Gauche démocratique (Sénat)

Gauche démocratique
Image illustrative de l’article Gauche démocratique (Sénat)
Chambre Sénat
Fondation 26 octobre 1891
Fusion de Différents courants radicaux
Disparition 1989
Ancien(s) nom(s) Gauche démocratique radical et radical-socialiste (1908-1948)
Rassemblement des gauches républicaines et de la gauche démocratique
(1948-1952)
Gauche démocratique et du rassemblement des gauches républicaines
(1952-1956)
Gauche démocratique (1956-1989)
Fusionné dans Rassemblement démocratique européen
Partis membres Parti radical, Radicaux indépendants, RGR, MRG
Positionnement Gauche (1891-1926)
Centre gauche (1926-1940)
Centre à centre droit (1945-1989)
Idéologie Radicalisme, Social-libéralisme

La Gauche démocratique (GD) est un groupe parlementaire français formé sous la Troisième République au Sénat.

Historique modifier

Le groupe de la Gauche démocratique se constitue en 1891[1] avec une quarantaine de membres et grimpant à 50 élus en 1894[2]. Il regroupe les sénateurs radicaux et radicaux socialistes, cette création faisant partie du processus de fondation du Parti radical.

Pour mieux correspondre aux idées de ses membres, il change de nom en 1907 pour celui de Gauche démocratique radicale et radicale-socialiste.

C'est le groupe longtemps majoritaire du sénat (il a compté plus de 160 sénateurs), qui regroupe les différents radicaux (Radicaux socialistes, Radicaux indépendants), ainsi que l'aile gauche de l'Alliance démocratique.

Malgré ce regroupement large, le groupe est largement contrôlé par le parti radical. À l'automne 1924, les radicaux indépendants scissionnent du groupe pour fonder l'Union démocratique et radicale d'une trentaine de membres. En 1927, les socialistes fondent leur propre groupe parlementaire avec 14 membres.

En 1948, pour marquer le coup de la nouvelle alliance autour du parti radical, le groupe est rebaptisé Groupe du Rassemblement des gauches républicaines et de la gauche démocratique.

Puis en 1952, pour tenir compte de l'histoire et de l'équilibre interne de l'alliance, les noms sont inversés : groupe de la Gauche démocratique et du Rassemblement des gauches républicaines.

Le Front républicain marque la scission entre les deux organisations, le parti radical suivant Pierre Mendès France, le RGR s'autonomisant et poursuivant son chemin vers la droite et le CNIP. Le groupe reprend son nom originel de Gauche démocratique en 1956.

Encore numériquement important sous la IVe République et au début de la Ve avec Gaston Monnerville (56 membres), le groupe connaît ensuite un certain déclin (35 sénateurs en 1986).

Entre 1977 et 1986, les élus du Mouvement des radicaux de gauche (MRG) prennent une autonomie en se regroupant au sein de la Formation des sénateurs Radicaux de gauche qui se rattache toutefois au groupe de la Gauche démocratique.

En 1989, devant la diminution continue de ses effectifs, un nouveau nom est trouvé : Rassemblement démocratique européen (RDE). Il cherche à rassembler plus largement que les radicaux de droite ou de gauche, en accueillant des divers gauche ou droite, ainsi que des dissidents d'autres partis.

Effectifs et dénominations modifier

Année Nom Nombre de députés Évolution
1891 Gauche démocratique 40
1894 50   10
1897 45   5
1900 41   4
1903 42   1
1906 ?
1909 Gauche démocratique radical et radical-socialiste ? (+12)
1912 166
1920 135   31
1921 158   23
1924 166   8
1927 146   20
1929 150   4
1932 161   11
1935 157   4
1938 151   6
1946 Rassemblement des gauches républicaines 42   115
1948 Rassemblement des gauches républicaines et de la gauche démocratique 86   44
1952 Gauche démocratique et du Rassemblement des Gauches Républicaines 73   13
1955 Gauche démocratique 77   4
1958 62   15
1959 64   2
1962 50   13
1965 50  
1968 43   7
1971 38   5
1974 35   3
1977 26   9
1980 26  
1983 27   1
1986 35   8

Présidents modifier

 
Arthur Ranc, premier président du groupe de la Gauche démocratique.

Le groupe est présidé par les sénateurs suivants[3] :

Figures notables modifier

Notes et références modifier

  1. « Gauche Démocratique - Naissance du groupe », sur senat.fr (consulté le ).
  2. Fabien Conord, « Chapitre II. Le temps des choix : République ou monarchie ? (1875-1885) », dans Les élections sénatoriales en France : 1875-2015, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », (ISBN 978-2-7535-5562-4, DOI 10.4000/books.pur.45625, lire en ligne), p. 18–45
  3. « Liste des présidents du groupe », sur rdse-senat.com (consulté le ).