Ouvrir le menu principal

Stanley Tucci

acteur et cinéaste américain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tucci.
Stanley Tucci
Description de cette image, également commentée ci-après
Lors de la Berlinale 2017.
Naissance (58 ans)
Peekskill, New York (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Réalisateur
Producteur
Scénariste
Films notables Le Terminal
Le Diable s'habille en Prada
Julie et Julia
Lovely Bones
The Hunger Games
Hunger Games L'embrasement
Spotlight
Transformers : l'âge de l'extinction
La Belle et la Bête
Séries notables Feud
Fortitude

Stanley Tucci est un acteur, réalisateur, producteur et scénariste américain, né le à Peekskill (État de New York).

Sommaire

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

D'origine italienne (Calabre), ses parents sont Jeanne Tropiano, une secrétaire et écrivain, et Stanley Tucci (Senior), un professeur d'art à Horace Greeley High School à Chappaqua, New York[1].

Il est l'aîné de trois enfants, parmi lesquels l'actrice Christine Tucci, et compte comme cousin le scénariste Joseph Tropiano. Tucci a grandi à Katonah, non loin de son lieu de naissance, mais au cours des années 1970, la famille a également passé un an à Florence, en Italie. Il a étudié au John Jay High School, obtenant son diplôme en 1982[2],[3].

CarrièreModifier

Débuts, seconds rôles, réalisation et révélation (1980-1990)Modifier

L'actrice Colleen Dewhurst, qui connaissait la mère de Tucci, s'est arrangée pour que le jeune homme et l'acteur Campbell Scott jouent un petit rôle en tant que soldats dans une pièce à Broadway, le 30 septembre 1982[4].

Sa carrière démarre réellement avec le film de John Huston, L'Honneur des Prizzi (1985) avec Jack Nicholson. S'il joue ensuite le rôle d'un médecin dans Incidents de parcours (1988) de George Andrew Romero, c'est dans L'Affaire Pélican (1993), où il interprète un tueur, et Kiss of Death (1995), où il incarne un procureur malhonnête, qu'il se fait remarquer[5].

Habitué des seconds rôles, il donne la réplique à Madonna dans Who's That Girl (1987), joue dans le familial Beethoven (1992) mais aussi la comédie romantique portée par Alec Baldwin et Meg Ryan Le Baiser empoisonné (1992). Il s'en suit le policier L'Œil public (1992) avec Joe Pesci et Barbara Hershey, la comédie Pas de vacances pour les Blues (1993) dans laquelle il donne la réplique à Kathleen Turner et Dennis Quaid, le drame au casting choral d'Alan Rudolph, Mrs Parker et le Cercle vicieux (1994), vient ensuite la romance Milliardaire malgré lui (1994) menée par Nicolas Cage et Bridget Fonda ainsi que le drame Somebody to Love (1994) d'Alexandre Rockwell avec Rosie Perez et Harvey Keitel.

L'acteur se fait aussi connaître, en tant que réalisateur. Sa première réalisation, la comédie dramatique À table (1996), dans laquelle il occupe le rôle principal, raconte les déboires de deux frères italiens voulant sauver leur restaurant de la faillite. Un premier essai salué, il reçoit les éloges de la critiques et une vague de nominations et récompenses. Co-réalisé avec Campbell Scott, il enfile aussi la casquette de producteur et de scénariste[5]. Le film est présenté au Festival du film de Sundance.

Deux ans plus tard, il présente la comédie dramatique Les Imposteurs (1998), en compétition au Festival de Cannes 1998 dans la catégorie Un certain regard et dans laquelle il s'octroie le premier rôle aux côtés d'Oliver Platt.

Entre-temps, il poursuit en tant qu'acteur avec En route vers Manhattan (1996) de Greg Mottola, il est dirigé par Woody Allen dans Harry dans tous ses états (1997), puis Danny Boyle pour Une vie moins ordinaire (1997) et apparaît dans Le Songe d'une nuit d'été (1999).

Reconnaissance critique (années 2000)Modifier

En 2000, il présente son troisième long métrage, dont la sortie se fait plus discrète que les deux précédents[1], tout en étant adoubé par la profession[6], avec le drame Joe Gould's Secret (2002), basé sur la véritable amitié entre un journaliste et un vagabond dans les années 1940 et 1950. Il y dirige les acteurs Ian Holm, Hope Davis et Sarah Hyland.

Tout en maintenant une carrière prolifique au cinéma, il reçoit les éloges pour son travail à la télévision. Il remporte notamment un Primetime Emmy Awards et un Golden Globes grâce à son rôle dans le téléfilm Winchell (1998) de Paul Mazursky, mais aussi un Primetime Emmy Award du meilleur acteur invité dans une série télévisée comique suite à sa participation à la série Monk (2002) et le Golden Globe du meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm pour le téléfilm HBO, Conspiration (2001)[1].

Il complète son palmarès de seconds rôles, toujours très sollicité et tourne pour des productions importantes[5] comme Couple de stars (2001), et deux films aux côtés de Tom Hanks, Les Sentiers de la perdition (2002) de Sam Mendes, Le Terminal (2004) de Steven Spielberg. Il incarne aussi Stanley Kubrick pour les besoins de Moi, Peter Sellers (2004).

Durant cette période, le comédien fait un retour remarqué au théâtre, en jouant le premier rôle de la pièce Frankie and Johnny in the Clair de Lune qui lui vaut une proposition pour le Tony Award du meilleur acteur dans une pièce[7].

 
Avec Anne Hathaway et Meryl Streep lors de la présentation du film Le diable s'habille en Prada, à Venise, en 2006.

L'année 2006 est chargée pour l'acteur : au cinéma, il est le fidèle associé de Meryl Streep dans le large succès public Le Diable s'habille en Prada, mais c'est surtout à la télévision qu'il est présent en tant que guest star dans la série télévisée médicale populaire Urgences, interprétant durant quelques épisodes le Dr Kevin Moretti. Il réalise aussi une performance remarquée dans le film policier Slevin (2006) de Paul McGuigan[1].

En 2007, sort son quatrième film en tant que réalisateur avec la romance Blind Date dans laquelle il joue aux côtés de Patricia Clarkson, Thijs Römer et dirige pour l'occasion, à nouveau, la jeune Sarah Hyland.

Il retrouve Meryl Streep en 2009 à l'affiche de Julie & Julia, un film biographique consacré à Julia Child. Avant cela, il pratique le doublage pour deux films d'animations : Les Chimpanzés de l'espace et La Légende de Despereaux, tout deux sortis en 2008.

Confirmation (années 2010)Modifier

Sa prestation dans Lovely Bones (2010), où il incarne l'assassin de la petite Susie, lui vaut une nomination aux Oscars dans la catégorie Meilleur acteur dans un second rôle. Il est aussi proposé aux BAFTA Awards et aux Golden Globes dans la même catégorie[1]. La même année, il joue aux côtés de Cher et Christina Aguilera dans la comédie musicale Burlesque et il est le père d'Emma Stone dans la comédie Easy Girl.

En 2011, c'est avec le drame de J. C. Chandor, Margin Call, qui évoque, sur une période de 36 heures, le déclenchement de la crise financière de 2008, qu'il connaît un nouveau succès critique. Cette année-là, l'acteur incarne celui qui recrute Chris Evans pour en faire Captain America dans Captain America: First Avenger (2011). Dès lors, cette décennie, l'acteur tourne dans un nombre important de blockbusters[5].

En mars 2012 sort l'adaptation du roman de Suzanne Collins, Hunger Games, où il tient le rôle du présentateur de l'émission, Caesar Flickerman. Il restera fidèle à ce personnage, suite au large succès rencontré par cette série de films, à travers le monde, pour les prochains volets : Hunger Games : L'Embrasement (2013), Hunger Games : La Révolte, partie 1 (2014) et Hunger Games : La Révolte, partie 2 (2015).

Il continue d'être à l'affiche de longs métrages aux genres variés : la comédie Gambit : Arnaque à l'anglaise, sortie en 2012 avec Colin Firth, Cameron Diaz et Alan Rickman. il s'agit d'un remake de Un hold-up extraordinaire (1966) de Ronald Neame. Le blockbuster d'aventure fantastique Jack le chasseur de géants de Bryan Singer et le drame biographique, présenté en ouverture du Festival international du film de Toronto 2013, Le Cinquième Pouvoir qui revient sur l'histoire du site Internet WikiLeaks.

Il s'illustre aussi dans le rôle de Dionysos pour Percy Jackson : La Mer des monstres (2013) et il est, en 2014, la voix de Léonard de Vinci dans le film d'animation M. Peabody et Sherman : Les Voyages dans le temps de Rob Minkoff. La même année, il obtient également un des rôles principaux dans Transformers : L'Âge de l'extinction, celui de Joshua Joyce. Il s'agit de l'avant dernier épisode de la saga dantesque[8]. Un rôle que l'acteur est amené à reprendre pour Transformers: The Last Knight, qui sort en 2017.

Cependant, l'acteur reste aussi fidèle aux oeuvres plus modestes telles que Les Jardins du roi (2014) réalisé par son ami Alan Rickman, l'oscarisé Spotlight (2015) de Tom McCarthy et il est le compagnon de Emma Thompson dans My Lady (2017).

En 2016, c'est la quatrième fois que l'acteur se rend au Festival du cinéma américain de Deauville. Cette année-là, il est à l'honneur lors d'une soirée hommage et l'inauguration de sa cabine[9]. Il y vient aussi pour présenter son nouveau film dont il est à l'origine du scénario, Alberto Giacometti, The Final Portrait dans lequel il dirige les françaises Sylvie Testud et Clémence Poésy. Il s'agit d'un film biographique sur le peintre et sculpteur suisse Alberto Giacometti. Cette production est notamment présentée lors de la Berlinale 2017.

 
Lors de la convention Heroes & Villains FanFest 2017.

Cette même année, il obtient le rôle de Maestro Cadenza dans le blockbuster La Belle et la Bête. Il s'agit de l'adaptation en prise de vue réelle du classique d'animation des studios Disney, La Belle et la Bête, sorti en 1991. Le film est un succès colossal lors de sa sortie en salles, réussissant à dépasser le milliard de recettes au box office[10],[11], ce qui en fait le film musical le plus lucratif de tous les temps.

Côté télévision, il participe à la mini-série plébiscitée, Feud de Ryan Murphy. Donnant la réplique à Jessica Lange et Susan Sarandon afin d'interpréter le producteur Jack Warner, président de la Warner Bros.

En 2019, aux côtés de Kiernan Shipka et Miranda Otto, il est le premier rôle masculin du thriller post-apocalyptique The Silence réalisé par John R. Leonetti, distribué par la plateforme Netflix[12],[13],[14]. La même année, il défend la mini-série de Facebook Watch, Lifetown, aux côtés de Jessica Biel[15].

En 2020, il est rejoint la large distribution réunie pour le prequel de Kingsman : Services secrets, sorti en 2015, Kingsman: The Great Game aux côtés d'Harris Dickinson, Aaron Taylor-Johnson, Matthew Goode, Charles Dance, Ralph Fiennes, Liam Neeson et Gemma Arterton[16].

Vie privéeModifier

Il est le père de trois enfants issus de son précédent mariage avec Kathryn Tucci, décédée d'un cancer en 2009. Le couple accueille des jumeaux, Nicolo Robert et Isabel Concetta, nés le 21 janvier 2000 à Manhattan, puis, une fille, Camilla Tucci, née en 2002[1].

Il se fiance à Felicity Blunt, la sœur d'Emily Blunt, en novembre 2011, à Berlin. Le couple s'est rencontré en 2006 durant le tournage du Diable s'habille en Prada mais ne se met ensemble qu'à partir de 2010, suite au mariage d'Emily Blunt et de John Krasinski[17]. Ils se marient, en secret, en août 2012. Ils renouvellent leurs vœux à Londres, en septembre 2012, en présence du couple Kransinski/Blunt, Meryl Streep, Steve Buscemi, Colin Firth et Ewan McGregor[18]. Ils accueillent leur premier enfant, le , un garçon Mateo Tucci, puis le second, une fille, Emilia Giovanna, le [1].

ThéâtreModifier

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IBDb[7].

En tant que comédienModifier

  • 1982 : The Queen and the Rebels de Waris Hussein : un soldat
  • 1983 : The Misanthrope de Stephen Porter : Dubois / Alceste
  • 1983 : Brighton Beach Memoirs de Gene Saks
  • 1985 : The Iceman Cometh de José Quintero : Rocky Pioggi / Don Parritt
  • 1986 : Execution of Justice de Emily Mann : Edward Erdelatz / Sullivan
  • 2002 - 2003 : Frankie and Johnny in the Clair de Lune de Terrence McNally : Johnny

En tant que metteur en scèneModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

Longs métragesModifier

Années 1980Modifier
Années 1990Modifier
Années 2000Modifier
Années 2010Modifier

Courts métragesModifier

  • 1995 : Lulu Askew de Lynn K. D'Angona : Tom
  • 2011 : Beastie Boys: Fight for Your Right Revisited de Adam Yauch : Le père
  • 2012 : I'm Fast! de Galen Fott : Train Engine (voix)
  • 2013 : Blackout de Melissa Ellard, Paul Gagne et David Trexler : Le narrateur (voix)

TélévisionModifier

Séries téléviséesModifier

TéléfilmsModifier

Jeux vidéoModifier

Comme producteurModifier

Comme réalisateurModifier

Comme scénaristeModifier

  • 2013 : Independent Lens (série télévisée documentaire, 1 épisode - également réalisateur)

DistinctionsModifier

Note : Cette section récapitule les principales récompenses et nominations obtenues par Stanley Tucci. Pour une liste plus complète, se référer au site IMDb[20].

RécompensesModifier

NominationsModifier

Voix françaisesModifier

En France, Bernard Alane est la voix française régulière de Stanley Tucci. Pierre-François Pistorio[22] et Gérard Darier[22] l'ont également doublé à six reprises. Il y a aussi Philippe Peythieu[22] et Pierre Tessier[22] qui l'ont doublé respectivement à quatre et trois occasions.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g (en) « Stanley Tucci Biography », sur IMDb
  2. "Touch of Evil". People. January 22, 1996. Retrieved December 10, 2012. .
  3. Staudter, Thomas (April 02, 2000). "Film Screening to Benefit Peekskill Theater". The New York Times. Retrieved December 10, 2012. .
  4. "Stanley Tucci Biography (1960–)". FilmReference.com. Retrieved August 8, 2012. For example, Biography.com and Rovi's AllMovie.com give November 11, while Playbill, Rovi's AllMusic.com, and the book The Great Dictators by Angela Baldassare (Guernica Éditions, 1999, p. 104) give January 11, 1960. .
  5. a b c et d « Stanley Tucci : Sa biographie - AlloCiné », sur AlloCiné
  6. (en) « Joe Gould's Secret (2000) Critic Reviews », sur IMDb
  7. a b et c (en) « Stanley Tucci - Broadway Cast & Staff », sur IBDb
  8. « Ce soir à la télé : on mate "Monsieur Batignole" et "En Guerre" », sur AlloCiné,
  9. Jean-Christian Hay, « Stanley Tucci: « Je n’ai que de bons souvenirs à Deauville » », sur Gala,
  10. « BOX Office Beauty and the Beast (2017) », sur http://www.jpbox-office.com/
  11. Mathilde Cesbron, « La Belle et la Bête atteint le milliard de dollars au box-office », sur http://www.lepoint.fr,
  12. CL, « Bande-annonce The Silence sur Netflix : l'héroïne de Sabrina dans un thriller apocalyptique », sur AlloCiné,
  13. Amandine Dall'omo, « The Silence | Critique (et bande annonce) du film Netflix », sur Le bleu du miroir
  14. Remi Lou, « Netflix dévoile The Silence, un film d’horreur à mi-chemin entre Bird Box et Sans un Bruit », sur Journal du Geek,
  15. (en) Ray Flook, « “Limetown”: Our First Look at Jessica Biel in Facebook Watch’s Mystery-Thriller Podcast Adapt », sur Bleeding Cool,
  16. « Kingsman : Disney ne va pas toucher à la violence et l'humour des films (pour l'instant) », sur Ecran Large,
  17. Zach Johnson, « L'épouse de Stanley Tucci, Felicity Blunt, est enceinte de son deuxième enfant », sur E News,
  18. « Stanley Tucci (Hunger Games) : Sa femme de nouveau enceinte », sur Pure People,
  19. « Stanley Tucci », sur RS doublage.
  20. (en) « Stanley Tucci Awards », sur IMDb
  21. a et b prix partagé avec le reste de la distribution
  22. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r « Comédiens ayant doublé Stanley Tucci en France » sur RS Doublage.
  23. « Fiche du doublage français du film M. Peabody et Sherman : Les Voyages dans le temps » sur AlloDoublage, consulté le 16 février 2014.