David Fincher

réalisateur américain
David Fincher
Description de cette image, également commentée ci-après
David Fincher lors de la première de The Social Network au Festival du film de New York le
Nom de naissance David Andrew Leo Fincher
Naissance (59 ans)
Denver, Colorado, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur
Producteur
Technicien des effets spéciaux
Films notables Seven
Fight Club
Zodiac
L'Étrange Histoire de Benjamin Button
The Social Network
Gone Girl
Séries notables House of Cards
Mindhunter

David Fincher (/ˈdeɪvɪd fɪntʃɚ/[Note 1]), né le à Denver (Colorado), est un réalisateur et producteur américain. Ses films, principalement des thrillers psychologiques et des drames biographiques, ont obtenu 40 nominations aux Oscars du cinéma. Il a été nommé à trois reprises pour l'Oscar du meilleur réalisateur.

Né à Denver, dans le Colorado, Fincher se passionne très tôt pour le cinéma. Il réalise de nombreux clips vidéo, notamment Express Yourself (1989) et Vogue (1990) de Madonna, qui lui valent tous deux le MTV Video Music Award de la meilleure réalisation. Il réalise son premier long métrage en 1992 avec Alien 3, qui reçoit des critiques mitigées. Son film suivant, le thriller Seven (1995), reçoit un meilleur accueil. Fincher rencontre ensuite un succès mitigé avec The Game (1997) et Fight Club (1999), bien que celui-ci devienne par la suite un film culte. En 2002, il revient sur le devant de la scène avec le thriller Panic Room, avec Jodie Foster.

Fincher réalise aussi Zodiac (2007), The Social Network (2010), Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes (2011) et Mank (2020). Pour The Social Network, il remporte le Golden Globe de la meilleure réalisation et le BAFTA de la meilleure réalisation. Ses plus grands succès commerciaux sont L'Étrange Histoire de Benjamin Button (2008) et Gone Girl (2014), qui rapportent tous deux plus de 300 millions de dollars dans le monde. Le premier obtient treize nominations aux Oscars et onze aux BAFTA.

Réputé pour son perfectionnisme, il peut tourner un très grand nombre de prises de ses plans et séquences afin d'obtenir le rendu visuel qu'il désire.

David Fincher est également producteur exécutif et réalisateur des séries Netflix House of Cards (2013-2018) et Mindhunter (2017-2019). Il remporte ainsi le Primetime Emmy Award de la meilleure réalisation pour une série télévisée dramatique pour l'épisode pilote de House of Cards. Fincher est le cofondateur de Propaganda Films, une société de production de films et de clips musicaux.

JeunesseModifier

David Andrew Leo Fincher[1],[2] est né le à Denver, Colorado (États-Unis)[3]. Sa mère, Claire Mae (née Boettcher), est une infirmière psychiatrique du Dakota du Sud et travaille dans des programmes de désintoxication[4]. Son père, Howard, connu sous le nom de Jack Fincher, est un auteur de l'Oklahoma qui travaille en tant journaliste et chef de service pour le magazine Life,[4],[5],[6]. À l'âge de deux ans, David et sa famille déménagent à San Anselmo, en Californie. Le réalisateur George Lucas est alors un de ses voisins[4]. Fasciné par le cinéma et notamment par le western Butch Cassidy et le Kid (Butch Cassidy and the Sundance Kid, 1969), Fincher commence à réaliser des films avec une caméra 8 mm[3],[4]. Il déclare à ce sujet :

« J'avais huit ans et j'ai vu un documentaire sur le tournage de Butch Cassidy et le Kid. Il ne m'était jamais venu à l'esprit que les films ne se déroulaient pas en temps réel. Je savais qu'ils étaient truqués, je savais que les gens jouaient la comédie, mais il ne m'était jamais venu à l'esprit qu'il fallait, bon sang, quatre mois pour faire un film ! On y voyait toute la compagnie avec tous ces chevaux de location et ces remorques mobiles pour tourner une scène sur le toit d'un train. Ils engageaient quelqu'un qui ressemblait à Robert Redford pour sauter sur le train. Je n'ai jamais pensé qu'il y avait des heures entre chacune de ces prises. Le cirque proprement dit était invisible, comme il se doit, mais en voyant ça, je suis devenu obsédé par l'idée du « comment ? ». C'était le tour de magie ultime. L'idée que 24 photos soient montrées dans une succession si rapide que le mouvement s'en dégage — wow ! Et j'ai pensé qu'il n'y aurait jamais rien d'aussi intéressant à faire dans le reste de ma vie. »[C 1],[7]

La famille s'installe ensuite à Ashland, dans l'Oregon, où Fincher obtient son diplôme de fin d'année au lycée Ashland High School[8]. Après l'école, il met en scène des pièces de théâtre et conçoit des décors et des éclairages[8]. Il est aussi projectionniste non syndiqué au Varsity Theatre, ainsi qu'assistant de production à la station d'information télévisée locale, KOBI, à Medford, dans l'Oregon. Il gagne sa vie en travaillant comme plongeur et cuisinier[8].

CarrièreModifier

1983-1991 : Premiers travauxModifier

Tout en se familiarisant avec l'industrie cinématographique, David Fincher travaille au studio de John Korty en tant que chef de production. Il acquiert de l'expérience et devient technicien des effets spéciaux, travaillant sur le film d'animation Twice upon a time (1983) avec George Lucas[4],[9]. En 1983, il est engagé par la société d'effets spéciaux Industrial Light & Magic, où il travaille comme assistant à la caméra et matte painter[4] sur des films comme Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi (Return of the Jedi, 1983) ou Indiana Jones et le Temple maudit (Indiana Jones and the Temple of Doom, 1984)[10],[11]. En 1984, il quitte ILM et tourne une publicité préventive destinée à avertir les femmes enceintes des dangers du tabac pendant leur grossesse[4]. Diffusée à la télévision pour l'American Cancer Society, cette publicité choc qui montre un fœtus en train de fumer attire l'attention des producteurs d'Hollywood et lui permet de réaliser le documentaire sur Rick Springfield The Beat of the Live Drum en 1985[11]. Décidé à faire carrière dans la réalisation, Fincher s'associe avec les producteurs Steve Golin et Sigurjón Sighvatsson et les réalisateurs Dominic Sena, Greg Gold et Nigel Dick pour fonder la société de production Propaganda Films, puis commence à réaliser des publicités et des clips vidéo[11]. Des réalisateurs comme Michael Bay, Antoine Fuqua, Michel Gondry, Spike Jonze, Alex Proyas, Paul Rachman, Mark Romanek, Zack Snyder et Gore Verbinski se forment également chez Propaganda Films avant de se lancer dans le cinéma[12].

Il réalise des publicités pour de nombreuses entreprises comme Nike, Pepsi, Sony, Converse, Coca-Cola, Revlon ou Levi's, bien qu'il déteste les réaliser[4],[13]. À partir de 1984, Fincher se lance dans la réalisation de clips vidéos. Il en réalise pour divers artistes, dont les auteurs-compositeurs-interprètes Rick Springfield, Martha Davis, Paula Abdul, le groupe de rock The Outfield et le chanteur de R&B Jermaine Stewart[14]. Le clip de 1990 de Fincher pour Freedom! '90 est l'un des plus réussis de George Michael[15]. Il réalise également Who Is It de Michael Jackson, Janie's Got a Gun d'Aerosmith et Cradle of Love de Billy Idol. Il signe certains des clips les plus emblématiques de Madonna : Express Yourself, Oh Father, Vogue et Bad Girl[11]. Entre 1984 et 1993, Fincher est crédité en tant que réalisateur pour 53 clips musicaux[14]. Il considère la réalisation de clips musicaux comme sa propre « école de cinéma », qui lui a permis d'apprendre à travailler efficacement avec un budget et des délais réduits[16],[17].

1992-2000 : AvancéeModifier

En 1990, la 20th Century Fox engage David Fincher pour remplacer Vincent Ward à la réalisation du film d'horreur de science-fiction Alien 3 (1992), son premier long métrage en tant que réalisateur[18]. Il s'agit du troisième volet de la franchise Alien avec Sigourney Weaver. Dès le début de sa production, Alien 3 est entravé par les interventions du studio et les changements opérés sur le scénario[19],[20]. Fincher subit une certaine pression et de nombreux désaccords avec la production surviennent durant le tournage[21],[22]. Lors de sa sortie le , le film reçoit des critiques mitigées et est considéré comme le volet le plus faible de la saga[23]. Peter Travers du magazine Rolling Stone juge le film « audacieux et obsédant »[C 2], malgré la « lutte de neuf scénaristes »[C 3] et « l'interférence du studio »[C 4],[24]. Le film est nommé à l'Oscar des meilleurs effets visuels[25] et rapporte 159 millions de dollars à travers le monde, dont 55 millions de dollars aux États-Unis[26],[27]. Des années plus tard, Fincher exprime publiquement son désarroi et renie le film. Dans le livre Director's Cut: Picturing Hollywood in the 21st Century, Fincher reproche aux producteurs leur manque de confiance en lui[28]. Dans une interview accordée au Guardian en 2009, il affirme au sujet d'Alien 3 que « personne ne l'a détesté plus que moi ; à ce jour, personne ne le déteste plus que moi »[C 5],[29].

Après cette déception critique, Fincher évite de lire des scénarios de films ou de réaliser un autre projet[30]. Il se replie brièvement sur la réalisation de publicités et de clips musicaux, notamment le clip de la chanson Love Is Strong des Rolling Stones en 1994, qui remporte le Grammy Award du meilleur clip[31]. Peu de temps après, Fincher décide de revenir dans le monde du cinéma. Il lit le scénario original d'Andrew Kevin Walker pour Seven (1995) et se dit intéressé par le projet, mentionnant notamment la scène finale[30],[32]. New Line Cinema réalise que Fincher a lu le scénario dans sa version d'origine, avant qu'il ne soit révisé par Jeremiah S. Chechik, qui avait notamment modifié la scène finale[30],[32]. Fincher n'étant pas intéressé par cette version révisée, New Line Cinema accepte de conserver la fin d'origine[30],[32]. Seven raconte l'histoire de deux détectives (joués par Brad Pitt et Morgan Freeman) traquant un tueur en série machiavélique (interprété par Kevin Spacey) dont les meurtres sont liés à l'un des sept péchés capitaux[33]. Seven est accueilli favorablement par la critique et constitue l'un des films les plus rentables de 1995, avec plus de 320 millions de dollars de recettes dans le monde entier[34],[35]. Dans le magazine Sight and Sound, John Wrathall déclare qu'il s'agit de « la proposition la plus complexe et la plus troublante dans le genre du tueur en série depuis Le Sixième Sens »[C 6],[36]. Roger Ebert estime quant à lui que Seven est « l'un des films les plus sombres et les plus impitoyables jamais réalisés par Hollywood »[C 7],[37].

Après Seven, Fincher réalise un clip pour 6th Avenue Heartache des Wallflowers[38] et réalise son troisième long métrage, le thriller The Game (1997), écrit par le duo John Brancato et Michael Ferris[39]. Fincher engage également le scénariste de Seven, Andrew Kevin Walker, pour apporter sa contribution au scénario et le peaufiner[40]. Filmé à San Francisco, The Game suit un riche homme d’affaires (interprété par Michael Douglas) qui accepte de participer à un mystérieux jeu de rôle qui s'intègre à son quotidien qu'il reçoit en cadeau par son frère (joué par Sean Penn) à son anniversaire[39]. Mais très vite, il devient incapable de faire la différence entre le jeu et la réalité[39]. Almar Haflidason de la BBC critique la fin du film, mais fait l'éloge de ses images : « Fincher fait un travail merveilleux en transformant des lieux urbains ordinaires en décors effrayants, où chaque coin de rue est un autre pas vers l'inconnu »[C 8],[41]. Lors de la sortie de The Game le , le film reçoit des critiques généralement favorables mais connaît un succès limité au box-office, avec 110 millions de dollars de recettes à travers le monde, dont 48 millions aux États-Unis[42],[43]. Quelque temps après, The Game est inclus dans The Criterion Collection[44].

En , Fincher accepte de réaliser Fight Club, basé sur le roman du même nom écrit par Chuck Palahniuk en 1996. Il s'agit de son deuxième film avec la 20th Century Fox après la production difficile d'Alien 3[45]. La distribution comprend Brad Pitt, Edward Norton et Helena Bonham Carter dans les rôles principaux. Le film raconte l'histoire d'un employé de bureau anonyme souffrant d'insomnie, qui rencontre un vendeur avec qui il forme un club de combat clandestin pour se soigner. La Fox a du mal à promouvoir le film et craint qu'il ne rencontre qu'un public limité[46]. La première de Fight Club a lieu le aux États-Unis. Le film se solde par un échec au box-office, avec 100,9 millions de dollars de recettes dans le monde pour un budget de 63 millions de dollars[47]. Il suscite une réaction polarisée de la critique à sa sortie, certains le jugeant dangereux comme un critique de la BBC qui le qualifie de « train express violent et dangereux de masochisme et d'agression »[C 9],[48]. Cependant, dans les années suivent, Fight Club devient un film culte, notamment avec sa sortie en DVD[49]. Il est reconnu pour ses thèmes à plusieurs niveaux de lecture et constitue la source d'analyses critiques d'universitaires et de critiques de cinéma[49],[50].

En 1999, Fincher est présélectionné par Columbia Pictures pour être l'un des réalisateurs potentiels de Spider-Man (2002), l'adaptation en prises de vues réelles du personnage de bande dessinée du même nom[51]. Le projet de Fincher présente un Spider-Man âgé et avec de l'expérience, devant gérant sa double vie de justicier et de photographe, sur un ton et une mise en scène réalistes, axés sur les personnages et orientés vers le drame. Fincher déclare plus tard à propos de sa proposition : « Je suis allé leur dire ce que je pourrais être intéressé à faire, et ils ont détesté ça »[C 10]. Sam Raimi est choisi comme réalisateur à la place[29],[52].

2001–2010 : Succès continuModifier

En 2001, Fincher est producteur exécutif de la première saison de The Hire, une série de courts métrages destinés à promouvoir les automobiles BMW[53]. Les films sont diffusés sur Internet la même année[53]. En 2002, Fincher revient au cinéma, avec le thriller intitulé Panic Room. Basé sur un scénario de David Koepp, Panic Room suit une mère célibataire et sa fille qui se cachent dans une pièce sécurisée de leur nouvelle maison, lors d'une invasion de domicile par un trio[54]. Interprété par Jodie Foster[Note 2], Forest Whitaker, Kristen Stewart, Dwight Yoakam et Jared Leto[54], le film sort en salles le , avec un mois de retard. Il est acclamé par la critique[56] et connaît un succès commercial avec 196,4 millions de dollars de recettes dans le monde, dont 96,4 millions de dollars en Amérique du Nord[57]. Mick LaSalle du San Francisco Chronicle fait l'éloge du film pour son « bon degré d'ingéniosité [...] pour 88 minutes d'excitation »[C 11] et la performance convaincante de Foster[58]. Fincher reconnaît que Panic Room est plus grand public que ses précédents films, et le décrit ainsi : « c'est censé être un film pop-corn — il n'y a pas de grandes implications primordiales. Il s'agit juste de survivre »[C 12],[59].

Après cinq ans d’absence et plusieurs projets avortés, Fincher revient le avec Zodiac, un thriller basé sur les livres de Robert Graysmith sur la recherche du Zodiac, un tueur en série qui a sévi en Californie entre 1966 et 1978[60]. Fincher prend connaissance du projet après avoir été approché par le producteur Brad Fischer[60]. Il s'intéresse au projet, le tueur du Zodiaque l'ayant particulièrement marqué durant son enfance[60]. « La patrouille routière suivait nos bus scolaires »[C 13], se rappelle-t-il[60]. « Je me souviens avoir demandé [à mon père] ce que faisaient ces voitures de policiers qui encadraient nos bus de ramassage scolaire. Il m’avait expliqué qu’un tueur équipé d’un fusil à longue vue envisageait de tuer des enfants qui partaient de bon matin à l’école. J’avais la sensation d’être confronté au mal absolu »[61]. Après des recherches approfondies sur l'affaire avec ses producteurs, Fincher constitue un casting principal composé de Jake Gyllenhaal, Mark Ruffalo, Robert Downey Jr., Anthony Edwards et Brian Cox. C'est le premier film de Fincher à être tourné en numérique, avec une caméra Thomson Viper FilmStream HD[62]. Toutefois, des caméras de cinéma à haute vitesse sont utilisées pour certaines scènes de meurtre[62]. Présenté en compétition officielle pour la Palme d'or au festival de Cannes 2007, Zodiac reçoit des critiques positives, apparaissant dans plus de deux cents listes des dix meilleurs films de l'année[Note 3],[63]. Malgré tout, le film connaît des difficultés au box-office américain, avec seulement 33 millions de dollars de recettes, échec compensé par les 51,7 millions de dollars de recettes dans le reste du monde, portant les recettes mondiales à 85 millions de dollars, bilan plutôt mitigé[64] Malgré une campagne menée par Paramount Pictures, le film n'est nommé ni aux Oscars ni aux Golden Globes[65].

En 2008, Fincher est pressenti pour réaliser une adaptation cinématographique du roman de science-fiction Rendez-vous avec Rama (Rendezvous with Rama, 1973) d'Arthur C. Clarke, mais il déclare que le film ne va probablement être réalisé en raison de problèmes liés au scénario[66]. Son projet suivant est L'Étrange Histoire de Benjamin Button (The Curious Case of Benjamin Button, 2008), une adaptation de la nouvelle du même nom de 1923 de F. Scott Fitzgerald. Centré sur un homme qui naît dans le corps d'un vieillard et qui va rajeunir jusqu'à sa mort, ce drame romantique marque la troisième collaboration de Fincher avec Brad Pitt, qui joue ici aux côtés de Cate Blanchett. Le budget du film est estimé à 167 millions de dollars, avec des effets visuels très coûteux utilisés pour le personnage de Pitt[67]. Le tournage débute en à La Nouvelle-Orléans, profitant de la politique de soutien au cinéma de la Louisiane[68]. Le film sort en salles le aux États-Unis et connaît un succès critique et commercial. Avec un budget initial de 150 millions de dollars, le film rapporte plus de 335 millions à travers le monde[69]. Dans le journal USA Today, Claudia Puig fait l'éloge de ce récit « gracieux et poignant »[C 14], bien qu'il soit « trop long et pas aussi impliquant émotionnellement qu'il pourrait l'être »[C 15],[70]. Le film reçoit treize nominations aux Oscars lors de la 81e cérémonie des Oscars, dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur pour Fincher, du meilleur acteur pour Pitt et de la meilleure actrice dans un second rôle pour Taraji P. Henson[71]. Le film remporte finalement trois Oscars, pour les meilleurs décors, les meilleurs maquillages et coiffures et les meilleurs effets visuels[71].

Fincher revient en 2010 avec The Social Network. Adapté par Aaron Sorkin du roman The Accidental Billionaires de Ben Mezrich, ce drame biographique retrace la création du réseau social Facebook par Mark Zuckerberg et les batailles juridiques auxquelles il est confronté[72]. Les acteurs Jesse Eisenberg, Andrew Garfield, Justin Timberlake, Armie Hammer, Max Minghella ou encore Rooney Mara font partie de la distribution. Le tournage débute en à Cambridge, dans le Massachusetts, un an avant la sortie du film[73]. Fincher convainc Trent Reznor du groupe Nine Inch Nails de composer la musique du film, marquant la première de leurs cinq collaborations[74]. The Social Network est un succès commercial, rapportant 224,9 millions de dollars de recettes dans le monde[75]. Lors de la 83e cérémonie des Oscars, le film est nommé huit fois et remporte trois prix, dont l'Oscar de la meilleure musique de film pour Trent Reznor et Atticus Ross[76]. Le film remporte aussi les prix du meilleur scénario adapté et du meilleur montage[76]. Le film reçoit également les prix du meilleur film dramatique, de la meilleure réalisation, du meilleur scénario et de la meilleure musique de film lors de la 68e cérémonie des Golden Globes[77]. De nombreux critiques critiques saluent le scénario du film, comme Roger Ebert qui qualifie les dialogues d'« envoûtants » et estime qu'ils rendent « une histoire impossible à raconter claire et fascinante »[C 16],[78].

2011–présent : Cinéaste établiModifier

 
David Fincher aux côtés de Daniel Craig et Rooney Mara, à la première parisienne de Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, en .

Après le succès de The Social Network, Fincher revient en 2011 avec Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes (The Girl with the Dragon Tattoo). Ce thriller psychologique est basé sur le roman de l'écrivain suédois Stieg Larsson déjà adapté au cinéma dans Millénium, film suédo-danois de Niels Arden Oplev sorti en 2009[79]. Le scénariste Steven Zaillian passe trois mois à analyser le roman, à rédiger des notes et à supprimer des éléments pour obtenir une durée convenable[80]. Avec Daniel Craig dans le rôle du journaliste Mikael Blomkvist et Rooney Mara dans celui de Lisbeth Salander, le film suit l'enquête de Blomkvist pour élucider ce qui est arrivé à une femme issue d'une famille aisée disparue il y a quarante ans[81]. Pour respecter le cadre du roman, le film est tourné principalement en Suède[81]. Lors de sa sortie le , le film reçoit des critiques généralement positives, selon l'agrégateur de critiques Metacritic[82]. A. O. Scott du New York Times estime que « Fincher crée une ambiance convaincante de menace politique et de désespoir moral »[C 17], et qualifie la bande-son, à nouveau composée par Trent Reznor et Atticus Ross, de « troublante et puissante »[C 18],[83]. Philip French, du Guardian, fait l'éloge des « détails authentiques et excentriques »[C 19] de l'adaptation[84]. Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes reçoit cinq nominations aux Oscars, dont celle de la meilleure actrice pour Rooney Mara, et remporte le prix du meilleur montage[85]. En 2012, Fincher signe un contrat de premier regard avec Regency Enterprises[86].

En 2013, David Fincher se lance dans la série télévisée avec House of Cards, qu'il développe et coproduit avec l'acteur Kevin Spacey[87]. House of Cards est une adaptation écrite intégralement par le scénariste Beau Willimon, à partir du roman du même nom de Michael Dobbs et de la mini-série britannique qui s'en inspire[88]. On y suit l'histoire de Frank Underwood (Kevin Spacey), un homme politique américain dont l'ambition est de devenir Président des États-Unis, et accompagné d'une épouse (incarnée par Robin Wright) aussi déterminée[89]. Les deux premiers épisodes sont réalisés par David Fincher[87]. La première saison de 13 épisodes est diffusée à partir du aux États-Unis sur Netflix[87]. La série reçoit des critiques positives et obtient neuf nominations aux Emmy Awards, dont celle de la meilleure série dramatique[90]. Fincher remporte quant à lui le Primetime Emmy Award de la meilleure réalisation pour une série télévisée dramatique pour le premier épisode[90]. Il réalise en parallèle un clip vidéo pour la première fois depuis 2005, celui de la chanson Suit & Tie de Justin Timberlake et Jay-Z, qui remporte le Grammy Award du meilleur clip[91]. Fincher envisage pendant un temps d'adapter au cinéma le livre Columbine de Dave Cullen, déjà adapté au théâtre en 2014, et qui a pour sujet la fusillade de Columbine[92]. L'idée est cependant abandonnée en raison de la nature sensible du sujet[92]. La même année, Fincher signe un accord avec HBO pour trois séries télévisées : Utopia (une adaptation de la série britannique, écrite par Gillian Flynn), Shakedown, et Videosyncrazy. En , des conflits d'ordre budgétaire entre lui et la chaîne en interrompent la production[93]. Trois ans plus tard, en 2018, Utopia est reprise par Amazon Studios, avec Gillian Flynn au poste de créatrice[94].

 
Avec la scénariste Gillian Flynn, à la première new-yorkaise de Gone Girl, au festival du film de New York 2014.

En janvier 2013, David Fincher est pressenti pour réaliser l'adaptation cinématographique du roman Les Apparences (Gone Girl) de Gillian Flynn, dont les droits appartiennent à la 20th Century Fox[95],[96]. Il rencontre même Flynn pour discuter de son intérêt pour le projet avant qu'un réalisateur ne soit sélectionné[97]. Après l'annulation de son projet d'adaptation de Vingt mille lieues sous les mers[98], le réalisateur se concentre donc sur ce film[96]. Le tournage de Gone Girl débute en septembre 2013. Ben Affleck et Rosamund Pike y tiennent les rôles principaux[99]. Situé dans le Missouri, l'histoire commence comme un mystère qui suit les événements entourant Nick Dunne (Affleck), qui devient le principal suspect dans la disparition soudaine de sa femme Amy (Pike). Le film sort aux États-Unis le et connaît un important succès critique et commercial. Avec un budget initial de 61 millions de dollars, le film rapporte plus de 368 millions de dollars de recettes à travers le monde dont 167 millions aux États-Unis, en faisant le plus gros succès de David Fincher au box-office et l'un des films les plus lucratifs de 2014[100],[101]. Écrivant pour le site web Salon, Andrew O'Hehir fait l'éloge de la « formidable distribution d'ensemble qui s'imbrique à merveille »[C 20], ajoutant : « la maîtrise technique de l'image, du son et des décors pour laquelle Fincher est légitimement célèbre se retrouve ici aussi »[C 21],[102]. Gone Girl est nommé et récompensé à de nombreux prix : Pike est ainsi nommée à l'Oscar de la meilleure actrice tandis que Fincher reçoit sa troisième nomination au Golden Globe de la meilleure réalisation[103].

Bien avant l'adaptation cinématographique de Brian De Palma en 2006, David Fincher voulait adapter le roman Le Dahlia noir de James Ellroy, avec Tom Cruise en tête d'affiche[104]. Finalement, le projet ne se concrétise pas, tout comme un projet d'adaptation de la bande dessinée de Luc Jacamon et Matz, Le Tueur[104]. Cependant Matz et David Fincher gardent contact et lorsqu'ils obtiennent l'autorisation de James Ellroy lui-même, ils décident d'adapter Le Dahlia noir en bande dessinée, éditée en France par Casterman en 2013[104].

En 2017, David Fincher revient à la série avec Mindhunter dont il réalise plusieurs épisodes[105]. Il en est également l'un des producteurs exécutifs, avec sa femme Ceán Chaffin, Charlize Theron et Josh Donen. La série s'inspire de l'ouvrage Mindhunter : Dans la tête d’un profileur (Mind Hunter: Inside the FBI's Elite Serial Crime Unit) de John E. Douglas et Mark Olshaker[106]. Elle retrace le parcours de deux agents du FBI, Holden Ford (interprété par Jonathan Groff) et Bill Tench (Holt McCallany), qui décident de mener une enquête aux méthodes révolutionnaires à la fin des années 1970[106]. Ils interrogent alors des tueurs en série afin de mieux cerner leurs personnalités et ainsi pouvoir résoudre des affaires criminelles[106]. La première saison comprenant 10 épisodes, dont 4 réalisés par David Fincher, est diffusée sur Netflix à partir du [105].

En , Jim Gianopulos de Paramount Pictures annonce qu'une suite à World War Z est « en développement avancé » avec Fincher et Brad Pitt[107]. Les producteurs Dede Gardner et Jeremy Kleiner déclarent que Fincher devrait la réaliser en [108]. Cependant, en février 2019, Paramount annule le projet[109]. À partir de 2019, Fincher est producteur exécutif de Love, Death & Robots, une web-série d'animation de science-fiction pour Netflix[110]. En , le réalisateur signe pour réaliser Mank, un biopic sur le scénariste de Citizen Kane, Herman J. Mankiewicz, interprété par Gary Oldman[111]. Mank bénéficie d'une sortie limitée en salles le , et sort sur Netflix le [112]. Le film reçoit dix nominations aux Oscars, et en remporte deux, l'Oscar de la meilleure photographie et celui des meilleurs décors[113].

Fincher est également producteur exécutif de la série Voir, sortie en 2021 sur Netflix[114]. En 2022, il fait sa première incursion dans l'animation en réalisant un épisode de la troisième saison de Love, Death & Robots. L'épisode s'intitule Mauvais voyage (Bad Travelling) et est écrit par le scénariste de Seven, Andrew Kevin Walker[115].

Projets futursModifier

Fin 2019, Fincher commence à développer une préquelle télévisée du film Chinatown (1974) avec le scénariste Robert Towne[116]. Il exprime également son intérêt pour réaliser éventuellement une troisième saison de Mindhunter, dont la production est suspendue en 2020[117].

Il est annoncé en que David Fincher va réaliser The Killer pour Netflix, dont la sortie est prévue pour 2022[118]. Écrit par Andrew Kevin Walker et interprété par Michael Fassbender, The Killer est une adaptation de la série de bandes dessinées française Le Tueur, écrite par Matz et dessinée par Luc Jacamon[118].

Vie privéeModifier

De 1990 à 1995, David Fincher est marié avec Donya Fiorentino[119],[120], avec qui il a eu une fille, Phelix Imogen, née en 1994[121].

Il est marié depuis 1996 à la productrice Ceán Chaffin[122].

AnalyseModifier

InfluencesModifier

David Fincher n'a pas fait d'école de cinéma, mais cite Alfred Hitchcock comme une influence majeure, ainsi que les cinéastes Martin Scorsese, George Roy Hill et Alan J. Pakula[123]. Parmi ses films préférés figurent : Les hommes du président (All the President's Men, 1976), Taxi Driver (1976), Fenêtre sur cour (Rear Window, 1954), Zelig (1983), La Barbe à papa (Paper Moon, 1973), Lawrence d'Arabie (Lawrence of Arabia, 1962), American Graffiti (1973), Le Lauréat (The Graduate, 1967), Les Dents de la mer (Jaws, 1975) et Rencontres du troisième type (Close Encounters of the Third Kind, 1977)[124],[125]. Fincher a laissé entendre que Panic Room est une combinaison de « Fenêtre sur cour et de Les Chiens de paille (Straw Dogs, 1971) »[C 22],[126]. Pour Seven, Fincher et le directeur de la photographie Darius Khondji se sont inspirés des films French Connection (The French Connection, 1971) et Klute (1971), ainsi que de l'œuvre du photographe Robert Frank[127]. Fincher a également cité le graphiste Saul Bass comme source d'inspiration pour les génériques de ses propres films. Bass a conçu de nombreux génériques pour des réalisateurs de renom, notamment Alfred Hitchcock et Stanley Kubrick[7].

MéthodeModifier

« Ce sont les moments où le cinéma n'est pas comme la littérature, ni comme le théâtre, ni comme la performance, ni comme la sculpture. C'est vraiment une discipline à part entière. Il n'y a rien de tel dans ces moments où l'on se dit, wow, voilà une intention qui n'a probablement jamais été envisagée par l'auteur du livre. Et pourtant, cette personne, qui n'a peut-être même pas lu la source, a trouvé cette chose. Pour moi, après la prévisualisation, c'est la partie la plus excitante de tout le processus »[128]

— David Fincher sur les heureux incidents survenant au cours de la réalisation d'un film.

La production des films de Fincher commence toujours par une recherche et une préparation approfondies, bien qu'il ait déclaré que le processus est différent à chaque fois. « J'aime lire un scénario que vous pouvez visualiser dans votre tête, puis j'aime le casting et j'aime la répétition, et j'aime toutes les réunions autour de ce que le film devrait être, peut être, pourrait être »[C 23], a-t-il déclaré[128]. Fincher admet avoir des tendances autocratiques et aime gérer chaque partie de la production[128],[129]. Selon son producteur Sigurjón Sighvatsson, « il a toujours été un rebelle... Toujours à défier le statu quo »[C 24],[13].

Connu pour son sens méticuleux du détail et ses qualités de perfectionniste, Fincher effectue des recherches approfondies lors du casting des acteurs pour s'assurer qu'ils conviennent au rôle. « Il est vraiment doué pour trouver le seul détail qui a été oublié. Il en sait plus que quiconque »[C 25], a déclaré son collaborateur Max Daly[130]. La productrice Laura Ziskin ajoute que Fincher « est tout simplement effrayant d'intelligence, plus intelligent que tous les autres dans la pièce »[C 26],[130]. Le réalisateur aborde le montage comme « des problèmes mathématiques complexes »[C 27],[130]. Angus Wall, monteur de Zodiac, a déclaré que le montage était comme « assembler une montre suisse... Toutes les pièces sont si magnifiquement usinées. Il est incroyablement spécifique. Il ne se repose jamais. Et il y a une pureté qui transparaît dans son travail »[C 28],[130].

Lorsqu'il travaille avec des acteurs, Fincher exige un nombre exténuant de prises pour capturer une scène à la perfection[97],[131]. Par exemple, les acteurs de Zodiac doivent faire plus de soixante-dix prises pour certaines scènes, au grand dam de Jake Gyllenhaal[60]. Rooney Mara doit quant à elle endurer quatre-vingt-dix-neuf prises pour une scène de The Social Network, et déclare que le réalisateur aime mettre les gens au défi[13],[132]. Une scène de neuf minutes de la série Mindhunter nécessite onze heures de tournage[133]. Interrogé au sujet de cette méthode, Fincher déclare : « Je déteste le sérieux dans l'interprétation... en général, à la 17e prise, le sérieux a disparu »[C 29], ajoutant qu'il veut qu'une scène soit aussi naturelle et authentique que possible[60]. Certains acteurs apprécient cette approche, affirmant que les ajustements subtils font une grande différence dans le déroulement d'une scène. Cependant, cette approche de la direction d'acteurs ne fait pas l'unanimité, à l'image de R. Lee Ermey qui déclare que « [Fincher] veut des marionnettes. Il ne veut pas d'acteurs qui soient créatifs »[C 30],[130],[134].

Fincher préfère filmer avec des caméras numériques de la marque RED Digital Cinema, à la lumière naturelle ou préexistante, plutôt que d'utiliser des systèmes d'éclairage élaborés[135],[136],[137]. Fincher est également connu pour utiliser des images générées par ordinateur, qui passent le plus souvent inaperçues pour le spectateur[138]. Il ne filme généralement pas à la caméra à l'épaule pendant le tournage, préférant filmer avec une caméra sur trépied. Le réalisateur déclare à ce sujet que « la caméra à l'épaule a une puissante emprise psychologique. Elle signifie quelque chose de spécifique et je ne veux pas obscurcir ce qui se passe avec trop de signification »[C 31],[7]. Il expérimente également le mouvement de caméra désincarnée, notamment dans Panic Room, où la caméra glisse autour de la maison pour donner l'impression d'une surveillance par un observateur invisible[7].

StyleModifier

L'un des éléments caractéristiques du style visuel de Fincher est son utilisation du tilt (inclinaison), du pan (panoramique) et du track (suivi de mouvement) en ce qui concerne les mouvements de caméra. Lorsqu'un personnage est en mouvement ou exprime des émotions, la caméra se déplace exactement à la même vitesse et dans la même direction que son corps. Les mouvements sont chorégraphiés avec précision par les acteurs et les caméramans. L'effet qui en résulte permet au public de s'identifier au personnage et de mieux comprendre ses sentiments[139],[140]. Similairement, dans ses clips musicaux, Fincher estime que les images doivent améliorer l'expérience musicale[141]. Il effectue le montage autour de la voix et laisse la chorégraphie se terminer avant de passer au plan suivant[141]. Les mouvements de caméra sont également synchronisés avec le rythme de la musique[141]. Il privilégie également l'utilisation de plans larges pour mettre en valeur l'environnement d'un personnage[142].

Certains critiques considèrent Fincher comme un auteur, bien qu'il n'aime pas être associé à ce terme[125]. La plupart de ses films sont influencés par les genres du film noir et du néo-noir[143],[144] et utilisent de nombreuses techniques de narration. Parmi celles-ci figurent le choix d'une narration non linéaire, l'usage de toiles de fond (backstories), de flashbacks, de préfigurations et de narrateurs[142]. Le style visuel de Fincher inclut également l'utilisation de couleurs monochromes et désaturées comme le bleu, le vert et le jaune, représentant le monde dans lequel évoluent les personnages. Dans Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, certaines scènes sont fortement désaturées, effet que Fincher accentue ou atténue en fonction de la scène et des émotions des personnages[145]. Erik Messerschmidt, directeur de la photographie sur Mindhunter, explique ainsi le choix des couleurs de la série : « La série a un aspect vert-jaune désaturé [...]. [cela] contribue à donner à la série son aspect d'époque »[C 32]. Il précise que cet effet est obtenu grâce au chef décorateur, aux costumes et aux lieux de tournage, et pas nécessairement grâce à l'éclairage utilisé sur le plateau. Fincher privilégie également les ombres détaillées et prononcées, ainsi que l'utilisation d'une lumière minimale[146],[147]. Lorsqu'on l'interroge sur son utilisation d'un éclairage faible, il répond que les lumières vives confèrent à la couleur de la peau un aspect peu naturel. « C'est ainsi que le monde me paraît »[C 33], déclare-t-il[128].

ThèmesModifier

Dans ses films, Fincher aborde les thèmes du martyre, de l'aliénation et de la déshumanisation de la culture moderne[148]. Outre les thèmes plus larges du bien et du mal, ses personnages sont souvent perturbés, insatisfaits et imparfaits, incapables de nouer des relations sociales et souffrant de solitude[149],[150]. Dans Seven, Zodiac et The Social Network, les thèmes de la pression et de l'obsession sont explorés, conduisant à la chute du personnage. Citant l'historien Frank Krutnik, l'écrivain Piers McCarthy, soutient « que les protagonistes de ces films ne contrôlent pas totalement leurs actions mais sont soumis à des impulsions intérieures plus sombres »[C 34],[151]. Dans une interview en 2017, Fincher explique ainsi sa fascination pour les thèmes sinistres : « Il y avait toujours une maison dans tous les quartiers où j'ai vécu et tous les enfants de la rue se demandaient : “Qu'est-ce que ces gens fabriquent ?”. Nous attachons en quelque sorte le sinistre au banal afin de rendre les choses intéressantes... Je pense que c'est aussi parce que pour que quelque chose soit maléfique, il faut presque qu'elle se dissimule sous quelque chose d'autre »[C 35],[152]. Fincher déclare un jour : « Je pense que les gens sont pervers. J'ai maintenu cela. C'est le fondement de ma carrière »[C 36],[131].

CollaborateursModifier

Au cours de sa carrière, le réalisateur s'est montré très loyal envers ses acteurs et collaborateurs. En tant que réalisateur de clips musicaux, il collabore avec Paula Abdul à cinq reprises, ainsi qu'avec Madonna et Rick Springfield à quatre reprises chacun. Une fois devenu réalisateur de longs métrages, il fait jouer Brad Pitt dans trois de ses films. « À l'écran et dans la vie, Brad est le type ultime... Il est tellement à l'aise avec lui-même »[C 37], déclare-t-il au sujet de l'acteur[129]. Les acteurs Bob Stephenson, Michael Massee, Christopher John Fields, John Getz, Elias Koteas, Zach Grenier, Charles Dance, Rooney Mara, Jared Leto et Richmond Arquette jouent également dans au moins deux de ses films[153].

 
Trent Reznor et Atticus Ross, collaborateurs fréquents de David Fincher.

La musique de Fight Club est composée par les Dust Brothers, qui n'avaient encore jamais composé de musique pour un film. Ils déclarent au sujet de leur collaboration avec Fincher qu'il « ne nous disait pas ce que nous devions faire »[C 38] ; la seule consigne que le cinéaste leur donne est de faire en sorte que la musique soit aussi bonne que celle du film Le Lauréat (1967)[154]. Trent Reznor et Atticus Ross composent la musique de The Social Network, Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, Gone Girl et Mank. Les musiciens décrivent leur relation de travail comme « collaborative, respectueuse et inspirante »[C 39], même si elle « n'est pas devenue plus facile »[C 40],[155]. Fincher utilise même un remix de la chanson Closer de Nine Inch Nails, groupe fondé par Reznor, dans le générique de Seven. Howard Shore compose quant à lui les bandes originales de trois films de Fincher : Seven, The Game et Panic Room[156].

Darius Khondji et Jeff Cronenweth sont les directeurs de la photographie des films de Fincher. Khondji affirme que « Fincher mérite beaucoup de crédit. C'est lui qui m'a poussé à expérimenter et qui m'a amené à aller aussi loin »[C 41],[127]. Le réalisateur travaille avec le designer sonore Ren Klyce pour tous ses films depuis 1995, personne en qui il a « une confiance implicite »[C 42],[157]. Fincher travaille également avec le monteur Angus Wall depuis 1988[158]. Celui-ci a travaillé sur sept de ses films, et en a monté cinq[158]. Quant au chef décorateur Donald Graham Burt[159] et à l'assistant réalisateur Bob Wagner, ils collaborent tous deux à six reprises avec Fincher[160]. Enfin, la directrice de casting Laray Mayfield travaille avec Fincher depuis plus de vingt ans[161]. Dans une interview de 2010, Fincher indique que « Vous n'êtes pas obligé d'aimer tous vos collaborateurs, mais vous devez les respecter. Et quand vous le faites, quand vous réalisez que les gens apportent des choses à la table qui ne relèvent pas nécessairement de votre expérience, mais si vous vous permettez de vous y associer, cela peut enrichir le contenu que vous allez apporter avec vous dans la salle de montage »[C 43],[128].

FilmographieModifier

RéalisateurModifier

CinémaModifier

Prochainement

TélévisionModifier

VidéoclipsModifier

ProducteurModifier

Animation et effets visuelsModifier

ActeurModifier

Accueil de ses filmsModifier

Accueil critiqueModifier

Film Presse française sur Allociné Rotten Tomatoes[163] Metacritic[164]
Alien³ - 46% 59/100
Seven 3,6/5[165] 82% 65/100
The Game 3,5/5[166] 77% 61/100
Fight Club 2,7/5[167] 79% 66/100
Panic Room 3,6/5[168] 76% 65/100
Zodiac 4,1/5[169] 89% 78/100
L'Étrange Histoire de Benjamin Button 3,9/5[170] 71% 70/100
The Social Network 4,4/5[171] 96% 95/100
Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes 3,8/5[172] 86% 71/100
Gone Girl 4,0/5[173] 87% 79/100
Mank 4,4/5[174] 83% 79/100
Moyenne 3,8/5 79% 72/100

Box-officeModifier

Film Budget Recettes au box-office
  États-Unis   France   Monde
Alien³ (1992) 50 millions $ 55 473 545 $ 1 652 838 entrées 159 814 498 $
Seven (1995) 33 millions $ 100 125 643 $ 4 954 781 entrées 327 333 559 $
The Game (1997) 50 millions $ 48 323 648 $ 1 204 544 entrées 109 423 648 $
Fight Club (1999) 63 millions $ 37 030 102 $ 1 093 106 entrées 101 209 593 $
Panic Room (2002) 48 millions $ 96 397 334 $ 1 324 402 entrées 197 079 546 $
Zodiac (2007) 65 millions $ 33 080 084 $ 1 204 544 entrées 84 785 914 $
L'Étrange Histoire de Benjamin Button (2009) 150 millions $ 127 509 326 $ 2 595 615 entrées 335 802 786 $
The Social Network (2010) 40 millions $ 96 962 694 $ 1 494 682 entrées 224 920 315 $
Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes (2011) 90 millions $ 102 515 793 $ 1 080 239 entrées 232 617 430 $
Gone Girl (2014) 61 millions $ 167 767 189 $ 1 901 279 entrées 369 330 363 $
Mank (2020) 25 millions $ NC NC 99 752 $
Total 675 millions $ 865 185 358 $ 18 324 360 entrées 2 142 417 404 $
  • Sources : JPBox-Office.com[175] et Box Office Mojo[176].
  • Légendes : Budget (entre 1 et 50 M$, entre 50 et 100 M$ et plus de 100 M$), États-Unis (entre 1 et 50 M$, entre 50 et 100 M$ et plus de 100 M$), France (entre 1 et 1,5 M d'entrées, entre 1,5 et 2 M d'entrées et plus de 2 M d'entrées) et Monde (entre 50 et 150 M$, entre 150 et 250 M$ et plus de 250 M$).

DistinctionsModifier

Tim Walker, de The Independent, fait l'éloge du travail de Fincher, déclarant que « ses représentations de la psyché moderne ont une puissance et une précision que peu de cinéastes peuvent égaler »[C 44],[119]. En 2003, Fincher est classé à la 39e place des 40 meilleurs réalisateurs de The Guardian[177]. En 2012, The Guardian le cite à nouveau dans son classement des 23 meilleurs réalisateurs au monde, saluant « sa capacité à tenir la tonalité et la tension »[C 45],[178]. En 2016, Zodiac et The Social Network figurent dans la liste des 100 plus grands films du XXIe siècle établie par la BBC[179]. Outre ses films, Fincher est souvent reconnu pour avoir réalisé des clips musicaux d'une grande créativité[141],[180],[181].

Pour son travail sur The Social Network, Fincher devient l'un des quatre réalisateurs (avec Quentin Tarantino, Steven Soderbergh et Barry Jenkins) à avoir remporté les quatre grands prix des critiques américains dans la catégorie réalisation (LA, NBR, NY, NSFC).

Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous sont issues de la page Awards de David Fincher sur l'Internet Movie Database[182]. Ici sont listés les principaux prix.

RécompensesModifier

Année Cérémonie Catégorie Œuvre
1989 MTV Video Music Awards Meilleure réalisation Express Yourself de Madonna
1990 Vogue de Madonna
1995 Grammy Awards Meilleur clip Love Is Strong des Rolling Stones
2008 National Board of Review Meilleur réalisateur L'Étrange Histoire de Benjamin Button
2009 Vancouver Film Critics Circle Meilleur réalisateur
London Film Critics Circle Réalisateur de l'année
2010 National Board of Review Meilleur réalisateur The Social Network
Washington DC Area Film Critics Association Meilleur réalisateur
New York Film Critics Circle Meilleur réalisateur
Toronto Film Critics Association Meilleur réalisateur
Dallas–Fort Worth Film Critics Association Awards Meilleur réalisateur
Chicago Film Critics Association Meilleur réalisateur
St. Louis Film Critics Association Meilleur réalisateur
2011 Online Film Critics Society Meilleur réalisateur
Vancouver Film Critics Circle Meilleur réalisateur
London Film Critics Circle Réalisateur de l'année
Critics' Choice Movie Awards Meilleure réalisation
Golden Globes Meilleure réalisation
BAFTA Awards Meilleure réalisation
2013 MTV Video Music Awards Meilleure réalisation Suit & Tie de Justin Timberlake feat. Jay-Z
Emmy Awards Meilleure réalisation pour une série télévisée dramatique House of Cards
2014 Grammy Awards Meilleur clip Suit & Tie de Justin Timberlake feat. Jay-Z
2019 Emmy Awards Meilleur programme d'animation de format court Love, Death & Robots
2021

NominationsModifier

Année Cérémonie Catégorie Œuvre
1989 MTV Video Music Awards Meilleure réalisation Real Love de Jody Watley
Roll with It de Steve Winwood
1990 The End of the Innocence de Don Henley
Janie's Got a Gun de Aerosmith
1991 Grammy Awards Meilleur clip Oh Father de Madonna
MTV Video Music Awards Meilleure réalisation Freedom! '90 de George Michael
1992 Prix Hugo Meilleure présentation dramatique Alien³
1993 Saturn Awards Meilleure réalisation
1996 Seven
2000 Online Film Critics Society Meilleur réalisateur Fight Club
2007 Chicago Film Critics Association Meilleur réalisateur Zodiac
Toronto Film Critics Association Meilleur réalisateur
2008 Online Film Critics Society Meilleur réalisateur
London Film Critics Circle Réalisateur de l'année
Empire Awards Meilleure réalisation
New York Film Critics Circle Meilleur réalisateur L'Étrange Histoire de Benjamin Button
Dallas–Fort Worth Film Critics Association Awards Meilleur réalisateur
Chicago Film Critics Association Meilleur réalisateur
2009 Critics' Choice Movie Awards Meilleure réalisation
Golden Globes Meilleure réalisation
Online Film Critics Society Meilleur réalisateur
Directors Guild of America Awards Meilleure réalisation pour un film
BAFTA Awards Meilleure réalisation
Oscars du cinéma Meilleur réalisateur
Saturn Awards Meilleure réalisation
2010 San Diego Film Critics Society Meilleur réalisateur The Social Network
2011 Directors Guild of America Awards Meilleure réalisation pour un film
Oscars du cinéma Meilleur réalisateur
Empire Awards Meilleure réalisation
2012 Directors Guild of America Awards Meilleure réalisation pour un film Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes
2013 Emmy Awards Meilleure série télévisée dramatique House of Cards
2014 Producers Guild of America Award Meilleure série télévisée dramatique
Directors Guild of America Awards Meilleure réalisation pour une série télévisée dramatique
BAFTA Awards Meilleure série internationale
Emmy Awards Meilleure série télévisée dramatique
Washington DC Area Film Critics Association Meilleur réalisateur Gone Girl
Dallas–Fort Worth Film Critics Association Awards Meilleur réalisateur
Chicago Film Critics Association Meilleur réalisateur
San Diego Film Critics Society Meilleur réalisateur
2015 Golden Globes Meilleure réalisation
Critics' Choice Movie Awards Meilleure réalisation
Producers Guild of America Award Meilleure série télévisée dramatique House of Cards
Satellite Awards Meilleure réalisation Gone Girl
BAFTA Awards Meilleure série internationale House of Cards
Emmy Awards Meilleure série télévisée dramatique
2016 Producers Guild of America Award Meilleure série télévisée dramatique
Emmy Awards Meilleure série télévisée dramatique
2017 Producers Guild of America Award Meilleure série télévisée dramatique
Emmy Awards Meilleure série télévisée dramatique
2020 Dallas–Fort Worth Film Critics Association Awards Meilleur réalisateur Mank
2021 London Film Critics Circle Réalisateur de l'année
Satellite Awards Meilleure réalisation
Vancouver Film Critics Circle Meilleur réalisateur
Golden Globes Meilleure réalisation
Critics' Choice Movie Awards Meilleure réalisation
Directors Guild of America Awards Meilleure réalisation pour un film
Oscars du cinéma Meilleur réalisateur

Distinctions reçues par ses filmsModifier

Principales distinctions reçues par les films de Fincher
Année Film Oscars du cinéma BAFTA Golden Globes
Nominations Récompenses Nominations Récompenses Nominations Récompenses
1992 Alien³ 1 1
1995 Seven 1 1
1999 Fight Club 1
2008 L'Étrange Histoire de Benjamin Button 13 3 11 3 5
2010 The Social Network 8 3 6 3 6 4
2011 Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes 5 1 2 2
2014 Gone Girl 1 2 4
2020 Mank 10 2 6 1 6
Total 40 9 29 7 23 4

Acteurs nommés aux Oscars grâce à ses filmsModifier

Année Acteur Film Résultat
Oscar du meilleur acteur
2008 Brad Pitt L'Étrange Histoire de Benjamin Button Nomination
2010 Jesse Eisenberg The Social Network
2020 Gary Oldman Mank
Oscar de la meilleure actrice
2011 Rooney Mara Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes Nomination
2014 Rosamund Pike Gone Girl
Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle
2008 Taraji P. Henson L'Étrange Histoire de Benjamin Button Nomination
2020 Amanda Seyfried Mank

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2. Nicole Kidman devait, à l'origine, jouer le rôle principal mais a dû annuler sa participation au bout de 18 jours de tournage, en raison d'une blessure au genou qu'elle a subie sur le tournage de Moulin Rouge[55]. Elle est remplacée par Jodie Foster, qui abandonne pour le rôle la présidence du jury du festival de Cannes 2001.
  3. Seuls No Country for Old Men et There Will Be Blood le dépassent cette année-là.

Citations originalesModifier

Les traductions des citations sont des traductions libres, parfois réalisées avec l'aide de services de traduction dont Google Traduction ou DeepL.
  1. Citation originale : « I was eight years old and I saw a documentary on the making of Butch Cassidy and the Sundance Kid. It had never occurred to me that movies didn’t take place in real time. I knew that they were fake, I knew that the people were acting, but it had never occurred to me that it could take, good God, four months to make a movie! It showed the entire company with all these rental horses and moving trailers to shoot a scene on top of a train. They would hire somebody who looked like Robert Redford to jump onto the train. It never occurred to me that there were hours between each of these shots. The actual circus of it was invisible, as it should be, but in seeing that I became obsessed with the idea of "How?" It was the ultimate magic trick. The notion that 24 still photographs are shown in such quick succession that movement is imparted from it — wow! And I thought that there would never be anything that would be as interesting as that to do with the rest of my life ».
  2. Citation originale : « bold and haunting ».
  3. Citation originale : « struggle of nine writers ».
  4. Citation originale : « studio interference ».
  5. Citation originale : « No one hated it more than me; to this day, no one hates it more than me ».
  6. Citation originale : « stands as the most complex and disturbing entry in the serial killer genre since Manhunter ».
  7. Citation originale : « one of the darkest and most merciless films ever made in the Hollywood mainstream ».
  8. Citation originale : « Fincher does a marvelous job of turning ordinary city locations into frightening backdrops, where every corner turned is another step into the unknown ».
  9. Citation originale : « a violent and dangerous express train of masochism and aggression ».
  10. Citation originale : « I went in and told them what I might be interested in doing, and they hated it ».
  11. Citation originale : « fair degree of ingenuity [...] for 88 minutes of excitement ».
  12. Citation originale : « It's supposed to be a popcorn movie—there are no great, overriding implications. It's just about survival ».
  13. Citation originale : « The highway patrol had been following our school buses ».
  14. Citation originale : « graceful and poignant ».
  15. Citation originale : « overlong and not as emotionally involving as it could be ».
  16. Citation originale : « spellbinding dialogue. It makes an untellable story clear and fascinating ».
  17. Citation originale : « Mr. Fincher creates a persuasive ambience of political menace and moral despair ».
  18. Citation originale : « unnerving and powerful ».
  19. Citation originale : « authentic, quirky detail ».
  20. Citation originale : « tremendous ensemble cast who mesh marvelously ».
  21. Citation originale : « the technical command of image, sound and production design for which Fincher is justly famous is here as well ».
  22. Citation originale : « Rear Window meets Straw Dogs (1971) ».
  23. Citation originale : « I enjoy reading a script that you can see in your head, and then I enjoy the casting and I enjoy the rehearsal, and I enjoy all the meetings about what it should be, what it could be, what it might be ».
  24. Citation originale : « He was always a rebel... Always challenging the status quo ».
  25. Citation originale : « He's really good at finding the one detail that was missed. He knows more than anybody ».
  26. Citation originale : « He's just scary smart, sort of smarter than everyone else in the room ».
  27. Citation originale : « intricate mathematical problems ».
  28. Citation originale : « putting together a Swiss watch... All the pieces are so beautifully machined. He's incredibly specific. He never settles. And there's a purity that shows in his work ».
  29. Citation originale : « I hate earnestness in performance... usually by Take 17 the earnestness is gone ».
  30. Citation originale : « [Fincher] wants puppets. He doesn't want actors that are creative ».
  31. Citation originale : « Handheld has a powerful psychological stranglehold. It means something specific and I don't want to cloud what's going on with too much meaning ».
  32. Citation originale : « The show has a desaturated green-yellow look... [it] helps give the show its period feel ».
  33. Citation originale : « That's the way the world looks to me ».
  34. Citation originale : « that the protagonists of these films are not totally in control of their actions but are subject to darker, inner impulses ».
  35. Citation originale : « There was always a house in any neighborhood that I ever lived in that all the kids on the street wondered, “What are those people up to?” We sort of attach the sinister to the mundane in order to make things interesting... I think it's also because in order for something to be evil, it almost has to cloak itself as something else ».
  36. Citation originale : « I think people are perverts. I've maintained that. That's the foundation of my career ».
  37. Citation originale : « On-screen and off-screen, Brad's the ultimate guy... He has such a great ease with who he is ».
  38. Citation originale : « was not hanging over our shoulders telling us what to do ».
  39. Citation originale : « collaborative, respectful and inspiring ».
  40. Citation originale : « hasn't gotten any easier ».
  41. Citation originale : « Fincher deserves a lot of credit. It was his influence that pushed me to experiment and got me as far as I did ».
  42. Citation originale : « implicitly ».
  43. Citation originale : « you don't have to love all of your co-collaborators, but you do have to respect them. And when you do, when you realize that people bring stuff to the table that's not necessarily your experience, but if you allow yourself to relate to it, it can enrich the buffet that you're going to bring with you into the editing room ».
  44. Citation originale : « His portrayals of the modern psyche have a power and precision that few film-makers can match ».
  45. Citation originale : « his ability to sustain tone and tension ».

RéférencesModifier

  1. (en) « The Membership > Obituaries: Howard Kely "Jack" Fincher » [PDF], sur Wolfensberger: Newsletter of the Wolfensberger Family Association, (consulté le ) : « He is survived by [...] and David Andrew Leo Fincher. David Fincher is a Hollywood motion picture director... ».
  2. (en) Gareth A Davies, « Forrest Griffin to show his police brutality », sur The Daily Telegraph, Londres, (consulté le ) : « ...David Leo Fincher, the American film director and music video director... ».
  3. a et b (en) « David Fincher: Director (1962–) », sur Biography.com, (consulté le ).
  4. a b c d e f g et h (en) Stephen Rebello, « Playboy Interview: David Fincher » (version du 29 août 2015 sur l'Internet Archive), sur Playboy, .
  5. (en) David Hochman, « David Fincher gets back in The Game », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  6. (en) James Swallow, Dark Eye: The Films of David Fincher, Reynolds & Hearn, (ISBN 978-1-903111-52-9), « Dark and Light », p. 11.
  7. a b c et d (en) Will Perkins, Ian Albinson et Perkins, « David Fincher: A Film Title Retrospective », sur Art of the Title, (consulté le ).
  8. a b et c (en) [vidéo] BAFTA, David Fincher: A Life in Pictures Highlights sur YouTube, (consulté le ).
  9. (en) Anthony Couto, « George Lucas-Exec Produced Twice Upon a Time Coming to DVD », sur IGN, (consulté le ).
  10. (en) James Mottram, « David Fincher: "Awards are just icing on the cake" », sur The Independent, (consulté le ).
  11. a b c et d (en) Matt Goldberg, « The Work of David Fincher: Introduction, Commercials, Music Videos, and 'The Beat of the Live Drum' », sur Collider, (consulté le ).
  12. (en) Nick Hyman, « Ranked: Music Video Directors Turned Film Directors », sur Metacritic, (consulté le ).
  13. a b et c (en) Brian Raftery, « Director David Fincher Takes On The Girl With the Dragon Tattoo », Wired, vol. 19, no 12,‎ (« lire en ligne » (version du 16 mars 2017 sur l'Internet Archive), consulté le ).
  14. a et b (en) Jessica Kiang, « Best To Worst: David Fincher’s Complete Music Videography Ranked », sur Indiewire, (consulté le ).
  15. (en) Patrick Rogers, « After George Michael's Death, a Look Back at His Most Iconic Moment », sur Allure, (consulté le ).
  16. (de) Benedikt Sarreiter, « Kein Schnitt zu viel », Du, no 889,‎ , p. 14.
  17. (en) Laurence F. Knapp, David Fincher: Interviews, Jackson, Mississippi, University Press of Mississippi, (ISBN 9781626741928, lire en ligne), p. 95.
  18. (en) Garth Pearce, « Alien³ – Empire's On Set Interviews With Sigourney Weaver And David Fincher », sur Empire, (consulté le ).
  19. (en) Josh Weiss, « 'Alien 3' Crew Member Compares David Fincher's Original Vision To Edgar Allan Poe », sur Forbes, (consulté le ).
  20. (en) Gregory Wakeman, « What Went Wrong With Alien 3, According To Tywin Lannister », sur Cinemablend, (consulté le ).
  21. (en) Noah Gittell, « Alien 3 at 30: David Fincher’s divisive threequel remains a fascinating failure », sur The Guardian, (consulté le ).
  22. (en) Peter Suderman, « Alien 3 is far from the worst Alien movie. In fact, it’s pretty great. », sur Vox, (consulté le ).
  23. (en) « Alien 3 », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  24. (en) Peter Travers, « Alien 3 », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  25. (en) « The 65th Academy Awards (1993) Nominees and Winners », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le ).
  26. (en) « Alien³ », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  27. (en) « Alien 3 (1992) - Financial Information », sur The Numbers (consulté le ).
  28. (en) Stephan Littger, Director's Cut: Picturing Hollywood in the 21st Century, Londres, Bloomsbury Academic, (ISBN 978-0826419026, lire en ligne).
  29. a et b (en) Mark Salisbury et David Fincher, « Transcript of the Guardian interview with David Fincher at BFI Southbank », sur The Guardian, (consulté le ).
  30. a b c et d (en) Amy Taubin, « The Allure of Decay », Sight and Sound,‎ , p. 24.
  31. (en) Richard Trenholm, « David Fincher returns to his Vogue-ing video days in new comedy », sur CNET, (consulté le ).
  32. a b et c (en) Aaron Couch, « ‘Seven’ Screenwriter on How a Mix-Up With David Fincher Led to Its Gutsy Ending », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  33. (en) Kenneth Turan, « 'Seven' Offers a Punishing Look at Some Deadly Sins », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  34. (en) « Seven », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  35. (en) « Se7en (1995) - Financial Information », sur The Numbers, (consulté le ).
  36. (en) John Wrathall, « Seven », Sight and Sound,‎ , p. 50.
  37. (en) Roger Ebert, « Seven (1995) », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne).
  38. (en) Kristy Puchko, « 28 David Fincher Music Videos, Ranked », sur Vulture, (consulté le ).
  39. a b et c (en) Todd McCarthy, « The Game », sur Variety, (consulté le ).
  40. (en) Mark Salisbury, « Butcher my script and I'm outta here », sur The Guardian, (consulté le ).
  41. (en) Almar Haflidason, « BBC - Films - review - The Game », sur BBC, (consulté le ).
  42. (en) « The Game », sur Metacritic (consulté le ).
  43. (en) The Game sur l’Internet Movie Database (consulté le 21 juin 2022)..
  44. (en) « The Game », sur The Criterion Collection (consulté le ).
  45. (en) Michael Fleming, « Thornton holds reins of ‘Horses’ », sur Variety, (consulté le ).
  46. (en) Sharon Waxman, Rebels on the backlot : six maverick directors and how they conquered the Hollywood studio system, New York, HarperEntertainment, , 1re éd. (ISBN 0-06-054017-6, OCLC 56617315, lire en ligne), p. 253–273.
  47. (en) « Fight Club », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  48. (en) Almar Haflidason, « BBC - Films - review - Fight Club », sur BBC, (consulté le ).
  49. a et b (en) Brian Murray, « Fight Club: A Cult Movie at 20 », sur Law & Liberty, (consulté le ).
  50. (en) Amy Simmons, « The American dream unravelled: 20 years of Fight Club » (version du 16 octobre 2019 sur l'Internet Archive), sur British Film Institute, .
  51. (en) Peter Sciretta, « David Fincher's Spider-Man That Never Was », sur SlashFilm, (consulté le ).
  52. (en) Adam Chitwood, « David Fincher Reveals What He Had Planned for His Take on SPIDER-MAN », sur Collider, (consulté le ).
  53. a et b (en) Liz Calvario, « Clive Owen Returns as ‘The Driver’ in Neill Blomkamp’s Short Film ‘The Escape’ – Watch Trailer », sur Indiewire, (consulté le ).
  54. a et b (en) « Kidman Injury Jars Panic Shoot », sur ABC News, (consulté le ).
  55. « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le ).
  56. (en) « Panic Room (2002) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  57. (en) « Panic Room », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  58. (en) Mick LaSalle, « 'Panic' attack / Foster at her best in mindless, exciting thriller », sur SFGate, (consulté le ).
  59. (en) Peter Travers, « Panic Room », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  60. a b c d e et f (en) David M. Halbfinger, « Lights, Bogeyman, Action », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  61. Samuel Blumenfeld, « David Fincher, serial réalisateur », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  62. a et b (en) Zodiac Director's Cut DVD, 2e disque, reportage sur les effets visuels.
  63. (en) « Best of 2007 », sur CriticsTop10 (consulté le ).
  64. (en) « Zodiac », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  65. (en) John Horn, « A new sign of the 'Zodiac' », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  66. (en) Alex Billington, « David Fincher's Rendezvous with Rama Officially Dead », sur FirstShowing.net, (consulté le ).
  67. (en) Amanda-Rae Prescott, « Ed Ulbrich: Behind the extraordinary visual effects of Benjamin Button », sur Den of Geek, (consulté le ).
  68. (en) Michael Cieply, « States’ Film Production Incentives Cause Jitters », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  69. (en) « The Curious Case of Benjamin Button », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  70. (en) Claudia Puig, « See 'Benjamin Button,' just don't try to guess his age - USATODAY.com », sur USA Today, (consulté le ).
  71. a et b (en) « The 81st Academy Awards | 2009 », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le ).
  72. (en) Peter Sciretta, « Confirmed: Eisenberg, Timberlake And Garfield Cast In David Fincher's The Social Network », sur SlashFilm, (consulté le ).
  73. (en) Russ Fischer, « Casting Notes: Selena Gomez in Teen Rom Com; The Social Network Gets New Kids; The Whistleblower Gets Proven Talent », sur SlashFilm, (consulté le ).
  74. Antoine Daccord, « Trent Reznor : «Sans doute ma collaboration la plus aboutie avec David Fincher» », sur Le Figaro, (consulté le ).
  75. (en) « The Social Network », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  76. a et b (en) « 83rd Oscars Highlights », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences, (consulté le ).
  77. (en) Xan Brooks, « Golden Globes: Colin Firth crowned while The Social Network wins lion's share », sur The Guardian, (consulté le ).
  78. (en) Roger Ebert, « The Social Network movie review (2010) | Roger Ebert », sur rogerebert.com, (consulté le ).
  79. (en) Andrew Stewart, « Sony dates ‘Dragon Tattoo’ for December 2011 », sur Variety, (consulté le ).
  80. (en) Steve 'Frosty' Weintraub, « Screenwriter Steven Zaillian Talks The Girl With The Dragon Tattoo, Sequels, and How He Might Direct the Remake of TimeCrimes », sur Collider, (consulté le ).
  81. a et b (en) « The Girl with the Dragon Tattoo: Production Notes (PDF) » (version du 2 octobre 2012 sur l'Internet Archive), sur Visual Hollywood, .
  82. (en) « The Girl with the Dragon Tattoo », sur Metacritic (consulté le ).
  83. (en) A. O. Scott, « Tattooed Heroine Metes Out Slick, Punitive Violence », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  84. (en) Philip French, « The Girl With the Dragon Tattoo | Film review », sur The Guardian, (consulté le ).
  85. (en) « The 84th Academy Awards | 2012 », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le ).
  86. (en) Rachel Abrams, « David Fincher eyes New Regency deal », sur Variety, (consulté le ).
  87. a b et c (en) Mikey O'Connell, « Netflix Launching Entire Run of David Fincher’s ‘House of Cards’ in One Day », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  88. (en) Jordan Zakarin, « How ‘House of Cards’ Writer Beau Willimon Got the Inside Dirt on D.C. », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  89. (en) Kyle Fowle, « The House of Cards series recap: Everything you need to know before the final season premieres », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  90. a et b (en) « House of Cards | Academy of Television Arts & Sciences », sur Emmy Awards (consulté le ).
  91. (en) « 56th Annual GRAMMY Awards », sur Grammy Awards (consulté le ).
  92. a et b (en) John Horn, « 'The Library' rewrites the book on Columbine », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  93. (en) Rodrigo Perez, « David Fincher’s ‘Utopia’ With Rooney Mara Is Dead At HBO, ‘Videosyncrazy’ Might Be DOA Too », sur Indiewire, (consulté le ).
  94. (en) Joe Otterson, « ‘Utopia’ Lands Series Order at Amazon, Creator Gillian Flynn Inks Overall Deal at Studio », sur Variety, (consulté le ).
  95. O.P., « Gone Girl, un nouveau Thriller pour David Fincher », sur Allociné, (consulté le ).
  96. a et b (en) Justin Kroll, « David Fincher may have found next ‘Girl’ », sur Variety, (consulté le ).
  97. a et b (en) Robert Butler, « Author Gillian Flynn says filming 'Gone Girl' went much better than expected », sur The Kansas City Star, (consulté le ).
  98. Maximilien Pierrette, « "20 000 lieues sous les mers", "Millenium", "Gone Girl" : le point David Fincher ! », sur Allociné, (consulté le ).
  99. (en) Mike Fleming Jr., « Ben Affleck To Star In David Fincher’s ‘Gone Girl’ For Fox/New Regency Before Directing Warner Bros’ ‘Live By Night’ », sur Deadline, (consulté le ).
  100. (en) « Gone Girl », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  101. (en) Mike Fleming Jr, « 'Gone Girl's Profit In 2014 : Disciplined $61 Million Budget Pays Off », sur Deadline.com, (consulté le ).
  102. (en) Andrew O'Hehir, « "Gone Girl": A dark marriage drama becomes a "battle-of-the-sexes" debate », sur Salon, (consulté le ).
  103. (en) « 2015 Golden Globes: full list of nominations », sur The Guardian, (consulté le ).
  104. a b et c Olivier Mimran, « Le Dahlia noir s'épanouit dans des cases », sur 20 minutes, (consulté le ).
  105. a et b (en) Adam Chitwood, « Mindhunter Release Date: Here's When to Watch Fincher's New Series », sur Collider, (consulté le ).
  106. a b et c (en) Joey Nolfi, « Mindhunter Trailer: David Fincher Returns to Netflix with New Drama », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  107. (en) Pamela McClintock, « Paramount’s Jim Gianopulos on Starting Over, His Fox Exit and Reviving a Struggling Studio », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  108. (en) Adam Chitwood, « World War Z 2 Filming Date Revealed; David Fincher Still Directing », sur Collider, (consulté le ).
  109. (en) Rodrigo Perez, « Paramount Pulls The Plug On David Fincher's 'World War Z' Sequel [Exclusive] », sur theplaylist.net, (consulté le ).
  110. (en) Brandon Katz, « Exclusive: How David Fincher and Tim Miller’s ‘Love, Death & Robots’ Made the Leap to Netflix », sur Observer, (consulté le ).
  111. (en) Justin Kroll, « David Fincher, Gary Oldman Team for Netflix Biopic on ‘Citizen Kane’ Screenwriter », sur Variety, (consulté le ).
  112. (en) K. Austin Collins, « David Fincher's 'Mank' Brings Old Hollywood Thrills -- and Eerie Political Chills », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  113. (en) « The 93rd Academy Awards | 2021 », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences, (consulté le ).
  114. (en) Anthony D'Alessandro, « Netflix Unveils New David Fincher Docuseries ‘Voir’ », sur Deadline, (consulté le ).
  115. (en) Steve Weintraub, « David Fincher Is Directing an Episode of 'Love, Death and Robots' Volume 3 », sur Collider, (consulté le ).
  116. (en) Mike Fleming Jr., « Netflix Teams Robert Towne And David Fincher for ‘Chinatown’ Prequel Series Pilot Script », sur Deadline, (consulté le ).
  117. (en) Adam Chitwood, « David Fincher Offers Hope for ‘Mindhunter’ Season 3: “At Some Point I’d Love to Revisit It” », sur Collider, (consulté le ).
  118. a et b (en) Justin Kroll, « David Fincher Reunites With His ‘Seven’ Screenwriter For Feature Adaptation Of ‘The Killer’ At Netflix; Michael Fassbender Circling Lead Role », sur Deadline, (consulté le ).
  119. a et b (en) Tim Walker, « David Fincher: All the best connections », sur The Independent, (consulté le ).
  120. (en) « Regrets Only », Los Angeles Magazine,‎ (lire en ligne).
  121. (en) James Mottram, « The anti-social network: Why David Fincher is the perfect man for 'The » [The anti-social network: Why David Fincher is the perfect man for 'The Girl With The Dragon Tattoo'], sur The Independent, (consulté le ).
  122. (en) Stephen Galloway, « David Fincher: The Complex Mind of 'Social Network's' Anti-Social Director », sur The Hollywood Reporter, .
  123. (en) Sean Chavel, « David Fincher - musicolog.com », sur musicolog.com (consulté le ).
  124. (en) Jamie Righetti, « David Fincher’s 26 Favorite Movies: See His Top Picks », sur Indiewire, (consulté le ).
  125. a et b (en) Matt Thrift, « David Fincher: ‘Moviemaking is a rat f*ck, every day is a skirmish’ », sur Little White Lies, (consulté le ).
  126. (en) Kat Sommers, « 10 Modern Movies Influenced by Hitchcock » (version du 15 juillet 2019 sur l'Internet Archive), sur BBC America.
  127. a et b (en) « Seven: Sins of a Serial Killer », sur American Society of Cinematographers (consulté le ).
  128. a b c d et e (en) Mark Romanek, « An Interview with David Fincher », sur Believer Magazine, (consulté le ).
  129. a et b (en) Xan Brooks, « Film: Interview with David Fincher », sur The Guardian, (ISSN 0261-3077, consulté le ).
  130. a b c d et e (en) Brian Mockenhaupt, « The Curious Case of David Fincher », sur Esquire, (consulté le ).
  131. a et b (en) Sean Fennessey et Chris Ryan, « David Fincher’s Misdirections: The Movies Inside His Movies », sur Grantland, (consulté le ).
  132. (en) « Rooney Mara: David Fincher Made Me Do 99 Takes of a Single Social Network Scene », sur Movieline, (consulté le ).
  133. (en) Jacob Stolworthy, « David Fincher made Mindhunter cast shoot one nine-minute scene for 11 hours », sur The Independent, (consulté le ).
  134. (en) Kevin Jagernauth, « Producer Says David Fincher Is Averaging 50 Takes Per Scene Shooting ‘Gone Girl’ », sur Indiewire, (consulté le ).
  135. (en) « Anarchy in the USA - page 1 », sur theasc.com (consulté le ).
  136. (en) Maaz Khan, « The Cinematography of Jeff Cronenweth », sur DIY Photography, (consulté le ).
  137. (en) Steve Dent, « Film's cinema comeback is driven by nostalgia, not logic », sur Engadget, (consulté le ).
  138. (en) Andrew Liptak, « There’s a surprising amount of CGI in David Fincher’s films », sur The Verge, (consulté le ).
  139. (en) Ben Kuchera, « How the director of The Social Network makes his movies look like games », sur Polygon, (consulté le ).
  140. (en) Haleigh Foutch, « David Fincher Video Essay Breaks Down the Director's Camera Moves », sur Collider, (consulté le ).
  141. a b c et d (en) Emily Buder, « Watch: What Makes David Fincher One of the Best Music Video Directors of All Time », sur No Film School, (consulté le ).
  142. a et b (en) Brent Dunham, « The Directing Techniques of David Fincher », sur StudioBinder, (consulté le ).
  143. (en) Sean Lindsay, « Fincher, David », sur Senses of Cinema, (consulté le ).
  144. (en) Matthew Trundle, « From 'Fight Club' to 'Gone Girl,' How Does David Fincher Use His Own Auteur-Style to Frame Distinctive Characters and Relationship Dynamics? » (version du 12 janvier 2020 sur l'Internet Archive), sur Geeks.
  145. (en) Shawn Lights, « Achieving David Fincher’s Color Palette », (consulté le ).
  146. (en) Vashi Nedomansky, « David Fincher: Into The Darkness », sur VashiVisuals, (consulté le ).
  147. (en) Chris O'Falt, « From ‘Zodiac’ to ‘Mindhunter’: 5 Visual Elements that Define David Fincher’s Cinematic Universe », sur Indiewire, (consulté le ).
  148. (en) Peter Hanson, The cinema of Generation X : a critical study of films and directors, Jefferson, NC, McFarland & Company, (ISBN 978-0-7864-8078-4, OCLC 606617292).
  149. (en) Ryan Lambie, « Revisiting David Fincher’s Seven », sur Den of Geek, (consulté le ).
  150. (en) Darren Franich, « 14 Signs It's a David Fincher Production », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  151. (en) Piers McCarthy, « Pressure and Obsession in the Films of David Fincher », sur The Fincher Analyst, (consulté le ).
  152. (en) Adam Grant, « David Fincher Is Still Fascinated By Serial Killers », sur Esquire, (consulté le ).
  153. (en) Nathaniel Rogers, « Familiar Faces: The David Fincher Players - Blog - The Film Experience », sur thefilmexperience.net, (consulté le ).
  154. (en) Jim Beckmann, « Inside Paul's Boutique: Interview with Mike Simpson of The Dust Brothers », sur kexp.org, 07/25/2015 (consulté le ).
  155. (en) Colin Stutz, « Trent Reznor and Atticus Ross’ Billboard/THR Film & TV Conference Keynote Q&A: Watch Highlights », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  156. (en) Joel Wicklund, « Oscar-Winning Composer Howard Shore Talks Scoring LOTR, 'Naked Lunch' And More » (version du 11 septembre 2018 sur l'Internet Archive), sur Chicagoist, .
  157. (en) Maureen Dixon Harrison, « Sound Designer and UCSC Alum, Ren Klyce, Makes All the Right Noises », sur arts.ucsc.edu (consulté le ).
  158. a et b (en) « Angus Wall », sur Art of the Title (consulté le ).
  159. (en) Bryan Abrams, « Longtime Collaborators Helped David Fincher Find Gone Girl », sur Motion Picture Association, (consulté le ).
  160. (en) « Bob Wagner », sur BFI (consulté le ).
  161. (en) « General Meeting with Casting Director Laray Mayfield » (version du 13 janvier 2020 sur l'Internet Archive), sur A Cause for Entertainment.
  162. « The Killer : David Fincher filmera Michael Fassbender à Paris en novembre », sur Première.
  163. (en) « David Fincher », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  164. (en) « David Fincher », sur Metacritic (consulté le ).
  165. « Seven », sur Allociné (consulté le ).
  166. « The Game », sur Allociné (consulté le ).
  167. « Fight Club », sur Allociné (consulté le ).
  168. « Panic Room », sur Allociné (consulté le ).
  169. « Zodiac », sur Allociné (consulté le ).
  170. « L'Etrange histoire de Benjamin Button », sur Allociné (consulté le ).
  171. « The Social Network », sur Allociné (consulté le ).
  172. « Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes », sur Allociné (consulté le ).
  173. « Gone Girl », sur Allociné (consulté le ).
  174. « Mank », sur Allociné (consulté le ).
  175. « Box-Office français des films de David Fincher », sur JPBox-Office.com (consulté le ).
  176. (en) « David Fincher »  , sur Box Office Mojo (consulté le ).
  177. (en) « The world's 40 best directors », sur The Guardian (consulté le ).
  178. (en) Ali Catterall, Charlie Lyne, Gwilym Mumford et Damon Wise, « The 23 best film directors in the world today », sur The Guardian, (consulté le ).
  179. (en) « The 21st Century’s 100 greatest films », sur BBC, (consulté le ).
  180. (en) Matt Barone, « The 15 Most Accomplished Music Video Directors », sur Complex, (consulté le ).
  181. (en) Aikaterini Dimakopoulou, « 10 Music Video Directors You Should Know », sur Raindance, (consulté le ).
  182. (en) David Fincher sur l’Internet Movie Database.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Sharon Waxman, Rebels on the Backlot: Six Maverick Directors and How They Conquered the Hollywood Studio System, HarperEntertainment, .
  • Dominique Legrand, David Fincher, explorateur de nos angoisses, Paris, Le Cerf, coll. « Septième art », .

Liens externesModifier