Issac

commune française du département de la Dordogne

Issac
Issac
Le village d'Issac.
Blason de Issac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Périgord central
Intercommunalité Communauté de communes Isle et Crempse en Périgord
Maire
Mandat
Lucien Limousi
2014-2020
Code postal 24400
Code commune 24211
Démographie
Population
municipale
445 hab. (2017 en augmentation de 12,66 % par rapport à 2012)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 58″ nord, 0° 27′ 06″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 202 m
Superficie 23,32 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Issac
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Issac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Issac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Issac

Issac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

GéographieModifier

GénéralitésModifier

La commune, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Sur la route départementale 38, sept kilomètres à l'est-sud-est de Mussidan, Issac est arrosée par la Crempse.

Communes limitrophesModifier

Issac est limitrophe de sept autres communes.

HistoireModifier

La commune possède une histoire ancienne ; son nom vient de celui d'un propriétaire terrien de l'époque gallo-romaine, Iccius. Au XIVe siècle, le repaire noble[1] (ou château[2]) d'Estissac est le siège d'une châtellenie à laquelle sont rattachées trois paroisses : Saint Hilaire, Saint Jean et Saint Séverin[2]. Son emplacement précis n'est pas connu, et selon différents historiens, pourrait se situer soit au nord d'Issac, soit entre Saint-Jean-d'Estissac et Villamblard en forêt de Barreyrenc[2], soit sur l'actuelle commune de Villamblard[1], ou encore à Campagnac, lieu-dit de l'actuelle commune de Saint-Hilaire-d'Estissac[3], un kilomètre au sud-est du bourg.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Dès 1790, la commune d'Issac est rattachée au canton des Leches qui dépend du district de Montpon, renommé en district de Mussidan, jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Montagnac dépendant de l'arrondissement de Bergerac[4]. Le canton de Montagnac est ensuite renommé en canton de Villamblard l'année suivante, à la suite du transfert du chef-lieu de canton depuis Montagnac vers Villamblard[4].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[5]. La commune est alors rattachée électoralement au canton du Périgord central.

En 2017, Issac est rattachée à l'arrondissement de Périgueux[6],[7].

IntercommunalitéModifier

Fin 2001, Issac intègre dès sa création la communauté de communes du Pays de Villamblard. Celle-ci disparaît au , remplacée au par la communauté de communes Isle et Crempse en Périgord.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1965 1971 Bertrand de Faubournet de Montferrand (1895-1975)   Marquis de Montferrand
1971 1992 Henri de Faubournet de Montferrand (1932-1992) RPR Marquis de Montferrand, conseiller général du canton de Villamblard (1981-1988)
         
mars 2001 (réélu en mars 2014) En cours Lucien Limousi SE Retraité de La Poste

JumelagesModifier

 
Panneau de jumelage d'Issac.

  Chandler (Québec) (Canada) depuis [8]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2017, la commune comptait 445 habitants[Note 1], en augmentation de 12,66 % par rapport à 2012 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0309759679931 0431 1391 1361 0831 105
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0801 1171 1541 0271 0171 0201 040980920
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
840833772702676594589537542
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
526472408354389385376383436
2017 - - - - - - - -
445--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

EmploiModifier

En 2015[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 178 personnes, soit 40,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-cinq) a légèrement diminué par rapport à 2010 (vingt-sept) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 14,0 %.

ÉtablissementsModifier

Au , la commune compte quarante-huit établissements[13], dont vingt-huit au niveau des commerces, transports ou services, six dans la construction, six relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, cinq dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et trois dans l'industrie[14].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason Parti : au 1er coupé au I d'azur au reliquaire (de sainte Radegonde) d'argent et au II d'azur au pont droit de trois arches d'argent, maçonné de sable, au 2d écartelé d'or et de gueules[19].
Détails
Adopté par la municipalité.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. a et b Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (A-K), article ESTISSAC, 1873, sur guyenne;fr, consulté le 25 juillet 2016.
  2. a b et c Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 102-103.
  3. Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (A-K), article CAMPAGNAC, 1873, sur guyenne;fr, consulté le 25 juillet 2016.
  4. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  6. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  7. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  8. Bruno Boucharel, Le jumelage franco-québécois est lancé, Sud Ouest édition Périgueux du 24 septembre 2014, p. 21.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. Dossier complet - Commune d'Issac (24211) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 novembre 2018.
  13. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 24 novembre 2018).
  14. Dossier complet - Commune d'Issac (24211) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 24 novembre 2018.
  15. « Château de Montréal », notice no PA00082578, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 24 août 2014.
  16. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 173.
  17. « Tour Saint-Jacques », notice no PA00082580, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 24 août 2014.
  18. « Maison Chastenet », notice no PA00082579, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 24 août 2014.
  19. « 24211 Issac (Dordogne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 4 janvier 2020)