Radicalisme

Le radicalisme est un positionnement politique dont le sens a évolué au cours du temps.

Ce sont les radicaux britanniques qui vont servir de modèle aux radicaux français à partir des années 1830, puis aux Suisses et à des hommes politiques d'autres pays.

En FranceModifier

En France, durant la seconde moitié du XIXe siècle, le terme désigne la « doctrine de ceux qui revendiquent l'héritage de 1789, marquée en particulier par l'anticléricalisme et la défense du suffrage universel ». De nos jours, il correspond à une « doctrine réformiste fondée sur l'attachement à la démocratie, à la propriété privée, à la laïcité de l'enseignement ». Par ailleurs, au sens large, ce terme renvoie à ceux — individus ou groupements politiques — qui refusent tout compromis à leurs convictions[1].

Le radicalisme est une tendance républicaine qui apparaît dans les années 1840, au début de la révolution industrielle (notamment lors de la campagne électorale d'Alexandre Ledru-Rollin en 1841), et se développe au début de la Troisième République en opposition au gouvernement des Républicains opportunistes (Léon Gambetta, Jules Ferryetc.)[2]. Ce mouvement se cristallisa lors de la naissance du Parti républicain, radical et radical-socialiste. Au début situé à l'extrême gauche de l'échiquier politique, le radicalisme fut poussé au centre avec l'émergence du socialisme sur sa gauche, jusqu'à devenir, en France, une tendance ambivalente du centrisme, toujours adossée aux partis majoritaires de la droite et de la gauche française.

Au départ c'est donc un groupement informel de personnalités rassemblées par les mêmes idées. C'est en 1901 qu'est fondé le Parti radical. Il y a une importante scission en 1972 qui voit la création du Parti radical de gauche (le parti radical "de droite" étant surnommé le "Parti radical valoisien"). Une fusion des deux partis est réalisée en 2017, pour rassembler tous les radicaux au sein d'un nouveau parti, mais d'anciens radicaux de gauche effectuent une nouvelle scission en 2019.

Sur le fond, peu de choses séparent les deux courants, si ce n'est quelques nuances au niveau du degré d'intervention étatique (ceux de droite étant un peu plus libéraux et ceux de gauche étant un peu plus socialistes). On peut résumer en disant que les radicaux français sont des sociaux-libéraux prônant une conception très laïque de la République, avec un pouvoir législatif et exécutif fort.

Dans les autres paysModifier

Dans les pays anglo-saxons, c'est une doctrine prônant de vastes réformes de l'organisation sociale du pays.

En Europe continentale et en Amérique Latine le radicalisme désigne une théorie libérale de gauche située entre le socialisme marxiste et le libéralisme conservateur, qui prône une laïcité ferme voire exclusive, et la recherche d'un équilibre entre libertés individuelles et solidarité nationale.

Parmi les partis de ce courant qui ont marqué l'histoire de leur pays on peut citer le Parti libéral-radical suisse (ex Parti radical-démocratique (1894-2009), les partis radical-socialiste et radical républicain espagnols, le Parti radical italien, le Parti démocrate allemand, le Folkpartiet suédois, les partis dits Venstre (gauche, c'est-à-dire situé à la gauche du libéralisme) au Danemark et en Norvège.

Notes et référencesModifier

  1. http://www.cnrtl.fr/definition/radicalisme
  2. Serge Berstein, Histoire du Parti radical, 2 vol., Presses de la FNSP, Paris, 1982

BibliographieModifier

  • Claude Nicolet, Le radicalisme, PUF, 1983.
  • Serge Berstein, Histoire du Parti radical, Presses de la Fondation nationale des Sciences politique, 1982.
  • Claire et François Masnata-Rubattel, "La bourgeoisie radicale organise son pouvoir" (chap. 2), "De la conquête du pouvoir à la consolidation du régime" (chap. 3), in Le pouvoir suisse, Christian Bourgois éd., 1978.
  • Alessandro Galante Garrone, I radicali in Italia dal 1870 al secolo XX, Turin, G. Giapichelli, 1971.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Radicalisme (Royaume-Uni), qui décrit le point de départ britannique du radicalisme.
  • Parti radical, qui liste les différents partis radicaux à travers le monde.
  • Le radicalisme culturel n'a pas de lien direct avec le radicalisme politique, même s'il y a des thématiques communes (notamment sur les critiques de la religion).
  • Notons que les expressions gauche radicale ou droite radicale n'ont aucun lien avec le radicalisme. Le mot "radical" est dans ce contexte un simple synonyme d'"extrême".