Ouvrir le menu principal
Kate Winslet
Description de cette image, également commentée ci-après
Kate Winslet en 2014.
Nom de naissance Kate Elizabeth Winslet
Naissance (43 ans)
Reading, Angleterre, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Actrice
Films notables Titanic
Eternal Sunshine of the Spotless Mind
The Reader
Divergente
Steve Jobs
Séries notables Mildred Pierce

Kate Winslet [keɪt wɪnslət][1] est une actrice britannique, née le à Reading en Angleterre[2].

Élevée dans le Berkshire, elle étudie le théâtre dès l'enfance et commence sa carrière d'actrice à la télévision britannique en 1991.

Elle fait ses débuts au cinéma en 1994, dans Créatures célestes, film pour lequel elle reçoit son premier éloge notable de la part de la critique et gagne la reconnaissance pour son interprétation dans Raison et Sentiments et Titanic, ce dernier film lui valant une consécration mondiale à 22 ans.

Depuis 2000, les performances de Kate Winslet ont continué à attirer des commentaires positifs des critiques cinématographiques, étant nommée pour plusieurs prix pour ses prestations dans des films tels que Quills, la plume et le sang, Iris, Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Neverland, Little Children, The Reader et Les Noces rebelles.

Elle est la plus jeune actrice à cumuler six nominations pour les Oscars, avec un total de sept, remportant l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans le film The Reader, en .

Elle a été également récompensée, entre autres, aux Screen Actors Guild Awards, BAFTA et à l'Hollywood Foreign Press Association et nommée à deux reprises aux Emmy Awards pour ses rôles à la télévision, remportant l'Emmy de la meilleure actrice dans une mini-série pour Mildred Pierce.

En 2012, elle a remporté un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Née à Reading, dans le Berkshire, Kate Winslet est la deuxième des quatre enfants de Sally Ann (née Bridges), serveuse de bar, et de Roger Winslet, fournisseur de piscines[3],[2]. Ses parents ont été des « acteurs occasionnels », ce qui conduit la jeune femme à commenter qu'elle n'a « pas eu une éducation privilégiée » et que leur vie quotidienne était de « vivre au jour le jour »[4]. Ses grands-parents maternels, Linda (née Plumb) et Oliver Bridges, ont fondé et dirigé le Reading Repertory Theatre[4], et son oncle, Robert Bridges, est apparu dans la comédie musicale Oliver!, produite au West End. Sa sœur aînée, Anna, et sa sœur cadette, Beth, sont également actrices[4]. Seul son jeune frère, Joss, n'a pas poursuivi de carrière d'acteur[2].

Winslet étudie le drame au Redroofs Theatre School[5], école de théâtre indépendante à Maidenhead, dans le Berkshire, où elle a été préfète en chef du corps étudiant[6]. À l'âge de douze ans, elle est apparue dans une publicité télévisée réalisée par Tim Pope pour les céréales Sugar Puffs (en). Pope a dit que son naturel était déjà présent dès ses débuts[7].

Débuts et révélation critique (1992-1996)Modifier

La carrière de Kate Winslet débute à la télévision, où elle est co-vedette dans la série de science-fiction pour adolescents Dark Season[8], rôle suivi d'autres apparitions dans le téléfilm Anglo-Saxon Attitudes, la sitcom Get Back et un épisode de la série médicale Casualty, en 1993[8].

1994: Créatures Célestes

En 1992, à Londres, elle participe au recrutement des acteurs pour le film du réalisateur néo-zélandais Peter Jackson, Créatures célestes, où elle auditionne pour le rôle de Juliet Hulme, une adolescente qui aide à l'assassinat de la mère de sa meilleure amie, Pauline Parker (incarnée par Melanie Lynskey). Winslet obtient le rôle parmi les 175 autres jeunes filles présentes[9]. Ce long-métrage marque également les débuts de chanteuse de Winslet, interprétant une version a cappella de Sono Andati, aria de La Bohème[10], qui figure sur la bande originale du film[11]. Créatures célestes rencontre un accueil critique favorable et une proposition pour l'Oscar du meilleur scénario original[12]. Pour sa prestation, Winslet reçoit l'Empire Award de la meilleure actrice britannique et le London Film Critics Circle Award de la meilleure actrice britannique[13].

1995: Raison et sentiments

Kate joue ensuite dans le drame d'époque adapté de Jane Austen, Raison et sentiments (1995) d'Ang Lee aux côtés de Alan Rickman ,Hugh Grant et d'Emma Thompson[14]. Inquiet de la façon dont elle avait abordé son rôle dans Créatures célestes, le réalisateur l'a obligée à pratiquer le tai-chi, lire les romans gothiques et poésies d'Austen et travailler avec un professeur de piano pour s'imprégner de la grâce du rôle[14]. Pour un budget de production de 16,5 millions de dollars, le film rencontre un succès à la fois critique et commercial, rapportant 135 millions de dollars au box-office mondial[15]. Elle est nommée pour la première fois aux Oscars à 20 ans, dans la catégorie du meilleur second rôle féminin. Elle a également à son actif le BAFTA et le Screen Actors Guild Award du meilleur second rôle féminin[16],[17].

1996: Jude et Hamlet

En 1996, elle joue dans les films Jude et Hamlet. Dans Jude, inspiré du roman victorien Jude l'Obscur, de Thomas Hardy, elle incarne Sue Bridehead, une jeune femme aux tendances suffragettes qui tombe amoureuse de son cousin, interprété par Christopher Eccleston. Acclamé par la critique, Jude ne rencontre pas le succès commercial, récoltant seulement 2,9 millions de dollars de recettes [15]. Dans Hamlet, adaptation cinématographique mis en scène par Kenneth Branagh, elle tient le rôle d'Ophélia. Le film reçoit des critiques positives[18], malgré un échec commercial, seulement 4 millions de dollars de recettes pour un budget de production de 18 millions[15] et a permis à la jeune femme d'obtenir un second Empire Award de sa carrière[16].

Révélation mondiale avec Titanic (1997)Modifier

1997: Titanic

Au milieu de l'année 1996, Kate Winslet commence le tournage de Titanic, aux côtés de Leonardo DiCaprio[19]. Gwyneth Paltrow, Claire Danes et Gabrielle Anwar avaient été pressenties pour le rôle[20],[21],[22], mais lorsque ces dernières ont refusé le rôle, Winslet a fait une forte campagne pour l'obtenir, en envoyant au réalisateur James Cameron des notes quotidiennes de l'Angleterre, ce qui a conduit Cameron à l'inviter à Hollywood pour les auditions. Il a décrit le rôle comme une « sorte d'Audrey Hepburn » et était initialement incertain au sujet de la présence de Winslet au casting, même après un test filmé qui l'a impressionné[20]. Après un test filmé avec DiCaprio, Winslet était si impressionnée par ce dernier qu'elle a chuchoté à Cameron : « Il est génial. Même si vous ne me choisissez pas, choisissez-le », puis elle a envoyé une seule rose avec une carte signée « de ta rose » et lui a fait pression par téléphone. « Vous ne comprenez pas ! », l'a-t-elle supplié un jour où elle est parvenue à le joindre sur son téléphone mobile dans son Humvee. « Je suis Rose ! Je ne sais pas pourquoi vous voulez voir quelqu'un d'autre ! ». Sa persévérance, ainsi que son talent, ont finalement convaincu Cameron d'engager la jeune actrice pour le rôle[20].

Elle y incarne Rose DeWitt Bukater, jeune aristocrate passionnée et assoiffée de liberté, qui survit au naufrage du Titanic en 1912. Selon Winslet, l'expérience a été émotionnellement exigeante[23] :

« Titanic était totalement différent et rien n'aurait pu me préparer pour moi .... Nous avions vraiment peur sur toute l'aventure .... Jim [Cameron] est un perfectionniste, un véritable génie à faire des films. Mais il y avait toutes cette mauvaise presse avant sa sortie, et qui a été vraiment contrariant[23]. »

— Kate Winslet

Contre toute attente, Titanic est devenu le film le plus rentable de tous les temps avec 1,8 milliard de dollars de recettes au box-office mondial[24] (sa ressortie en 3D lui a permis d'atteindre les 2,1 milliards de recette) Titanic a permis à la jeune actrice, âgée de 22 ans, d'accéder à la consécration mondiale, devenant ainsi une star[25]. Nommé pour l'Oscar et le Golden Globe de la meilleure actrice (qu'elle perdra au profit de Helen Hunt), elle remporte un European Film Award[16],[26].

Retour à des projets plus confidentiels (1998-2003)Modifier

1998: Marrakech Express et Holy Smoke

Après avoir refusé les premiers rôles dans Shakespeare in Love et Anna et le roi, elle enchaîne avec la petite production britannique Marrakech Express (1998)[27], pour laquelle elle s'expatrie au Maroc. Adapté d'un roman d'Esther Freud, ce film raconte l'histoire d'une jeune mère, Julia, qui, au début des années soixante-dix, quitte son mari infidèle et s'installe à Marrakech, avec ses deux petites filles. Là-bas, elle croise Bilal, un jeune Marocain (interprété par Saïd Taghmaoui, révélé par la Haine de Matthieu Kassovitz). Ce film est une peinture chaleureuse de la génération baba cool. Pour Kate, 24 ans au moment du tournage, ce film marque également un tournant dans sa vie personnelle puisque c'est sur le plateau qu'elle rencontre Jim Threapleton, le troisième assistant réalisateur de « Marrakech Express », qu'elle épousera quelques mois plus tard.

Elle enchaîne ensuite sous la direction de la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion dans Holy Smoke. Elle y interprète le rôle de Ruth, jeune australienne qui, au cours d'un voyage en Inde, est bouleversée par un gourou. Inquiète, sa famille imagine un stratagème pour la faire revenir et demande à l’Américain P.J. Waters, spécialiste de la de programmation spirituelle (interprété par Harvey Keitel), de la ramener à une culture plus occidentale. Présenté à la Mostra de Venise en 1999, Kate y remporte un prix et voit sa performance saluée par la critique, qui la qualifie notamment d' "excellente" [28].

2000: Quills - la plume et le sang

En 2000, elle revient au film d'époque en donnant la réplique à Geoffrey Rush et Joaquin Phoenix dans Quills, la plume et le sang [29]. Kate y interprète Madeleine Leclerc, une jeune blanchisseuse fascinée par le Marquis de Sade (interprété par Rush) et utilisée par ce dernier pour diffuser nombre de ses écrits durant son emprisonnement à l'asile de Charenton. Kate y livre une performance qualifiée de "formidable" dans ce film surprenant, véritable ode à la liberté d'expression [30].

2001: Iris et Enigma

Elle récidive aux Oscars en étant sélectionnée dans la catégorie du meilleur second rôle féminin[16] pour le rôle de l'écrivaine Iris Murdoch dans le drame biographique Iris (2001), film dans lequel elle interprète le personnage dans sa jeunesse, rôle qu'elle partage avec la grande Judi Dench[31] qui interprète le même personnage des dizaines d'années plus tard, lorsque l'écrivaine souffre de la maladie d’Alzheimer. À noter que c'est le deuxième film de sa carrière à valoir une double nomination aux Oscars à ses protagonistes pour le même rôle (Judi Dench meilleure actrice et Kate meilleur second rôle féminin pour le rôle d'Iris), le premier étant bien sûr Titanic (Kate Winslet meilleure actrice et Gloria Stuart meilleur second rôle féminin pour le rôle de Rose).

La même année, Kate se retrouve embarquée en pleine Seconde Guerre mondiale dans Enigma (2001) de Michael Apted[32]. Elle interprète le rôle d'Hester Wallace, chargée de découvrir le code de la machine Enigma durant la deuxième guerre mondiale. Kate remporte pour ce film l'Empire award de la meilleure actrice britannique de l'année. À la fin du film, son personnage est enceinte, tandis que Kate était elle aussi enceinte de son premier enfant, Mia.

2003: La vie de David Gale

Actrice de défis, elle change de registre en 2003 dans La Vie de David Gale, d'Alan Parker, thriller carcéral sur la peine de mort, dans lequel elle joue avec Kevin Spacey[33]. Elle interprète le rôle d'Elizabeth Bloom, journaliste qui fera son possible pour prouver l'innocence du professeur Gale (interprété par Spacey), accusé du meurtre d'une de ses collègues. Elle livre dans ce film une performance intense et remarquée [34].

Retour au premier plan (2004-2006)Modifier

 
L'actrice à la première de Les Fous du Roi au Festival international du film de Toronto 2006.

2004: Neverland et Eternal Sunshine of the Spotless Mind

Après les succès d'estime de ses trois derniers films, elle renoue en 2004 avec le franc succès critique et public avec deux films. Elle joue tout d'abord dans le drame Neverland (2004) de Marc Forster, dans lequel elle interprète le rôle de Sylvia Llewelyn Davies, jeune veuve dont le fils Peter inspirera le romancier J. M. Barrie (interprété par Johnny Depp) dans la création du personnage mythique de Peter Pan. Kate y livre une performance particulièrement émouvante, qualifiée d' "impeccable" [35]. Produit pour un budget de 25 millions de dollars, le film en rapporte plus de 115 millions et vaut à l'équipe du film 7 nominations aux oscars (mais pas pour Kate Winslet)

Mais c'est surtout sa performance survoltée dans la comédie dramatique Eternal Sunshine of the Spotless Mind (2004) du réalisateur français Michel Gondry, aux côtés de Jim Carrey[36] qui lui vaut les éloges de la critique [37] et du public. Elle y interprète le rôle de Clémentine, une jeune femme qui a effacé de sa mémoire l'homme qu'elle a aimé par le passé (interprété par Carrey) et qui retombe amoureuse de lui tandis que ce dernier décide à son tour d'effacer Clémentine de sa mémoire. Entre flash-backs poignants et scènes oniriques particulièrement enlevées et trépidantes, le film est un triomphe critique [38] et devient culte. Kate Winslet y gagne sa quatrième proposition pour les Oscars. Son personnage, célèbre pour ses changements de couleurs de cheveux (de l'orange au bleu) est l'un des plus marquants de sa filmographie [39]. Ce rôle, considéré par certains comme le meilleur jamais interprété par l'actrice [40],[41], semble également le préféré de Kate, qui a récemment déclaré qu'il était "le seul rôle qu'elle aimerait interpréter à nouveau" [42].

2005: Romance and Cigarettes et Les fous du roi

Elle joue ensuite dans deux films plus confidentiels. Tout d'abord dans la comédie musicale Romance and Cigarettes (2005) de et avec John Turturro, face à Susan Sarandon. Elle côtoie également Sean Penn, Jude Law et Anthony Hopkins dans le drame politique Les Fous du roi (2005) de Steven Zaillian.

2006: The Holiday et Little Children

En 2006, Kate est à l'affiche de deux films très différents et remarqués. Elle interprète tout d'abord le rôle d'Iris dans la comédie romantique The Holiday de Nancy Meyers avec Jude Law, Cameron Diaz et Jack Black. Ce film est son plus gros succès public depuis Titanic. Kate y livre une performance qualifiée de "lumineuse", d'une "chaleureuse sincérité" [43]. Elle joue ensuite dans le drame Little Children de Todd Field, où face à Patrick Wilson et Jennifer Connelly elle livre une performance magnifique dans le rôle de Sarah, mère de famille infidèle qui hésite à s'enfuir avec son amant. Ce film lui permet de récolter sa cinquième proposition aux Oscars (soit sa troisième dans la catégorie de la meilleure actrice).

Consécration (2008-2013)Modifier

 
Kate Winslet, au Venice Film Festival, pour la première de Carnage, en septembre 2011.

2008: Les noces rebelles et The Reader

Souvent proposée, jamais gagnante, Kate Winslet accède à la gloire en 2008, soit onze ans après Titanic. Cette année-là, elle retrouve Leonardo DiCaprio dans Les Noces rebelles réalisé par Sam Mendes, alors son mari. Le film, adapté d'un roman acclamé de Richard Yates, narre l'histoire d'un jeune couple qui, d'apparence heureuse, est tiraillé entre ses désirs personnels et le besoin de se conformer à la société américaine des années 1950. Tout de suite après, elle interprète avec un talent désarmant le rôle d'Hanna Schmitz dans l'adaptation du roman de Bernhard Schlink, The Reader, réalisé par Stephen Daldry face à Ralph Fiennes. Le film relate l'amour passionné d'un adolescent pour une femme de vingt ans son aînée accusée plus tard de crimes nazis dans l'Allemagne de l'après-guerre.

Ces deux prestations couvrent la comédienne de gloire puisqu'elle remporte les deux Golden Globes de la catégorie féminine (meilleure actrice dans un drame et meilleur second rôle féminin), ainsi que le BAFTA de la meilleure actrice dans un rôle principal pour son extraordinaire prestation dans The Reader. Consécration ultime : elle reçoit, enfin, le , au terme de maintes propositions, l'Oscar de la meilleure actrice des mains de la lauréate précédente Marion Cotillard pour son interprétation d'Hanna Schmitz dans The Reader.

2010: Mildred Pierce

En 2010, elle se lance un nouveau défi en tournant pour la chaîne de télévision HBO la mini-série Mildred Pierce réalisée par Todd Haynes. Face à Guy Pearce et Evan Rachel Wood, elle livre une des meilleures prestations de sa carrière selon les critiques. Cette nouvelle adaptation du roman de James M. Cain lui permet de remporter un Emmy Award et un Golden Globe Award de la meilleure actrice dans une mini-série.

2011: Contagion et Carnage

Elle joue ensuite dans le thriller épidémiologique Contagion de Steven Soderbergh. Le film suit la propagation d'un virus mortel dans le monde entier et ses répercussions sur la société. Elle interprète le docteur Erin Mears aux côtés de Matt Damon, Jude Law et Marion Cotillard.

Puis elle enchaîne avec l'adaptation de la pièce de théâtre à succès de Yasmina Reza, Le Dieu du carnage, où elle donne la réplique à Jodie Foster, Christoph Waltz et John C. Reilly. Réalisé sous le titre de Carnage par Roman Polanski, ce huis clos suit la confrontation de deux couples new-yorkais après la bagarre de leurs enfants respectifs qui va virer au règlement de comptes. Ce rôle lui vaut une nouvelle proposition aux Golden Globes, dans la catégorie de la meilleure actrice dans une comédie.

2013: Last Days of Summer

En 2013, elle interprète Adele, une mère agoraphobe qui va progressivement reprendre goût à la vie au contact d'un évadé de prison — interprété par Josh Brolin — dans Last Days of Summer de Jason Reitman. Elle obtient, pour ce rôle, une nouvelle proposition aux Golden Globes.

Diversification (2014-2017)Modifier

2014: Les jardins du roi et Divergente

Sous la direction de Neil Burger, elle s'aventure sur le terrain du blockbuster en incarnant ensuite la tyrannique Jeanine Mathews dans l'adaptation de la saga futuriste à succès de Veronica Roth, Divergente, face à Shailene Woodley et Theo James. Elle y joue son premier grand rôle de méchante. Comme à l'époque d'Enigma, elle était enceinte lors du tournage. Mais contrairement à ce film, dans lequel son personnage est elle-aussi enceinte, Kate a du dissimuler sa grossesse dans Divergente, notamment derrière un dossier ou une tablette qu'elle portait durant le tournage de ses scènes [44]. Elle est aussi à l'affiche de la suite, Divergente 2 : L'Insurrection, sortie fin 2015. Ces deux films sont de gros succès internationaux, remportant 288 millions de dollars de recettes pour le premier et 297 millions pour le second [45]. Sur le tournage, Kate Winslet s'est particulièrement liée d'amitié avec la jeune Shailene Woodley, qui a indiqué considérer Kate comme sa "grande sœur" [46].

Elle interprète ensuite Sabine de Barra une paysagiste à la cour de Versailles face à Matthias Schoenaerts dans Les Jardins du roi de Alan Rickman .Le charme du duo Winslet / Schoenaerts est particulièrement remarqué dans ce film romantique aux accents sociaux, dont les critiques précisent que "le miracle de (leur) alchimie confère finalement à l’ensemble un certain panache"[47].

2015: Haute Couture (The Dressmaker) et Steve Jobs

Fin 2015, elle enchaîne à nouveaux deux rôles particulièrement forts et marquants. Elle est tout d'abord à l'affiche de The Dressmaker, film australien de Jocelyn Moorhouse. Son rôle de Tilly Dunnage, jeune femme retournant dans sa petite ville natale du bush australien après avoir été accusée de meurtre durant son enfance, est considéré par les critiques comme l'un des plus beaux de sa carrière, faisant de Kate une "icone féministe"[48]. Elle remporte l'AACTA Award de la meilleure actrice pour sa performance, qualifiée de "royale" [49].

La même année, elle crève l'écran dans le rôle de Joanna Hoffman, créatrice du Macintosh, dans Steve Jobs de Danny Boyle face à Michael Fassbender. Ce rôle est selon elle l'un des plus grands défis de sa carrière. Sa performance lui vaut un quatrième Golden Globe, un troisième Bafta et sa septième proposition pour les Oscars. Kate y est encensée par la critique, qui évoque notamment sa performance "brillante", "magistrale" [50] et "ahurissante" [51].

2016: Triple 9 et Beauté cachée

Elle débute l'année 2016 en changeant radicalement de registre, dans la peau d'Irina Vlasov, une mafieuse russe qui hante le thriller nerveux de John Hillcoat Triple Nine. Kate joue aux côtés de Chiwetel Ejiofor, Casey Affleck, Aaron Paul et Norman Reedus. Méconnaissable en blonde peroxydée et violente, Winslet y livre une performance étonnante, qualifiée de "géniale" [52].Elle conclue l'année 2016 avec un film choral, Beauté cachée, de David Frankel, dans lequel elle partage l'affiche avec plusieurs autres stars, notamment Will Smith, Edward Norton, Keira Knightley et Helen Mirren. Le film est un échec critique et commercial.

2017: La montagne entre nous et Wonder Wheel

L'année 2017 est marqué par la sortie de deux autres films, très attendus. Tout d'abord le film d'aventure La Montagne entre nous, de Hany Abu-Assad, dans lequel Kate partage la vedette avec Idris Elba. Ils y interprètent le rôle de deux inconnus qui doivent unir leurs forces, après le crash de leur avion, pour survivre dans le grand froid canadien. Puis la comédie dramatique Wonder Wheel, de Woody Allen, dont elle est la tête d'affiche. Les performances réalisée par Kate Winslet dans ces deux films sont saluées par la critique, qui la qualifie de "lumineuse" et "follement attendrissante" dans le premier [53] et "vibrante d'émotions", "magistrale" et "géniale" dans le second [54].

Films attendus en 2019 et 2020Modifier

Après une année 2018 blanche, Kate Winslet retrouve le chemin des plateaux de cinéma avec quatre films particulièrement attendus:

- Blackbird [55], du réalisateur sud africain Roger Michell, remake du film danois Silent Heart de Bille August, dans lequel elle partage l'affiche avec Susan Sarandon (qui joue sa mère) et Mia Wasikowska (qui interprète sa sœur).

- Ammonite [56], drame romantique réalisé par Francis Lee, dans lequel Kate interprétera la célèbre paléontologue Mary Anning, film qui narrera son histoire d'amour improbable avec une jeune femme londonienne qu’interprétera Saoirse Ronan.

- The French Dispatch [57], de Wes Anderson, qui suivra le quotidien de journalistes américains à Paris, dans lequel Kate retrouvera Saoirse Ronan et partagera également l'affiche avec un casting incroyable, composé notamment de Timothée Chalamet, Williem Dafoe, Tilda Swinton, Benicio Del Toro, Bill Murray, Adrien Brody ou bien encore Léa Seydoux.

- et surtout Avatar 2, dont la sortie est prévue en décembre 2020, dans lequel Kate retrouvera son réalisateur fétiche de Titanic James Cameron, et interprétera le personnage mystérieux de Ronal, membre du peuple de la mer, un rôle apparemment très physique pour l'actrice qui aurait été capable de retenir sa respiration pendant 7 minutes durant le tournage de ses scènes sous-marines [58].

Vie privéeModifier

 
L'actrice, enceinte de son troisième enfant, à la première de Last Days Of Summer au TIFF 2013.

L'un des amis proches de Kate Winslet est Leonardo DiCaprio, avec qui elle a tourné dans Titanic et Les Noces rebelles[59]. Pour symboliser leur amitié depuis 1996, Leonardo DiCaprio lui a offert une bague en or gravée[60]. Très chère aux yeux de Kate, elle ne quitte pas la main de celle-ci, à côté de son alliance[61].

Alors qu'elle était sur le tournage de la série Dark Season, en 1991, Kate Winslet a rencontré l'acteur et auteur Stephen Tredre, avec qui elle a eu une relation durant quatre ans et demi[62]. Winslet et Tredre sont restés proches après leur séparation en 1995[63]. Tredre étant mort d'un cancer des os pendant la semaine de la sortie de Titanic, l'actrice préfère alors ne pas assister à la première du film à Los Angeles, pour être présente aux funérailles à Londres[64].

Le , Kate Winslet épouse le réalisateur Jim Threapleton (en), qu'elle a rencontré sur le tournage de Marrakech Express, en 1997[65],[66]. Le couple a une fille nommée Mia Honey Threapleton[66], née le à Londres[65]. Ils divorcent le [67].

Après son divorce, elle entame une relation avec le réalisateur Sam Mendes[67], avec qui elle se marie le sur l'île d'Anguilla[65]. Avec Mendes, elle donne naissance à son deuxième enfant, un garçon nommé Joe Alfie Winslet Mendes, né le à New York[65]. Le couple se sépare le [68] puis divorce[69],[70],[71].

Elle fréquente un mannequin de Burberry, Louis Dowler, de 2010 à 2011[72],[73]. En août 2011, un incendie éclate dans une résidence de Necker Island, petite île privée des îles Vierges britanniques appartenant à Richard Branson, où séjournent le couple et les enfants de Kate Winslet. L'incendie cause des dégâts importants à la maison, mais il n'y a aucun blessé[74]. Kate Winslet et Louis Dowler se séparent au cours de ces vacances[72].

Elle partage actuellement sa vie, depuis 2011, avec le neveu du riche homme d'affaires Richard Branson, Ned Rocknroll (né Abel Smith), qu'elle épouse au mois de décembre 2012, à New York, dans la plus grande intimité. Elle donne naissance, le , à un garçon nommé Bear Blaze Winslet[75],[76].

FilmographieModifier

CinémaModifier

Années 1990Modifier

Années 2000Modifier

Années 2010Modifier

Années 2020Modifier

TélévisionModifier

Télé réalitéModifier

Scènes marquantesModifier

Nudité

Kate Winslet est une actrice particulièrement audacieuse, qui, bien qu'elle avoue que tourner une scène de nu peut la "rendre malade" [77], n'hésite pas à s'exposer lorsque la scène et le rôle qu'elle interprète l'exigent. Dans Titanic, elle est entièrement nue devant Leonardo DiCaprio lors de la célèbre scène du dessin [78] qui a, en réalité, été réalisé par James Cameron lui même. Quelques années plus tard, dans Holy Smoke, elle apparaît intégralement dénudée, dans le désert, marchant en direction de Harvey Keitel et de la caméra. Cette scène osée impose la force de caractère de l'héroïne de Jane Campion, se confrontant avec intensité au personnage masculin, un temps misogyne, campé par Keitel. Par la suite, la sublime comédienne dévoilera à nouveau ses formes dans Iris, et n'hésitera pas à porter même une "perruque pubienne" [79] sur le tournage de The Reader, rôle qui lui vaudra un Oscar.

Violence

Pour son premier rôle au cinéma, Kate Winslet joue dans Créatures Célestes le rôle de Juliet Hulme, auteur d'un meurtre particulièrement violent qui survient à la fin du film[80]. Des années plus tard, elle renoue avec la violence dans Triple 9, dans le rôle d'une mafieuse particulièrement cruelle, dont la spécialité est de torturer ses ennemis en leur coupant les doigts [81].

DoublageModifier

Note : Kate Winslet a doublé plusieurs personnages dans des films d'animations ou documentaires.

Autres activitésModifier

MusiqueModifier

Elle chante sur le single What If pour la bande originale de Un chant de Noël, tiré d'une nouvelle de Charles Dickens.

PublicitéModifier

Kate Winslet a également représenté le parfum Trésor de Lancôme de 2007 à 2010, et est l'ambassadrice des produits de la gamme Rénergie et du rouge à lèvres L'Absolu Rouge, deux cosmétiques de la même marque. Elle est également l'égérie de la marque Longines (aux côtés de l'actrice Aishwarya Rai) depuis l'été 2010 et de la marque de haute couture St. John depuis 2011 (succédant à Angelina Jolie).

Création de sa fondation et engagementsModifier

En 2009, elle crée la Golden Hat Foundation qui a pour but d'aider les personnes autistes à s'intégrer et à vivre leurs rêves. Kate Winslet apporte aussi son soutien à la lutte contre la consommation de foie gras conduite par l'association PETA

DistinctionsModifier

 
L'actrice aux BAFTA 2007, pour Little Children, à Londres.

Actrice talentueuse et reconnue par la critique, Kate Winslet s'est vue sélectionnée et récompensée de nombreuses fois lors des principales remises de prix cinématographiques.

Elle est l'une des rares artistes en lice pour un EGOT, c'est-à-dire un cumul de récompenses dans les quatre arts majeurs que constituent la télévision (E pour Emmy award, qu'elle a remporté pour Mildred Pierce), la musique (G comme Grammy award, qu'elle a remporté pour le livre audio Listen to the Storyteller), le cinéma (le O des Oscars, qu'elle a remporté en 2009 pour The Reader) et le théâtre (T comme Tony award, la seule récompense qui lui manque)[82].

Le , Kate Winslet se voit attribuer une étoile sur le célèbre Walk of Fame d'Hollywood.

RécompensesModifier

NominationsModifier

Voix françaisesModifier

En France, Anneliese Fromont est la voix française régulière de Kate Winslet[83]. Armelle Gallaud[83] et Rafaèle Moutier[83] l'ont également doublé à quatre reprises chacune.

Au Québec, Christine Bellier et Valérie Gagné sont les voix françaises les plus régulières de l'actrice (3 films chacune[84]).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Dans la version française, le doublage est assuré par Claire Bouanich et Céline Monsarrat.
  2. Dans la version française, le doublage est assuré par Emma de Caunes.
  3. La narratrice dans la version française originale est l'actrice Isabelle Carré.

RéférencesModifier

  1. Prononciation en anglais britannique retranscrite selon la norme API.
  2. a b et c (en) « Kate Winslet: My life in pictures », The Daily Mail,‎ (lire en ligne) — Kate was born on 5 October 1975, and grew up, the second oldest of four - Anna, Beth and Joss - in a small terraced house in Reading, Berkshire.
  3. (en) Nick Barratt, « Family detective: Kate Winslet », The Daily Telegraph, London,‎ (lire en ligne)
  4. a b et c (en) Alison Boshoff, « The Other Winslet Girls », Daily Mail, London,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Katja Hofman, « Kate Winslet: Last year I worked for seven weeks - the rest of the time I'm a mum », The Independent,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Redroof Associates FAQ: Is it true that Kate Winslet went to Redroofs? », Redroofs Associates (consulté le 14 février 2008)
  7. (en) Kevin Maher, « She’s got a titanic record, but can Kate put the win in Winslet? », The Sunday Times, London,‎ (lire en ligne)
  8. a et b (en) « Profile: Kate Winslet », BBC News Online, (consulté le 3 décembre 2009)
  9. (en) Grant Rollings, « I was the fat kid at the back of the line », The Sun,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Phil Powrie, Robynn Jeananne Stilwell, Changing tunes: the use of pre-existing music in film, Ashgate Publishing, Ltd., (ISBN 0-7546-5137-1), p. 163
  11. (en) James Croot, « C'mon Kate », The Press,‎
  12. (en) « Heavenly Creatures (1994) », Rotten Tomatoes (consulté le 2 février 2008)
  13. http://www.filmbug.com/db/362
  14. a et b (en) Justine Elias, « Kate Winslet: No 'Period Babe' », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  15. a b et c (en) « Box-office américain des films avec Kate Winslet », sur Box Office Mojo.com (consulté le 21 août 2012).
  16. a b c et d (en) « Kate Winslet », Filmbug (consulté le 30 novembre 2009)
  17. (en) « Sense & Sensibility », The Numbers (consulté le 2 février 2009)
  18. « Hamlet (1996) », Rotten Tomatoes (consulté le 9 août 2008)
  19. « Kate Winslet », zimbio
  20. a b et c « Titanic. Man overboard! After a production as lavish and pricey as the doomed ship itself, James Cameron finally unveils his epic film. But will it be unsinkable? », Entertainment Weekly,‎ , p. 1–7 (lire en ligne)
  21. Forbes staff, « Star Misses. Nicole Kidman in "The Reader"? Gwyneth Paltrow aboard "Titanic"? How some of the biggest names in Hollywood lost out on some of its biggest roles. », Forbes,‎ (lire en ligne)
  22. Ruby Warrington, « Claire Danes: the secretive starlet », The Times, London,‎ (lire en ligne)
  23. a et b Alan Riding, « For Kate Winslet, Being a Movie Star Is 'a Bit Daft », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  24. « Worldwide Grosses », Box Office Mojo (consulté le 20 janvier 2009)
  25. (en) « Kate Winslet », People Magazine (consulté le 4 février 2008)
  26. Épisode Kate Winslet, onzième épisode de la dixième saison de la série Inside the Actors Studio. Diffusé pour la première fois le 2004-03-14 sur le réseau Bravo. Autres crédits : James Lipton (host). Visionner l'épisode en ligne
  27. (en) Janet Maslin, « Life With Mother Can Be Erratic, to Say the Least »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The New York Times, (consulté le 4 février 2008)
  28. (en-GB) Peter Bradshaw, « Holy Smoke », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 15 février 2019)
  29. (en) Rebecca Thomas, « Quills Ruffling Feathers », BBC News Online, (consulté le 27 mars 2007).
  30. « Quills, la plume et le sang de Philip Kaufman - (2000) - Film - » (consulté le 15 février 2019)
  31. (en) Desson Howe, « Iris: Heroic on a Human Scale », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  32. (en) « An English Enigma », Tiscali, (consulté le 5 février 2008)
  33. (en) « The Life of David Gale », The Numbers (consulté le 6 février 2009)
  34. « DVDpasCher - Critique à la loupe : La vie de David Gale - Edition belge », sur www.dvdpascher.net (consulté le 15 février 2019)
  35. « Neverland - La critique », sur Avoir Alire - Critiques et news films, BD, musique, séries TV (consulté le 15 février 2019)
  36. (en) Louis Hobson, « Kate Winslet refutes Internet rumours », Canoe Jam!,‎ (lire en ligne)
  37. (en) « Eternal Sunshine of the Spotless Mind (2004) », Metacritic (consulté le 7 février 2009)
  38. AlloCine, « Eternal Sunshine of the Spotless Mind: Les critiques presse » (consulté le 15 février 2019)
  39. « Kate Winslet en 10 rôles marquants », sur Vogue Paris (consulté le 15 février 2019)
  40. Le Cinema Avec Un Gr et A, « Top 5 des meilleures prestations de Kate Winslet », (consulté le 15 février 2019)
  41. « Les meilleurs films et séries de Kate Winslet », sur Télé-Loisirs (consulté le 15 février 2019)
  42. (en) « Kate Winslet reveals why her 'Eternal Sunshine' role is the one she'd like to play again », sur EW.com (consulté le 15 février 2019)
  43. AlloCine, « The Holiday: Les critiques presse » (consulté le 15 février 2019)
  44. « PHOTOS - Kate Winslet dans Divergente : comment elle a caché sa grossesse », sur Premiere.fr, (consulté le 15 février 2019)
  45. « Divergent Movies at the Box Office - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 15 février 2019)
  46. Paul Moreau, « Shailene Woodley considère Kate Winslet comme sa grande soeur ! », sur melty, (consulté le 15 février 2019)
  47. « Les Jardins du Roi », sur Premiere.fr (consulté le 15 février 2019)
  48. Paris Match, « Kate Winslet, icône féministe dans "Haute Couture" », sur parismatch.com (consulté le 15 février 2019)
  49. « «The Dressmaker» – L’ange exterminateur », sur Le Devoir (consulté le 15 février 2019)
  50. AlloCine, « Steve Jobs: Les critiques presse » (consulté le 15 février 2019)
  51. « Fassbender dans la peau de Steve Jobs », sur www.20minutes.fr (consulté le 15 février 2019)
  52. « "Triple 9": un polar hyper excitant avec une Kate Winslet méconnaissable et géniale », sur Les Inrocks (consulté le 15 février 2019)
  53. AlloCine, « La Montagne entre nous: Les critiques presse » (consulté le 15 février 2019)
  54. AlloCine, « Wonder Wheel: Les critiques presse » (consulté le 15 février 2019)
  55. AlloCine, « Blackbird » (consulté le 15 février 2019)
  56. AlloCine, « Ammonite » (consulté le 15 février 2019)
  57. AlloCine, « The French Dispatch » (consulté le 15 février 2019)
  58. « Avatar 2 : Kate Winslet peut rester 7 minutes en apnée ! », sur Premiere.fr, (consulté le 15 février 2019)
  59. (en) Krista Smith, « Isn’t She Deneuvely? », Vanity Fair, (consulté le 30 novembre 2009)
  60. Mira Argento, « Kate Winslet porte une bague offerte par Leonardo Di Caprio », Plurielles, (consulté le 3 février 2013)
  61. Confidential Gossip, « Leonardo DiCaprio a vraiment offert une bague à Kate Winslet », Paris Confidential, (consulté le 3 février 2013)
  62. (en) Vickie Reid, « Waving, not drowning », The Guardian, London,‎ (lire en ligne)
  63. (en) Cole Moreton, « Film world acclaims writer's final act », The Independent,‎ (lire en ligne)
  64. « Kate Winslet: Queen of the World », Parade,‎ (lire en ligne)
  65. a b c et d (en) « Kate Winslet Biography », People (consulté le 30 novembre 2009)
  66. a et b (en) Carole Cadwalladr, « Life after Kate: a happier ending », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  67. a et b (en) « Winslet's divorce finalised », BBC News,‎ (lire en ligne)
  68. (en) « Kate Winslet and Sam Mendes split », BBC, (consulté le 15 mars 2010)
  69. (en) Ashley Reich. Kate Winslet Opens Up About Divorce From Sam Mendes In British Vogue. Huffington Post. First Posted: 3/8/11. Updated: 25 May 2011
  70. (en) Ben Todd. 'It's fine... we're grown-ups at the end of the day': Kate Winslet opens up on her divorce from Sam Mendes in new photoshoot. Mail Online. 4 October 2011Harper's Bazaar (UK), November 2011
  71. (en) Miranda Bryant. Kate Winslet: I am soldiering on after divorce. London Evening Standard. 3 Oct 2011
  72. a et b (en) Kate Winslet 'did not treat me well', says ex-boyfriend London Evening Standard. 12 December 2011
  73. (en) Leigh Blickley. Kate Winslet's Ex Louis Dowler Lashes Out: She Treated Me Terribly After Our Break Up OK Magazine. 12 December 2011
  74. (en) Gina Serpe. Kate Winslet and Family Escape Unscathed After Fire Breaks Out at Vacation Spot E! Online. 22 August 2011
  75. Kate Winslet Welcomes Son Bear
  76. (en) Why Kate Winslet named her son Bear Blaze, sur CNN. Consulté le 22 mars 2014.
  77. AlloCine, « Kate Winslet est frontalement nue dans...: Ces actrices qui ont osé le nu frontal au cinéma ! », sur AlloCiné (consulté le 15 février 2019)
  78. « Titanic : retour sur une scène de nu qui a marqué l'histoire du cinéma », sur Orange cinéma, (consulté le 15 février 2019)
  79. « Privacy settings », sur myprivacy.persgroep.net (consulté le 15 février 2019)
  80. Louis Danvers Journaliste cinéma, « À la télé ce soir: Créatures célestes », sur focus.levif.be, (consulté le 15 février 2019)
  81. « Kate Winslet méconnaissable en chef de la mafia dans Triple 9 - Actualité Film », sur EcranLarge.com, (consulté le 15 février 2019)
  82. (en) « Kate Winslet’s 12-year-old son wants her to win an EGOT », sur EW.com (consulté le 15 février 2019)
  83. a b c d e f g et h « Comédiennes ayant doublé Kate Winslet en France », sur RS Doublage.com (consulté le 21 août 2012).
  84. a b c d e et f « Comédiennes ayant doublé Kate Winslet au Québec », sur Doublage.qc.ca (consulté le 21 août 2012)

Voir aussiModifier