Ouvrir le menu principal

Hautvillers

commune française du département de la Marne

Hautvillers
Hautvillers
Vue d'ensemble d'Hautvillers depuis Champillon.
Blason de Hautvillers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Épernay-1
Intercommunalité CC de la Grande Vallée de la Marne
Maire
Mandat
Patrick Lopez
2014-2020
Code postal 51160
Code commune 51287
Démographie
Gentilé Altavillois
Population
municipale
738 hab. (2015 en diminution de 4,77 % par rapport à 2010)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 06″ nord, 3° 56′ 40″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 274 m
Superficie 11,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Hautvillers

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Hautvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hautvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hautvillers

Hautvillers est une commune française située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Altavillois.

Sommaire

GéographieModifier

 
Point de vue sur Épernay.

Hautvillers se situe sur la côte sud de la Montagne de Reims. Hautvillers fait d'ailleurs partie du parc naturel régional de la Montagne de Reims. Le village surplombe les boucles de la Marne, offrant plusieurs points de vue sur la vallée et les villages environnants, c'est en profitant de cette hauteur qu'est installé l'émetteur d'Hautvillers pour la télévision. Une grande partie du territoire communal, qui totalise 11,77 km2, est occupé par la Forêt domaniale d'Hautvillers (au nord). C'est là qu'on trouve les étangs des Sentelles et celui des Essarts[1].

Le village est entouré par le vignoble de Champagne au sud et à l'est. L'extrême sud de la commune, entre la Marne et la canal latéral à la Marne, est la seule partie du territoire altavillois qui n'est pas recouverte de vignes ou de bois[1].

En dehors du village, on dénombre plusieurs hameaux : la Briqueterie, l'Écluse, les Montecuelles, Pont Malot, le Pré Jaumé et Sainte-Hélène (propriété de Moët & Chandon)[1].

HistoireModifier

 
L'abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers.

En l'an 650, en plein Moyen Âge, l'archevêque saint Nivard, alors responsable de l'église de Reims, aurait eu, au cours d'un voyage dans cette région, une vision prophétique : une colombe volant à flanc de coteaux, lui indiquant le lieu ou installer le futur monastère. Dès lors, il ordonne la construction de l'abbaye bénédictine Saint-Pierre d'Hautvillers.

Dans la vallée, nombreux sont les hameaux proches des bords de la rivière Marne. Ces derniers sont aussi une route idéale pour les différents peuples barbares qui, en route vers d'autres contrées, pillent ces villages en chemin.

À proximité, la communauté « Villare » se lasse de ces passages et vient fonder en l'an 658 le village Alta Villare sur les hauteurs proches de l'abbaye. La langue française évolue, mais Hautvillers demeure en français moderne, le « Haut Village » et ses habitants, les « Altavillois ».

L'abbaye prospère en dépit des vicissitudes de l'histoire : détruite par les Normands en 882, restaurée puis brûlée par les Anglais en 1449, rebâtie puis rasée par les Huguenots en 1564. Elle renaîtra à nouveau de ses cendres grâce aux dons de Catherine de Médicis. Elle cesse définitivement toute activité lors de la Révolution, en 1789. À la suite des révoltes de l'époque, l'église abbatiale et une petite partie du cloître seuls demeurent.

À la Révolution, Hautvillers devient chef-lieu de canton, puis rejoint le canton d'Ay en 1801[2].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1879   Simon[3]    
1934 1941
(démission d'office)
Henri Martin SFIO Député et conseiller général
révoqué par le Gouvernement de Vichy[4]
Les données manquantes sont à compléter.
1989 en cours
(au 4 juillet 2014)
Patrick Lopez   Réélu pour le mandat 2014-2020[5],[6]

JumelagesModifier

Hautvillers est jumelée avec les localités suivantes :

 
Appareil Max Holste 1521 Broussard no 305 visible à Bétheny, dans la cour du Musée de l'aéronautique locale. L'appareil, jadis exposé sur la base aérienne 112 de Reims, est revêtu des couleurs de l'escadron d'entraînement tout temps 12.030 « Hautvillers ».

Un jumelage fut par ailleurs célébré le 7 septembre 1968 avec l'escadron d'entraînement tout temps 12.030, unité aérienne relevant de la 30e escadre de chasse tout temps déployée sur la base aérienne 112 « Commandant Marin la Meslée » de Reims[7]. Ce jour-là, une grande cérémonie de parrainage se déroula sur la base aérienne de Châlons-Vatry – la base aérienne 112 étant alors, temporairement, séparée de ses unités aériennes pour cause de réfection de sa piste – pour consacrer officiellement l’attribution du nom de tradition « Hautvillers » à l’escadron d’entraînement tout temps 12.030. Cette cérémonie revêtit un caractère familial inaccoutumé. A 11 h 00, un public nombreux composé des familles des aviateurs et des habitants d’Hautvillers se plaça devant des Lockheed T-33, des CM 170 Fouga Magister et des Flamant, face à un hangar de l’alvéole sud, tandis que les sections de la compagnie d’honneur se rassemblaient sur le parking. A 11 h 15, le colonel Louis Cinquin commandant la BA 112 et Jean Couten, maire d’Hautvillers, accueillirent le général Maurin commandant la défense aérienne et le CAFDA. Après le traditionnel passage en revue des troupes et le salut aux autorités, le général prononça une brève allocution dans laquelle il souligna le caractère exclusif de ce parrainage, aucun autre escadron ne portant le nom d’une ville. « Je suis sûr que cet escadron sera digne du passé historique de votre ville et de sa valeur artistique… Nous avons dans l’Armée de l’air une tâche noble : maintenir en alerte 24 h/24 et 365 jours par an les unités qui surveillent notre ciel… L’escadron a pour mission d’instruire l’ensemble de la chasse tout temps ; ainsi les équipages seront issus de l’escadron « Hautvillers ». Jean Couten prit alors la parole pour évoquer les excellents contacts entretenus avec l’Armée de l’air et rendre un hommage au colonel Charles Mesnard qui, lorsqu’il commandait la base aérienne, avait continuellement développé des liens d’amitié. Puis, précédé de la bannière d’Hautvillers, le général Maurin s’avança vers le Flamant qui allait être baptisé ; une Champenoise dévoila le nouvel insigne de l’avion puis une grande coupe de champagne fut répandue sur le nez de l’appareil. Un pique-nique dans les pinèdes servit d’entracte avant les baptêmes de l’air attendus et les présentations aériennes.

Politique environnementaleModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2015, la commune comptait 738 habitants[Note 1], en diminution de 4,77 % par rapport à 2010 (Marne : +1,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9459361 0249511 023943985925827
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8648868868669779951 0341 0651 120
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0711 016991933830831781725788
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
795824758810864849806800761
2015 - - - - - - - -
738--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Le site pittoresque d'Hautvillers, se doit d'être découvert à pied. Les nombreuses ruelles aux noms évocateurs : rue des Buttes, du Dessous des Clos, de Bacchus, vous emportent au cœur de l'histoire de cette commune que beaucoup appellent « La Perle du Champagne ».[réf. nécessaire]

Parmi les principaux monuments d'Hautvillers, on trouve :

  • l'abbaye Saint-Pierre. Si l'abbaye même fait partie du domaine privé, il est possible de visiter l'église abbatiale à loisir et prendre le temps d'y découvrir les différents styles et époques qui s'y mélangent harmonieusement ;
  • la mairie ;
  • le lavoir.

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Une promenade fléchée dans le village permet de voir les multiples enseignes (environ 140) en fer forgé qui décorent les façades de nombreuses maisons, le lavoir ou l'abbaye.

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Hautvillers dans la cultureModifier

Extrait d'un texte de Dom Almane, religieux du monastère d'Hautvillers :
« On l'appelle Hautvillers.
Haut, c'est son nom, il l'est en effet,...
Ici, c'est l'épais feuillage des forêts qui le couronne.
Sur ses coteaux, largement déployés, un océan de vignes chargées des raisins dont le jus fera briller les coupes de l'éclat de ses perles.
À ses pieds, majestueuse, la Marne, qui embellit son site.
Ces éléments naturels réunis lui apportent un micro-climat idéal. »

Personnalités liées à la communeModifier

 
La pierre tombale de Dom Pérignon.
« Ci-gît Dom Pérignon, pendant quarante sept ans cellérier dans ce monastère, son administration des affaires familières lui mérita les plus grands éloges, recommandable par ses vertus et plein d'amour paternel pour les pauvres. Il s'en fut dans sa soixante-dix septième année, l'année 1715. Qu'il repose en paix, Amen. »

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

de gueules aux deux clefs d'or passées en sautoir.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

RéférencesModifier

  1. a, b et c Carte IGN d'Hautvillers sur Géoportail (consulté le 19 septembre 2013).
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Almanach Matot-Braine de 1879, p222.
  4. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9614184t/f6.item.r=canton.zoom
  5. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, [xls], consulté le 22 décembre 2008
  6. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 2 septembre 2015).
  7. Le 11 novembre 1967, une section de la base aérienne 112 avait défilé à Hautvillers, prélude au jumelage. C’est le colonel Charles Mesnard qui, alors qu’il commandait la base aérienne, avait suggéré à l’EETT de prendre « Hautvilliers » pour nom de baptême.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.