Ouvrir le menu principal

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux

Centrale nucléaire sur la Loire en France

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux
Image illustrative de l’article Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux
La centrale nucléaire de Saint-Laurent
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Commune Saint-Laurent-Nouan
Coordonnées 47° 43′ 26″ nord, 1° 35′ 01″ est
Opérateur Électricité de France
Année de construction 1963
Date de mise en service 24 mars 1969
Direction Jean-Claude Cervantès
Réacteurs
Fournisseurs Areva NP, Alstom
Type REP
Réacteurs actifs 2 x 900 MW
Puissance nominale 1 800 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 12 918 GWh (2006)
12 300 GWh (2007)
Production moyenne 12 210 GWh (sur 5 dernières années)
Production totale 363 TWh[Quand ?]
Divers
Source froide Loire
Site web EDF : Saint-Laurent

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux

La centrale nucléaire de Saint-Laurent se situe sur la commune de Saint-Laurent-Nouan dans le Loir-et-Cher en bord de Loire, entre Orléans (30 km en amont) et Blois (28 km en aval).

PrésentationModifier

 
Vue aérienne de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-eaux (2016).

Cette centrale nucléaire comprend deux réacteurs à eau pressurisée (REP), B1 et B2, qui sont en fonctionnement commercial depuis 1983. Ils ont une puissance unitaire de 900 MW. Les deux tours de refroidissement en font partie[1].

Le site contient également deux anciens réacteurs nucléaires A1 et A2 de la filière uranium naturel graphite gaz (UNGG) en phase de démantèlement et les deux silos d'entreposage associés. Ces deux réacteurs avaient été respectivement mis en service en 1969 et 1971[2], ils ont été arrêtés en avril 1990[3] et mai 1992[4],[5].

En avril 2014, 754 salariés EDF auquel s'ajoutent 250 salariés permanents d'entreprises prestataires[6] travaillent à la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux.

Caractéristiques des réacteursModifier

Les caractéristiques des réacteurs en service, construits par l'entreprise française Framatome et exploités par EDF, sont les suivantes[7].

Nom du réacteur Modèle Puissance [MW] Début constr. Raccord. au réseau Mise en service comm.
Thermique brute Nette
St-Laurent-B-1[8] CP2 2785 MWt 956 MWe 915 MWe mai 1976 janvier 1981 août 1983
St-Laurent-B-2[9] CP2 2785 MWt 956 MWe 915 MWe juillet 1976 juin 1981 août 1983

Rejets chimiquesModifier

Le 18 mai 2010, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a adopté deux décisions relatives aux prélèvements d’eau et aux rejets d’effluents du site. Ces décisions encadrent les rejets chimiques et gazeux du site ainsi que la surveillance de l'environnement devant être réalisée par l'exploitant[10].

Déchets nucléairesModifier

 
Les tranches A1 et A2 à l'arrêt.

Le site comprend deux silos dans lesquels ont été stockées près de 2 000 tonnes de chemises graphites hautement radioactives issues du cœur des deux réacteurs en cours de démantèlement. Dans son rapport de février 2005, l'Association nationale des comités et commissions locales d'information (ANCCLI) estimait que ce stockage ne répond pas aux critères actuels de sûreté[11].

Accidents nucléairesModifier

1969 : Fusion du cœur du réacteur A1Modifier

Le 17 octobre 1969, une mauvaise manipulation lors du chargement du cœur sur le réacteur graphite-gaz no 1 entraîne la fusion de 50 kg de dioxyde d'uranium[12]. À l'époque, aucune information n'a été révélée à la population, cet accident nucléaire étant qualifié d'incident par EDF car il n'a pas entraîné de dommages vis-à-vis des personnes extérieures au site, des biens ou de l’environnement extérieurs au site. Cet évènement n'est aujourd'hui pas classé par l'ASN sur l'Échelle Internationale des Évènements Nucléaires INES[13]. Pour l'IRSN, « Cet accident relèverait aujourd’hui du niveau 4 de l’échelle INES »[14].

1980 : Fusion du cœur du réacteur A2Modifier

 
Vue de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux (graphite-gaz).

Le 13 mars 1980, un accident conduisit à la fusion de 20 kg de dioxyde d'uranium du réacteur graphite-gaz no 2. Gravement endommagé, le réacteur fut indisponible pendant trois ans et demi environ. Cet accident nucléaire, porté au niveau 4 de l'échelle INES[15],[16], est le plus grave jamais répertorié sur un réacteur en France[12].

Traces de plutonium dans la LoireModifier

Par la suite, une campagne de prélèvements de sédiments en Loire conduite par un laboratoire universitaire a établi la présence de traces de plutonium depuis Saint-Laurent jusqu’à l’estuaire, dont l’origine serait à imputer soit à l’accident de 1980, soit à celui de 1969[17].

Pour l'IRSN, cependant, cet incident est indépendant de l’accident du 13 mars 1980 décrit ci-dessus. Ces rejets radioactifs sous forme d’effluents liquides significatifs en Loire sont associés au traitement des eaux de la piscine du réacteur SLA2, contaminées lors de l’éclatement d’un conteneur renfermant un élément combustible non étanche, survenu en avril 1980. Les rejets correspondants ont été estimés à 1 GBq de radio-éléments émetteurs alpha[14].

Le déversement de plutonium issu de Saint-Laurent serait de l'ordre de 700 millions de becquerels (0,7 GBq), soit l'équivalent de 0,3 grammes de plutonium-239[18]. Compte tenu de la radiotoxicité du plutonium-239 (qui est de 10 Sv/mg) et de l'extrême dilution d'un rejet dans la Loire, dont le débit moyen est de l'ordre de 1 000 m3/s, un rejet de ce niveau ne peut pas avoir de conséquence sanitaire observable (les quelques milliers de Sievert potentiel ont été dilués dans des millions de mètres cubes). Lors d'une interview, Marcel Boiteux, dirigeant d'EdF à l'époque, a indiqué que « Oui, bien sûr, ce n'est pas bien, mais ce n'est pas grave. [...] »[19].

IncidentsModifier

1987 : gel de la LoireModifier

Le matin du 12 janvier 1987, vers h 30, par suite du gel exceptionnel de la Loire, la glace obstrue les prises d'eau de la centrale A1 (UNGG) et entraîne la perte du refroidissement normal de celle-ci, ce qui provoque l'arrêt automatique du réacteur graphite-gaz. Le système de refroidissement à l'arrêt, nécessaire pour évacuer la puissance résiduelle, est alors alimenté par le réseau électrique de l'Ouest de la France car les diesels qui auraient dû alimenter ce système ne fonctionnent pas. Ils ont pu être remis en service avant l'effondrement du réseau qui a eu lieu vers midi à la suite d'une panne de la centrale thermique de Cordemais[20]. La glace qui obstruait les prises d'eau a ensuite été brisée par des explosifs mis en place par l'armée française[21].

2004 : barres de contrôle bloquéesModifier

Le 12 mai 2004, du sodium radioactif a été rejeté dans l'atmosphère lors d'un test d'étanchéité de nouveaux générateurs de vapeur d'un des réacteurs de la centrale B. L'incident, qui a entraîné l'arrêt automatique du réacteur, est sans conséquence pour l'environnement selon la direction EDF de la centrale. Le Réseau Sortir du nucléaire a cependant précisé que lors de l'arrêt automatique du réacteur, des barres de contrôle « sont restées bloquées pour une raison encore inconnue »[22].

RisquesModifier

Le rapport TSN de 2017 précise que la sûreté des installations reste maîtrisée quoique légèrement en retrait par rapport à 2016[23].

Risque sismiqueModifier

La centrale de Saint-Laurent des Eaux est située dans une des zones sismiques les plus faibles de France. Selon un rapport de l'Autorité de sûreté nucléaire datant d'octobre 2002, certaines fonctions de sauvegarde assurant le refroidissement du réacteur pourraient ne plus être assurées en cas de séisme[24]. Cette même année, un programme de modifications permettant de restaurer la tenue au séisme de très forte intensité de ces réservoirs a été mis en place. L'évaluation complémentaire de la sûreté de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux remise le 15 septembre 2011 à l'Autorité de Sûreté Nucléaire montre que « pour les ouvrages du site, la réévaluation du SMS a mis en évidence un léger dépassement du spectre de dimensionnement de site (EDF 0,1 g) pour des fréquences supérieures à 7 Hz. Les analyses menées ont permis de vérifier l’absence d'impact de ce dépassement sur le dimensionnement du génie civil et des matériels des ouvrages du site »[25]. La nouvelle évaluation du niveau sismique a été réalisée pour le prochain réexamen de sûreté de la 3e visite décennale de Saint-Laurent des Eaux. Cette évaluation est conforme à la RFS 2001-01[26] et s'appuie sur des données sismo-tectoniques plus récentes.

Risque d'inondationModifier

L'emplacement du site a été surélevé de 3,5 mètres.

« Le niveau d’inondation pour lequel le site est dimensionné est adéquat et conforme au référentiel en vigueur ». La côte majorée de sécurité (CMS) du site correspond au niveau atteint en cas de Crue millénale majorée (CMM)[27].

En 2010, l’ASN a rendu un rapport d’observation qui estime que « la mise en place en 2010 d’une enceinte géotechnique autour des silos d’entreposage de chemises graphite irradiées renforce la sûreté de cette installation face au risque d’inondation par la Loire. »

Risques liés à la proximité d'une écoleModifier

En 2012, les communes de Lestiou et Avaray déposent un permis de construire un groupe scolaire à 2 km de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des Eaux[28]. Après avoir ajourné le projet et demandé un rapport d’étude complémentaire, le préfet du Loir-et-Cher a autorisé la construction en février 2013[29].

ParticularitésModifier

Lors de la conception, la hauteur des réfrigérants a été limitée à 120 m afin de réduire leur visibilité depuis Chambord[30].

Sur les tours de Saint Laurent A nichent des faucons pèlerins en vue de faire fuir les pigeons.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Collectif, « Saint-Laurent », Électricité de France (consulté le 21 mai 2009).
  2. Collectif, « La centrale de Saint-Laurent-des-Eaux », Autorité de sûreté nucléaire (consulté le 21 mai 2009).
  3. (en) Collectif, « WNA Reactor Database - St. Laurent-A1, France Shutdown 18 April 1990 », sur world-nuclear.org.
  4. (en) Collectif, « WNA Reactor Database - St. Laurent-A2, France Shutdown 27 May 1992 », sur world-nuclear.org.
  5. Jordan Pouille, « A Saint-Laurent, la centrale nucléaire, « j’en verrai jamais le bout » », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 25 avril 2019).
  6. « La centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux : Une production d’électricité au cœur de la région de Centre » [PDF], sur edf.com, (consulté le 7 mai 2015)
  7. (en) Collectif, « Reactors in operations, 31 dec 2009 », sur www-pub.iaea.org, Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 28 avril 2011).
  8. (en) « Nuclear Power Reactor Details - ST-LAURENT-B-1 », sur www.iaea.org, Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 28 avril 2011)
  9. (en) « Nuclear Power Reactor Details - ST-LAURENT-B-2 », sur www.iaea.org, Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 28 avril 2011)
  10. « EDF devra réduire les rejets de Saint-Laurent-des-Eaux », sur www.enviro2b.com, Enviro2b.com, (consulté le 7 mai 2015).
  11. Collectif, « Avis sur la sûreté des silos de stockage de graphite de Saint Laurent des Eaux », sur www.anccli.org, Association nationale des comités et commissions locales d'information (consulté le 25 avril 2019).
  12. a et b « Le jour où la France a frôlé le pire », sur Le Point.fr, (consulté le 13 avril 2015)
  13. Réponse de l'ISRN
  14. a et b « Note d’information sur les accidents ayant affecté les réacteurs nucléaires du site de Saint-Laurent-des-Eaux en 1969 et en 1980 » [PDF], sur IRSN, (consulté le 19 mai 2015).
  15. « LES ÉCHELLES DE CLASSEMENTS » [PDF], sur ASN (consulté le 13 avril 2015).
  16. « Évènements significatifs classés au niveau 4 sur l'échelle INES », sur ASN, (consulté le 13 avril 2015).
  17. « CONTROLE : Les rejets des installations nucléaires » [PDF], sur ASN, (consulté le 13 avril 2015), p. 77-78 sur « Contrôle n°137 : Les rejets des installations nucléaires », sur ASN, (consulté le 13 avril 2015).
  18. Plutonium dans la Loire : des rejets jusqu'en 1985, La nouvelle république du Loir-et-Cher, 12/05/2015.
  19. Olivier Pirot, « Plutonium déversé dans la Loire : les aveux toxiques d'EDF », sur La Nouvelle République du Loir-et-Cher, (consulté le 15 juin 2015).
  20. Les jeux de l'atome et du hasard, Jean-Pierre Pharabod et Jean-Paul Schapira, Éditions Calmann-Lévy, 1988.
  21. Le canard enchainé, 23/03/2011 : Petits pépins deviendront grands
  22. Rejet radioactif à la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux, AFP du 13 mai 2004
  23. [PDF]cf CONCLUSION page 54, consulté le 30 mai 2019, edf.fr
  24. Erreur de conception affectant la résistance au séisme de réservoirs d'eau de plusieurs réacteurs de 900 MWe - Autorité de sûreté nucléaire
  25. Non trouvé le 30 mai 2019, edf.com
  26. RFS 2001-01, consultée le 30 mai 2019, asn.fr
  27. HCTISN Site de Saint-Laurent des eaux - Informations actualisées au 01/08/2014, consulté le 30 mai 2019
  28. [PDF]Non trouvé le 30 mai 2019, ccbl.fr
  29. Feu vert pour le groupe scolaire de Lestiou-Avaray, lanouvellerepublique.fr du 2 février 2013, consulté le 30 mai 2019
  30. 2. Une réflexion poussée en matière d’architecture et d’insertion dans le paysage - Des choix innovants en matière de réfrigération atmosphérique, loire-france.com

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier