Saint-Jory

commune française du département de la Haute-Garonne
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Saint-Jorioz.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jory (homonymie).

Saint-Jory
Saint-Jory
L'hôtel de ville.
Blason de Saint-Jory
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Castelginest
Intercommunalité Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Thierry Fourcassier
2014-2020
Code postal 31790
Code commune 31490
Démographie
Gentilé Saint-Joryen, Saint-Joryenne
Population
municipale
5 797 hab. (2017 en augmentation de 5,23 % par rapport à 2012)
Densité 304 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 44′ 35″ nord, 1° 22′ 14″ est
Altitude Min. 105 m
Max. 125 m
Superficie 19,1 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Jory
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Jory
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jory
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jory
Liens
Site web Site officiel

Saint-Jory est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Joryens.

GéographieModifier

La commune fait partie de l'aire urbaine de Toulouse. Elle est située dans son pôle urbain à 17 km au nord-ouest de Toulouse.

Communes limitrophesModifier

Saint-Jory est limitrophe de sept autres communes.

 
Carte de la commune de Saint-Jory et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Saint-Jory[1]
Grenade Castelnau-d'Estrétefonds Saint-Sauveur
Merville La Garonne                  Bruguières
Gagnac-sur-Garonne Lespinasse

La Garonne sépare la commune de celle de Merville, en rive gauche.

HydrographieModifier

Située sur la Garonne et le canal de Garonne, au confluent de Hers-Mort et du Girou,

Géologie et reliefModifier

La commune de Saint-Jory est établie sur la première terrasse de la Garonne, dans la plaine toulousaine de la Garonne.

La superficie de la commune est de 1 910 hectares ; son altitude varie de 105 à 125 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

Voies de communicationModifier

Accès par l'autoroute A62, sortie   11 Saint-Jory-Grenade.

TransportsModifier

La commune compte une gare sur son territoire, la gare de Saint-Jory, desservie quotidiennement par des TER Occitanie effectuant des missions entre les gares de Toulouse-Matabiau, Montauban-Ville-Bourbon, Cahors et Brive-la-Gaillarde.

La ligne TAD 105 du réseau Tisséo relie le centre de la commune à la station La Vache du métro de Toulouse, la ligne 372 du réseau Arc-en-Ciel relie la commune à la gare routière de Toulouse depuis Larra, la ligne 377 relie la commune à la gare routière de Toulouse également depuis Grisolles, et la ligne 848 du réseau liO relie la commune à la gare routière de Toulouse et au centre-ville de Montauban.

Voir aussi Triage de Saint-Jory.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Saint-Jory fut sous la domination de très puissantes familles. Pas un personnage de la cour ne venait en Languedoc sans s'arrêter dans son magnifique château[Lequel ?]. En 1603, Henri IV érigea la châtellenie en baronnie[Laquelle ?].

Avant 1222, Saint-Jory se trouvait sous la domination des comtes de Toulouse. Mais leurs vassaux, pillèrent l'église.

Au XIIIe siècle, Hugues, sénéchal de l'Agenais, prit position pour les Albigeois : il défendit Toulouse et Penne-d'Agenais, sous la conduite du comte de Lancastre, et dévasta Saint-Jory en se rendant à Toulouse.

Le XVe siècle vit le début d'une série de luttes et de procès entre le village et la famille des Garrigia de Villeneuve. Les villageois se révoltèrent contre Jean de Garrigia, et ce n'est qu'au XIXe siècle que cessèrent les procès.

Sous la domination des Du Faur, un magnifique château[Lequel ?] Renaissance fut construit. En 1569, les guerres de religion le ruinèrent, lui et l'église.

Ensuite vint la Révolution, et avec le XIXe siècle ses transformations, ses plans d'aménagements.

HéraldiqueModifier

Les armes de Saint-Jory se blasonnent ainsi : « D'or au croissant de sinople ».

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 5 000 habitants et 9 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de vingt neuf[3],[4].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne de Toulouse Métropole et du canton de Castelginest (avant le redécoupage départemental de 2014, Saint-Jory faisait partie de l'ex-canton de Fronton).

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Jean-Pierre Gaychet PS  
1983 1995 Henry Chotel PS  
1995 2000 Ivan Thiebaut DVD  
2000 2014 Henri Miguel DVG  
2014 En cours Thierry Fourcassier UMP-LR Professeur

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6]. En 2017, la commune comptait 5 797 habitants[Note 1], en augmentation de 5,23 % par rapport à 2012 (Haute-Garonne : +6,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6628138969631 0021 0341 0821 1201 137
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1031 0521 0941 0701 1101 1121 1161 0861 025
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0451 0261 0199089509269979961 310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 5282 1122 5332 7603 2444 0694 8154 9215 026
2013 2017 - - - - - - -
5 6375 797-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 28 35 40 43 38 37 40 39
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

ÉconomieModifier

Vie localeModifier

EnseignementModifier

Saint-Jory fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par les écoles maternelles du Lac, et du Canal des deux mers, par les écoles élémentaires Georges Brassens et Jean de la fontaine, par un collège public, ainsi que par l’établissement privé Sainte-Geneviève.

SportsModifier

Histoire du club de footballModifier

Le premier club de football de la commune fut créé en 1923 par Charles Sire, ce qui en fait une des plus anciennes formations de la Ligue de Midi-Pyrénées de football. Dans les années cinquante, apparaissent deux clubs de football, le Sporting et L’Étoile. Ils s’affrontèrent des années durant pour être chacun à leur tour les meilleurs, avant de fusionner en 1968 et donner naissance à l’Entente Sporting Étoile de Saint-Jory. Le club devint une pépinière de jeunes footballeurs qui évolueront au niveau régional en glanant plusieurs titres : champion des Pyrénées en 1953, champion junior en 1970, champion d'Excellence en 1982-1983 (et montée en Ligue régionale).

Saison 2008-2009Modifier

À titre indicatif, les effectifs lors de la saison 2008/2009 sont : 192 licenciés, 43 seniors et 24 vétérans, 20 joueurs 18 ans, 15 joueurs 15 ans et 15 joueurs 13 ans (dont une féminine), 19 benjamins, 21 poussins (dont 1 féminine) et 14 débutants (dont 1 féminine). Le club est animé par 7 dirigeantes, 12 dirigeants, 5 éducateurs fédéraux et 3 éducateurs en cours de formation. L'équipe première évolue en promotion première division et la réserve en troisième division. Les trois équipes de jeunes, qui sont de création récente, évoluent en championnat brassage. Les benjamins défendent leurs couleurs en promotion honneur. Les poussins alignent depuis deux ans une équipe en niveau A et une deuxième en championnat de première année. Les débutants, quant à eux, comptent une équipe en niveau B et une deuxième en niveau C.

JudoModifier

Le Judo club de Saint-Jory a formé plus d'une dizaine de ceintures noires depuis sa création, Le club représente la ville de Saint-Jory au niveau national avec des participations aux championnats de France de judo. Ce club formateur, propose multitudes d'activités, comme le ju jitsu, le renforcement musculaire, taiso, arbitrage et culture judo[13].

Tennis

le tennis club saint-jory dispose de 2 terrains couverts et 2 terrains extérieurs. l'effectif du club est de 192 licenciés sur l'année 2019/2020.

Rugby à XIII fauteuilModifier

La ville possède un club de rugby à XIII fauteuil : le club dispute le championnat de première division de la discipline. Surnommés « les Toros », ils font le doublé coupe de France- championnat en 2017[14] La commune est parfois le lieu de matchs exhibitions de l'équipe de France : elle accueille ainsi un match au gymnase municipal au mois de septembre 2011[15].

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté urbaine de Toulouse Métropole et de l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie[16].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031490.html.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. « Judo club Saint Jory », sur judosaintjory.sportsregions.fr (consulté le 20 novembre 2016).
  14. « Rugby à XIII fauteuil : doublé coupe-championnat pour le TO-Saint-Jory », sur ladepeche.fr, La dépêche du Midi, (consulté le 6 janvier 2020)
  15. Ch.H., « Saint-Jory. Quand le rugby à XIII transcende le handicap », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 6 janvier 2020)
  16. http://www.mairie-brax31.fr/fr/le-village-pratique/collecte-des-dechets.html
  17. Fiche de l'église Saint Laurent de Saint-Jory sur egliseinfo.catholique.fr.
  18. http://www.saint-jory.fr/decouvrir-la-ville/patrimoine_4_15.htm

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :