Ouvrir le menu principal

Meung-sur-Loire

commune française du département du Loiret

Meung-sur-Loire
Meung-sur-Loire
Le pont à Meung-sur-Loire.
Meung sur Loire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Meung-sur-Loire
(chef-lieu)
Intercommunalité CC des Terres du Val de Loire
Maire
Mandat
Pauline Martin
2014-2020
Code postal 45130
Code commune 45203
Démographie
Gentilé Magdunois
Population
municipale
6 354 hab. (2016 en augmentation de 4,16 % par rapport à 2011)
Densité 312 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 46″ nord, 1° 41′ 57″ est
Altitude 100 m
Min. 82 m
Max. 113 m
Superficie 20,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Meung-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Meung-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meung-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meung-sur-Loire
Liens
Site web www.ville-meung-sur-loire.fr

Meung-sur-Loire (/mœ̃ syʁ lwaʁ/) est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants sont appelés les Magdunois[1].

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Meung-sur-Loire se trouve à l'extrémité ouest du département du Loiret, dans la région agricole du Val de Loire[2] et l'aire urbaine d'Orléans[3]. À vol d'oiseau, elle se situe à 18,1 km d'Orléans[4], préfecture du département.

Les communes les plus proches sont : Baule (2,5 km), Dry (3,5 km), Le Bardon (3,6 km), Cléry-Saint-André (4,6 km), Messas (4,9 km), Saint-Ay (5,8 km), Lailly-en-Val (6,1 km), Beaugency (7,2 km), Huisseau-sur-Mauves (7,2 km) et Villorceau (7,7 km)[5].

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de Meung-sur-Loire. Une station hydrométrique (point bleu) est localisée sur la Mauve de la Détourbe.

La commune est traversée par la Loire (3,327 km), du nord-est vers les sud-ouest, en frange sud de la zone urbanisée. Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 23,91 km, comprend deux autres cours d'eau notables, la Mauve de la Détourbe (4,774 km) et la Vieille Rivière (1,986 km), et divers petits cours d'eau dont la Dourdaigne (0,714 km), la Mauve de Fontaine (0,603 km), la Mauve de Saint Ay (0,152 km)[6] et la Grande Évière.

 
La Loire à Meung-sur-Loire.

Le cours de la Loire s’insère dans une large vallée qu’elle a façonnée peu à peu depuis des milliers d’années. Elle traverse le sud du département du Loiret depuis Beaulieu-sur-Loire jusqu'à Beaugency, avec un cours large et lent. La Loire présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. La station hydrométrique la plus proche située en amont de la commune et servant de référence en cas de crue est celle d'Orléans, au droit du pont Royal. Le débit mensuel moyen (calculé sur 55 ans pour cette station) varie de 96,80 m3/s au mois d'août à 600 m3/s au mois de février. La Loire connaît toutefois en cas d'intempéries exceptionnelles des pics de débits très importants, le maximum ayant été atteint sur cette station le avec 3 130 m3/s. Le débit maximal de la Loire calculé pour les crues maximales de 1856 ou 1866 est de l'ordre de 7 000 m3/s[7],[8]. La hauteur maximale a été atteinte le 2 juin 1856 avec 7,10 m [9].Son débit est régulé par des barrages amont (Naussac en amont sur l’Allier et Villerest). Ces barrages interviennent pour le soutien d’étiage (débit minimum de 60 m3/s en étiage à Gien) et Villerest permet également d’écrêter les crues. La Loire est un cours d’eau domanial classé en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche). Depuis les années 1990 ce type de rivières est également peuplé de silures. [10].

 
Mauve de Meung-sur-Loire.

La Mauve de la Détourbe, d'une longueur totale de 17,6 km, prend sa source dans la commune de Baccon et se jette dans la Loire à Baule, en coulant du nord au sud et après avoir traversé 4 communes[11]. Ce cours d'eau est également classé dans la liste 1 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Ce classement est réservé aux des cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire. Aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux[12].

Dès le VIe siècle, les Mauves, dont les courants émanent des sources de la nappe phréatique de Beauce, ont été aménagés afin d'assainir les marécages. Le premier moulin de Meung-sur-Loire aurait été bâti sous l'impulsion du moine Liphard, retiré à Meung avec ses disciples. À partir du XIIe siècle, les premiers moulins hydrauliques apparaissent. Ils appartiennent alors aux seigneurs locaux ou à des communautés religieuses. Dès 1585, les moulins à eau sont régis par une réglementation générale applicable à la rivière, qui est actualisée par une ordonnance royale de 1787, amendée en 1854, 1889 et 1890. Cette réglementation reste en vigueur jusqu'en 2013 où elle est remplacée par un arrêté du règlement d'eau des moulins du bassin des Mauves[13].

En 1970, Meung-sur-Loire était la commune française qui possédait le plus grand nombre de moulins à farine. En 2003, il restait deux minoteries en activité, la dernière s'arrêta en juin 2010. Aujourd'hui, parmi les trente-sept moulins encore visibles sur les Mauves, vingt-neuf sont localisés sur la commune de Meung-sur-Loire ː Ardoise, Aunay (Grand et Petit), Basmont, Clan (Grand et Petit), Coutelet, Cropet, Deux Roues, Farou, Fontaine, Fort, Garance, Grand-Moulin, Grangeais, Grenouillère, Mabray, Marais, Massot, Neuf, Nivelle, Pantin, Poterne, Rateaux, Roudon, Rouge, Rousselet, Saint-Hilaire, Saint-Pierre[14],[15]. Le moulin de Cropet est un exemple de moulin restauré et mis en valeur[16].

La Vieille Rivière, d'une longueur totale de 10,2 km, prend sa source dans la commune de Mareau-aux-Prés et se jette dans la Loire à Meung-sur-Loire, après avoir traversé 4 communes[17].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Zones Natura 2000Modifier

 
Halo lumineux de l'agglomération orléanaise située à près de 20 km en amont

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État Membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[18],[19].

Les sites Natura 2000 présents sur le territoire communal de Meungs-sur-Loire sont au nombre de deux[INPN 1].

Numéro Type Nom Arrêté Localisation
FR2400528 SIC (Directive « Habitats ») Vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire Arrêté du 13 avril 2007[20]. Dans les parties est et sud de la commune[21].
FR2410017 ZPS (Directive « Oiseaux ») Vallée de la Loire du Loiret Arrêté du 4 mai 2007[22]. Dans les parties est et sud de la commune[21].

Le site de la « Vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire », d'une superficie de 7 120 ha, concerne 51 communes. La délimitation de ce site Natura 2000 est très proche de celle correspondant à la Directive Oiseaux. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux ligériens liés à la dynamique du fleuve, qui hébergent de nombreuses espèces citées en annexe II de la directive Habitats[INPN 2].

Le site de la « Vallée de la Loire du Loiret » s'étend sur une superficie de 7 684 ha et concerne la vallée de la Loire dans le Loiret. Cette ZPS se poursuit en amont et en aval sur les départements voisins. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux et les espèces ligériens liés à la dynamique du fleuve. Ces milieux hébergent de nombreuses espèces citées en annexe I de la directive Oiseaux. Le site est caractérisé par la présence de colonies nicheuses de sternes naine et pierregarin et de mouette mélanocéphale. Des sites de pêche du Balbuzard pêcheur sont également présents. Le site est également lieu de reproduction du bihoreau gris, de l'aigrette garzette, de la bondrée apivore, du milan noir, de l'œdicnème criard, du martin-pêcheur, du pic noir, de la pie-grièche écorcheur[INPN 3].

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

 
Carte des ZNIEFF de la commune et de ses abords.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Meung-sur-Loire comprend une ZNIEFF[INPN 4].

Désignation Type Superficie Description
« La Loire orléanaise » type 2 35 hectares La zone s'étend sur 41 communes, dont 39 communes dans le Loiret et dont Meung-sur-Loire. Elle correspond à la boucle septentrionale du fleuve[DREAL 1]. Son altitude varie entre 80 et 135 m[INPN 5]. Elle se caractérise par un lit mineur largement occupé par des îles et grèves sableuses. Ces milieux soumis au marnage annuel recèlent de multiples habitats plus ou moins temporaires. C'est pratiquement la seule section qui présente des méandres. On observe, sur les basses terrasses, quelques formations sablo-calcaires[INPN 6].

Une partie des berges de la Loire est accessible aux piétons et cyclistes.

ToponymieModifier

In pago Magdunense (651), du Gaulois magos (marché) et dunum (forteresse); étymologie similaire à celles de Médan (Yvelines) et Mehun-sur-Yèvre (A. Dauzat)

Meung (1793), Méun (1801).

HistoireModifier

Des occupations mésolithiques sont signalées au Mousseau et à la Haute-Murée[23].

Une fouille archéologique préventive[24] réalisée par l'Inrap en 2011 à l'Herbaudière, préalablement à la construction du nouveau collège Gaston Couté par le Département du Loiret, a permis l'étude d'un établissement protohistorique. Un petit ensemble sépulcral regroupant 8 inhumations est daté entre le milieu du Ve siècle et le milieu du IIIe siècle av. J.-C. Un établissement agricole lui succède entre le milieu du IIe siècle et le premier quart du Ier siècle av. J.-C. Cette ferme s'implante à l'intérieur d'un espace trapézoïdal délimité par des fossés doublés de talus. Cet enclos fossoyé de 80 m de long pour 60 à 75 m de largeur contenait dans son espace intérieur plusieurs bâtiments sur poteaux et diverses structures domestiques, notamment un four. La construction du nouveau collège ne permettant pas d'assurer la conservation de cet établissement protohistorique la réalisation d'une fouille archéologique préventive a été nécessaire pour en assurer l'étude préalablement à sa destruction.

Le village gallo-romain s'appelait Magdunum et était situé dans une région très marécageuse.

En 408, les Alains incendient le fortin gallo-romain. Dans la tradition, c'est saint Liphard (vers 520) qui assainit les lieux en canalisant les cours d'eau qui devinrent les mauves. Il y construit une chapelle, devenue monastère par la suite.

En 1103, le roi Louis VI s'empare de la forteresse. Un an plus tard, les reliques de saint Liphard sont placées dans l'église. Le logis abbatial fortifié qui jouxte l'église est mis en construction durant le XIIe siècle.

Au XIIe siècle, l'église est rénovée dans le style gothique et Jeanne d'Arc vient s'y recueillir en 1429. L'édifice est à nouveau restauré vers 1570, au XIXe siècle et en 1985.

En 1857, 38 moulins possédaient leur « droit d'eau », c'est-à-dire l'autorisation administrative de fonctionner.

Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 2 800 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent dans le Loiret. Devant l'insuffisance des structures d'accueil d’Orléans, 46 centres d’accueil ruraux sont ouverts[25], dont un à Meung-sur-Loire[26]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le Sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, et le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[27]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, ceux préférant rester sont regroupés au camp de la verrerie des Aydes, à Fleury-les-Aubrais[26].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loiret.

UrbanismeModifier

PlanificationModifier

Plan local d'urbanismeModifier

La commune prescrit l'élaboration d'un plan d'occupation des sols en octobre 1974. Le document est approuvé en octobre 1981 et révisé en février 1995[28].

La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains du 13 décembre 2000, dite loi SRU, complétée par la loi urbanisme et habitat du 2 juillet 2003, marque une évolution de la planification urbaine en créant notamment les plans locaux d’urbanisme (PLU), vecteurs de projets de territoire, appelés à se substituer progressivement aux plans d’occupation des sols. Le PLU contient deux éléments nouveaux par rapport au POS : le plan d'aménagement et de développement durable (PADD), qui exprime le projet de la ville par des orientations générales en matière d'urbanisme, de développement, d'équipement et de préservation de l'environnement et les orientations d'aménagement et de programmation (OAP) qui correspondent à des zooms qui peuvent porter sur des quartiers ou secteurs à mettre en valeur, réhabiliter, restructurer ou aménager, ou sur l'aménagement d'un espace public, etc. Dans ce cadre le conseil municipal prescrit l'élaboration d'un plan local d'urbanisme le 24 février 2005. Après l'enquête publique qui s'est déroulée en décembre 2010, le document est approuvé le 21 mars 2011. Une révision simplifiée est approuvée en juin 2013[28],[29].

Documents d'orientations intercommunauxModifier

La commune est membre du Pays Loire Beauce, qui regroupe 38 communes. En 2012 les Pays Forêt d'Orléans Val de Loire, Loire Beauce et Pays Sologne Val-sud sont les seuls territoires du département du Loiret ne disposant pas de schéma de cohérence territoriale (SCoT). Compte tenu de l'intérêt de cet outil pour l'avenir des territoires, les élus de ces pays décident d'engager une démarche commune d'élaboration de SCOT. Le comité syndical du Pays Loire Beauce se prononce majoritairement en janvier 2013 pour prendre la compétence « Elaboration, gestion et suivi du Schéma de Cohérence Territoriale » dans ses statuts[30]. Le périmètre de SCoT à l'échelle des 38 communes composant le Pays Loire Beauce est arrêté par le Comité Syndical le 26 juin 2013[31]. Les trois SCoT sont lancés officiellement et simultanément à La Ferté-Saint-Aubin le 21 juin 2014[32], l'assistance à maîtrise d'ouvrage étant confiée à un seul bureau d'études[33]. Après étude et concertation de 2014 à 2017, le document doit être approuvé en 2018[34].

LogementModifier

Voies de communication et transportsModifier

 
Réseau routier principal de la commune de Meung-sur-Loire (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routièresModifier

La commune est traversée par trois axes principaux : l'autoroute A10 et trois routes départementales (la RD 2152, la RD 2 et la RD 3).

L'autoroute A10, dite « L'Aquitaine », relie Paris à Bordeaux (au niveau de sa rocade) via Orléans, Tours, Poitiers et Niort. L'échangeur de Meung-sur-Loire, qui constitue la sortie n°15, est situé sur le territoire communal.

La RD 2152 est une route à grande circulation[35]. Il s'agit de l'ancienne RN 152 qui reliait Briare à Angers par la rive droite de la Loire lors de sa création en 1824, et qui succédait à la Route impériale 172[36]. En 2005, elle est déclassée dans sa totalité et transférée au département du Loiret par arrêté préfectoral du 22 décembre 2005[37], consécutivement au décret du 5 décembre 2005[38] qui définit la nouvelle consistance du réseau routier national et qui prévoit de maintenir dans le réseau routier national que la partie la plus méridionale de la route, entre le débouché de l'A66 et l'Espagne. Cet axe traverse la commune du nord-est au sud-ouest et supporte en 2014 un trafic de 8 961 véhicules/jour au nord de l'agglomération, en direction d'Orléans, et de 11 975 au sud[39].

La RD 2, qui relie Baule à Épieds-en-Beauce, se raccorde à la RD 2152 à l'ouest de la commune et supporte en 2014 un trafic de 7 795 véhicules/jour[39]. La RD 3 (2 554 véhicules/jour) relie la commune à Rozières-en-Beauce et se raccorde quant à elle à la RD 2152 à l'est de la commune[39]. La RD 18 (6 471 véhicules/jour) la relie à La Ferté-Saint-Aubin et se raccorde à la RD 2152 dans le centre du bourg sous la dénomination de rue des Cordeliers. Plus au sud elle porte la dénomination de rue du Pont.

Complétant ces voies, la commune est sillonnée de plusieurs voies communales et chemins ruraux desservant ses fermes et hameaux et les bourgs environnants.

Transports en commun routiersModifier

En 2016, Meung-sur-Loire est desservie par la ligne régulière n°9 du réseau d'autocars interurbains Ulys[40] qui relie Beaugency - Meung-sur-Loire - Saint Ay - Chaingy - Orléans[41]. Des correspondances SNCF sont assurées à la gare d'Orléans et TAO et Transbeauce à la Gare routière d'Orléans. À compter du , la compétence des services de transports routiers interurbains, réguliers et à la demande est transférée des départements aux régions, et donc localement du département du Loiret à la région Centre-Val de Loire, consécutivement à la loi NOTRe du 7 août 2015[42].

Infrastructures ferroviairesModifier

La commune est traversée par la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, l'une des grandes lignes de chemin de fer radiales françaises partant de Paris en direction du Sud-Ouest du pays. La gare de Meung-sur-Loire est desservie par des trains TER Centre-Val de Loire circulant entre Blois ou Tours et Orléans[43].

Risques majeursModifier

 
Zone inondable de la commune de Meung-sur-Loire.
 
Système d'endiguement du val d'Ardoux.

La commune de Meung-sur-Loire est vulnérable à différents aléas naturels : inondations (par débordement de la Loire), climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique (sismicité très faible). Elle est également exposée à trois risques technologiques : le risque industriel et le risque industriel [44]. Entre 1989 et 2019, sept arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune : deux pour des inondations et coulées de boues et cinq pour des mouvements de terrains[45].

Risques naturelsModifier

La zone inondable de la commune fait partie du val d'Ardoux. En rive gauche, il n’y a que quelques fermes et maisons en zone inondable, le reste étant occupé par des cultures. Un cours d’eau, appelé la Vieille Rivière ”, rejoint la Loire en formant une courbe, vestige probable d’un ancien méandre de la Loire. Le bourg est situé en rive droite, sa partie centrale est en zone inondable (aléa faible). Les biens situés en zone inondable sont : une centaine de maisons, une ferme, quelques immeubles et faible), un camping, un gîte (aléa fort), un complexe sportif (courts de tennis, 3 stades, 1 piscine, terrain moyen), une sablière (aléa fort), une station d’épuration (aléa fort), une casse automobile et un terril (déchets de fonderie)[46]. Le risque d'inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du Plan de prévention du risque inondation (PPRI) du val d'Ardoux, approuvé le [47].

Le territoire de la commune peut également être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[48].

Par ailleurs le sol du territoire communal peut être faire l'objet de mouvements de terrain liés à la sècheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sècheresse[49]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. Une grande partie du territoire de la commune est exposée à un aléa « moyen » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[50].

Depuis le , la France dispose d’un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq zones de sismicité croissante [51]. La commune, à l’instar de l’ensemble du département, est concernée par un risque très faible[45].

Risques technologiquesModifier

Dans le domaine des risques technologiques, une partie du territoire de la commune peut être concernée par le risque nucléaire. En cas d’accident grave, certaines installations nucléaires sont en effet susceptibles de rejeter dans l’atmosphère de l’iode radioactif. Or la commune se situe en totalité à l'intérieur du périmètre de 20 km du Plan particulier d'intervention de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux. À ce titre les habitants de la commune, comme tous ceux résidant dans le périmètre proche de 20 km de la centrale ont bénéficié, à titre préventif, d'une distribution de comprimés d’iode stable dont l’ingestion avant rejet radioactif permet de pallier les effets sur la thyroïde d’une exposition à de l’iode radioactif[Note 1]. En cas d'incident ou d'accident nucléaire, des consignes de confinement ou d'évacuation peuvent être données et les habitants peuvent être amenés à ingérer, sur ordre du préfet, les comprimés en leur possession[53].

La commune est concernée par un établissement classé "site SEVESO seuil bas" de par ses activités[54] et est exposée au risque de transport de matières dangereuses, en raison du passage sur son territoire d'un gazoduc et d'un oléoduc exploité par la société Trapil[55], d'une ligne de transport ferroviaire et d'itinéraires routiers structurants supportant un fort trafic (l'autoroute A10 et la route départementale D2152)[44],[56].

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

Bloc communal : Commune et intercommunalitésModifier

La paroisse et bourg de Meung-sur-Loire acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[57] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[58]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[59].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[60]. La commune de Meung-sur-Loire n'appartient à aucune intercommunalité à fiscalité propre jusqu'en 2011 et fait partie, à cette date, des 68 communes du Loiret dites « isolées »»[61]. La commune adhère à la communauté de communes du Val des Mauves lors de la création de cette intercommunalité le [62]. La commune appartient à d'autres établissements publics de coopération intercommunale, de type syndicats ou autres regroupements intercommunaux. Le découpage territorial de ces structures est en constante évolution dans une perspective de rationalisation et d'efficience des services[Note 2]. Depuis le , la commune est membre de la communauté de communes des Terres du Val de Loire[63].

Circonscriptions de rattachementModifier

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de Meung-sur-Loire était rattachée sur le plan ecclésiastique au diocèse d'Orléans, sur le plan judiciaire au bailliage d'Orléans , sur le plan militaire au gouvernement d'Orléans et sur le plan administratif à la généralité d'Orléans[64],[65].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Meung-sur-Loire est alors incluse dans le canton de Meung, le district de Beaugency et le département du Loiret[66].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[67]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[68]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[69]. L'acte II intervient en 2003-2006[70], puis l'acte III en 2012-2015. Parallèlement l'État se réforme périodiquement. La réforme de l’administration territoriale de l’État (RéATE), entrée en vigueur au et issue de la révision générale des politiques publiques (RGPP) est une des grandes réformes visant à simplifier l'organisation de l’État.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Meung-sur-Loire aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Dernière période Type de circonscription Évolution du découpage territorial
District Beaugency 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Beaugency de 1790 à 1795[60],[66]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[71].
Canton Meung 1790-1801 Administrative et électorale En 1790, lors de la création des cantons, districts et départements, la commune de Meung-sur-Loire est rattachée au canton de Meung[60]. Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du 26 juin 1793, et ne conservent qu'un rôle électoral[71]. Ils permettent l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[72]. Ils acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Méun 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[73]. Meung-sur-Loire est alors rattachée au canton de Méun par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801)[74],[60].
Meung-sur-Loire 2015- Électorale La loi du [75] et ses décrets d'application publiés en février et [76] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au canton de Meung-sur-Loire[76]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale destinée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[77].
Arrondissement Orléans 1801- Administrative Meung-sur-Loire est rattachée à l'arrondissement d'Orléans depuis sa création en 1801[60],[74].
Circonscription législative 2e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[78],[79]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[80]. La réforme n'affecte pas Meung-sur-Loire qui reste rattachée à la deuxième circonscription[81].

Collectivités de rattachementModifier

La commune de Meung-sur-Loire est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[82], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Politique et administration municipalesModifier

Conseil municipal et maireModifier

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Meung-sur-Loire, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[83], pour un mandat de six ans renouvelable[84]. Il est composé de 29 membres[85]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Bénigne-Léon Le Couteulx du Molay[86]   Député du Loiret (1846-1848)
Conseiller général du canton de Meung-sur-Loire (1836-1871)
1887 1896 Fleury Raubardeau Républicain Notaire à Orléans
Conseiller général du canton de Meung-sur-Loire (1883-1919)
1912 1938 Emmanuel Troulet   Conseiller général du canton de Meung-sur-Loire (1919-1922)
1938 1945 Léonce Séjourné    
1945 1953 Lucien Denis Radical Conseiller général du canton de Meung-sur-Loire (1945-1949)
mars 1953 mars 1965 Pierre Barrault    
mars 1965 1969 Georges Renard    
1969 mars 1977 André Bizon    
mars 1977 mars 1983 Roger Destouches DVD puis UDF-PR Conseiller général du canton de Meung-sur-Loire (1972-1985)
mars 1983 mars 2001 Éric Doligé RPR puis UMP Député du Loiret (1988-2001)
Sénateur du Loiret (depuis 2001)
Conseiller général du canton de Meung-sur-Loire (1985-2015)
Président du conseil général du Loiret (1994-2015)
mars 2001 mars 2008 Christian Couté RPR puis UMP  
mars 2008 En cours Pauline Martin DVD Conseillère départementale du canton de Meung-sur-Loire (depuis 2015)
Vice-présidente du conseil départemental du Loiret
Présidente de la communauté de communes des Terres du Val de Loire (depuis 2017)
Les données manquantes sont à compléter.

JumelagesModifier

EnvironnementModifier

Gestion des déchetsModifier

Au 31 décembre 2016, la commune est membre du syndicat mixte intercommunal pour le ramassage et le traitement des ordures ménagères (SMIRTOM) de la région de Beaugency, créé en 1971. Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 3] en porte à porte, des emballages ménagers recyclables en porte à porte ou en points d’apport volontaire, du verre en points d’apport volontaire et des papiers en points d’apport volontaire [87]. Un réseau de sept déchèteries, dont une est située sur le territoire communal, accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…)[87]. L'élimination et la valorisation énergétique des déchets est effectuée dans l'UIOM de Saran depuis 1996, exploitée par la société Orvade, filiale du groupe Véolia, par délégation de service de la communauté urbaine Orléans-Métropole[88].

Depuis le , la « gestion des déchets ménagers » ne fait plus partie des compétences de la commune mais est une compétence obligatoire de la communauté de communes des Terres du Val de Loire, en application de la loi NOTRe du [89]. Dans ce nouveau cadre, le préfet du Loiret indique dans un courrier du aux présidents des communautés de communes concernées que le SMIRTOM de la région de Beaugency sera dissout le [90].

Production et distribution d'eauModifier

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[91]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal sont assurées par la commune elle-même[92]. Meung-sur-Loire est alimenté en eau potable grâce à trois forages. Un premier aux Papecets, réalisé en 1930, alimente un réservoir de 500 m3, un deuxième, dans la zone industrielle des Sablons, d'une capacité de 1 000 m3, datant de 1960, et un troisième, depuis 2010, au lieu-dit des Cormiers, à deux kilomètres des Sablons[93].

La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l'exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[94],[95].

AssainissementModifier

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[96], est assurée par la commune elle-même[97]. La commune est raccordée à une station d'épuration située sur le territoire communal, mise en service le et dont la capacité nominale de traitement est de 10 000 EH, soit 2 000 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d'épuration biologique dit « à boues activées ». Son exploitation est assurée en 2017 par Véolia Eau Olivet[98],[99].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[100]. Depuis le , la Communauté de communes des Terres du Val de Loire assure le service public d'assainissement non collectif (SPANC), après la fusion des communautés de communes du Val des Mauves, du Canton de Beaugency, du Val d'Ardoux et de la Beauce oratorienne située dans le Loir-et-Cher qui l'assuraient auparavant. Celui-ci a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[101].

Prix de l'eauModifier

Le « prix de l’eau » doit permettre de financer l’ensemble des investissements (mise en place de nouveaux ouvrages, mise aux normes du patrimoine existant, renouvellement du patrimoine, etc.) mais aussi les frais de fonctionnement du service (frais de personnel du service, électricité, produits de traitement, renouvellement du matériel, analyses, élimination des déchets, etc.)[102]. L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement publie la description actualisée des services publics d'eau potable et d'assainissement, qu’il s’agisse de leur organisation, de leur tarif ou de leur performance[103]. Le prix au m3 est calculé pour une consommation annuelle de 120 m3 (référence INSEE)[104].

Domaine Commune 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Eau potable Meung-sur-Loire 1,05[105] 1,06[106] NC[107] 1,15[108] 1,17[109] 1,17[110]
Loiret 1,76[111] 1,7[112] 1,66[113] 1,69[114]
France 1,93[111] 1,96[112] 2[113] 2,03[114]
Assainissement Meung-sur-Loire NC[105] NC[106] NC[107] 1,67[109] 1,67[110]
Loiret 2,07[111] 2,19[112] 2,25[113] 2,38[114]
France 1,73[111] 1,82[112] 1,85[113] 1,89[114]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Article détaillé : Démographie de Meung-sur-Loire.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[115]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[116].

En 2016, la commune comptait 6 354 habitants[Note 4], en augmentation de 4,16 % par rapport à 2011 (Loiret : +2,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 5004 4184 4844 9764 6304 6534 5154 6034 646
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 0653 6603 6773 5203 6243 4353 4893 3733 210
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 0873 0483 0542 9493 0773 2083 1643 2013 441
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
3 7184 1164 6015 6045 9936 2546 1526 1376 122
2013 2016 - - - - - - -
6 1296 354-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[117] puis Insee à partir de 2006[118].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Le Printemps des poètes en mars ;
  • Festicolor, le dernier week-end du mois de Mai[119] ;
  • La foire de la Saint-Martin en novembre ;
  • Petites formes mouvantes et émouvantes en novembre ;
  • Ciné nuits d'automne en novembre, festival de films musicaux.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le cachot du château de Meung-sur-Loire.
  • Depuis 2006, une part importante du territoire communal est couverte par une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP)[120]. Elle comprend le centre historique et la vallée des Mauves.
  • La collégiale Saint-Liphard (ou Saint-Lifard), du XIe au XIIIe siècle, bâtie sur la tombe du saint, est un édifice comportant des parties romanes. Le clocher est adossé à une tour fortifiée, dite Manassès de Garlande. Le plan de l'église est en "trèfle" (trois absides semi-circulaires) ce qui n'est pas habituel dans la région. Elle contient un orgue (de 18 jeux, 2 claviers et pédalier) reconstruit par Haerpfer-Erman en 1971. L'église est classée Monument Historique sur la liste de 1840[121].
  • Le château de Meung-sur-Loire, résidence de campagne des évêques d'Orléans, voisin de la collégiale, a été construit et détruit à plusieurs reprises. Les parties existantes les plus anciennes datent du XIIe siècle et furent bâties par Manassès de Seignelay (évêque de 1207 à 1221). Subsiste actuellement le corps principal de forme rectangulaire, flanqué de trois tours (la dernière ayant été détruite). Il fut occupé par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans. La façade postérieure fut reconstruite de style classique par Fleuriau d'Armenonville (évêque de 1713 à 1733). Le château se caractérise également par la présence de souterrains comportant des cachots, une chapelle et où sont visibles différents instruments de torture médiévaux dont l'un servait pour le "supplice à l'eau". Le château est classé Monument Historique depuis 2004 tandis que son parc est site naturel classé depuis 1942[122].
  • Le château du Mariau.
  • La porte d'Amont est le seul reste des fortifications ayant cerné la ville. Elle date de 1629. Elle comporte une horloge dont un des cadrans compte 61 minutes ! Édifice inscrit en 1925 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[123].
  • Le Musée municipal dédié à Gaston Couté ainsi qu'à François Quatrehomme, un archéologue et paléontologue amateur local.
  • L’arboretum des Prés de Culands, créé en 1987, comporte une collection importante de houx (Conservatoire national d'ilex). Il est labellisé Jardin remarquable[124].En 2015 il est mis en vente pour cause de départ à la retraite de son propriétaire[125].
  • Les mauves comportent sur leurs rives de nombreux moulins (près de 29 édifices, à farine, à papier ou "à tan" pour la tannerie). Toute activité liée à la meunerie a désormais cessé.
  • Le musée de l'Escrime, ou musée van Oeveren, est situé dans le château de Bel-air[126].
  • Les statues de Gaston Couté et de Jean de Meung sur le quai Jeanne-d'Arc.

Patrimoine mondial de l'UnescoModifier

Le , le Val de Loire, dans son cours moyen de Sully-sur-Loire (Loiret) à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire), est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) comme « paysage culturel ». Cette inscription reconnaît au site une « valeur universelle exceptionnelle » fondée sur la densité de son patrimoine monumental, architectural et urbain, l'intérêt du paysage fluvial et la qualité exceptionnelle d’expressions paysagères héritées de la Renaissance et du Siècle des Lumières. Toute altération de la V.U.E. est considérée comme une perte pour la mémoire de l’Humanité[127].

Le préfet de la région Centre, préfet coordonnateur, approuve le plan de gestion pour le Val de Loire patrimoine mondial par arrêté en date du 15 novembre 2012[DREAL 2]. Trente-cinq communes du Loiret sont concernées[DREAL 3], dont Meung-sur-Loire qui a une frange de son territoire inscrite et le reste en zone tampon[DREAL 4].

Personnalités liées à la communeModifier

Références culturellesModifier

  • Le commissaire Maigret, personnage fictif de Georges Simenon, protagoniste et héros de romans policiers, y passait volontiers ses vacances et s'y est retiré une fois la retraite venue. La ville est citée une cinquantaine de fois dans les romans de Simenon et Ceux du Grand Café voit s'y dérouler entièrement une enquête. Cependant, aucun lieu (comme le Grand Café ou la maison de sa retraite) n'est clairement identifié[131] . Par contre, une rue lui est dédiée.
  • Le roman Les Trois Mousquetaires (1844) d'Alexandre Dumas débute à Meung-sur-Loire ;
  • La fin du roman Le Club Dumas (1993) d'Arturo Pérez-Reverte se passe dans le château de la commune.
  • L'émission de télévision La vie secrète des chats diffusée en 2017 sur TF1, se déroule dans la commune.

HéraldiqueModifier

Les armes de Meung-sur-Loire se blasonnent ainsi :

« D'argent à trois roses de gueules tigées et feuillées de sinople »[132].

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

OuvragesModifier

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 2, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

RapportsModifier

  • Plan de prévention des risques d'inondations dans le Val d'Ardoux - Rapport de présentation, (lire en ligne) - Règlement - Carte du zonage réglementaire de Meung-sur-Loire.
  • Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement (lire en ligne)
  • Les services publics d'eau et d'assainissement (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le périmètre de sûreté des centrales nucléaires ayant été porté au niveau national de 10 à 20 km en 2018, le calendrier national prévoit une distribution d’iode aux populations du rayon 10 à 20 km, qui n'en avaient jusqu'à présent pas été destinataires, à partir de septembre 2019[52].
  2. La commune peut faire partie de diverses autres intercommunalités qui ne sont pas représentées : des syndicats (syndicats intercommunaux à vocation unique (SIVU), (syndicats intercommunaux à vocation multiple (SIVOM), syndicats mixtes) ou d’autres regroupements intercommunaux (programme local de l'habitat (PLH), contrat local de santé (CLS), centre intercommunal d'action sociale (CIAS).
  3. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

Inventaire national du patrimoine naturelModifier

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de LoireModifier

Autres sourcesModifier

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 26 mai 2012).
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 28 juillet 2015)
  3. « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 20 août 2015).
  4. « Orthodromie entre "Meung-sur-Loire" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  5. « Villes les plus proches de Meung-sur-Loire », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  6. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 16 janvier 2019)
  7. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 27 décembre 2018)
  8. « Station hydrométrique K4350010, la Loire à Orléans [Pont Royal] », sur le site de la banque Hydro (consulté le 27 décembre 2018)
  9. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 51
  10. « Plan local d'urbanisme de Châteauneuf-sur-Loire - Rapport de présentation », sur https://www.chateauneuf-sur-loire.com, (consulté le 16 janvier 2019), p. 28
  11. « Fiche Sandre - la Mauve de la Détourbe », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 16 janvier 2019)
  12. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2019)
  13. « Arrêté préfectoral du 18 décembre 2013 portant règement d'eau des moulins du bassin des Mauves sur le territoire des communes de Baccon, Huisseau-sur-Mauves et Meung-sur-Loire », sur le site de la préfecture du Loiret (consulté le 19 janvier 2019)
  14. (id) « L’histoire des moulins au fil des Mauves », sur https://www.larep.fr/, (consulté le 19 janvier 2019)
  15. (id) « Les moulins des Mauves », sur https://www.larep.fr/ (consulté le 19 janvier 2019)
  16. (id) « Préserver la mémoire des moulins », sur https://www.larep.fr/, (consulté le 19 janvier 2019)
  17. « Fiche Sandre - la Vieille Rivière », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 16 janvier 2019)
  18. « Deux directives européennes », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  19. « Les objectifs de la démarche Natura 2000 », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  20. « Arrêté du 13 avril 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire (zone spéciale de conservation) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 août 2015)
  21. a et b « Cartographie des zones naturelles protégées sur Dry », sur l'application cartographique du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  22. « Arrêté du 4 mai 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire du Loiret (zone de protection spéciale) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 août 2015)
  23. Rozoy (Dr J.-G.) - 1978 - Les derniers chasseurs. L'Epipaléolithique en France et en Belgique. Essai de synthèse. Charleville, Rozoy éd., 30 cm, 3 vol., 1500 p., 6500 objets figurés.
  24. « Images sur le site de l'Inrap »
  25. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  26. a et b Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  27. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  28. a et b [PDF]« État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret au 1er janvier 2016 », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 9 mai 2016), p. 99
  29. « État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 9 mai 2016)
  30. « SCOT Loire Beauce - Délibération du conseil syndical du 29 janvier 2013 », sur http://www.paysloirebeauce.fr/ (consulté le 13 mai 2016)
  31. « Pays Loire Beauce - Démarche SCoT », sur http://www.paysloirebeauce.fr/ (consulté le 13 mai 2016)
  32. « Pays Loire Beauce - Démarche SCoT - Concertation », sur http://www.paysloirebeauce.fr/ (consulté le 13 mai 2016)
  33. « Pays Loire Beauce - Démarche SCoT - Cahier des charges », sur http://www.paysloirebeauce.fr/ (consulté le 13 mai 2016)
  34. « SCOT Pays Sologne Val-sud - Plaquette d'élaboration du SCoT », sur http://www.pays-sologne-valsud.fr/ (consulté le 13 mai 2016)
  35. « Décret n° 2010-578 du 31 mai 2010 modifiant le décret n° 2009-615 du 3 juin 2009 fixant la liste des routes à grande circulation », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 29 avril 2016)
  36. « Route nationale française 152 », sur http://images.wikia.com/ (consulté le 27 avril 2016)
  37. « Arrêté du 22 décembre 2005 portant constatation du transfert de routes nationales au Conseil Général du Loiret », sur http://images.wikia.com/ (consulté le 29 avril 2016)
  38. Décret no 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national.
  39. a b et c « Carte du trafic 2014 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret, (consulté le 9 mai 2016)
  40. « Plan du réseau Ulys », sur http://www.ulys-loiret.com/ (consulté le 9 mai 2016)
  41. Fiche horaire de la ligne Beaugency-Orléans pour la période du au 31 août 2016, [lire en ligne][PDF].
  42. Aloïs Ramel, Alexandra Aderno, « Loi NOTRe et transports publics », sur http://web.lexisnexis.fr/, (consulté le 16 mai 2016)
  43. « TER-Gare de Meung-sur-Loire », sur http://www.ter.sncf.com/ (consulté le 29 avril 2016)
  44. a et b [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret- Liste des risques par commune », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 6 juillet 2019)
  45. a et b « Risques recensés sur la commune de Meung-sur-Loire », sur http://www.georisques.gouv.fr/.
  46. PPRI Val d'Ardoux - Rapport de présentation, p. 20
  47. PPRI Val d'Ardoux - Rapport de présentation
  48. « Meung-sur-Loire - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 6 juillet 2019)
  49. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 6 juillet 2019).
  50. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Meung-sur-Loire », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 6 juillet 2019).
  51. Décret no n°2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
  52. « Commission locale d'information - Compte rendu de la réunion de bureau du 13 mai 2019 », sur https://www.loiret.fr/ (consulté le 6 juillet 2019)
  53. « Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret - Risque nucléaire », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 6 juillet 2019)
  54. « Dossier départemental des risques majeurs - le risque industriel », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 6 juillet 2019)
  55. « Cartographie des canalisations de gaz et d'hydrocarbures dans le Loiret », sur http://cartelie.application.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 6 juillet 2019)
  56. « Dossier départemental des risques majeurs - le risque de transport de matières dangereuses. », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 6 juillet 2019)
  57. Motte 2003, p. 24
  58. Motte 2003, p. 23
  59. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat, (consulté le 14 octobre 2015)
  60. a b c d et e « Notice communale de Meung-sur-Loire », sur le site de l'EHESS (consulté le 14 octobre 2015).
  61. « État de l’intercommunalité dans le Loiret », sur http://www.adcf.org/, (consulté le 14 octobre 2015).
  62. « Fiche de l'EPCI Communauté de commune du val des Mauves », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 14 octobre 2015)
  63. « Recueil des actes administratifs départementaux publié le 12 décembre 2016 - Arrêté du décembre 2016 portant fusion des communautés de communes du Val des Mauves, du canton de Beaugency, du Val d'Ardoux et de la Beauce Oratorienne et création de la communauté de communes des Terres du Val de Loire », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 30 avril 2017) p. 146
  64. Bloch 1906, p. 496
  65. Abbé Patron 1870, p. 415
  66. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  67. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  68. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  69. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  70. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  71. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 14 octobre 2015).
  72. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 14 octobre 2015), p. 6.
  73. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 14 octobre 2015)
  74. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 46 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 14 octobre 2015)
  75. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 14 octobre 2015).
  76. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 14 octobre 2015).
  77. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/, (consulté le 14 octobre 2015).
  78. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  79. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  80. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  81. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 14 octobre 2015).
  82. « Rattachements administratifs de la commune de Meung-sur-Loire », sur le site de l'Insee (consulté le 14 octobre 2015)
  83. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  84. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 14 octobre 2015)
  85. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  86. « Bénigne, Léon Le Couteulx du Molay (1810 - 1878) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  87. a et b « Présentation du SMIRTOM de la région de Beaugency », sur smirtom-beaugency.fr (consulté le 30 avril 2017)
  88. « Rapport annuel 2015 sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets », sur http://www.orleans-metropole.fr/ (consulté le 30 avril 2017), p. 31-36
  89. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 30 avril 2017), p. 4
  90. « Communauté de communes des Terres du Val de Loire - Procès-verbal du conseil communautaire du 4 janvier 2017 », sur http://www.chaingy.fr/ (consulté le 30 avril 2017)
  91. [PDF]« Les services publics d'eau et d'assainissement. », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 juillet 2017)
  92. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  93. « La chloration de l’eau sera obligatoire », sur http://www.larep.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  94. Article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales et suivants
  95. AMF, « Loi NOTRe : transfert des compétences « eau et assainissement » aux EPCI à fiscalité propre », sur http://amf83.fr/, (consulté le 12 juillet 2017)
  96. Les services publics d'eau et d'assainissement, p. 16
  97. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  98. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 21 juin 2016 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le 12 juillet 2017)
  99. « Station d'épuration de Meung-sur-Loire », sur http://www.sandre.eaufrance.f (consulté le 12 juillet 2017)
  100. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 12 juillet 2017)
  101. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  102. « Note sur la tarification des services de l’eau et de l’assainissement », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 12 juillet 2017)
  103. « Observatoire national des services d'eau et d'assainissement », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 12 juillet 2017)
  104. « Prix TTC du service au m³ pour 120 m³ », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 12 juillet 2017)
  105. a et b Prix de l'eau en 2010 à Meung-sur-Loire.
  106. a et b Prix de l'eau en 2011 à Meung-sur-Loire.
  107. a et b Prix de l'eau en 2012 à Meung-sur-Loire.
  108. Prix de l'eau en 2013 à Meung-sur-Loire.
  109. a et b Prix de l'eau en 2014 à Meung-sur-Loire.
  110. a et b Prix de l'eau en 2015 à Meung-sur-Loire.
  111. a b c et d Prix de l'eau en 2010 dans le Loiret.
  112. a b c et d Prix de l'eau en 2011 dans le Loiret.
  113. a b c et d Prix de l'eau en 2012 dans le Loiret.
  114. a b c et d Prix de l'eau en 2013 dans le Loiret.
  115. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  116. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  117. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  118. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  119. Site du festival Festicolor
  120. http://www.meung-sur-loire.com/flash/telechargements/zone-zppaup.pdf Périmètre de la ZPPAUP sur le site de la commune
  121. Notice no PA00098819, base Mérimée, ministère français de la Culture
  122. Notice no PA00098818, base Mérimée, ministère français de la Culture
  123. Notice no PA00098821, base Mérimée, ministère français de la Culture
  124. Comités des parcs et Jardins de France
  125. « Parcs et Jardins de France - Actualité de la rubrique Annonces », sur www.parcsetjardins.fr (consulté le 10 décembre 2015)
  126. Site du musée de l'escrime
  127. « Val de Loire patrimoine mondial - Plan de gestion », sur le site de la DRAC Centre-Val de Loire (consulté le 20 août 2015)
  128. Rose F, Jean ou Jehan de Meung, Le Petit Solognot, été 2010, p40-41
  129. Le Loiret Généalogique », Bulletin no 106 - 1er trimestre 2018.
  130. Fiche d'Alain Corneau sur Allociné.fr
  131. De Laage S, Notre enquête sur le commissaire Maigret à Meung-sur-Loire, été 2010, p36-37
  132. Gaso. Blasonnement de Meung-sur-Loire. Consultation : mars 2008.