Ouvrir le menu principal

Mésolithique

période entre le Paléolithique et le Néolithique (entre environ 10 000 et 5 000 ans av. J.-C. en Europe)
Reconstitution d'une hutte de chasseurs-cueilleurs mésolithiques en Irlande.

Le Mésolithique (du grec μέσος / mesos, « moyen » et λίθος / lithos, « pierre », littéralement « âge moyen de la pierre ») est la période chronologiquement et culturellement intermédiaire entre le Paléolithique qui le précède et le Néolithique qui lui succède. Les groupes humains de cette période perpétuent un mode de subsistance basé sur la chasse, la pêche et la cueillette, sous un climat tempéré proche du climat actuel, tout en commençant à se sédentariser, ou à réduire leurs déplacements saisonniers[1].

Les limites chronologiques du Mésolithique sont variables d'un continent à l'autre et d'une région à l'autre, ainsi que selon les auteurs. Le Mésolithique démarre au Proche-Orient et s'étend progressivement aux régions avoisinantes. Il s'achève avec l'adoption de l'agriculture et de l'élevage comme source alimentaire principale et le recours à la chasse et à la cueillette à titre seulement complémentaire. En Europe, l'économie mésolithique prend fin vers 6 500 av. J.-C. en Grèce et dans les Balkans, mais dure jusqu'à environ 2 300 av. J.-C. en Europe septentrionale[2].

Sommaire

HistoriqueModifier

Le Mésolithique a d'abord été défini pour l'Europe comme période intermédiaire entre le Paléolithique et le Néolithique. Le développement de la datation par le carbone 14 a mis en évidence les décalages temporels entre les différentes régions : -10 000 à -5 000 en Europe de l'Ouest, -15 000 à -10 000 au Levant, -13 000 au Japon avec la période Jōmon . Il s'applique également à certaines cultures du sous-continent indien. Le terme « Épipaléolithique » a parfois été utilisé par les archéologues français avant les années 1960 comme synonyme de Mésolithique pour les zones en dehors de l'Europe du Nord (il désigne aujourd'hui le Paléolithique final).

En Chine, la période mésolithique a des limites chronologiques différentes selon que les auteurs sont chinois ou occidentaux.

Une période de changementsModifier

Le Mésolithique est caractérisé par un certain nombre de changements comportementaux des groupes humains. Si certains de ces changements (réduction des territoires de chasse, développement de l'arc…) paraissent fortement liés aux modifications du milieu dus au réchauffement climatique post-glaciaire (reconquête forestière, disparition des grands herbivores migrateurs des steppes tels que le mammouth et le renne au profit des herbivores forestiers tels le cerf, sanglier, chevreuil ou du petit gibier), d'autres (bouleversements dans les représentations artistiques et symboliques, développement du microlithisme…) semblent liés aux dynamiques internes d'évolution des groupes humains[3].

Changements climatiques et environnementauxModifier

En Europe, le Mésolithique commence approximativement avec le début de l'Holocène, vers 9 700 ans av. J.-C., période marquée par le développement de la forêt tempérée. La fin du Dryas récent[N 1] correspondant au début de l'Holocène provoque en Europe la disparition des steppes au profit des boisements de reconquête (en France, pins, puis noisetiers au huitième millénaire, et enfin chênaie mixte au septième millénaire)[1].

Mutations économiques, sociales et culturellesModifier

 
Microlithes (trapèzes) et flèche mésolithique provenant de la tourbière de Tværmose (Danemark).

Au Mésolithique, les populations se fixent sur des territoires limités. Au Proche-Orient et en Chine, elles commencent à cueillir et consommer des céréales sauvages, de plus en plus abondantes avec le réchauffement du climat, en plus des activités de chasse et de pêche[N 2]. On voit émerger des techniques de chasse innovantes (utilisation de microlithes comme éléments de flèches), de nouvelles pratiques funéraires avec les premières nécropoles, et des conflits sociaux. Pour pêcher ils construisent des pirogues et utilisent des nasses en bois tressé.

En Europe, les populations conservent un mode de vie semi-nomade ; cependant l'abondance et la diversité des ressources par rapport à l'âge glaciaire favorisent des déplacements sur des territoires plus restreints selon des rythmes saisonniers. Ainsi, un campement a des chances d'être occupé d'année en année à une saison donnée pour effectuer des opérations plus ou moins spécifiques au site. L'idée de sites « agora », qui auraient accueilli à des moments clés des rassemblements de groupes vivant séparément le reste du temps, partageant néanmoins des frontières et des intérêts communs (échange de matériau par don / contre-don, exogamie, la chasse demandant des effectifs importants pour des battues…), a été avancée par certains chercheurs mais reste difficile à prouver[3].

Les contacts entre les groupes sont néanmoins avérés par la diffusion de traits culturels (apparition du débitage Montbani, développement des trapèzes au sein du groupe des armatures de flèches…) sur des territoires importants. Les innovations semblent essaimer de proche en proche, avec traduction et ré-interprétation du groupe receveur en fonction de son propre système technique existant, les possibilités mécaniques des matériaux à disposition.

L’emploi de l’arc et de la flèche, en particulier, se généralise sur le continent européen et en Afrique. La microlithisation des armatures de chasse s'accentue par rapport à la période précédente. Ces petits éléments sont en règle générale réalisés en fracturant des lames essentiellement débitées dans du silex (mais également dans de l'obsidienne, des quartz…). Au début du Mésolithique, les armatures les plus courantes sont les pointes. Le stade moyen (autour de 8 000 AP) voit le développement des armatures triangulaires, alors que pour la période récente (6 500 AP), ce sont les trapèzes qui dominent les assemblages. L'utilisation de l'ensemble de ces armatures comme les pointes de flèches est probable même si les futs ont le plus souvent disparu depuis longtemps. Les découvertes de flèches complètes (fût et pointe) sont rarissimes[4].

La chasse de petits mammifères et la consommation de mollusques (escargots, bigorneaux, patelles, etc.) se développent. En milieu côtier, la récolte de coquillages est assez développée et donne parfois lieu à la formation d'amas coquilliers (accumulation des déchets) sur les lieux qui ont pu servir de lieux de vie et parfois de sépultures.

Les principaux groupes mésolithiques en Europe, correspondant sans doute plus à des entités techniques qu'à de véritables cultures, sont le Sauveterrien, le Tardenoisien ou le Castelnovien en France, le Maglemosien, le Kongemosien au Danemark et la culture Kunda à l'est de la Baltique.

Fin du MésolithiqueModifier

La fin du Mésolithique est caractérisée par le passage d'une économie de chasse et de cueillette à une économie agro-pastorale. Au Proche-Orient, ce basculement résulte de la domestication des plantes et des animaux lors du processus de néolithisation. En Europe, l'agriculture se diffuse avec l'expansion des populations néolithiques originaires d'Anatolie. Le Mésolithique s'achève en Europe au plus tôt avec le début de la culture d'Argissa en Thessalie vers 7 800 AP et au plus tard vers 4 300 AP en Europe septentrionale[2].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Cette période voit la disparition des preuves archéologiques à cause de la forte érosion et la déstabilisation subséquente des versants.
  2. La notion de société de chasseurs-cueilleurs « complexes » (par opposition aux chasseurs spécialisés du Paléolithique supérieur) est désormais remise en question, la complexité sociale de ces communautés étant déjà présente au Paléolithique et le comportement de chasse variant en fonction du lieu et du gibier présent.

RéférencesModifier

  1. a et b Emmanuel Ghesquière et Grégor Marchand, Le Mésolithique en France. Archéologie des derniers chasseurs-cueilleurs, Coéditions La Découverte / INRAP, , 180 p. (présentation en ligne).
  2. a et b Marcel Otte, La Protohistoire, De-Boeck / 2008, p. 8-9 & 172-173, (ISBN 978-2-8041-5923-8)
  3. a et b J.-G. Rozoy, Les derniers chasseurs. L'Épipaléolithique en France et en Belgique, Reims, Société Archéologique Champenoise, (présentation en ligne), 3 tomes.
  4. Barbaza 1999.

BibliographieModifier

  • M. Barbaza, « Les Civilisations postglaciaires. La vie dans la grande forêt tempérée », dans Histoire de la France préhistorique, La Maison des Roches, 1999, 128 p., 76 fig.
  • Max Escalon de Fonton, Henry de Lumley, « Les industries mésolithiques en Basse-Provence », dans Provence historique, 1956, tome 6, fascicule 24, p. 89-106 (lire en ligne)

Articles connexesModifier