Tours-sur-Marne

commune française du département de la Marne

Tours-sur-Marne
Tours-sur-Marne
Vue de Tours-sur-Marne depuis la RD 1, avec en arrière-plan la côte des Blancs.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne
Maire
Mandat
Annie Potisek
2014-2020
Code postal 51150
Code commune 51576
Démographie
Population
municipale
1 382 hab. (2017 en augmentation de 1,1 % par rapport à 2012)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 57″ nord, 4° 07′ 14″ est
Altitude Min. 71 m
Max. 192 m
Superficie 23,51 km2
Élections
Départementales Canton d'Épernay-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Tours-sur-Marne
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Tours-sur-Marne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tours-sur-Marne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tours-sur-Marne
Liens
Site web tours-sur-marne.com

Tours-sur-Marne est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

GéographieModifier

Situé sur le canal latéral à la Marne et sur la Marne (rivière), le village est traversé par la route qui relie Châlons-en-Champagne à Épernay. Il se trouve sur le versant sud du parc naturel régional de la Montagne de Reims .


Communes limitrophes de Tours-sur-Marne
Tauxières-Mutry Bouzy Ambonnay
Aÿ-Champagne   Condé-sur-Marne
Plivot Athis Jâlons

HistoireModifier

Au XIIe siècle le chapitre Saint Maurice de Tours sur Marne est un des établissements religieux les plus anciens de la région et aucun auteur, à l'exception de dom Marlot, ne s'en est occupé. Flodoart nous apprend que le roi Charles-le-Simple ayant donné au chapitre de Tours une portion du village de Tours-sur-Marne, l'archevêque de cette ville obtint de l'archevêque Hincmar la permission d'élever, dans cette partie de la paroisse, un oratoire sous sa juridiction il y fonda quatre canonicats. Il y avait deux offices ou dignitaires attachés à deux des canonicats celui de sacristain et celui de trésorier[1].

Le village eut à subir de grands dommages lors de la crue de mars 1910.

HéraldiqueModifier

  Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Situation administrativeModifier

Tours-sur-Marne appartiennait au canton d'Aÿ dans l'arrondissement d'Épernay. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton d'Épernay-1.

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, auparavant elle était membre de la communauté de communes de la Côte des Noirs.

Liste des mairesModifier

 
La mairie de Tours-sur-Marne.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1879   Pierlot[2]    
2001 2013[3] Bernard Recarte    
2013 En cours
(au 4 juillet 2014)
Annie Potisek   Réélue pour le mandat 2014-2020[4]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2017, la commune comptait 1 382 habitants[Note 1], en augmentation de 1,1 % par rapport à 2012 (Marne : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
765798816820826825860865871
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
891946933915875919984950993
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
952945832799701705745735773
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8731 1001 2491 2071 1521 2071 2921 3021 312
2013 2017 - - - - - - -
1 3761 382-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

 
L'entrée de la maison de champagne Laurent Perrier.

La ville est le siège du champagne Laurent-Perrier.

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Sainte-Marie-Madeleine et l'école.
  • L'église Sainte-Marie-Madeleine.
  • Le monument aux morts de 1870-1871 dans le cimetière.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Marguerite « de Craon » de Nevers, née vers 1370, morte vers 1420 dame de Tours-sur-Marne, (fille de Jean Ier « de Craon » de Nevers et de Marie de Châtillon) épouse en premières noces le Bernard de Dormans, seigneur de Soupy, chambellan du duc d'Anjou et en secondes noces en 1384 Jean de Croy, né vers 1365, mort le à Azincourt, seigneur de Croÿ et d’Araines, baron de Renty et de Seneghem, Grand-Bouteiller de France. Son fils du second lit : Jean de Croÿ, seigneur de Tours-sur-Marne, né vers 1403, mort en 1473 épousa Marie de Lalaing, née vers 1390, morte en 1474.
  • Thierry Rabouillart (†1438), originaire de Tours-sur-Marne, connu également sous le nom de Bras de Fer, il obtient, le , la 60e prébende au chapitre de la cathédrale de Reims dont il est évincé. Pourvu d'une chapellenie en l'église de Champillon, il l'échange, le , contre un canonicat à Sainte-Balsamie. Egalement titulaire d'une chapellenie en la chapelle sainte-Anne de la cathédrale de Reims, il permute ces deux titres, le , avec le chanoine Guillaume Mâchefer, contre la 51e prébende de Notre-Dame. De ce fait, il assiste, le , au sacre de Charles VII et il figure parmi les membres du chapitre à l'époque; Il meurt le et est inhumé devant les deux fenêtres du grand cellier des pressoirs du chapitre[9].

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Baptiste-François Géruzez, Description historique et statistique de la ville de Reims. Reims et Châlonssur-Marne, 1817.
  • Charles Sarazin, « Les anciennes et nouvelles inscriptions de Notre-Dame de Reims », Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 153,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2019).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. sources : Mémoires de la Société d'agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne : année 1882-1883 / [publ. par le Comte Ed. de Barthélemy]
  2. Almanach Matot-Braine de 1879, p222.
  3. « Les électeurs appelés aux urnes », L'Union,‎ (lire en ligne)
  4. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 2 septembre 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. Sarazin 1948, p. 17