Ouvrir le menu principal

Saint-Sauveur (Haute-Garonne)

commune française du département de la Haute-Garonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sauveur.

Saint-Sauveur
Saint-Sauveur (Haute-Garonne)
Mairie de Saint-Sauveur
Blason de Saint-Sauveur
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Villemur-sur-Tarn
Intercommunalité Communauté de communes du Frontonnais
Maire
Mandat
Philippe Petit
2014-2020
Code postal 31790
Code commune 31516
Démographie
Gentilé Saint-Salvadoriens
Population
municipale
1 762 hab. (2016 en diminution de 0,23 % par rapport à 2011)
Densité 250 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 44′ 59″ nord, 1° 24′ 05″ est
Altitude Min. 112 m
Max. 175 m
Superficie 7,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur
Liens
Site web [1]

Saint-Sauveur est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Salvadoriens.

Sommaire

GéographieModifier

Bien que la commune soit dans l'aire urbaine de Toulouse, située dans son pôle urbain à 18 km au nord-ouest de Toulouse, et dans le bassin de la Garonne en Pays Tolosan, elle ne fait pas partie de la Métropole Toulousaine. Elle est intégrée dans la communauté de commune du Frontonnais et dans le Schéma de Cohérence du Nord Toulousain.

Communes limitrophesModifier

Saint-Sauveur est limitrophe de cinq autres communes.

 
Communes voisines.

HydrographieModifier

La commune est arrosée par l'Hers-Mort et le Girou qui y confluent. Ces deux rivières faisant office de frontière naturelle avec les communes de Saint-Jory à l'est pour l'Hers et Castelnau-d'Estrétefonds et Villeneuve-lès-Bouloc au nord et nord-est pour le Girou

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 704 hectares ; son altitude varie de 112 à 175 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

Accès par l'autoroute française A62 sortie   10.1 (Eurocentre) par l'ancienne route nationale 20.

La commune est desservie par les lignes 51 et 529 du Réseau Arc-en-Ciel.

HistoireModifier

C’est en pleine période des guerres civiles que les seigneuries de Villaudric et de Saint-Sauveur s’allièrent entre elles, par le mariage de Gui de Babut de « San-Salbadou » avec demoiselle de Séguier de Villaudric, en 1605.

Soixante ans après, Guillaume Lacger de Babut. et ses trois fils Jacques, Pierre et François furent maintenus dans leur noblesse en vertu du capitoulat de leurs ancêtres, le 19 septembre 1669, par M. de Bezons, intendant de Languedoc. Les Babut, seigneurs de La Pointe, furent également maintenus dans leur noblesse par M. le Pelletier, intendant de Montauban, le 27 mai 1698 et, plus tard, par l’intendant Langeois, le 14 juin 1715.

Nous trouvons ensuite Jean de Babut, ancien capitaine au régiment de l’Angoumois, dénombrant ses fiefs, le 14 juillet 1727, et Joseph de Babut, seigneur de Roqueserrière, en faire autant pour les siens devant les capitouls de Toulouse, le 26 août 1776.

Le registre de la confrérie de Saint-Guillaume nous fournit quelques détails sur cette famille seigneuriale. En 1616, Jacquette et Marguerite de Babut sont enrôlées dans la « confrérie de Saint-Guillaume ». En 1669, nous constatons que Mlle de Paucy, femme de Bahut, seigneur de Saint-Sauveur, fait partie de la confrérie et qu’elle est alliée avec les seigneurs de Paucy de Villaudric.

 
Chondrite EH5 dit de Saint-Sauveur – Muséum de Toulouse

En juillet 1914, chute de la météorite de Saint-Sauveur, dans le champ de M. Esculié qui en fit don au Muséum de Toulouse[3].

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : D'argent embrassé à senestre de sinople

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 1 500 habitants et 2 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de dix neuf[4],[5].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes du Frontonnais et du canton de Villemur-sur-Tarn (avant le redécoupage départemental de 2014, Saint-Sauveur faisait partie de l'ex-canton de Fronton).

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
13 juillet 2006 En cours Philippe Petit PS Maire, Président de la communauté de communes du Frontonnais, Président du SCoT Nord Toulousain.
19 mars 2005 7 juillet 2006 Jean-Louis Challier   Maire
1983 décembre 2004 Pierre Plantade   Maire
1965 1983 Albert Angely   Maire

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 1 762 habitants[Note 1], en diminution de 0,23 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342379412448443436443432420
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
424400385368367353368355341
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
319328301230205202209203256
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3095389121 0931 1591 3091 6521 7661 762
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Avec deux petites zones industrielle, la commune de Saint Sauveur est le troisième pilier économique de la communauté de communes du Frontonnais. En 2014 la commune comptait plus de 200 établissements actif pour, environ, 900 emplois.

EnseignementModifier

Saint-Sauveur fait partie de l'académie de Toulouse.

SantéModifier

Culture et festivitéModifier

SportsModifier

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du Frontonnais[10].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

L'église Saint-Sauveur date de 1127. Le comte de Toulouse l'a donné à l'abbaye de Saint-Sernin, qui la comprenait encore dans sa juridiction à la fin du XVIIe siècle. C'est un édifice à nef unique, chevet semi-circulaire, et deux chapelles latérales. Clocher à arcades sur la façade ouest (cinq arcades sur trois niveaux). Les décors intérieurs datent XVIIIe siècle. Elle est classée aux monuments historiques depuis 1992.

Personnalités liées à la communeModifier

Charles Mouly y a résidé une dizaine d'années. L'école publique du village a été baptisée à son nom.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.