Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Gauche radicale (politique).

Le radicalisme est, en France, un positionnement politique dont le sens a évolué au cours du temps. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, le terme désigne la « doctrine de ceux qui revendiquent l'héritage de 1789, marquée en particulier par l'anticléricalisme et la défense du suffrage universel ». De nos jours, il correspond à une « doctrine réformiste fondée sur l'attachement à la démocratie, à la propriété privée, à la laïcité de l'enseignement ». Par ailleurs, au sens large, ce terme renvoie à ceux — individus ou groupements politiques — qui refusent tout compromis à leurs convictions[1].

En Europe, particulièrement en France et en Suisse (les deux pays où il est devenu assez tôt une force politique gouvernante), le radicalisme est une tendance républicaine qui apparaît dans les années 1840, au début de la révolution industrielle (notamment la campagne électorale d'Alexandre Ledru-Rollin en 1841), et se développe au début de la Troisième République en opposition au gouvernement des Républicains opportunistes (Léon Gambetta, Jules Ferryetc.)[2]. Ce mouvement se cristallisa lors de la naissance du Parti républicain, radical et radical-socialiste. Au début situé à l'extrême gauche de l'échiquier politique, le radicalisme fut poussé au centre avec l'émergence du socialisme sur sa gauche, jusqu'à devenir, en France, une tendance ambivalente du centrisme, toujours adossée aux partis majoritaires de la droite et de la gauche française.

Par le passé, en France, en Belgique francophone, en Suisse et en Espagne, le radicalisme fut l'expression de la franc-maçonnerie dont l'influence politique, alors dominante, nous est connue aujourd'hui[style à revoir].

Le radicalisme britannique fut le modèle qui inspira le mouvement français dès les années 1830.

Le nom a également été utilisé dans d'autres pays pour désigner des tendances similaires (cf. par ex. le Parti radical (en) en Italie, fondé en 1877).

Types de radicalismeModifier

Le radicalisme entend résoudre l'ensemble des problèmes de notre société indépendamment des solutions socialistes ou libérales. Il prône néanmoins un pouvoir législatif et exécutif fort.

En politiqueModifier

Le radicalisme et les partis politiques :

Notes et référencesModifier

  1. http://www.cnrtl.fr/definition/radicalisme
  2. Serge Berstein, Histoire du Parti radical, 2 vol., Presses de la FNSP, Paris, 1982

BibliographieModifier

  • Claude Nicolet, Le radicalisme, PUF, 1983.
  • Serge Berstein, Histoire du Parti radical, Presses de la Fondation nationale des Sciences politique, 1982.
  • Claire et François Masnata-Rubattel, "La bourgeoisie radicale organise son pouvoir" (chap. 2), "De la conquête du pouvoir à la consolidation du régime" (chap. 3), in Le pouvoir suisse, Christian Bourgois éd., 1978.
  • Alessandro Galante Garrone, I radicali in Italia dal 1870 al secolo XX, Turin, G. Giapichelli, 1971.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :