Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Sylvie Testud

actrice, écrivaine, réalisatrice et scénariste française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Testud.

Sylvie Testud est une comédienne, romancière et réalisatrice française, née le à Lyon.

Après avoir reçu le César du meilleur espoir féminin en 2001 pour Les Blessures assassines, elle reçoit le César de la meilleure actrice dans Stupeur et Tremblements en 2004.

Sommaire

BiographieModifier

Sylvie Testud naît le à Lyon[1]. Ses parents se séparent lorsqu'elle a deux ans[2]. Elle passe son enfance et son adolescence dans le quartier lyonnais de la Croix-Rousse, élevée par sa mère, comptable.

Elle décide de devenir actrice au cours de sa jeunesse, après avoir admiré les actrices dans les films, pensant que leur vie était meilleure que la sienne. Elle prend alors des cours de théâtre à Lyon avec le comédien et metteur en scène Christian Taponard. En 1989, elle s'installe à Paris pour suivre des études d'histoire, ainsi que des cours d'art dramatique aux classes libres du Cours Florent, puis au Conservatoire national supérieur d'art dramatique pendant trois ans, avec Jacques Lassalle et Catherine Hiegel pour professeurs.

Au début des années 1990, elle obtient ses premiers petits rôles au cinéma, puis dans des longs métrages comme L'Histoire du garçon qui voulait qu'on l'embrasse de Philippe Harel (1994), Le Plus Bel Âge..., de Didier Haudepin (1995) ou encore Love, etc. de Marion Vernoux (1996).

En 1997, Sylvie Testud connaît un premier grand succès au cinéma en Allemagne avec le film Au-delà du silence de Caroline Link, pour lequel elle apprend l'allemand, la clarinette et la langue des signes. Elle est récompensée en tant que meilleure actrice par le Prix du film allemand (l'équivalent du César de la meilleure actrice). En 1998, elle joue son premier grand rôle au cinéma français et connaît son premier grand succès en France avec le rôle de Béa dans Karnaval, le premier long-métrage de Thomas Vincent, pour lequel elle est nommée au César du meilleur espoir féminin et reçoit le Prix Michel Simon. Elle commence alors une importante carrière d'actrice avec une préférence pour le cinéma d'auteur.

En 2000, sa prestation dans La Captive de Chantal Akerman (adaptation du roman La Prisonnière de Marcel Proust) lui vaut une nomination en tant que meilleure actrice au Prix du cinéma européen. En 2001, elle obtient, pour sa deuxième nomination, le César du meilleur espoir féminin pour l'interprétation remarquée de Christine Papin, une des sœurs Papin, dans Les Blessures assassines de Jean-Pierre Denis, d'après un fait divers de 1933.

En 2003, Sylvie Testud inaugure une carrière d'écrivain en publiant une biographie de sa vie d'actrice, Il n'y a pas beaucoup d'étoiles ce soir, aux éditions Pauvert.

En 2004, elle obtient un second César, cette fois celui de la meilleure actrice, ainsi que le Prix Lumière de la meilleure actrice et l'Étoile d'or du cinéma français pour le meilleur premier rôle féminin grâce à son interprétation dans Stupeur et Tremblements d'Alain Corneau, une adaptation du roman homonyme de la romancière Amélie Nothomb. Sylvie Testud y joue le rôle de cette dernière aux prises avec les difficultés du monde professionnel japonais et les différences de culture avec la Belgique dont elle est originaire. Pour ce rôle, elle a dû apprendre ses répliques en japonais grâce à une méthode phonétique.

Sylvie Testud a deux enfants.

En 2012 elle a participé à Rendez-vous en terre inconnue, diffusée le 2 octobre 2012 sur France 2. Elle s'est rendue avec Frédéric Lopez chez les Goranes, au Tchad.

FilmographieModifier

 
Sylvie Testud lors des César 2008.

CinémaModifier

TélévisionModifier

Courts métragesModifier

RéalisatriceModifier

ThéâtreModifier

RomansModifier

Prix et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « “Il” déserte » dans la rubrique « Portraits » de Libération, n° 8170, 14 août 2007, p. 28.
  2. Sylvie Testud, émission Le Tête-à-tête de Frédéric Taddeï du 12 février 2012.

Liens externesModifier