Kiss of Death (film, 1995)

film de Barbet Schroeder
(Redirigé depuis Kiss of Death (1995))
Kiss of Death
Titre québécois Le Baiser de la mort
Réalisation Barbet Schroeder
Scénario Richard Price
Musique Trevor Jones
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre policier
Durée 97 minutes
Sortie 1995


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Kiss of Death ou Le Baiser de la mort au Québec est un film américain réalisé par Barbet Schroeder et sorti en 1995. Il s'agit d'un remake, plus ou moins fidèle, du film Le Carrefour de la mort (1947) de Henry Hathaway, lui-même inspiré d'un roman d'Eleazar Lipsky.

SynopsisModifier

Jimmy Kilmartin est un ex-voleur de voitures vivant aujourd'hui à Astoria dans le Queens avec sa femme Bev et leur fille. Jimmy et Bev tentent également de lutter contre l'alcoolisme. Jimmy se voit contraint de reprendre du service pour le compte du dangereux Little Junior Brown. Il s'agit d'un travail de 2 heures uniquement. S'il refuse, son cousin Ronnie sera tué. L'opération se passe très mal, un policier du nom de Calvin Hart est touché par une balle en pleine figure et Kilmartin est arrêté. Kilmartin va devoir s'infiltrer dans le gang de Little Junior pour le compte de la police.... et pour des raisons personnelles.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

Kiss of Death est un remake du film Le Carrefour de la mort, réalisé en 1947 par Henry Hathaway. Un autre remake transposé dans l'univers du western a été réalisé par Gordon Douglas en 1958 : Le Tueur au visage d'ange.

Pour tenir le rôle de Jimmy Kilmartin, David Caruso quitte la série à succès New York Police Blues[1].

Le tournage a lieu à New York, principalement dans le Queens (Forest Hills, Astoria, Elmhurst, Kew Gardens) ainsi qu'à Brooklyn (studios situés au New York Navy Yard). Il a également lieu dans l'État de New York (prison de Sing Sing) et dans le New Jersey[2].

Bande originaleModifier

AccueilModifier

DistinctionModifier

Aux Razzie Awards 1996, David Caruso est nommé pour la pire révélation[3].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier