Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

David Fincher

réalisateur américain
David Fincher
Description de cette image, également commentée ci-après
Fincher à la première parisienne de Millénium en 2012.
Nom de naissance David Leo Fincher
Naissance (55 ans)
Denver, Colorado, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession Réalisateur
Producteur
Technicien des effets spéciaux
Films notables Alien 3
Seven
The Game
Fight Club
Zodiac
L'Étrange Histoire de Benjamin Button
The Social Network
Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes
Gone Girl
Séries notables House of Cards
Mindhunter

David Fincher, né le à Denver (Colorado), est un réalisateur et producteur américain.

Il est principalement connu pour avoir réalisé les films Seven, Fight Club, L'Étrange Histoire de Benjamin Button, The Social Network et Gone Girl qui lui ont valu diverses récompenses et nominations aux Oscars du cinéma ou aux Golden Globes. Réputé pour son perfectionnisme, il peut tourner un très grand nombre de prises de ses plans et séquences afin d'obtenir le rendu visuel qu'il désire. L'atmosphère qui se dégage de ses films est souvent sombre et froide. Il a également développé et produit les séries télévisées House of Cards (pour laquelle il remporte l'Emmy Award de la meilleure réalisation pour une série dramatique en 2013) et Mindhunter, diffusées sur Netflix.

Sommaire

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

David Fincher est né le 28 août 1962 à Denver, Colorado (États-Unis). Sa mère, Claire, est infirmière psychiatrique et travaille dans des programmes de désintoxication. Son père, Howard, connu sous le nom de Jack Fincher, est journaliste et chef de service pour le magazine Life. À l'âge de 2 ans, David et sa famille déménagent à Anselmo, en Californie. Le réalisateur Georges Lucas est alors un de ses voisins[1]. Inspiré par le film Butch Cassidy et le Kid, Fincher commence à faire des films avec une caméra 8 mm dès l'âge de 8 ans. La famille s'installe ensuite à Ashland, dans l'Oregon, où Fincher obtient son diplôme de fin d'année au lycée Ashland High School.

Il débute comme « technicien à tout faire » sur les films de John Korty puis devient technicien des effets spéciaux pour le film d'animation Twice upon a time sorti en 1983 . En 1983, il est engagé par la société d'effets spéciaux Industrial Light & Magic, où il travaille sur des films comme Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi, L'Histoire sans fin, Le Secret de la pyramide et Indiana Jones et le Temple maudit. Sur le film Indiana Jones et le Temple Maudit, il est à l'origine de l'effet visuel de la scène où Harrison Ford est suspendu à une échelle dans le vide, les autres techniciens ne parvenant pas à créer cette illusion.

En 1984, il quitte ILM et tourne une publicité préventive destinée à avertir les femmes enceintes des dangers du tabac pendant leur grossesse. Diffusée à la télévision pour l'American Cancer Society, cette publicité choc qui montre un fœtus en train de fumer attire l'attention des producteurs d'Hollywood et lui permet de réaliser le documentaire The Beat of the Live Drum en 1985.

En 1986, il s'associe avec les producteurs Steve Golin et Sigurjón Sighvatsson ainsi qu'avec les réalisateurs Dominic Sena, Greg Gold et Nigel Dick pour fonder la société de production Propaganda Films[2]. La société révèle des cinéastes comme Spike Jonze ou Michael Bay, produit certaines œuvres de David Lynch et donne naissance à la révolution MTV grâce à ses vidéoclips[3].

Il continue ensuite à réaliser des publicités pour Nike, Pepsi, Sony, Converse, Coca-Cola ou Levi's, et de nombreux vidéoclips pour divers chanteurs et groupes de musique (notamment pour Michael Jackson, Madonna, The Rolling Stones et George Michael) ; avant de se tourner vers le cinéma.

CarrièreModifier

Alien 3Modifier

Pour son premier long métrage, David Fincher réalise Alien 3 et doit succéder à Ridley Scott et James Cameron, dont les films ont connu un succès critique et commercial : 78 millions de dollars de recettes aux États-Unis pour Alien, le huitième passager et 81 millions de dollars pour Aliens, le retour. Fincher subit une certaine pression et de nombreux désaccords entre le réalisateur et la production surviennent durant le tournage et le montage. Les producteurs, mécontents de la fin du film, en tournent une seconde[4]. Ainsi privé du final cut, Fincher reniera le film par la suite. Le , Alien³ sort sur les écrans américains. L'œuvre est sombre, aussi bien sur le fond que sur la forme. Le film rapporte 55 millions de dollars aux États-Unis, et en tout environ 159 millions de dollars à travers le monde pour un budget initial de 50 millions de dollars

Se7enModifier

Basé à partir d'un scénario d'Andrew Kevin Walker, Seven raconte l'histoire de deux détectives (joués par Brad Pitt et Morgan Freeman) traquant un tueur en série machiavélique (interprété par Kevin Spacey) dont les meurtres sont commis à la suite de la violation d'un des sept péchés capitaux. Le film sort le aux États-Unis. Ce thriller permet à Fincher d'être reconnu. Seven rapporte 100 millions de dollars de recettes aux États-Unis et plus de 320 millions de dollars à travers le monde, pour un budget initial de 33 millions de dollars. C’est à cette époque que naît alors une collaboration entre Brad Pitt et le réalisateur.

The GameModifier

The Game est le troisième film de Fincher. Un riche homme d’affaires (interprété par Michael Douglas) accepte de participer à un mystérieux jeu de rôle qu'il a reçu en cadeau par son frère (joué par Sean Penn) à son anniversaire. Le thriller sort sur les écrans américains le et rapporte 48 millions de dollars aux États-Unis, soit en tout environ 110 millions de dollars à travers le monde pour un budget estimé à 50 millions de dollars.

Fight ClubModifier

Le , Fight Club sort sur les écrans américains. Ce long métrage est une adaptation du roman éponyme de Chuck Palahniuk. Le casting comprend Brad Pitt, Edward Norton et Helena Bonham Carter dans les rôles principaux. David Fincher réalise un film violent et sombre qui porte un regard critique sur la société de consommation, et qui captive d'un point de vue philosophique. L'appartement du personnage que joue Edward Norton est entièrement meublé par Ikea. Le film est un échec au box-office, ne rapportant en tout que 100 millions de dollars à travers le monde pour un budget initial de 65 millions de dollars. Cependant le film renoue avec le succès grâce à sa sortie en DVD, il est depuis considéré comme un film culte.

Panic RoomModifier

Après le controversé Fight Club, les studios proposent au réalisateur un « film de commande », c'est-à-dire un film déjà écrit : Panic Room. Basé sur un scénario de David Koepp, ce thriller en huis clos avec Jodie Foster, Kristen Stewart (dans son premier rôle important au cinéma), Forest Whitaker et Jared Leto sort le aux États-Unis. Il permet à Fincher de renouer avec le box office car il rapporte plus de 96 millions de dollars sur le territoire américain, soit en tout 196 millions de dollars à travers le monde pour un budget initial de 48 millions de dollars.

ZodiacModifier

Après cinq ans d’absence et plusieurs projets de réalisation avortés (dont Mission impossible 3 suite à un désaccord artistique avec l'acteur Tom Cruise, ou encore Les Seigneurs de Dogtown qu'il se contentera de produire), David Fincher réalise son sixième long-métrage.

Adapté du roman éponyme de Robert Graysmith, Zodiac, sort le aux États-Unis. Les rôles principaux sont tenus par Jake Gyllenhaal, Robert Downey Jr. et Mark Ruffalo.

Le film s'inspire de faits réels et d'un des tueurs en série les plus célèbres de l’histoire des États-Unis : le tueur du Zodiaque qui sévissait en Californie entre 1966 et 1978 et qui a particulièrement marqué David Fincher lorsqu’il était enfant. En effet, lorsque ce dernier vivait avec sa famille dans le nord de la Californie, son père lui informa un matin au petit-déjeuner de la présence dans la région d’un assassin baptisé le tueur du Zodiaque. David Fincher expliquera par la suite : « Je me souviens lui avoir demandé ce que faisaient ces voitures de policiers qui encadraient nos cars de ramassage scolaire. Il m’avait expliqué qu’un tueur équipé d’un fusil à longue vue envisageait de tuer des enfants qui partaient de bon matin à l’école. J’avais la sensation d’être confronté au mal absolu. »[5]

Le film, qui a été présenté en compétition officielle pour la Palme d'or au Festival de Cannes, est un échec au box office, ne rapportant en tout qu'environ 84 millions de dollars à travers le monde pour un budget initial de 65 millions de dollars.

L'Étrange Histoire de Benjamin ButtonModifier

L'Étrange Histoire de Benjamin Button sort au cinéma en 2008. Ce long métrage est une nouvelle fois l'adaptation d'une œuvre littéraire, cette fois-ci celle d'une nouvelle de Francis Scott Fitzgerald qui raconte l'histoire d'un homme qui naît dans le corps d'un vieillard et qui va rajeunir jusqu'à sa mort. Brad Pitt, avec qui il collabore pour la troisième fois, et l'actrice Cate Blanchett y tiennent les rôles principaux. Avec un budget initial de 150 millions de dollars, le film rapporte plus de 333 millions à travers le monde. Le film remporte trois Oscars lors de la 81e cérémonie des Oscars : l'Oscar de la meilleure direction artistique, l'Oscar du meilleur maquillage et l'Oscar des meilleurs effets visuels.

The Social NetworkModifier

 
Entouré du scénariste Aaron Sorkin, et des trois principaux acteurs, au NY Film Festival, en septembre 2010

David Fincher revient en 2010 avec The Social Network. Adapté par Aaron Sorkin d'un roman de Ben Mezrich, le film retrace la création du célèbre réseau social Facebook. Les acteurs Jesse Eisenberg, Andrew Garfield, Justin Timberlake, Armie Hammer ou encore Rooney Mara intègrent la distribution. Le réalisateur convainc Trent Reznor du groupe Nine Inch Nails de composer la musique du film[6]. Fincher avait par ailleurs déjà utilisé un remix du morceau Closer de Nine Inch Nails dans le générique d'introduction de Seven, et avait également réalisé le clip de la chanson Only en 2005. Cette collaboration est une réussite, Trent Reznor et Atticus Ross remportent l'Oscar de la meilleure musique de film à la 83e cérémonie des Oscars. Le film remporte aussi l'Oscar du meilleur scénario adapté pour Aaron Sorkin, et l'Oscar du meilleur montage. The Social Network rapporte 225 millions de recettes à travers le monde, avec un budget initial de 40 millions de dollars.

Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmesModifier

 
Aux côtés de Daniel Craig et Rooney Mara, à la première parisienne de The Girl with the Dragon Tattoo, en janvier 2012.

Avec le film Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, David Fincher s'intéresse pour la troisième fois à un récit concentré autour d'un tueur en série en adaptant le roman policier suédois à succès Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes de Stieg Larsson — ce roman avait déjà été adapté dans Millénium, film suédo-danois de Niels Arden Oplev sorti en 2009. Les deux rôles principaux sont tenus par Daniel Craig et Rooney Mara. Suite à une collaboration fructueuse avec les musiciens Trent Reznor et Atticus Ross sur son précédent film, le réalisateur fait de nouveau appel à eux pour composer la bande originale. Reznor et Ross produisent également une reprise de la chanson Immigrant Song de Led Zeppelin avec la participation de Karen O au chant, ce titre est utilisé dans le générique de début du film réalisé entièrement en 3D. Le film est sorti aux États-Unis le 21 décembre 2011[7] et le 18 janvier 2012 en France. Avec un budget initial de 90 millions de dollars, le bénéfice atteint sur le sol américain déçoit les producteurs puisqu'il ne rapporte « que » 102 millions de dollars. Les recettes mondiales, quant à elles, rapportent 232 millions de dollars.

La série House Of CardsModifier

En 2013, David Fincher se lance dans la série télévisée avec House of Cards. Il développe et coproduit la série avec l'acteur Kevin Spacey, qu'il retrouve 17 ans après Seven et 3 ans après The Social Network (film sur lequel Spacey a travaillé en tant que producteur exécutif). House of Cards est une adaptation américaine écrite intégralement par le scénariste Beau Willimon, à partir du roman homonyme de Michael Dobbs et de la mini-série britannique qui s'en inspire. On y suit l'histoire de Frank Underwood (Kevin Spacey), un homme politique américain qui veut devenir Président des États-Unis par tous les moyens. Un homme de pouvoir, d'ambition, charismatique et rude, accompagné d'une épouse (incarnée par Robin Wright) tout aussi ambitieuse. L'actrice Kate Mara (soeur de Rooney Mara dont Fincher a lancé la carrière avec The Social Network et son adaptation de Millénium), fait aussi partie du casting de la série. Les deux premiers épisodes sont réalisés par David Fincher. La première saison de 13 épisodes a été diffusée à partir du aux États-Unis sur Netflix. En 2018, House of Cards se termine après six saisons.

Gone GirlModifier

 
Avec la scénariste Gillian Flynn, à la première new-yorkaise de Gone Girl, au NY Film Festival, en septembre 2014.

En janvier 2013, David Fincher est pressenti pour réaliser l'adaptation cinématographique du roman Les Apparences (Gone Girl) de Gillian Flynn, dont les droits appartiennent à la 20th Century Fox[8]. Après l'annulation de son projet d'adaptation de Vingt mille lieues sous les mers[9], le réalisateur se concentre donc sur ce film. Le tournage de Gone Girl débute en septembre 2013. Ben Affleck et Rosamund Pike y tiennent les rôles principaux. Le film sort aux États-Unis le . Ce thriller teinté d'humour noir est une satire implacable du mariage et des médias. Gone Girl dénonce l'hypocrisie d'une société américaine avide de toc, bercée d'illusions, qui idolâtre tant les apparences qu'elle va jusqu'à créer des monstres[10],[11]. Trent Reznor et Atticus Ross signent la bande-son. Avec un budget initial de 61 millions de dollars, le film devient le plus gros succès de David Fincher au box office avec plus de 167 millions de dollars récoltés aux États-Unis, soit au total 368 millions de dollars à travers le monde ce qui en fait, selon le site Web Deadline, l'un des films les plus lucratifs de l'année 2014[12].

Le Dahlia Noir en bande dessinéeModifier

Bien avant l'adaptation cinématographique de Brian De Palma en 2006, David Fincher voulait adapter le roman Le Dahlia noir de James Ellroy, avec Tom Cruise en tête d'affiche[13]. Finalement, le projet ne se concrétise pas, tout comme un projet d'adaptation de la bande dessinée de Jacamon et Matz, Le Tueur. Cependant Matz et David Fincher vont garder contact et lorsqu'ils obtiennent l'autorisation de James Ellroy lui-même, ils décident d'adapter Le Dahlia noir en bande dessinée, éditée en France par Casterman en 2013.

La série MindhunterModifier

En 2017, David Fincher revient à la série avec Mindhunter en tant que réalisateur. Il est également l'un des producteurs exécutifs avec Charlize Theron, Ceán Chaffin et Josh Donen. Créée par Joe Penhall et produite principalement par Jim Davidson, elle s'inspire de l'ouvrage Mindhunter : Dans la tête d’un profileur aux Éditions Michel Lafon de John E. Douglas et Mark Olshaker[14]. La série raconte la naissance du profilage et retrace le parcours de deux agents du FBI, Holden Ford (interprété par Jonathan Groff) et Bill Tench (Holt McCallany), qui décident de mener une enquête aux méthodes révolutionnaires à la fin des années 1970. Ils interrogent alors des tueurs en série afin de mieux cerner leurs personnalités et ainsi pouvoir résoudre des affaires criminelles. La première saison comprenant 10 épisodes, dont 4 réalisés par David Fincher, a été diffusée sur Netflix à partir du .

Vie privéeModifier

De 1990 à 1995, il a été marié avec Donya Fiorentino, avec qui il a eu une fille, Phelix Imogen, née en 1994.

Il est marié à la productrice Ceán Chaffin[15], qu'il fréquente depuis 1996.

StyleModifier

David Fincher est à classer parmi les réalisateurs « visuels ». Issu du monde des effets spéciaux et des vidéoclips, il maîtrise parfaitement les techniques permettant d'obtenir le rendu visuel qu'il désire, notamment en matière de photographie et de postproduction. Tout comme le réalisateur Stanley Kubrick, réputé pour son perfectionnisme et très attaché aux détails, il peut tourner un très grand nombre de prises de ses plans et séquences (par exemple, une centaine de prises avec Rooney Mara et Jesse Eisenberg lui ont été nécessaires pour tourner la scène d'introduction du film The Social Network [16]). Les génériques de ses films sont par ailleurs très travaillés et soignés[17].

Les films de David Fincher ont en commun la thématique de la douleur psychique ou physique causée par le combat entre le bien et mal, l'enfermement, la solitude, l'obsession ou encore l'aliénation[18].

Fight Club a été critiqué pour son orientation politique. On l'a accusé de propager un message fasciste[19],[20], voire nihiliste, ou à l'inverse anarchiste[21], véhiculant un message libertaire.

David Fincher est passionné par la scène démo[22], une sous-culture informatique qui s'intéresse particulièrement à la création artistique sous forme de programme comme la musique assistée par ordinateur, l’infographie et la programmation.

Parmi ses films préférés, on peut citer : Butch Cassidy et le Kid, Chinatown, Docteur Folamour, Le Parrain 2, Taxi Driver, Bienvenue Mister Chance, Que le spectacle commence, Alien, Fenêtre sur cour, Zelig, Cabaret, Paper Moon, Les Dents de la mer, Lawrence d'Arabie, Les hommes du président, Huit et demi, Citizen Kane, Les Moissons du ciel, American College, Mad Max 2, L'Année de tous les dangers, American Graffiti, Terminator, Monty Python : Sacré Graal !, L'Exorciste et Le Lauréat.

FilmographieModifier

RéalisateurModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ClipsModifier

Producteur ou producteur déléguéModifier

Animation et effets visuelsModifier

ActeurModifier

Accueil de ses filmsModifier

Accueil critiqueModifier

Les critiques françaises sont les critiques de presse extraites du site Allociné. Les critiques américaines sont issues du site Metacritic.

Film Année France (sur 5) États-Unis (sur 100)[23]
Alien³ 1992 - 59
Seven 1996 3.6[24] 65
The Game 1997 3.5[25] 61
Fight Club 1999 2.7[26] 66
Panic Room 2002 3.6[27] 65
Zodiac 2007 4.1[28] 78
L'Étrange Histoire de Benjamin Button 2009 3.9[29] 70
The Social Network 2010 4.4[30] 95
Millénium 2012 3.8[31] 71
Gone Girl 2014 4.0[32] 79
Moyenne 3.8 71

Box officeModifier

Film Année Budget France États-Unis Monde
Alien³ 1992 50 millions $ 1 652 838 entrées 55 473 545 $ 159 814 498 $
Seven 1996 33 millions $ 4 943 476 entrées 100 125 643 $ 327 311 859 $
The Game 1997 50 millions $ 1 202 722 entrées 48 323 648 $ 109 423 648 $
Fight Club 1999 63 millions $ 1 086 760 entrées 37 030 102 $ 100 853 753 $
Panic Room[33] 2002 48 millions $ 1 223 582 entrées 96 397 334 $ 196 397 415 $
Zodiac[34] 2007 65 millions $ 1 120 203 entrées 33 080 084 $ 84 785 914 $
L'Étrange Histoire de Benjamin Button[35] 2009 150 millions $ 2 553 732 entrées 127 509 326 $ 333 932 083 $
The Social Network[36] 2010 40 millions $ 1 399 691 entrées 96 962 694 $ 224 920 315 $
Millénium 2011 90 millions $ 1 236 462 entrées 102 515 793 $ 232 617 430 $
Gone Girl 2014 61 millions $ 1 904 894 entrées 167 767 189 $ 368 061 911 $
Total 650 millions $ 18 324 360 entrées 865 200 000 $ 2 138 100 000 $

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. http://www.playboy.com/articles/playboy-interview-david-fincher
  2. http://www.imdb.com/list/ls074485892/
  3. http://www.vanityfair.fr/culture/cinema/articles/rencontre-avec-benoit-marchisio-lauteur-de-generation-propaganda-ou-lepopee-de-la-societe-de-production-qui-revolutionna-hollywood/53028
  4. http://cinecinephile.com/david-fincher-portrait-derriere-le-voile-des-apparences-numeriques/
  5. http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/10/20/david-fincher-serial-realisateur_5203793_4497186.html
  6. http://blog.lefigaro.fr/daccord/2010/11/trent-reznor-sans-doute-ma-collaboration-la-plus-aboutie-avec-david-fincher.html
  7. http://www.imdb.fr/title/tt1568346/
  8. O.P., « Gone Girl, un nouveau Thriller pour David Fincher », sur AlloCiné.fr, (consulté le 17 septembre 2013)
  9. Maximilien Pierrette, « 20 000 lieues sous les mers, Millenium, Gone Girl : le point David Fincher ! », sur AlloCiné.fr, (consulté le 17 septembre 2013)
  10. Cécile Mury, « Gone Girl », sur telerama.fr, 8 octobre 2014 (consulté le 22 octobre 2014).
  11. Jacky Goldberg, « Gone Girl, farce cruelle et horrifique », sur lesinrocks.com, 7 octobre 2014 (consulté le 22 octobre 2014).
  12. http://deadline.com/2015/03/gone-girl-profit-box-office-2014-1201390479/
  13. Olivier Mimran, « Le Dahlia noir s'épanouit dans des cases », sur 20 minutes.fr, (consulté le 18 novembre 2013)
  14. (en) « 'Mindhunter' Trailer: David Fincher Returns to Netflix with New Drama », EW.com,‎ (lire en ligne).
  15. (en) Stephen Galloway, « David Fincher: The Complex Mind of 'Social Network's' Anti-Social Director », The Hollywood Reporter,
  16. Frédéric Foubert, Sylvestre Picard et François Rieux, « Les meilleures scènes d’ouverture des quinze dernières années », sur Première, (consulté le 27 juillet 2017)
  17. https://www.youtube.com/watch?v=ITQmTCb9TuY
  18. http://www.allocine.fr/article/dossiers/cinema/dossier-18591778/
  19. http://www.lexpress.fr/culture/cinema/david-fincher-fight-club-s-adresse-a-un-public-sain_635563.html
  20. Critique de Fight Club sur Fluctuat.net
  21. (en) Critique de Fight Club sur seattlePi.com
  22. http://www.esquire.com/news-politics/a2155/esq0307fincher/
  23. « David Fincher », sur Metacritic (consulté le 15 mars 2017)
  24. AlloCine, « Seven » (consulté le 15 mars 2017)
  25. AlloCine, « The Game » (consulté le 15 mars 2017)
  26. AlloCine, « Fight Club » (consulté le 15 mars 2017)
  27. AlloCine, « Panic Room » (consulté le 15 mars 2017)
  28. AlloCine, « Zodiac » (consulté le 15 mars 2017)
  29. AlloCine, « L'Etrange histoire de Benjamin Button » (consulté le 15 mars 2017)
  30. AlloCine, « The Social Network » (consulté le 15 mars 2017)
  31. AlloCine, « Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes » (consulté le 15 mars 2017)
  32. AlloCine, « Gone Girl » (consulté le 15 mars 2017)
  33. « Box office de Panic Room », sur Allociné
  34. « Box office de Zodiac », sur Allociné
  35. « Box office de L'Étrange Histoire de Benjamin Button », sur Allociné
  36. « Box office de The Sociale Network », sur Allociné
  37. http://akas.imdb.com/name/nm0000399/awards
  38. http://ofcs.org/awards/1999-awards-3rd-annual/
  39. http://ofcs.org/awards/2007-awards-11th-annual/

AnnexesModifier