Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arterton.
Gemma Arterton
Description de cette image, également commentée ci-après
Arterton au festival de Toronto lors de la première de Gemma Bovery, en
Nom de naissance Gemma Christina Arterton
Naissance (33 ans)
Gravesend, Kent, Angleterre, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Actrice
Films notables

Gemma Arterton[1] est une actrice britannique, née le [2] à Gravesend (Kent, Angleterre).

Après avoir été formée notamment à la Royal Academy of Dramatic Art de Londres, elle commence sa carrière en 2007 avec le téléfilm Capturing Mary, puis sur les planches avec la pièce Peines d'amour perdues. La même année, elle fait ses débuts au cinéma avec St. Trinian's, qui la révèle au grand public, mais son rôle de l'agent Strawberry Fields dans le 22e épisode de James Bond, Quantum of Solace, lui permet de se faire connaître de manière plus large.

Par la suite, elle enchaîne les blockbusters hollywoodiens : Le Choc des Titans (2010), Prince of Persia : Les Sables du temps (2011), Hansel et Gretel : Witch Hunters et Players(2013), reçoivent cependant un accueil critique très faible[3].

En revanche, elle s'impose en Europe en tête d'affiche de films indépendants anglais saluées par la critique : Tamara Drewe (2010), La Disparition d'Alice Creed (2010), Song for Marion (2013), Une femme heureuse (2017). Elle s'investit aussi dans un cinéma de genre, avec les co-productions internationales fantastiques Byzantium (2012), de Neil Jordan, The Voices (2014), de Marjane Satrapi et The Last Girl - Celle qui a tous les dons (2016), de Colm McCarthy.[4].

En 2014, Gemma Arterton tourne son premier long-métrage en langue française Gemma Bovery, réalisé par Anne Fontaine, dans lequel elle partage l'affiche avec Fabrice Luchini. En 2016, elle tourne encore dans un film en langue française : le drame choral Orpheline, aux côtés d'Adèle Exarchopoulos.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Gemma Christina Arterton est née le à Gravesend dans le Kent, en Angleterre, elle est la fille de Sally-Anne Arterton (née Heap)[1], femme de ménage, et de Barry Arterton, soudeur[5]. Née avec une polydactylie, ayant eu un doigt supplémentaire à chaque main, qui lui furent enlevés chirurgicalement étant petite, et ayant une oreille froissée[6],[7], elle a été élevée, avec sa sœur, Hannah Jane, par leur mère dans un logement social de la ville de Gravesend[5],[8],[9],[10] ; ses parents ont divorcé quand elle avait cinq ans[11]. Adolescente, elle a fait partie d'un groupe punk « douteux », Violent Rose. Concernant cette expérience, elle dira : « Nous étions des filles punks névrosées, je pense que c'est mon truc. Je suis une vedette punk rock en dessous qui meurt d'envie de sortir[NB 1] »[12].

À seize ans, celle qui se destinait à devenir chanteuse s'est tourné finalement vers le métier d'actrice après avoir vu Björk dans le film Dancer in the Dark, de Lars von Trier[13].

Après avoir suivi la Gravesend Grammar School for Girls, à Gravesend[14], elle a suivi un cours d'arts du spectacle au Théâtre Miskin à Dartford, puis poursuivit sa formation à la Royal Academy of Dramatic Art de Londres[15]. Ayant obtenu une bourse afin de rentrer à la Royal Academy, elle débarqua à Londres sans un sou et dut, pour payer son loyer, travailler comme vendeuse de maquillage[NB 2] et comme hôtesse dans un karaoké-bar, le Duke of Sussex. Elle dira plus tard qu'à l'Académie, elle était l'Eliza Doolittle de la classe, en référence au personnage de My Fair Lady, car les élèves étaient tous de milieux aisés[13]. En 2006, elle travailla comme hôtesse de karaoké dans le karaoké bar Honest's Dave. Elle dira : « C'est un pub rugueux de gangsters près de Waterloo. Le propriétaire, 'Honest Dave', a dit que « si les choses devenaient tendues, qu'il fallait chanter la chanson de Titanic » – My Heart Will Go On de Céline Dion. Je l'ai fait et ça les a refroidis[NB 3] »[12].

Elle côtoie les planches du Cours Florent lors de ses passages en France[16],[17]. Elle parle couramment le français après l'avoir appris en six mois pour le tournage de Gemma Bovery[18].

Débuts d'actrice en Angleterre (2007-2008)Modifier

Elle débute en jouant dans le téléfilm Capturing Mary, alors qu'elle était encore à l'école d'art dramatique[19] et fait ses débuts au théâtre en incarnant Rosaline dans la pièce Peines d'amour perdues, de William Shakespeare, qui est joué au Théâtre du Globe de Londres en 2007[20]. Elle est engagée pour jouer le rôle de Kelly Jones dans la comédie St. Trinian's, sortie en salles en 2007 qui marque ses débuts au cinéma[14]. Lors de l'audition pour le personnage, elle se retrouva en face de Sienna Miller, pensant qu'elle « n'avait aucune chance », mais quand Arterton a finalement obtenu le rôle de Kelly, elle a dit qu'elle a « sauté si haut » que sa « tête a touché le plafond »[12].

Bien que le film ait rencontré un accueil négatif de la part des critiques[21],[22], le film remporte un succès commercial au box-office britannique et a rapporté plus de 29 millions de $ de recettes mondiales[23]. Aux États-Unis, le film, ayant connu une sortie limitée, est distribué durant une semaine et ne rapporte que 15 000 $[24]. La prestation de la jeune actrice de vingt-et-un ans ne passe pas inaperçue puisqu'elle obtient deux nominations, la première, au Empire Awards, dans la catégorie meilleure nouvelle venue et la seconde, au National Movie Awards dans la catégorie meilleure actrice.

Elle tient par la suite un second rôle dans RocknRolla, film de gangsters réalisé par Guy Ritchie, dans lequel elle se retrouve dans une prestigieuse distribution tels que Gerard Butler, Thandie Newton et Mark Strong. Le film, largement exporté à l'international, lui permet d'avoir une certaine exposition.

Révélation internationale (2008-2010)Modifier

En 2008, elle opère une véritable percée médiatique en devenant une James Bond girl, dans le 22e film de la saga éponyme, intitulé Quantum of Solace. Elle y a pour partenaires son compatriote Daniel Craig et le français Mathieu Amalric[25]. Choisie parmi près de 1 500 candidates, elle y joue Strawberry Fields, une employée du MI6 chargée de ramener James Bond en Angleterre. Son personnage est décrit comme un « rôle de taille enviable »[26] et qu'elle décrit elle-même comme « la crêpe de la pensée de l'homme[NB 4] »[27]. Le film reçoit un accueil critique positif mais modéré[28],[29] et obtient un succès commercial, avec 586 millions de $ de recettes mondiales[30], devenant ainsi le plus grand succès cinématographique au box-office de l'actrice[31]. En France, le long-métrage réunit 3,7 millions de spectateurs[32]. Elle obtient l'Empire Award du meilleur espoir pour sa prestation.

La même année, elle tient le rôle-titre de la mini-série britannique Tess of the D'Urbervilles, adaptation du roman de Thomas Hardy par la BBC et incarne Elizabeth Bennett dans Orgueil et Quiproquos, version parodique et humoristique du roman Orgueil et préjugés, écrit par Jane Austen[33].

En 2009, elle figure au sein de la riche distribution de la comédie anglaise Good Morning England, de Richard Curtis, mais joue aussi dans la suite St. Trinian's 2 : The Legend of Fritton's Gold, aux côtés de Colin Firth, David Tennant et Rupert Everett. Le film rencontre un échec critique similaire au premier volet, et convainc mois au box-office que l'opus précédent[34].

C'est l'année suivante qu'elle capitalise sur le succès commercial de Quantum of Solace, en étant choisie pour participer à des grosses productions hollywoodiennes. Tout d'abord, elle incarne Io dans le blockbuster d'héroic fantasy Le Choc des Titans, réalisé par le français Louis Leterrier, remake du film de 1981. Elle y a pour partenaire Sam Worthington. Le film est mal accueilli par la critique[35], mais remporte un succès au box-office avec 493 millions de $ de recettes mondiales[36] et près de 1,9 million d'entrées en France[37]. La même année, elle prête ses traits à la princesse Tamina pour Prince of Persia : Les Sables du temps, adaptation cinématographique du jeu vidéo éponyme réalisé par l'anglais Mike Newell. Afin de se préparer au rôle, elle s'est mise à l'équitation à Madrid avant le tournage[38]. L'accueil critique est également mitigé[39] et rapporte 335,4 millions de $ de recettes mondiales, malgré l'échec sur le territoire américain[40]. Prince of Persia est également un succès sur le territoire français, avec 2,2 millions d'entrées[41].

Mais cette année-là, c'est à deux films indépendants anglais qu'elle doit les faveurs de la critique : elle est la tête d'affiche du thriller La Disparition d'Alice Creed, dans lequel elle incarne une jeune femme riche kidnappée par deux hommes[42]. Puis elle tient le rôle-titre de Tamara Drewe de Stephen Frears (adapté du roman graphique éponyme de Posy Simmonds), dans lequel elle interprète une jeune et jolie journaliste qui revient dans son village natal et sème le trouble auprès de plusieurs hommes. Les deux films rencontrent un accueil critique favorable[43],[44] et rencontre un certain succès en salles, notamment pour Tamara Drewe qui rapporte plus de 11 millions de $ de recettes mondiales[45]. En France, Tamara Drewe réunit près de 596 000 spectateurs[46]. Ses deux performances lui valent une nomination au British Academy of Film and Television Arts[47].

Durant la décennie suivante, elle va ainsi se consacrer à des projets moins commerciaux.

Entre théâtre anglais et cinéma américain (2010-2015)Modifier

 
L'actrice à la première de Byzantium, au Festival de Toronto, en .

En 2009, entre deux tournages de films, elle fait son retour au théâtre avec la pièce The Little Dog Laughed (en), pièce écrite par Douglas Carter Beane (en) et joué au Garrick Theatre, à Londres[48]. De à janvier 2011, elle est à l'affiche d'une autre pièce, Solness le constructeur, d'Henrik Ibsen et joué au Almeida Theatre à Londres, dans lequel elle partage la vedette avec Stephen Dillane[49],[50]. Elle participe à la pièce The Children's Monologues, mise en scène par Danny Boyle, et jouée au Théâtre Old Vic[51].

Elle devait initialement jouer le rôle de Catherine Earnshaw dans une nouvelle adaptation cinématographique des Hauts de Hurlevent[52], mais s'est retirée du projet[53], elle sera remplacée par Kaya Scodelario.

Du 30 novembre au 8 décembre 2012, elle fait partie du jury du 12e Festival international du film de Marrakech. Le jury est présidé par John Boorman, et dans lequel on retrouve notamment James Gray, Lambert Wilson ou encore Marie-Josée Croze[54].

En 2012, elle est à l'affiche de longs-métrages présentés au Festival de Toronto : la co-production anglo-américaine Byzantium, film de vampires réalisé par Neil Jordan et la comédie dramatique anglaise Song for Marion[NB 5], dans lequel elle incarne une jeune et pétillante chef d'une chorale. Sortis en 2013, les longs-métrages sont accueillis favorablement[55],[56], mais rencontrent chacun un résultat différent au box-office, Byzantium obtenant un échec, Song for Marion un petit succès[45].

En 2013, elle défend aussi deux productions hollywoodiennes, toutes deux mal reçues par la critique : tout d'abord, elle incarne Gretel dans le blockbuster Hansel et Gretel : Witch Hunters aux côtés de Jeremy Renner qui lui, incarne Hansel[57]. Il s'agit d'une continuation cinématographique du conte traditionnel du XVIIe siècle Hansel et Gretel, les deux personnages éponymes formant un duo de chasseurs de sorcières. Si les critiques ont émis un avis défavorables[58], il rencontre toutefois un énorme succès au box-office avec 225,7 millions de $ de recettes mondiales[45] et totalise plus de 850 000 entrées[59]. Autre échec critique et même commercial, aux côtés de Justin Timberlake et Ben Affleck dans le thriller Players. Le film ne rencontre pas un franc succès critique[60] et public, avec seulement 62,7 millions de $ de recettes mondiales[45] et 383 000 spectateurs sur le territoire français[61].

Elle se consacre alors au cinéma européen.

Cinéma européen (2014-2016)Modifier

 
L'actrice au Festival international du film de Toronto 2014, pour la présentation du film français Gemma Bovery.

En 2014, elle joue pour la seconde fois le rôle-titre dans une adaptation d'un roman graphique de Posy Simmonds (après Tamara Drewe de Stephen Frears en 2010), Gemma Bovery, publié en 1999, inspiré du roman Madame Bovary de Gustave Flaubert. Gemma Bovery est son premier film français, réalisé par Anne Fontaine, où elle partage la vedette avec Fabrice Luchini. Malgré un bon accueil critique[62], le film n'obtient pas le succès escompté en salles avec près de 570 000 entrées[63]. La même année, elle est à l'affiche du thriller The Voices de Marjane Satrapi, aux côtés de Ryan Reynolds, qui connaît un bon accueil critique[64].

En 2015, dans une interview au journal The Independent, Arterton a déclaré qu'elle était le choix du réalisateur Jonathan Glazer pour tenir le rôle principal du film Under the Skin, mais que toutefois le réalisateur a été contraint de remanier en raison de la perception de manque de « pouvoir de star » de l'actrice[65].

Cette même année, elle multiplie les tournages, lui permettant de défendre quatre longs-métrages en 2016 : tout d'abord le drame 100 Streets, aux côtés d'Idris Elba ; puis un film d'époque, coproduit internationalement, L'Histoire de l'amour, mis en scène par Radu Mihaileanu ; elle revient vers le cinéma de genre en tenant le premier rôle du film de zombies The Last Girl - Celle qui a tous les dons, où elle donne notamment la réplique à Glenn Close. Enfin, elle est aussi la tête d'affiche de la comédie dramatique historique Une belle rencontre, réalisée par Lone Scherfig.

En , Arterton remonte également sur les planches pour jouer le rôle-titre de la pièce Nell Gwynn, transféré du Shakespeare's Globe au Apollo Theatre, situé dans le West End[66],[67].

En septembre 2016, elle fait partie des jurys de la Mostra de Venise lors de la 73e édition, sous la présidence de Sam Mendes. Tous deux ont participé à la série des James Bond.

Tête d'affiche et productrice (depuis 2017)Modifier

 
L'actrice à l'édition 2016 du Festival de Toronto, cette fois pour présenter du drame anglais, Une belle rencontre.

L'année 2017 la voit évoluer dans deux films : son second film français, Orpheline, réalisé par Arnaud des Pallières. Au casting principal figurent aussi Adèle Haenel et Adèle Exarchopoulos. Mais est surtout la tête d'affiche d'un drame social anglais, Une femme heureuse. Elle est également productrice exécutive du long-métrage.

Cette même année, elle déclare qu'elle n'accepterait plus le rôle d'une James Bond girl, à ce stade de sa carrière, considérant qu'à l'âge de 21 ans, c'était surtout une opportunité pour une actrice aux origines modestes[68]. En 2013, elle déclarait cependant qu'il n'y avait aucune honte à être James Bond Girl[69].

Fin 2018, elle présente au Festival de Toronto la romance historique Vita and Virginia dont elle partage l'affiche avec Elizabeth Debicki. Ce long-métrage, qu'elle co-produit également, où elle incarne la romancière et artiste Vita Sackville-West, est prévu pour une sortie en 2019.

D'ici là, elle est la tête d'affiche du premier long-métrage américain de la scénariste-réalisatrice française Julie Delpy, intitulé My Zoe. Elle tiendra également le premier rôle du drame historique anglais Summerland, écrit et réalisé par Jessica Swale. Puis elle donnera la réplique à Jennifer Aniston et Adam Sandler pour les besoins de la comédie potache produite pour Netflix, Murder Mystery. Le français Dany Boon[70] figure aussi au casting.

Enfin, elle revient aux blockbusters, mais sous la direction de l'anglais Matthew Vaughn, avec la préquelle Kingsman: The Great Game. Figurent aussi au casting Aaron Taylor-Johnson et Ralph Fiennes.

Vie publiqueModifier

En 2008, Gemma Arterton est le visage du parfum Bond Girl d'Avon, lancé en octobre de la même année[71]. Ayant déjà commencé une série de publicités pour Avon, Arterton a demandé en mai 2008 un rôle aux côtés de Kate Moss pour la marque Rimmel, mais fut bloqué en raison d'obligations contractuelles vis-à-vis d'Avon[72].

Vie privéeModifier

Elle s’est mariée en toute discrétion en Espagne le . La jeune actrice a dit oui à son fiancé Stefano Catelli lors d’une cérémonie en plein air dans le petit village de Zuheros, en Andalousie[73],[74].

En 2013, elle s'est séparée de son époux[75], le divorce est prononcé le [76].

Elle vit aujourd'hui avec l'assistant réalisateur Franklin Ohanessian[77], rencontré sur le tournage de Gemma Bovery.

ThéâtreModifier

FilmographieModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

CinémaModifier

Longs métragesModifier

Courts métragesModifier

Films d'animationModifier

Prochainement

TélévisionModifier

TéléfilmsModifier

Séries téléviséesModifier

Prochainement

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Voix françaisesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Citation originale : « We were angsty girl punks, I think that's my thing. I am a punk rock star underneath that's dying to come out ».
  2. Selon une interview donnée à Teen Vogue en novembre 2008.
  3. Citation originale : « It was in this rough, gangster pub near Waterloo. The pub owner, ‘Honest Dave’, said ‘if things get fraught, sing the Titanic song’ – Celine Dion’s My Heart Will Go On. I did and it chilled them all out! ».
  4. Ce terme anglais est une façon de décrire un homme ou une femme qui est populaire avec le sexe opposé principalement en raison de leur intelligence, mais aussi en raison de leur attrait physique.
  5. Sorti aux États-Unis sous le titre Unfinished Song.
  6. Il existe deux versions anglophones du film, l'un doublée par des acteurs britanniques, dont Gemma Arterton, une autre par des acteurs américains.
  7. Il s'agit d'une version filmée d'une représentation de la pièce de théâtre éponyme jouée début 2014.

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Births and Marriages England and Wales 1984-2006 », sur Findmypast.com.
  2. (en) Gemma Arterton sur l’Internet Movie Database.
  3. https://www.rottentomatoes.com/celebrity/gemma_arterton
  4. https://www.rottentomatoes.com/celebrity/gemma_arterton
  5. a et b (en) « How St Trinian's Gemma makes easy work of a Shakespearean comedy », sur Daily Mail, .
  6. (en) Matthew Moore, « Bond girl Gemma Arterton was born with six fingers on each hand », sur Telegraph.co.uk, .
  7. (en) « OMG! Gemma Arterton: I had 6 fingers on each hand », sur NowMagazine.co.uk.
  8. (en) Stephen Armstrong, « Gemma Arterton stars in Lost in Austen and Tess of the d’Urbervilles », sur Times Online, .
  9. (en) Damien Fletcher, « Exclusive: Bond Girl Gemma Arterton shops at Primark and mum's a cleaner », sur Mirror, .
  10. (en) James Mottram, « Gemma Arterton - from a council estate to Clash of the Titans », .
  11. (en) Alice Fisher, « Gemma Arterton takes the film world by storm », sur guardian.co.uk, .
  12. a b et c (en) Jessica David, « Gemma Arterton », sur Glamour, (consulté le 3 janvier 2014).
  13. a et b Paola Genone, « Gemma Arterton, une star se révèle », L'Express,‎ (lire en ligne).
  14. a et b « St Trinian's girl Gemma Arterton on the new skool rules », Daily Mail, London,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  15. (en) « Graduate: Gemma Arterton »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur RADA.
  16. http://www.actualite-de-stars.com/biographie/gemma-arterton.html.
  17. http://www.gqmagazine.fr/sexe/les-filles-du-vendredi/diaporama/les-actrices-qui-vont-faire-2013/11107/image/656288#gemma-arterton.
  18. (en) Matt Pringe, « Gemma Arterton on learning French and Hollywood’s lack of good female roles », sur Metro, (consulté le 30 mai 2015).
  19. « Gemma Arterton- Biography », Yahoo! Movies (consulté le 23 novembre 2012).
  20. London Review: Love’s Labour’s Lost CurtainUp.com.
  21. (en) « St. Trinian's », sur Rotten Tomatoes (consulté le 25 décembre 2013).
  22. (en) « St. Trinian's », sur Metacritic (consulté le 25 décembre 2013).
  23. (en) « St. Trinian's : International Box Office », sur Box Office Mojo (consulté le 25 décembre 2013).
  24. (en) « St. Trinian's », sur The Numbers (consulté le 25 décembre 2013).
  25. Olly Richards, « Gemma Arterton Is Bond 22's Girl », Empire,‎ (lire en ligne).
  26. « Bond 22 Pre-Production Diary (22) », MI6-HQ.com, (consulté le 31 décembre 2007).
  27. « Gemma Arterton – Billion Dollar Bond Girl »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), MI6 Confidential (consulté le 31 mars 2011).
  28. (en) « Quantum of Solace », sur Rotten Tomatoes (consulté le 25 décembre 2013).
  29. (en) « Quantum of Solace », sur Metacritic (consulté le 25 décembre 2013).
  30. (en) « Quantum of Solace », sur Box Office Mojo (consulté le 25 décembre 2013).
  31. (en) « Gemma Arterton », sur Box Office Mojo (consulté le 25 décembre 2013).
  32. « Quantum of Solace », sur Jp's Box-office (consulté le 10 janvier 2014).
  33. « Gemma Arterton stars in Lost in Austen and Tess of the d’Urbervilles », The Times, London,‎ (lire en ligne).
  34. (en) « St. Trinian's 2 : International Box Office », sur Box Office Mojo (consulté le 8 mars 2015).
  35. (en) « Clash of the Titans », sur Metacritic (consulté le 26 décembre 2013).
  36. (en) « Clash of the Titans », sur Box Office Mojo (consulté le 26 décembre 2013).
  37. « Le Choc des Titans », sur Jp's Box-office (consulté le 10 janvier 2014).
  38. (en) « Prince of Persia: The Sands of Time », sur Daily Mail (consulté le 31 mars 2015).
  39. (en) « Prince of Persia: The Sands of Time », sur Metacritic (consulté le 26 décembre 2013).
  40. (en) « Prince of Persia: The Sands of Time », sur Box Office Mojo (consulté le 26 décembre 2013).
  41. « Prince of Persia : Les Sables du temps », sur Jp's Box-office (consulté le 10 janvier 2014).
  42. Lane Brown, « Gemma Arterton on The Disappearance of Alice Creed and Not Starring in Transformers 3 », Vulture.com (New York magazine) (consulté le 23 novembre 2012).
  43. (en) « The Disappearance of Alice Creed », sur Metacritic (consulté le 26 décembre 2013).
  44. (en) « Tamara Drewe », sur Metacritic (consulté le 26 décembre 2013).
  45. a b c et d (en) « Gemma Arterton », sur Box Office Mojo (consulté le 26 décembre 2013).
  46. « Tamara Drewe », sur JP Box-office (consulté le 10 janvier 2014).
  47. Mitchell, Wendy. "Black Swan, King's Speech lead films on BAFTA longlist", Screendaily.com, 7 January 2011.
  48. (en) Terri Paddock, « Bond Girl Gemma Arterton Laughs with Little Dog », sur Whatsonstage.com, (consulté le 27 décembre 2013).
  49. https://www.independent.co.uk/extras/indybest/outdoor-activity/the-50-best-autumn-arts-events-2076095.html?action=gallery&ino=24.
  50. http://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-1330879/Gemma-Arterton-ditches-hot-pants-turn-treading-boards-London-play.html.
  51. « The Children’s Monologues »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The Crossed Cow, (consulté le 27 juin 2012).
  52. (en) Singh, Anita, « Bond girl Gemma Arterton to star in Wuthering Heights 'teen drama' », Daily Telegraph, Londres,‎ (lire en ligne).
  53. « Gemma won't be in Wuthering Heights » [archive du ], Press Association via MSN.com, (consulté le 12 mars 2010).
  54. « Festival International du Film de Marrakech 2012 : la sélection ! », sur AlloCiné, (consulté le 26 décembre 2013).
  55. (en) « Byzantium », sur Metacritic (consulté le 27 décembre 2013).
  56. (en) « Unfinished Song », sur Metacritic (consulté le 27 décembre 2013).
  57. « First Look: Jeremy Renner in Hansel and Gretel: Witch Hunters », worstpreviews.com (consulté le 11 décembre 2011).
  58. (en) « Hansel & Gretel : Witch Hunters », sur Metacritic (consulté le 27 décembre 2013).
  59. « Hansel & Gretel : Witch Hunters », sur Jp's Box-office (consulté le 10 janvier 2014).
  60. (en) « Runner Runner », sur Rotten Tomatoes (consulté le 2 janvier 2014).
  61. « Players », sur Jp's Box-office (consulté le 10 janvier 2014).
  62. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-219715/critiques/presse/.
  63. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?affich=france&id=14369.
  64. « The Voices », Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 5 février 2015)
  65. Kaleem Aftab, « Gemma Arterton on black comedy The Voices and why she's turned her back on Hollywood », The Independent,‎ (lire en ligne)
  66. « Gemma Arterton to play Nell Gwynn in London's West End », bbc.co.uk/news, BBC News, (consulté le 27 novembre 2015)
  67. « Gemma Arterton to star in West End transfer of Nell Gwynn », whatsonstage.com, Whats On Stage, (consulté le 27 novembre 2015)
  68. https://www.digitalspy.com/movies/a825302/gemma-arterton-wont-return-to-james-bond/
  69. http://www.commander007.net/2013/05/gemma-arterton-il-ny-a-aucune-honte-a-etre-une-bond-girl/
  70. https://www.huffingtonpost.fr/2018/08/13/murder-mystery-dany-boon-hilare-avec-jennifer-aniston-et-adam-sandler-sur-le-tournage-de-la-serie-netflix_a_23501334/
  71. (en) Wil Longbottom, « Scent of a Bond girl: Gemma Arterton stars in ad for new 007-themed perfume », Daily mail,‎ (lire en ligne).
  72. (en) Kate Nicholl, « You're off the Rimmel case, Agent Gemma », Daily Mail, Londres,‎ (lire en ligne).
  73. (en) « Gemma Arterton Wedding (Photos) - Secret Ceremony in Spain (espagne) », sur National Ledger, .
  74. (en) « Arterton weds Catelli », sur Sify News, .
  75. (en) Richard Kay, « You're fired! Earl kills off historic shoot », Daily Mail,‎ (lire en ligne)It’s true I’ve split with my husband….
  76. http://www.leparisien.fr/laparisienne/actu-people/la-james-bond-girl-gemma-arterton-divorce-22-08-2015-5027837.php.
  77. Tania Willis, « The look of love: Gemma Arterton's new beau French director Franklin Ohanessian is spotted gazing at her adoringly during London gig », sur dailymail.co.uk, (consulté le 23 septembre 2014).
  78. http://www.shakespearesglobe.com/theatre/whats-on/sam-wanamaker-playhouse/the-duchess-of-malfi.
  79. « Just For Laughs Theatricals launching West End musical », The Globe and Mail, (consulté le 3 mars 2014).
  80. (en) Gemma Arterton sur l’Internet Movie Database.
  81. (en) « Full list of GLAMOUR 2011 Awards Winners », sur Glamour, (consulté le 27 décembre 2013).
  82. a b c d e f g et h « Comédiennes ayant doublé Gemma Arterton en France », sur RS Doublage, (consulté le 6 septembre 2018) [dernière m-à-j].
  83. a et b « Comédiennes ayant doublé Gemma Arterton au Québec », sur Doublage.qc.ca, .
  84. « Le générique artistique complet de La Disparition d'Alice Creed », sur Cinéclap.fr (consulté le 10 janvier 2014).
  85. « Comédiennes ayant doublé Gemma Arterton en France », sur AlloDoublage, .

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :