, année 2000 (lire en ligne), p. 374
  6. Archives nationales France, « Accueil », sur www.archives-nationales.culture.gouv.fr/ (consulté le 29 juin 2019)
  7. « SFO - Société française d'Onomastique - Toponymie - Anthroponymie - Actuellement », sur www.sfo-onomastique.fr (consulté le 29 juin 2019)
  8. Ce terme a diverses autres acceptions.
  9. Roland Moreno avait mis au point un logiciel (le Radoteur) générant automatiquement des mots nouveaux, et notamment des noms de marques (censément évocateurs), à partir de corpus de termes d'un ou de plusieurs domaines comme les noms de fleurs.
  10. (en) Richard Bauckham, Jesus and the Eyewitnesses: The Gospels as Eyewitness Testimony, Cambridge, Eerdmans, , 538 p. (ISBN 978-0-8028-6390-4), p. 39-92.
  11. « [VIDEO] Peter J. Williams - Nouvelles preuves que les Evangiles sont basés sur des témoignages oculaires. », sur www.leboncombat.fr, (consulté le 8 septembre 2014).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Pierre-Henri Billy et Sébastien Nadiras, Les Noms de lieux et de personnes en France : Guide bibliographique, Paris, Archives nationales, 2019
  • Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6).
  • Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France, Larousse, 1951
  • Marianne Mulon, Origine et histoire des noms de famille : Essais d'anthroponymie, éditions Errance, 2002
  • Stéphane Gendron, L’Origine des noms de lieux en France : Essai de toponymie, Hespérides, 2008
  • Le Robert encyclopédique des noms propres, 2009 (ISBN 978-2-84902-388-4)
  • Jacques Astor, Dictionnaire des noms de famille et des noms de lieux du midi de la France, Millau, Éditions du Beffroi, , 1293 p. (ISBN 2-908123-59-2, notice BnF no FRBNF39034098).
  • Pierre-Henri Billy, Dictionnaire des noms de lieux de la France, éditions Errance, (ISBN 978-2-87772-449-4) , 2011
  • Paul Fabre, « Théorie du nom propre et recherche onomastique », Cahiers de praxématique, Presses de l’université Paul-Valéry Montpellier, no 8 « Théories et fonctionnements du nom propre »,‎ , p. 9-25 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Logiciels :

Autres :