Julie Christie

actrice britannique

Julie Christie est une actrice britannique, née le à Chabua (en)[1], dans la région d'Assam, en Inde britannique.

Julie Christie
Description de cette image, également commentée ci-après
Julie Christie dans Le Docteur Jivago (1965).
Nom de naissance Julie Frances Christie
Surnom Julie Christie
Naissance (82 ans)
Chabua (en), (Assam),
Drapeau de l'Empire britanniques des Indes Raj britannique
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Actrice
Films notables Darling
Le Docteur Jivago
Fahrenheit 451
Loin de la foule déchaînée
Le Messager

Elle devient une icône de mode et reste une des figures marquantes du « Swinging London » des années 1960.

Elle collectionne les récompenses : Oscar, Golden Globe, BAFTA, Screen Actors Guild Awards, et reçoit le BAFTA Fellowship en 1997.

BiographieModifier

DébutsModifier

Julie Frances Christie naît dans une plantation de thé, le Singlijan Tea Estate en Assam, où son père travaille. Elle est l'aînée des enfants de Rosemary (née Ramsden), peintre, et de Francis « Frank » St. John Christie, mais elle a une demi-sœur plus âgée, June, née d'une relation de son père avec une femme indienne travaillant dans la plantation. Frank et Rosemary Christie se séparent quand elle est encore enfant.

Après le divorce de ses parents, Julie Christie part vivre avec sa mère dans une région rurale du pays de Galles. Elle est baptisée dans l'Église anglicane et fait ses études dans un pensionnat catholique de St Leonards-on-Sea, dans le Sussex de l'Est. Elle étudie également à Paris où elle perfectionne sa connaissance de la langue française[2].

CarrièreModifier

Julie Christie fait ses débuts professionnels sur scène en 1957, dans des rôles à l'écran et à la télévision britannique. En lice pour le rôle de Honey Rider dans le premier film de la série des James BondJames Bond 007 contre Dr No sorti en 1962 —, elle est récusée par le producteur Albert R. Broccoli au motif qu'elle a une poitrine trop petite[3].

Elle commence sa carrière cinématographique dans deux comédies réalisées par Ken Annakin avant d'obtenir son premier rôle mineur mais marquant dans Billy le menteur de John Schlesinger : sur l'impulsion du Vogue britannique, elle est immédiatement promue au rang d’égérie de la mode, le magazine la décrivant comme « l'une des meilleures choses dans le film »[4]. En 1966, elle gagne l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans Darling, à nouveau réalisé par Schlesinger et sorti en 1965. Ce rôle et son interprétation de Lara Antipova dans le film Le Docteur Jivago de David Lean d’après le livre de Boris Pasternak, sorti la même année, lui valent une célébrité mondiale. Son style et sa garde-robe dans ce film influencent l'époque[4]. Le magazine Life baptise l'année 1965 comme « L'Année de Julie Christie »[5] et deux ans plus tard souligne que « ce que porte Julie Christie a plus d'impact sur la mode que tous les vêtements des dix femmes les mieux habillées au monde »[4].

Dans les années qui suivent, Julie Christie travaille beaucoup. Son cachet par film avoisine alors les 400 000 $[4]. Elle tient deux rôles dans Fahrenheit 451 de François Truffaut, avant de tourner pour la troisième fois sous la direction de John Schlesinger dans Loin de la foule déchaînée. Parmi ses autres films notables, on compte Petulia de Richard Lester, Le Messager de Joseph Losey, John McCabe de Robert Altman, Ne vous retournez pas de Nicolas Roeg, Le ciel peut attendre de Warren Beatty et Chaleur et Poussière de James Ivory, ce qui lui donne l'occasion de tourner dans son pays natal. Elle fait partie du jury international lors de la Berlinale 1979. Elle proteste à l'occasion contre la présentation du film, Voyage au bout de l'enfer relatif à la guerre du Viet-Nam. Elle y perçoit une apologie de la machine de guerre américaine contre un petit peuple luttant pour sa liberté.

À partir du milieu des années 1980, elle se fait plus rare à l'écran. Ses interprétations dans L'Amour... et après d'Alan Rudolph et Loin d'elle de Sarah Polley lui valent chacune une nomination aux Oscars. Elle tient de petits rôles dans deux films français, Les Quarantièmes rugissants en 1982 avec Jacques Perrin en navigateur et Belphégor, le fantôme du Louvre avec Sophie Marceau en 2001.

Dans les années 2000, elle est à l'affiche de deux grosses productions anglo-saxonnes : Troie dans lequel elle joue Thétis et Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban où elle joue Madame Rosmerta.

Vie personnelleModifier

Au début des années 1960, Julie Christie a eu une relation sentimentale avec l'acteur Terence Stamp. Puis a été en couple avec Don Bessant, lithographe et professeur d'arts plastiques, de décembre 1962 à mai 1967, avant d'être la compagne de l'acteur Warren Beatty durant sept ans (1967-1974). En 1975, séparée de Warren Beaty, dont elle ne supporte plus les infidélités, elle disparaît pendant plusieurs années pour s'engager dans des combats écologistes, féministes et anti-nucléaire. Elle patronne la Campagne de Solidarité Palestine.
Julie Christie est mariée au journaliste Duncan Campbell ; ils vivent ensemble depuis 1979, mais la date de leur mariage est contestée. En janvier 2008, plusieurs médias ont rapporté que le couple s'était marié discrètement en Inde deux mois plus tôt, en novembre 2007, ce que Julie Christie a qualifié de « non-sens », ajoutant : « Je suis mariée depuis quelques années. Ne croyez pas ce que vous lisez dans les journaux."

FilmographieModifier

Voix françaisesModifier

Nominations et récompensesModifier

En 1966 elle reçoit l'Oscar de la meilleure actrice[6]. En 2007 avec Loin d'elle , elle reçoit une nomination aux Oscars mais c'est Marion Cotillard qui remportera la récompense pour La Môme. Le 5 Décembre 2007, elle remporte 'the Best Actress Award" du National Board of Review pour la participation au film Away from Her[7]. Elle remporte le Golden Globe Award for Best Actress - Motion Picture Drama, le Screen Actors Guild Award for Outstanding Performance by a Female Actor in a Leading Role et le Genie Award pour le même film. Le 22 Janvier 2008, elle reçoit sa quatrième nomination aux Oscars.

Notes et référencesModifier

  1. Bien que la plupart des sources situent l'année de naissance de Julie Christie en 1941, elle est en fait née en 1940 et baptisée cette même année. (en)
    Prénom(s) Julie Frances
    Nom de famille Christie
    Année de baptême:1940
    Année de naissance: 1940
    Lieu de naissance: Dibrugarh
    Presidency Bengal
    Prénom(s) de la mère(s)-
    Nom de famille de la mère-
    Prénom(s)du père-
    Nom de famille du père Christie
    Date du baptême: 1940
    Date de naissance: 1940
    Référence de l'archive: N-1-606&607
    Page: #93
    Catalogue descriptions: Parish register transcripts from the Presidency of Bengal
    Enregistrement: British India Office births & baptisms
    Categorie: Birth, Marriage, Death & Parish Records
    Record collection: Births & baptisms
    Collections from Great Britain
  2. (en) « Biography of Julie Christie », sur IMDb.com (consulté le )
  3. Tom Lisanti, Louis Paul, « Film Fatales: Women in Espionage Films and Television, 1962-1973 », McFarland, (consulté le ), p. 36.
  4. a b c et d Reed 2012, p. 42.
  5. « The Year of Julie Christie »
  6. « Oscars Leading Ladies - Julie Christie » (consulté le )
  7. « 2007 Award Winners », National Board of Review of Motion Pictures, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier