Groupe du Rassemblement démocratique et social européen

groupe parlementaire au Sénat

Rassemblement démocratique
et social européen
Image illustrative de l’article Groupe du Rassemblement démocratique et social européen
Chambre Sénat
Ancien(s) nom(s) Gauche démocratique
Rassemblement démocratique européen
Partis membres Mouvement radical
Parti socialiste
Divers gauche
La Force du 13
Président Jean-Claude Requier
Représentation
24 / 348
Positionnement Centre à centre gauche
Idéologie Radicalisme
Social-libéralisme
Républicanisme
Laïcisme
Solidarisme
Fédéralisme européen
Site Web www.rdse-senat.fr

Le groupe du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE) est fondé en 1892, sous le nom de Gauche démocratique. Plus ancien groupe parlementaire français, il regroupe actuellement 23 sénateurs. Son président est Jean-Claude Requier.

HistoriqueModifier

Le groupe du RDSE a pris, en octobre 1995, la succession du Rassemblement démocratique européen (RDE), nouvelle dénomination de la Gauche démocratique donnée en 1989. En dépit de son nom, le groupe a alors déjà des personnalités politiques de droite de premier plan, comme l'ancien ministre Jean François-Poncet ou Étienne Dailly. Il a également compté des personnalités du centre-gauche dissidentes ou en marge des grands partis, comme l'ancien maire de Marseille Robert Vigouroux.

Le RDSE constitue aujourd'hui une exception dans un paysage politique de plus en plus marqué par un clivage bipartisan. Son positionnement charnière rend difficile son classement au sein de la majorité ou de l'opposition. De fait, il est caractérisé par la liberté de vote de chaque sénateur, qui remplace la discipline de groupe qui prévaut souvent dans les groupes parlementaires[1].

En décembre 2002, la création d'un groupe UMP au Sénat a encore accru le phénomène bipartite à la Haute assemblée, d'autant que ce groupe a possédé la majorité absolue jusqu'en 2004 ; cette évolution a affaibli le RDSE.

À la suite du renouvellement sénatorial du 25 septembre 2011, le RDSE compte 17 sénateurs. Aymeri de Montesquiou et Jean Marie Bockel rejoignent le groupe Union centriste et républicaine. Après le renouvellement de , le RDSE compte 17 sénateurs. Robert Navarro rejoint la RASNAG.

Dans le cadre de l'élection présidentielle de 2017, 11 membres du groupe RDSE ont accordé leur parrainage à Emmanuel Macron[2], 1 membre à Jean-Luc Mélenchon[3] et 1 membre à François Fillon[4]. 4 membres n'ont accordé leur parrainage à aucun candidat[5],[6].

Composition actuelleModifier

Après les renouvellement de 2017, le groupe RDSE voit le retour de sénateurs radicaux valoisiens, dans le cadre d'une réunification de la famille radicale et se compose alors de 22 membres (Gauche : 7 PRG, 5 DVG, 2 PS, 2 écolos et 1 LREM / Droite : 4 PRV et 1 DVD).

Durant la mandature, la groupe connaît plusieurs modifications avec l'arrivée de trois sénateurs socialistes : Didier Guillaume (qui quittera le groupe à la suite de sa nomination au gouvernement), Jean-Yves Roux et Éric Jeansannetas. Cependant, l'un des élus radicaux valoisiens rejoindra en mai 2019 Les Indépendants – République et territoires, stabilisant le groupe RDSE à 23 membres.

Département Nom Parti
Alpes-de-Haute-Provence Jean-Yves Roux
Bouches-du-Rhône Jean-Noël Guérini LFD13
Creuse Éric Jeansannetas PS
Essonne Olivier Léonhardt DVG
Gironde Nathalie Delattre MR
Hérault Henri Cabanel PS
Lot Jean-Claude Requier (président) MR
Lozère Guylène Pantel PS
Meurthe-et-Moselle Véronique Guillotin MR
Pas-de-Calais Jean-Pierre Corbisez PS
Puy-de-Dôme Éric Gold TdP
Hautes-Pyrénées Maryse Carrère PRG
Saint-Pierre-et-Miquelon Stéphane Artano LR-AD

OrganisationModifier

PrésidentsModifier

Secrétaires générauxModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier