Ouvrir le menu principal
Roy Orbison
Description de cette image, également commentée ci-après
Roy Orbison en 1965.
Informations générales
Surnom The Big O, Lefty Wilbury
Naissance
Vernon (Texas)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 52 ans)
Activité principale Chanteur, compositeur
Genre musical Rock 'n' roll, rockabilly
Instruments Guitare
Années actives 1954-1988
Labels Sun, Monument (en), London, Mercury, Asylum, PolyGram, Virgin

Roy Kelton Orbison (né le à Vernon au Texas et mort le (à 52 ans) à Madison (en), dans le Tennessee) est un auteur-compositeur-interprète américain, un pionnier du rock 'n' roll, surnommé « The Big O »[1].

BiographieModifier

Avec ses parents Orbie Lee et Nadine Orbison, Roy s'installe à Wink, une petite ville de l’Ouest du Texas, où il apprend à jouer de la guitare à l’âge de six ans. Au lycée, il forme son premier groupe, Wink Westerners, avec une bande de copains. Fan de Don Gibson, ce groupe country se réoriente vers le rock 'n' roll à l'université et devient The Teen Kings. Au bout de deux ans, Roy quitte l'université pour se consacrer à la musique et réussit à faire connaître son groupe dans l'ensemble du Texas. Souffrant de troubles de la vision, le chanteur portera très tôt d'épaisses lunettes noires et se teindra les cheveux d'un noir profond, ce qui lui donnera un look bien spécifique[2]

En 1956, il signe chez Sun Records et obtient son premier succès avec Ooby Dooby. Malgré cela, le groupe n'obtient pas un succès comparable aux autres artistes du label, tels que Elvis Presley, Jerry Lee Lewis ou Johnny Cash, et ses membres décident de se séparer[3]. Roy Orbison signe alors pour le label Monument Records (en) à Nashville.

Au cours des années 1960, il compose notamment Only the Lonely (1960), Blue Angel (1960), Running Scared (1961), Blue Bayou (1963), It's Over (1964) et Oh, Pretty Woman (1964). En 1963, quatre de ses fans jouent en première partie de ses concerts lors d'une tournée en Angleterre : il s'agit des Beatles en route vers le succès.

Sa femme Claudette, pour qui il a composé une chanson homonyme offerte aux Everly Brothers en 1958, meurt dans un accident de moto, le 6 juin 1966[4]. Deux ans plus tard, en septembre 1968, alors qu'il est en tournée en Angleterre, sa maison d'Hendersonville au Tennessee est la proie des flammes et deux de ses trois fils meurent dans l'incendie[5].

Le 25 mai 1969, à Nashville, Roy Orbison se remarie avec Barbara, rencontrée en août 1968. Dans les années 1970, malgré une baisse de popularité et de graves ennuis cardiaques, Roy continue les tournées ; après un triple pontage coronarien en 1978, sa carrière trouve un second souffle grâce à des reprises de ses succès par les artistes de l’époque (Linda Ronstadt et Van Halen entre autres). Elvis Presley dira de lui que c’est « le plus grand chanteur du monde » et les Beatles le considéreront comme l'un des leurs[6],[7].

En 1981, il obtient un Grammy Award pour son duo avec Emmylou Harris sur le titre That Lovin' You Feelin' Again. L'utilisation de la chanson In Dreams dans le film Blue Velvet de David Lynch, en 1986, lui vaut un retour à la popularité ; il est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame l'année suivante. Il signe ensuite un contrat avec la maison de disques Virgin Records et enregistre avec k.d. lang un duo sur Crying pour le film Hiding Out (en) de Bob Giraldi, récompensé par un autre Grammy Award.

Il se joint ensuite à George Harrison, Bob Dylan, Tom Petty et Jeff Lynne pour former le groupe Traveling Wilburys et produire un disque couronné de succès. Roy Orbison enregistre alors un nouvel album solo, Mystery Girl, qu'il produit avec Mike Campbell — du groupe The Heartbreakers de Tom Petty — et Jeff Lynne. Sur cet album figure une chanson écrite par Bono et The Edge du groupe U2, She's a Mystery to Me.

MortModifier

Le 19 novembre 1988, il présente sa nouvelle chanson You Got It devant une foule en liesse au Diamond Awards Festival d'Anvers en Belgique. Ce sera l'unique prestation de cette chanson, car, quelques jours plus tard, le 6 décembre 1988[8], en visite chez sa mère à Hendersonville, il meurt d'une crise cardiaque, âgé seulement de 52 ans. Sa seconde épouse Barbara meurt à 60 ans le 6 décembre 2011.

Suite et hommagesModifier

Mystery Girl, dont il était si fier, paraît à titre posthume, le 7 février 1989. L'album, tout comme son premier extrait You Got It, rencontrera un énorme succès mondial[9].

L'année suivante, Jeff Lynne produit l'album posthume King of Hearts, une compilation de démos inédits et de simples, contenant entre autres I Drove All Night, Heartbreak Radio et Crying, un duo avec k.d. lang.

En 2008, un petit coléoptère vivant en Inde, de la famille des Gyrinidae, a été baptisé de son nom et de celui de son épouse Barbara : Orectochilus orbisonorum.

Le jeu Rock Band, paru en 2009, propose à ses utilisateurs un pack Roy Orbison comportant six chansons : Claudette, In Dreams, Mean Woman Blues, Oh, Pretty Woman, Ooby Dooby et You Got it. En 2010, In Dreams est reprise dans le jeu vidéo Alan Wake.

Sa chanson Shahdaroba clôt l'épisode final de la saison 3 de la série Mad Men (Qui m'aime me suive) diffusé en 2009.

Sa chanson Running Scared a été utilisée dans la bande-annonce du film Legend, de Brian Helgeland, sorti en 2014.

Sa chanson Crying peut être entendue dans l'épisode 3 de la saison 7 de The Walking Dead (La Cellule) diffusé en 2016.

C'est de son prénom qu'est inspiré le nom du personnage Roy Koopa dans la série de jeux vidéo Mario.

Sa chanson There won't be many coming home, créée (écrite en collaboration avec Willam Dees et interprété par le chanteur) pour le film The Fastest Guitar Alive de Michael D. Moore sortie en 1967, a été utilisé pour le générique du film Les huit Salopards de Quentin Tarantino sortie en 2015[10]. Le western de 1967 se déroule à la fin de la Guerre de Sécession, tandis que le western de 2015 se passe quelques année après cette même guerre. La chanson de Roy Orbison est d'ailleurs une des seules musiques ajoutés dans le film de Quentin Tarantino, le reste étant une composition originale du compositeur Ennio Morricone.

DiscographieModifier

RéférencesModifier

  1. Site l'internaute, page sur Roy Orbison.
  2. Site galerie d'art, page sur Roy-Orbison.
  3. Tous les trois le reprendront de nombreuses fois en concert ou en enregistrement studio.
  4. Site findagrave, pafe sur Claudette Orbison.
  5. Site jesuismort, biographie de Roy Orbison.
  6. Site universal music, biographie de Roy Orbison.
  7. https://www.rollingstone.com/music/news/roy-orbison-1936-1988-19890126.
  8. Interact SA, « Roy ORBISON - Biographie, émissions... Avec Roy ORBISON », sur Melody.tv (consulté le 22 janvier 2018)
  9. (en)Roy Orbison - Official biography, royorbison.com
  10. The Hateful Eight, Quentin Tarantino, sortie en 2015. Générique de fin "Songs": "There won't be many coming home", written by Roy Orbison, William Dees performed by Roy Orbison (from "The Fastest Guitar Alive") courtesy of Warner Bros. Entertainment Inc. and turner Entertainment Co.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Barney Hoskyns, Tom Waits, une Biographie : Swordfishtrombones et chiens mouillés, Rivages, , 456 p. (ISBN 978-2743624675)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier