Oblast de Kaliningrad

oblast, sujet fédéral de Russie au nord-ouest du pays, formant une exclave terrestre au bord de la mer Baltique

Oblast de Kaliningrad
(ru) Калинингра́дская о́бласть
Blason de Oblast de Kaliningrad
Armoiries de l'Oblast de Kaliningrad.
Drapeau de Oblast de Kaliningrad
Drapeau de l'Oblast de Kaliningrad.
Oblast de Kaliningrad
Vue de la station balnéaire de Zelenogradsk.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Kaliningrad
District fédéral Nord-Ouest
Statut politique Oblast
Création 7 avril 1946
Capitale Kaliningrad
Gouverneur Anton Alikhanov (ER)
(2016- )
Président de l'Assemblée législative Andreï Kropotkine (ru) (ER)
(2021- )
Parlement Assemblée législative de l'oblast de Kaliningrad
Démographie
Population 1 032 913 hab. (2023)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 49′ 25″ nord, 21° 28′ 54″ est
Superficie 15 125 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe
Fuseau horaire UTC+2
Code OKATO 27
Code ISO 3166 RU-KGD
Immatriculation 39, 91
Localisation
Localisation de Oblast de Kaliningrad
Situation de l'oblast
Liens
Site web http://www.gov39.ru

L'oblast de Kaliningrad (en russe : Калинингра́дская о́бласть, Kaliningradskaïa oblast’, également appelé Балтийская Россия - Baltiïskaya Rossiïa soit « Russie baltique » ou Янтарный край - Iantarnyï kraï soit « territoire de l'ambre ») est un sujet de la fédération de Russie, dont le centre administratif est la ville de Kaliningrad. Rosstat lui attribue le code 27 et son code d'immatriculation est le 39.

L'oblast de Kaliningrad est le sujet, plus précisément oblast, le plus occidental de la Russie, en étant une exclave russe au bord de la mer Baltique, entourée au nord et à l'est par la Lituanie et au sud par la Pologne. Il faut traverser deux pays pour rejoindre la Russie contigüe, et la ville russe la plus proche, Pskov, se trouve à 600 km. Presque l'ensemble de son territoire, qui mesure 15 125 km2, est plat, étant situé dans la plaine d'Europe orientale. Les vestiges des premières civilisations commencent à la fin de la glaciation vistulienne avec la culture de Memel et celle de Narva. Jusqu'à la fin du Haut Moyen Âge, très peu d'informations subsistent, mis à part que le peuple balte de Prussiens vivaient dans la zone. Au XIIIe siècle, les chevaliers-moines de l'ordre Teutonique conquièrent l'oblast au prix de nombreuses batailles, et érigent des châteaux à travers le territoire. L'ordre, affaibli par la guerre de Treize Ans, est sécularisé par son grand maître en 1525, en devenant le duché de Prusse. À partir de 1618, le duché forme le Brandebourg-Prusse avec la marche de Brandebourg. Par le traité de la Couronne, l'union devient le Royaume de Prusse, et la zone devient alors la province de Prusse-Orientale. Après la Seconde Guerre mondiale, l'Armée rouge occupe ce territoire du Reich allemand, l'Union soviétique annexant la partie nord de la Province en 1945 à la suite de la conférence de Potsdam. Sa capitale Königsberg est renommée en l'honneur de Mikhaïl Kalinine, la nouvelle ville donnant son nom à l'oblast.

En 2023, l'oblast comptait 1 032 913 habitants, en augmentation faible mais constante grâce à des soldes naturels et migratoires positif. Lors de la période estivale, la population peut doubler ; ceci s'expliquant par le développement du tourisme balnéaire, l'oblast comptant de nombreuses stations balnéaires sur sa côte malgré sa taille, bénéficiant de l'eau de la Baltique. La plupart de ses stations attirent des touristes et vacanciers venues de Russie, principalement des grandes villes riches de Russie européenne. En tout, un peu moins de 2 % du produit intérieur brut lui est dû. Tous les secteurs économiques réunis, le produit intérieur brut de l'oblast représentait en 2018 460,9 milliards de roubles, 45e place nationale. Rapporté à son nombre d'habitants, il se hisse à la 31e place, avec 7 330 dollars par habitant.

En dehors du tourisme, les secteurs principaux sont ceux des services, des communications et de l'informations. L'agriculture et l'industrie garde cependant une place importante, grâce à la surface de terres arables à travers le territoire ; en étant le premier en rendement de maïs du pays ainsi que de colza, avec la fabrication de denrées alimentaires pour l'industrie.. Le secteur des transports est clé, grâce à sa position et à ses ports qui sont les seuls ports russes non gelés de la Baltique.

Enfin, l'oblast de Kaliningrad possède un patrimonial architectural et culturel important, malgré les destructions massives pendant la Seconde Guerre mondiale et l'Union soviétique, grâce aux différents États prussiens et allemands l'ayant occupé. En 2022, il y avait plus de 1000 objets patrimoniaux régionaux ou locaux dans l'oblast, et avec les objets archéologiques et fédéraux, cela montait à près de 1800 monuments. Ce chiffre est en constante augmentation, l'oblast s'étant engagé dans la protection des bâtiments existants et la restauration de ceux en ruines. Ainsi, des églises et des châteaux, tels que ceux d'Allenbourg, de Ragnit, de Tapiau, d'Insterbourg et d'autres ont été ou sont entrain d'être rénovés.

Géographie modifier

Situation modifier

L'oblast de Kaliningrad est un des 89[a] sujets de la fédération de Russie, le plus occidental d'entre eux, ainsi qu'une semi-exclave de la Russie. Il fait partie du district fédéral du Nord-Ouest, et il a une superficie de 15 125 km2, soit 1 % de la superficie du pays. La longueur maximale d'est en ouest est de 205 km, du nord au sud de 108 km. Il est frontalier au nord et à l'est de la Lituanie sur 280,5 km, au sud il est frontalier de la Pologne sur 231,98 km. De plus, il est baigné par la mer Baltique, avec un littoral long de 183,56 km[1].

La Sambie constitue le cœur de l'oblast, s'avançant vers l'ouest dans la mer Baltique, bordée au sud par la lagune de la Vistule et au nord par la lagune de Courlande. Dans le sud-ouest se trouve l'oblast naturelle du Stablack.

Le plus grand cours d'eau est la Pregolia (russe : Прего́ля, allemand : Pregel, lituanien : Prieglius).

Voies de communication et transports modifier

Transport ferroviaire modifier

Transport routier modifier

Le type de transport intrarégional le plus important est le transport routier. L'oblast de Kaliningrad est l'une des plus équipées en voitures par habitant de Russie, se classant au cinquième rang[2]. De plus, environ 85 % des voitures sont des voitures étrangères, principalement assemblées en Europe[3]. Un réseau de routes pavées a été développé. La plupart des routes ne répondent pas aux normes de largeur adoptées en Russie et sont en outre tortueuses. Sur la plupart des routes de l'oblast de Kaliningrad, la vitesse maximale est limitée à 70 km/h (au lieu de 90 km/h) en raison de la présence d'arbres le long de la route. Dans le même temps, les routes de l'oblast de Kaliningrad sont parmi les plus sûres[4] et de la meilleure qualité du pays[5].

 
La route 27A-002.

L'oblast de Kaliningrad possède un réseau routier très dense comparé à la moyenne russe, ayant hérité du réseau prussien. La longueur totale au était de 9 092,1 km de routes, dont 256,2 km de routes fédérales (l'A216 ; l'A217 ; l'A229). Les routes régionales sont longues de 4 421,5 km. Enfin, la longueur des routes locales (ou intermunicipale/municipale) est de 4 414,4 km. Il y a en tout 442 routes régionales ou locales dans l'oblast. La densité du réseau dorsal est de 309,6 km pour 1 000 km2, dépassant largement la moyenne russe. Toutes les routes sont asphaltées, là aussi exceptionnelle pour une région russe. Au total, il y a 661 ponts sur le réseau, ainsi que 860 arrêts de bus installés[6].

Les routes les plus importantes sont :

  •   : Kaliningrad - Gvardeïsk - Talpaki (Taplacken) (branche A-229) - Bolchakovo (Groß Skaisgirren) - Sovietsk - frontière lituanienne ;
  • A217 : Kaliningrad - Svetlogorsk (avec sorties vers Khrabrovo et l'aéroport, Zelenogradsk, Pionerski...);

Transport aérien modifier

À 24 km de Kaliningrad, près du village de Khrabrovo, se situe l'aéroport Khrabrovo.

Transports maritimes modifier

Les ports de Kaliningrad et de Baltiïsk sont d'importance nationale et sont libres de glace toute l'année[1].

Transports en commun modifier

À Kaliningrad, il y a un tramway (le système le plus ancien de Russie, en service depuis 1895, voie étroite : 1000 mm) et un trolleybus. Dans d'autres villes de la région, les transports urbains ne sont représentés que par des bus, même si avant la guerre il y avait un trolleybus à Insterbourg[7] et un tramway à Tilsit[8].

Connexion avec le reste de la Russie modifier

La liaison entre l'exclave et le reste du territoire se fait par la route ou le train, via la Lituanie puis la Biélorussie, ou bien par voie maritime via la mer Baltique jusqu'au port de Saint-Pétersbourg.

Histoire modifier

 
La Prusse-Orientale en 1939, dont est issue l'oblast de Kaliningrad.

Aux Prussiens, peuple balte polythéiste (en), le christianisme est imposé par l'épée à l'issue des « croisades du nord » menées par les chevaliers teutoniques, à l'origine de l'État monastique des chevaliers Teutoniques devenu, en 1525 après le passage des barons teutoniques au luthéranisme, le duché de Prusse puis, en 1701, une province du royaume allemand de Prusse.

Pendant la guerre de Sept Ans, les Russes défont les Prussiens et l'oblast est occupée par la Russie (1758-62)[9]. Mais les alliances se renversent et l'oblast est rendue au royaume prussien.

En 1807, la Prusse écrasée par Napoléon appelle à l'aide la Russie, qui y mène les batailles d'Eylau et Friedland, puis signe dans l'actuelle Sovietsk le traité de Tilsit avec Napoléon[9].

En , dans le contexte de la Première Guerre mondiale et de la menace allemande sur Paris, la Russie remporte la bataille de Gumbinnen, envahit la majeure partie de l'oblast et aide ainsi à l'issue favorable de la première bataille de la Marne. La Russie semble alors envisager avec circonspection une première annexion partielle de l'oblast[9]. Mais la victoire allemande de Tannenberg quelques jours plus tard refoule l'armée russe hors de Prusse-Orientale, où les Russes ne gardent que les environs de Gumbinnen/Goussev jusqu'au début de 1915[9].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la province allemande de Prusse-Orientale est conquise lors d'une offensive de l'Armée rouge à partir de , puis divisée entre l'Union soviétique (partie nord) et la Pologne (partie sud), selon les exigences de Staline entérinées pendant les discussions des Alliés sur la question polonaise et lors des conférences interalliées de Yalta et Potsdam.

Ainsi l'oblast de Kaliningrad, la voïvodie de Varmie-Mazurie en Pologne et l'oblast de Klaipeda/Memel en Lituanie succèdent en 1945 à la Prusse-Orientale, prise à l'Allemagne.

Jusqu'en 1945, la population de l'oblast est principalement allemande, avec une minorité lituanienne et une autre masurienne parlant polonais, mais luthérienne comme les allemands de Prusse. La population allemande et une partie des Masuriens ont quitté le pays durant l'évacuation de la Prusse-Orientale entre le 20 janvier et mars 1945, pendant l'expulsion des Allemands d'Europe de l'Est, et la population actuelle est presque entièrement issue de la diaspora russe[10],[11].

Depuis l'indépendance des pays baltes en 1990, l'oblast de Kaliningrad est devenu une exclave russe entre Pologne et Lituanie : sa capitale est séparée de Pskov, la ville russe la plus proche, par trois frontières et 600 kilomètres[12]. Cette situation peut être rapprochée de celle, symétrique, qu'avait connue la Prusse-Orientale vis-à-vis de l'Allemagne dans l'entre-deux-guerres, de par la création du corridor de Dantzig destiné à ménager un accès de la Pologne restaurée à la mer Baltique[13].

Politique et administration modifier

Administration modifier

Le gouverneur de l'oblast de Kaliningrad est Anton Alikhanov, depuis le , en remplacement de Evgueni Zinitchev, d'abord par intérim, avant d'être élu le .

Subdivisions modifier

L'oblast est divisé en 22 municipalités[1] :

Subdivision Nom russe Centre administratif Population (2023)[14] Superficie (km²) Densité

(hab.km²)

Villes d'importances régionales
1 Kaliningrad Калининград Kaliningrad 489 735 223,03 2195,83
2 Baltiïsk Балтийск Baltiïsk 28 856 101,31 284,83
3 Ladouchkine Ладушкин Ladouchkine 3761 28,18 133,46
4 Mamonovo Мамоново Mamonovo 8527 106,13 80,34
5 Pionerski Пионерский Pionerski 12 794 8,27 1547,04
6 Svetly Светлый Svetly 27 606 80,23 344,09
7 Svetlogorsk Светлогорск Svetlogorsk 20 105 33.16 606,3
8 Sovetsk Советск Sovetsk 38 910 43,75 889,37
Commune urbaine d'importance régionale
9 Iantarny Янтарный Iantarny 7294 19,38 376,37
Raïons administratifs
10 Raïon de Bagrationovsk Багратионовский район Bagrationovsk 32 923 1014,5 32,45
11 Raïon de Gvardeïsk Гвардейский район Gvardeïsk 29 797 784,18 38
12 Raïon de Gourievsk Гурьевский район Gourievsk 103 416 1283,72 80,56
13 Raïon de Goussev Гусевский район Goussev 38 089 642,66 59,27
14 Raïon de Zelenogradsk Зеленоградский район Zelenogradsk 38 010 2016,49 18,85
15 Raïon de Krasnozamensk Краснознаменский район Krasnozamensk 11 082 1280,47 8,65
16 Raïon de Neman Неманский район Neman 15 606 698,30 22,35
17 Raïon de Nesterov Нестеровский район Nesterov 11 897 1061,07 11,21
18 Raïon d'Oziorsk Озёрский район Oziorsk 12 664 877,44 14,43
19 Raïon de Polessk Полесский район Polessk 17 134 834,28 20,54
20 Raïon de Pravdinsk Правдинский район Pravdinsk 18 443 1283.88 14,37
21 Raïon de Slavsk Славский район Slavsk 16 193 1349,07 12
22 Raïon de Tcherniakhovsk Черняховский район Tcherniakhovsk 46 410 1285,75 36,1

L'oblast de Kaliningrad et l'Union européenne modifier

 
L'oblast de Kaliningrad en Europe.
 
Carte de la Russie baltique.
 
Vue d'une plage de l'oblast de Kaliningrad.

Depuis l'adhésion de la Pologne et de la Lituanie à l'Union européenne (UE), l'exclave de Kaliningrad est au cœur de négociations diplomatiques entre la Russie et l'Union. En effet, en vertu des accords de Schengen, les frontières de l'exclave deviennent en des frontières extérieures de l'Union européenne, rendant donc difficiles les liaisons terrestres avec le reste de la Russie[15].

Après la dislocation de l'Union soviétique, les deux parties en présence doivent trouver un accord :

  • les autorités russes n'ont aucun intérêt à voir une partie de leur territoire isolé de la Russie, d'autant que Kaliningrad est victime de difficultés économiques ;
  • la Pologne et la Lituanie ne souhaitent pas des tensions autour de l'exclave russe se développer sur des frontières qu'elles doivent surveiller.

C'est pourquoi un accord est conclu en entre la Russie et l'Union européenne, exemptant de taxes douanières les transits traversant le territoire lituanien : ainsi la fédération de Russie a librement accès, via les États souverains de Biélorussie et Lituanie, à ses ports de la Baltique en eau libre lorsque ceux du golfe de Finlande sont pris par les glaces[16].

Malgré cet accord, la tension remonte quatre ans plus tard : , le président russe Dmitri Medvedev annonce la possible installation de missiles Iskander près de Kaliningrad au cas où les États-Unis installeraient un bouclier antimissile en Pologne et en République tchèque[17].

Tentant de désamorcer les tensions, la Commission européenne propose le d'étendre à l'ensemble des habitants de l'oblast la possibilité de se rendre sans visa Schengen en Pologne et en Lituanie dans un rayon de 30 kilomètres à partir de la frontière russe, voire de 50 kilomètres dans des cas exceptionnels (soins de santé, raisons familiales). Selon la Commission, il s'agit de faciliter la vie des habitants : « Assez souvent, ils doivent traverser la frontière pour des raisons familiales, culturelles ou économiques ; quelquefois pour quelques heures, quelquefois pour plusieurs jours ». Ils ont cependant toujours besoin d'un visa pour aller plus loin, que ce soit Varsovie, Vilnius ou un autre État membre de l'UE[18],[19]. Cet accord sur les petits mouvements frontaliers a été signé en 2012, les frontaliers russes n'ont plus besoin de visa, mais d'un permis dont la validité est de deux ans[20].

Importance stratégique modifier

Le territoire de Kaliningrad présente une importance stratégique. Il est décrit comme un « avant-poste militaire de la Russie en Europe ». Le quartier-général de la flotte de la Baltique se trouve à Kaliningrad[21].

Plusieurs systèmes de missiles faisant partie d'une stratégie A2/AD sont déployés dans l'exclave : S-300, S-400, Oniks et Iskander[22].

En cas de guerre entre la Russie et l'OTAN, Kaliningrad pourrait menacer la communication entre les États baltes et la Pologne (corridor de Suwałki) et servir de base de lancement d'opérations militaires[23].

Population et société modifier

Démographie modifier

Évolution démographique
1989 2002 2010 2016 2021
871 283955 281941 873976 4391 029 966
Indice de fécondité et taux de natalité
Année Fécondité Fécondité urbaine Fécondité rurale
1990 1,81 1,68 2,39
1991 1,70 1,58 2,26
1992 1,52 1,37 2,14
1993 1,30 1,18 1,81
1994 1,34 1,23 1,79
1995 1,23 1,14 1,60
1996 1,14 1,05 1,48
1997 1,08 0,97 1,51
1998 1,15 1,04 1,54
1999 1,04 0,97 1,31
2000 1,11 1,03 1,38
2001 1,10 1,03 1,37
2002 1,21 1,12 1,52
2003 1,24 1,18 1,45
2004 1,20 1,12 1,48
2005 1,16 1,09 1,41
2006 1,20 1,10 1,54
2007 1,40 1,28 1,81
2008 1,45 1,32 1,86
2009 1,48 1,36 1,86
2010 1,46 1,35 1,82
2011 1,52 1,42 1,86
2012 1,63 1,51 2,01
2013 1,64 1,53 2,03
2014 1,70 1,59 2,08
2015 1,75 1,67 2,00
2016 1,73 1,66 1,95
2017 1,57 1,51 1,77
2018 1,51 1,48 1,61
2019 1,39 1,40 1,34

Villes modifier

Les villes les plus importantes de l'oblast de Kaliningrad sont :

Russe Allemand † Lituanien † Polonais †
Baltiïsk Балтийск Pillau Piliava Piława
Tcherniakhovsk Черняховск Insterburg Įsrutis Wystruć
Goussev Гусев Gumbinnen Gumbinė Gąbin
Kaliningrad Калининград Königsberg Karaliaučius Królewiec
Sovietsk Советск Tilsit Tilžė Tylża

Environnement modifier

L'oblast de Kaliningrad recense concernant la faune 321 espèces de mammifères et d'oiseaux vivent, dont 54 espèces sont des espèces rares et menacées. L'oblast recense entre autres une population estimée de 14 à 18 lynxs en 2022[24].

Économie modifier

Généralités modifier

Selon Rosstat, le produit régional brut de l'oblast s'élevait à 675,0 milliards de roubles en 2021, soit le 44e des 85 sujets russes[b], et le PIB par habitant était lui de 659,7 mille roubles/habitant cette année-là[25].

  • L'oblast de Kaliningrad dispose de 90 % des réserves mondiales d'ambre[27].

Culture modifier

En 2022, il y avait plus de 1000 objets patrimoniaux régionaux ou locaux dans l'oblast[28], et avec les objets archéologiques et fédéraux, cela montait à près de 1800 monuments[29].

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Nombre d'après les revendications russes. Il comprend l'annexion de la Crimée à la Russie à la suite du référendum de 2014, non reconnu par la majeure partie de la communauté internationale, ainsi que le rattachement à la Russie à la suite des référendums de 2022, eux aussi non reconnus par la majeure partie de la communauté internationale.
  2. Nombre d'après les revendications russes en 2021. Il comprend l'annexion de la Crimée à la Russie à la suite du référendum de 2014, non reconnu par la majeure partie de la communauté internationale, mais non pas le rattachement à la Russie à la suite des référendums de 2022, eux aussi non reconnus par la majeure partie de la communauté internationale.

Références modifier

  1. a b et c Ministère des ressources naturelles et de l'écologie de l'oblast de Kaliningrad 2023, p. 6.
  2. (ru) « Эксперты подсчитали, сколько автомобилей приходится на тысячу жителей в разных регионах », sur zr.ru (consulté le )
  3. « Самым иномарочным регионом России в 2012 году признано Приморье », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  4. « Рейтинг безопасности российских автомобильных дорог за 2013 год », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  5. « В Калининградской области оценили качество автомобильных дорог - Новости Экономики - Новости Mail.Ru », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  6. « Дорожное хозяйство », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  7. (ru) admin, « Инстербургский троллейбус », sur Открытка из Восточной Пруссии,‎ (consulté le )
  8. (ru) admin, « Тильзитский трамвай », sur Открытка из Восточной Пруссии,‎ (consulté le )
  9. a b c et d Olivier Roqueplo: La Russie et son Miroir d'Extrême-Occident: l'identité géopolitique de la Russie sous le prisme de l'Oblast' de Kaliningrad, HAL, 2018
  10. Piotr Eberhardt, Political Migrations in Poland 1939-1948. 8. Evacuation and flight of the German population to the Potsdam Germany, Warsaw, Didactica, (ISBN 9781536110357, lire en ligne)
  11. Piotr Eberhardt, Political Migrations On Polish Territories (1939-1950), Warsaw, Polish Academy of Sciences, (ISBN 978-83-61590-46-0, lire en ligne)
  12. Tétart 2007, I. : « Kaliningrad/Prusse-Orientale comme construction territoriale d’une symétrie de l’enclavement ».
  13. Tétart 2007, I.A. : « Une exclave russe ».
  14. (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population permanente de la fédération de Russie par municipalités au (en tenant compte des résultats du recensement panrusse de la population de 2020) » (consulté le )
  15. Kaliningrad «encerclé» par l'Union par Sylvaine Pasquier, L'Express,
  16. (fr) La documentation française - L’enclave de Kaliningrad, "laboratoire" des futures relations Russie - Union européenne.
  17. Missiles russes : "malheureux" (Prague), Le Figaro
  18. Gobert 2011
  19. Dépêche de presse de la Commission européenne,
  20. Jérôme Fenoglio, Le Monde du , p. 8
  21. Dylan Veerasamy et AFP, « Kaliningrad : une enclave russe très stratégique, encerclée par l’Otan », sur tf1info.fr, .
  22. (en) David Axe, « Russia's Kaliningrad Territory Is Armed to The Teeth. NATO Wants to Crush It in a War. », sur nationalinterest.org, .
  23. (en) Stefan Wolff, « Kaliningrad: Russia’s ‘unsinkable aircraft carrier’ deep in Nato territory », sur theconversation.com, .
  24. Ministère des ressources naturelles et de l'écologie de l'oblast de Kaliningrad 2023, p. 107.
  25. Ministère des ressources naturelles et de l'écologie de l'oblast de Kaliningrad 2023, p. 14.
  26. (en-US) « Partners in production in Russia - Automotive Manufacturing Solutions », (consulté le )
  27. Lonely Planet, Pays Baltes 2 : Excursion à Kaliningrad, Place Des Editeurs, , 39 p. (ISBN 978-2-8161-3113-0, lire en ligne)
  28. « Объекты регионального и местного значения », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  29. (ru) « Как в Калининградской области сохраняют объекты культурного наследия », sur Российская газета,‎ (consulté le )

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Bibliographie modifier

  • Olivier Roqueplo: La Russie et son Miroir d'Extrême-Occident: l'identité géopolitique de la Russie sous le prisme de l'Oblast' de kaliningrad, HAL, 2018.
  • Viviane du Castel, De Königsberg à Kaliningrad : l'Europe face à un nouveau "département d'outre-terre" russe sur la Baltique, Paris, L'Harmattan, 1996 ; 2e éd. augmentée, 2007, 501 p. (ISBN 978-2-296-04391-6).
  • Sébastien Gobert, « Russie : La porte de Kaliningrad pourrait s'ouvrir sur l'UE », Regard sur l'Est,‎ (lire en ligne).
  • Frank Tétart, « Symétrie spatiale et temporelle d’une enclave : la Prusse-Orientale (1919-1939) et Kaliningrad (1992-2004) », Revue géographique de l'Est, vol. 47, no 2,‎ (ISSN 0035-3213, lire en ligne, consulté le ).
  • Frank Tétart, « Kaliningrad, « petite Russie » d’Europe », sur Les blogs du Diplo, .
  • (ru) Ministère des ressources naturelles et de l'écologie de l'oblast de Kaliningrad, ГОСУДАРСТВЕННЫЙ ДОКЛАД «Об экологической обстановке в Калининградской области в 2022 году» [« Rapport d'État «Sur la situation environnementale dans l'oblast de Kaliningrad en 2022» »], Kaliningrad,‎ , 200 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF])

Liens externes modifier