Castelnaudary

commune française du département de l'Aude

Castelnaudary Écouter (Castèlnau d'Arri en occitan local) est une commune française, située dans le Nord-Ouest du département de l'Aude en région Occitanie.

Castelnaudary
Castelnaudary
Le bassin du canal du Midi à Castelnaudary.
Blason de Castelnaudary
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Intercommunalité Communauté de communes Castelnaudary Lauragais Audois
(siège)
Maire
Mandat
Patrick Maugard
2020-2026
Code postal 11400
Code commune 11076
Démographie
Gentilé Chauriens
Population
municipale
12 448 hab. (2021 en augmentation de 13,48 % par rapport à 2015)
Densité 261 hab./km2
Population
agglomération
13 839 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 09″ nord, 1° 57′ 16″ est
Altitude 165 m
Min. 145 m
Max. 215 m
Superficie 47,72 km2
Unité urbaine Castelnaudary
(ville-centre)
Aire d'attraction Castelnaudary
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton du Bassin chaurien
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Castelnaudary
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Castelnaudary
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
Castelnaudary
Géolocalisation sur la carte : Occitanie (région administrative)
Voir sur la carte administrative d'Occitanie (région administrative)
Castelnaudary
Liens
Site web www.ville-castelnaudary.fr

Sur le plan historique et culturel, la commune fait partie de l'ancienne province Lauragais, l'ancien « Pays de Cocagne », lié à la fois à la culture du pastel et à l’abondance des productions, et de « grenier à blé du Languedoc ». Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par le canal du Midi, le Fresquel, le ruisseau de Glandes, le ruisseau de l'Argentouire, le ruisseau de Tréboul, le ruisseau de Fendeille, le ruisseau de Laval Basse et par deux autres cours d'eau.

Castelnaudary est une commune urbaine qui compte 12 448 habitants en 2021, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1975. Elle appartient à l'unité urbaine de Castelnaudary et fait partie de l'aire d'attraction de Castelnaudary. Ses habitants sont appelés les Chauriens ou Chauriennes.

La ville est connue pour son cassoulet, dont elle se proclame la capitale mondiale, et qui est célébré chaque année en août depuis 2000.

Géographie modifier

Localisation modifier

Castelnaudary est située entre Toulouse et Carcassonne en plein cœur du Lauragais dont elle était la capitale avant la création des départements en 1790. Elle se trouve dans la plaine du Lauragais avec au nord les contreforts de la montagne Noire et au sud les collines de la Piège qui précèdent les contreforts des Pyrénées. Castelnaudary est au cœur du sillon Lauragais dans sa partie la plus large (environ 8 km)[1]. À l'ouest, le sillon se prolonge vers Toulouse et se referme au niveau du seuil de Naurouze. À l'est, il se referme progressivement jusqu'à Carcassonne. C'est aussi la plus grosse commune du Lauragais avec 10 969 habitants et elle en est aujourd'hui la capitale après que Laurac détienne ce statut jusqu'au XIVe siècle.

Castelnaudary est aussi au centre de l'aire d'attraction de Castelnaudary et l'unité urbaine de Castelnaudary.

Communes limitrophes modifier

Castelnaudary est limitrophe de onze autres communes. Les communes limitrophes sont Fendeille, Issel, Mas-Saintes-Puelles, Mireval-Lauragais, Peyrens, Ricaud, Saint-Martin-Lalande, Saint-Papoul, Souilhanels, Souilhe et Villeneuve-la-Comptal.

Géologie et relief modifier

La superficie de la commune est de 47 km2, ce qui en fait une commune relativement grande comparée aux autres communes de l'Aude. Son altitude varie de 145 à 215 mètres[3].

Castelnaudary se situe dans le sillon de la très fertile plaine du Lauragais. Le sol est constitué de molasse dite « de Castelnaudary ».

Castelnaudary se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[4].

Voies de communication et transport modifier

Castelnaudary est située sur un axe Bordeaux - Narbonne. La commune est accessible par l'autoroute A61 sortie   21 et par la route nationale 113 reliant Toulouse à Narbonne et à Nîmes. La route départementale 624 permet d'accéder au nord-ouest à Albi en passant par Revel puis par Castres. Au nord-ouest, la route départementale 103 rejoint Saissac puis Mazamet par la route départementale 118. Au sud, la route départementale 6 rejoint Mirepoix puis Foix par la route départementale 119 en Ariège. Enfin, la route départementale 623 permet d'accéder à Limoux dans le département de l'Aude. Le réseau routier autour de Castelnaudary est principalement concentré dans le sillon Lauragais avec l'autoroute A61 et la route nationale 113. Ces deux axes sont fortement empruntés pour des trajets domicile - travail. En effet, de nombreux habitants de Castelnaudary et de la région lauragaise travaillent à Toulouse augmentant un flux domicile-travail entre Castelnaudary et Toulouse en pleine croissance[5]. Cet axe est aussi emprunté en période de vacances pour de longs trajets. Mais ce flux transite essentiellement par l'autoroute. Les axes secondaires vers le nord et le sud sont moins empruntés car ils mènent vers des régions rurales en déclin[5].

Par le rail, la gare de Castelnaudary reçoit les trains (TGV, Téoz et TER) de la ligne Toulouse - Narbonne - Perpignan/Montpellier. Il existe aussi des liaisons directes de jour et de nuit Paris-Austerlitz - Castelnaudary, par Téoz ou Lunéa.

Par avion : soit l'aéroport Toulouse-Blagnac soit l'aéroport de Carcassonne Salvaza et l'aérodrome de Montagne Noire pour l'aviation légère.

Hydrographie modifier

La commune est dans la région hydrographique « Côtiers méditerranéens »[6], au sein du bassin hydrographique Rhône-Méditerranée-Corse[7]. Elle est drainée par le canal du Midi, le Fresquel, le ruisseau de Glandes, le ruisseau de l'Argentouire, le ruisseau de Tréboul, le ruisseau de Fendeille, le ruisseau de Laval Basse, la Crusole et la Goutine, qui constituent un réseau hydrographique de 34 km de longueur totale[8],[Carte 1].

Le canal du Midi, d'une longueur totale de 239,8 km, est un canal de navigation à bief de partage qui relie Toulouse à la mer Méditerranée depuis le xviie siècle[9].

Le Fresquel, d'une longueur totale de 63 km, prend sa source dans la commune de Baraigne et s'écoule d'ouest en est. Il traverse la commune et se jette dans l'Aude à Carcassonne, après avoir traversé 22 communes[10].

Le ruisseau de Glandes, d'une longueur totale de 12,8 km, prend sa source dans la commune de Labécède-Lauragais et s'écoule vers le sud. Il traverse la commune et se jette dans le Fresquel sur le territoire communal, après avoir traversé 4 communes[11].

Le ruisseau de l'Argentouire, d'une longueur totale de 16,3 km, prend sa source dans la commune des Brunels et s'écoule vers le sud. Il traverse la commune et se jette dans le Fresquel à Saint-Papoul, après avoir traversé 5 communes[12].

Le ruisseau de Tréboul, d'une longueur totale de 22,5 km, prend sa source dans la commune de Mas-Saintes-Puelles et s'écoule vers le sud-est. Il traverse la commune et se jette dans le Fresquel à Villepinte, après avoir traversé 7 communes[13].

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat du Bassin du Sud-Ouest, selon une étude s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[14]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Aquitaine, Gascogne, caractérisée par une pluviométrie abondante au printemps, modérée en automne, un faible ensoleillement au printemps, un été chaud (19,5 °C), des vents faibles, des brouillards fréquents en automne et en hiver et des orages fréquents en été (15 à 20 jours)[15].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 699 mm, avec 9,6 jours de précipitations en janvier et 5,3 jours en juillet[14]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 14,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 707,4 mm[16],[17]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[18].

Statistiques 1991-2020 et records CASTELNAUDARY (11) - alt : 160m, lat : 43°18'19"N, lon : 1°56'57"E
Records établis sur la période du 01-01-1951 au 02-11-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,3 3,3 5,4 7,6 11,2 14,8 16,7 16,8 13,8 11,1 6,6 4 9,6
Température moyenne (°C) 6,4 7,1 10,1 12,5 16,2 20,2 22,5 22,7 19,2 15,4 10 7,2 14,1
Température maximale moyenne (°C) 9,6 11 14,7 17,5 21,1 25,7 28,4 28,6 24,6 19,6 13,4 10,3 18,7
Record de froid (°C)
date du record
−15,6
16.01.1985
−16,4
16.02.1956
−9,4
01.03.05
−4
13.04.1958
−1
01.05.1960
4,6
17.06.1978
7
17.07.1973
6
31.08.1964
3
29.09.1972
−2,2
25.10.1991
−7,6
22.11.1998
−12
28.12.1962
−16,4
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
20
16.01.1955
23,9
27.02.19
27,7
21.03.1990
30,5
09.04.11
33,8
30.05.01
39,9
17.06.22
40
06.07.1982
42,7
23.08.23
35,6
08.09.1966
32,8
10.10.23
25,4
02.11.1970
22,8
18.12.1989
42,7
2023
Précipitations (mm) 66,6 47,3 54,6 77,5 78,4 61 37,9 47,9 51,2 59,9 67,2 57,9 707,4
Source : « Fiche 11076001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/11/2023 dans l'état de la base


Toponymie modifier

Attestée sous les formes latines Castellum novum quod cognominatur Arri en 1118, Castrum novum Darri en 1274[réf. nécessaire].

Dans le nom de cette ville l'on trouve une contraction de mots d'origines occitane et basque. D’un côté, castelnau est lié à l'occitan castèlnòu c’est-à-dire « château nouveau » ou plus littéralement « château neuf », le d qui suit est encore occitan (c'est une apocope de la préposition de) et finalement ary est le mot basque (h)arri signifiant pierre. Ainsi, sous Castelnaudary se cache « nouveau château de pierre » ou plus probablement « château neuf du rocher »[réf. nécessaire].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Castelnaudary est une commune urbaine[Note 1],[19]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[20],[21]. Elle appartient à l'unité urbaine de Castelnaudary, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[22] et 13 839 habitants en 2021, dont elle est ville-centre[23],[24].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Castelnaudary, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 34 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[25],[26].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (89,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (72,4 %), zones agricoles hétérogènes (12,2 %), zones urbanisées (7,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,6 %), cultures permanentes (1 %), prairies (0,6 %), forêts (0,6 %)[27]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Logement modifier

Castelnaudary comptait 5 044 logements en 1999. Les constructions neuves sont peu présentes puisqu'en 1999, seulement 5,7 % des résidences principales étaient postérieure à 1990. A contrario, les constructions antérieures à 1949 représentaient 38,1 % du parc.

88,5 % des logements sont des résidences principales, réparties à 66,3 % en maisons individuelles et à 33,7 % en appartements (respectivement 59,1 % et 40,9 % dans la région). La ville possède donc une majorité de logements individuels contrairement au reste de la région qui est plus équilibré[28],[29]. 47,9 % des habitants sont propriétaires de leur logement, contre 47,4 % qui ne sont que locataires (respectivement 56,8 % et 37,6 % dans la région)[30],[31].

Avec 596 logements HLM soit 13,3 % du parc en 1999 (10 % dans la région), la ville ne respecte pas les dispositions de l’article 55 de la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) de fixant à 20 % le taux minimum de logements sociaux pour les communes les plus importantes. On peut noter en outre que le nombre de logements vacants était assez important en 1999 avec 8,9 % du parc contre seulement 7,7 % dans la région[28].

En 2014-2015 26 logements ont été construits à la nouvelle résidence les vallons des griffouls.

La plupart des habitations possèdent 4 pièces (61,1 %), ou 3 pièces (21,7 %), puis 2 pièces (12 %). Les petits logements sont très peu nombreux (studios : 5,2 %). La ville possède par conséquent des logements de taille importante signe d'un territoire facile d'accès et permettant de réaliser de grandes constructions de type pavillonnaire. Enfin il faut préciser que ces logements sont bien dotés puisque 85,2 % ont le chauffage central et 55,1 % possèdent un garage, box ou parking (respectivement 76,5 % et 61,7 % pour la région)[28].

Risques majeurs modifier

Le territoire de la commune de Castelnaudary est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à deux risques technologiques, le transport de matières dangereuses et le risque industriel[32]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[33].

Risques naturels modifier

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment le ruisseau de l'Argentouire, le Fresquel, le ruisseau de Glandes, le canal du Midi et le ruisseau de Tréboul. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1992, 1998, 2000, 2009, 2011 et 2018[34],[32].

 
Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Castelnaudary.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. La totalité de la commune est en aléa moyen ou fort (75,2 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 3 663 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 3663 sont en aléa moyen ou fort, soit 100 %, à comparer aux 94 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[35],[Carte 3].

Risques technologiques modifier

La commune est exposée au risque industriel du fait de la présence sur son territoire d'une entreprise soumise à la directive européenne SEVESO[36].

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une route à fort trafic et une ligne de chemin de fer. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[37].

Histoire modifier

Antiquité modifier

Simple mutatio sur la voie romaine qui reliait Narbo (Narbonne) à Tolosa (Toulouse), Castelnaudary se nommait alors Sostomagus et était peuplée par les Volques Tectosages. En 333, l'anonyme de Bordeaux, en route vers Jérusalem, y passa et nota sur son itinéraire : mutatio Sostomago.

Moyen Âge modifier

Au tout début l'on trouve un château, le château neuf d’Arius ou Castellum Novum Arri, dont la première mention officielle remonte à 1103.

Lors de la croisade des Albigeois, Simon IV de Montfort, chef des croisés, y est assiégé (siège de Castelnaudary) par les comtes de Toulouse et de Foix en 1211 ; l'issue fut l'abandon du siège par les comtes de Toulouse et de Foix.

Le , en pleine guerre de Cent Ans, la ville est mise à sac par les hordes du Prince Noir, qui, parties de Bordeaux, ravagent la Gascogne, puis le Lauragais, jusqu'à Narbonne, évitant soigneusement les places les mieux défendues. La ville est pillée, détruite, et les habitants massacrés.

En , le roi Louis XI (1423-1483) confirme, par lettres patentes, les privilèges de la ville octroyés par ses prédécesseurs, de sorte qu'elle s'accroisse[38].

Période moderne modifier

La bataille de Castelnaudary modifier

C'est devant Castelnaudary qu'a lieu la rencontre décisive entre les troupes royalistes du maréchal de Schomberg et les troupes de Gaston d'Orléans, frère du roi, et du duc de Montmorency, gouverneur du Languedoc, le . Les deux ducs avaient conspiré avec Marie de Médicis, mère de Louis XIII contre le cardinal de Richelieu. Capturé dès le début de la bataille, Montmorency est condamné à mort et décapité à Toulouse le [39]

L'armée du maréchal de Schomberg ne consistait qu'en 1 000 ou 1 200 cavaliers et 1 000 hommes de pied, soit à peine la moitié de l'armée de Monsieur, qui avait aussi trois canons. Elle se rangea dans une grande pièce de terre labourée, nommée la Fite, environnée de larges fossés et de chemins creux, entre Castelnaudary d’un côté, et l'armée de Monsieur de l'autre. Il mit sa cavalerie au centre, et son infanterie sur les deux ailes. Les deux armées, séparées par le Fresquel, étant en présence à un quart de lieue de Castelnaudary.
Le duc de Montmorency passe le Fresquel sur le pont de brique, à la tête de l'avant-garde, avec 200 cavaliers et le régiment d'infanterie de Languedoc.
L'infanterie des deux armées escarmouche d'abord chacune de son poste avec beaucoup de vivacité pendant une demi-heure.
La cavalerie royale, sous les ordres du marquis de Brézé, s'avance alors pour attaquer celle de Monsieur par la droite et par la gauche ; mais elle trouve de si grands fossés et une telle résistance, qu'il ne lui est pas possible de passer.
Le duc de Montmorency décide alors, de façon tout à fait téméraire, de charger la cavalerie royale de sa gauche, en dépit d'un fossé large de trois à quatre toises, et sans appuis préalables de l'artillerie. À la tête d'un escadron de 100 cavaliers, il s'avance jusqu'à vingt-cinq ou trente pas du camp royaliste mais essuie une si rude décharge de mousqueterie que ceux qui ne sont pas tués (une douzaine) ou mis hors de combat prennent la fuite. Le duc pousse son cheval, franchit le fossé, suivi seulement de six autres cavaliers n'ayant pas voulu l'abandonner, renverse tout ce qui se présente et perce jusqu'au septième rang, à travers une grêle de coups de mousquet. Il est atteint de 17 blessures et son cheval tombe enfin raide mort et l'entraîne avec lui. Trois des autres cavaliers sont tués et trois autres blessés et faits prisonniers. La compagnie des gens-d'armes du duc de Montmorency ne put franchir le fossé et les tirs de l'infanterie royale pour aller à son secours. Le régiment de cavalerie du marquis de Trichasteau, à la droite de l’avant-garde, voulut alors marcher, mais La Ferté-Imbault, maréchal de camp, s'y opposa, n’ayant pas l’ordre de Monsieur.
Après la capture du duc de Montmorency, La Ferté-Imbault sollicite les gendarmes de Monsieur d’aller au combat mais l’épouvante est trop grande et il n’y a pas moyen de les y faire résoudre. On ne voit de tous côtés que des compagnies toutes entières à se sauver à course de cheval. La fin du combat de Castelnaudary ne dura guère plus d’une demi heure, et il n'y eut qu’une partie de l’avant-garde de l'armée de Monsieur qui combattit, tout le reste demeura dans l’inaction. La Ferté-Imbault organise alors la retraite du duc d'Orléans.

Le canal du Midi modifier

Deux dates importantes : commission du canal du Midi en et construction de l'île de la Cybèle en 1754.

 
Quai et plaque commémorative dédiés à Thomas Jefferson en mémoire de son passage à Castelnaudary en mai 1787.

Sur la demande des habitants de la ville, Pierre-Paul Riquet, concepteur du canal du Midi (alors canal royal du Languedoc), et François Andréossy, géomètre expert, ont fait de Castelnaudary le cœur technologique de cet ouvrage, par la construction du Grand Bassin. C'est la seule étendue d'eau de cette dimension (7 hectares) entre Toulouse et Sète. Le point de vue sur la ville est admirable : d'un côté les écluses Saint-Roch sont une illustration de l'art et de la technique de l'ouvrage ; de l'autre, l'île de la Cybèle conçue, en ce pays de vent, comme brise-lames. Imaginez ce Grand Bassin couvert de gabares chargeant le grain pour Sète et la Méditerranée, ou pour Toulouse, la Garonne et l'océan Atlantique !

Époque contemporaine modifier

En 1790, Castelnaudary est intégrée au département de l'Aude et érigée en chef-lieu de district, et en sous-préfecture en 1800. Elle est supprimée en 1926.

Le canal du Midi, sillonné par des bateaux de plaisance, s'ouvre au tourisme international. Exemple d'une magnifique reconversion depuis son classement en 1997 à l'inventaire du patrimoine mondial, par l'UNESCO.

Le Grand Bassin.

Politique et administration modifier

Administration municipale modifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 10 000 habitants et 19 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de trente trois[40],[41].

Budget et fiscalité modifier

Le budget municipal principal 2006 totalisait 14 939 000 euros d'investissement et 8 412 000 euros de fonctionnement[42].

La taxe d'habitation prélevée par la commune était en 2006 de 12,61 %, la taxe foncière sur les propriétés bâties était de 33,66 % et la taxe professionnelle de 17,35 % (taux intercommunal)[43].

Rattachements administratifs et électoraux modifier

Commune faisant partie de l'arrondissement de Carcassonne de la communauté de communes de Castelnaudary Lauragais Audois et du canton du Bassin chaurien (avant le redécoupage départemental de 2014, Castelnaudary était le chef lieu de l'ex-canton de Castelnaudary).

Tendances politiques et résultats modifier

 
Mairie de Castelnaudary.

Castelnaudary cultive l'alternance politique, les électeurs ayant choisi un maire de gauche pour les élections municipales entre 1945 et 1971. Puis, entre 1971 et 1995, deux maires de droite se sont succédé. Depuis 1995, Patrick Maugard est le maire de Castelnaudary.

À l'élection présidentielle de 2002, le premier tour a vu arriver en tête Jacques Chirac avec 22,06 %, suivi de Lionel Jospin avec 21,73 %, puis de Jean-Marie Le Pen avec 18,63 % et enfin François Bayrou avec 5,25 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 80,50 % pour Jacques Chirac contre 19,50 % pour Jean-Marie Le Pen avec un taux d’abstention de 18,61 %, résultat assez proche des tendances nationales (respectivement 82,21 % et 17,79 % ; abstention 20,29 %) avec cependant deux points supplémentaires pour Jean-Marie Le Pen[44].

Au référendum sur le traité constitutionnel pour l’Europe du , les chauriens ont voté contre la Constitution Européenne, avec 55,67 % de Non contre 44,33 % de Oui avec un taux d’abstention de 29,32 % (France entière : non à 54,67 % ; oui à 45,33 %). Ces chiffres ne suivent pas la tendance départementale de l'Aude (non à 64,62 % ; oui à 35,38 %) démontrant le caractère plus privilégié des habitants, l'électorat ayant choisi le vote positif étant, selon les analystes politiques, le fait d'une population plus privilégiée économiquement et d'un plus haut niveau d'éducation que la moyenne des Français[45].

À l’élection présidentielle de 2007, le premier tour a vu se démarquer en tête Nicolas Sarkozy avec 31,86 %, suivi par Ségolène Royal avec 28,91 %, François Bayrou avec 14,84 %, Jean-Marie Le Pen avec 12,91 % et enfin Olivier Besancenot avec 3,20 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 2 %. Le second tour a vu arriver en tête 52,74 % pour Nicolas Sarkozy (national : 53,06 %) contre Ségolène Royal avec 47,26 % (résultat national : 46,94 %)[46].

Le chiffre important de la droite à l'élection présidentielle n'a pas empêché Patrick Maugard, le maire socialiste sortant, d'être réélu au premier tour des élections municipales de 2008 avec un score approchant 67 % des suffrages exprimés.

Lors de l'Élection présidentielle française de 2012, au premier tour c'est François Hollande qui est arrivé en tête avec 31,71 %, suivi par Nicolas Sarkozy avec 25,75 % des votes, suit Marine Le Pen qui obtient 19,62 % des suffrages, Jean-Luc Mélenchon obtient 10,66 % des suffrages.

Au second tour, c'est François Hollande qui arrive en tête avec 53,34 % des votes contre 46,66 % pour Nicolas Sarkozy.

Aux élections législatives de 2012, le candidat PS Jean-Paul Dupré arrive en tête et est élu avec 59,47 % des voix sur Castelnaudary et 62,95 % sur la circonscription, tandis que le candidat UMP Emmanuel Bresson obtient 40,53 % sur Castelnaudary et 37,05 % sur la circonscription.

Liste des maires modifier

Labels modifier

Castelnaudary a été récompensée par une fleur au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris[47]

En 2009, le port de Castelnaudary se voit décerner le label Pavillon Bleu d'Europe[48].

Jumelages modifier

Population et société modifier

Démographie modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[50],[Note 3].

En 2021, la commune comptait 12 448 habitants[Note 4], en augmentation de 13,48 % par rapport à 2015 (Aude : +2,47 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 8717 6107 9249 4939 88610 1869 9939 6359 992
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9 6529 5849 0759 3289 04210 05910 10510 0599 720
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9 3979 3629 5427 9217 8918 0548 2468 0738 765
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9 3439 93610 11810 75010 97010 85111 57511 87611 213
2021 - - - - - - - -
12 448--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[51] puis Insee à partir de 2006[52].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[53] 1975[53] 1982[53] 1990[53] 1999[53] 2006[54] 2009[55] 2013[56]
Rang de la commune dans le département 4 4 3 3 3 3 3 3
Nombre de communes du département 439 436 435 437 438 438 438 438

Castelnaudary est aussi au centre de l'aire urbaine de Castelnaudary et l'unité urbaine de Castelnaudary.

Enseignement modifier

L'éducation est assurée dans la commune de Castelnaudary de la crèche, en passant par l'école maternelle et l'école élémentaire, collège avec le collège privé bilingue Jeanne-d'Arc de Castelnaudary[57], jusqu'aux lycées : le lycée polyvalent Germaine-Tillion et le lycée professionnel agricole Pierre-Paul-Riquet.

En , le lycée Jeanne-d'Arc ferma ses portes après avoir vu ses élèves de terminale passer le bac. La ville abrite également une antenne de l'École nationale de l'aviation civile.

Cultes modifier

Castelnaudary dispose de sept lieux de culte catholiques, l'église Saint-Jean-Baptiste, la collégiale Saint-Michel, l'église Saint François, la chapelle Notre-Dame-de-Pitié, la chapelle Saint-Roch, la chapelle Saint-Jacques, la chapelle du monastère de l'Action de Grâce (sœurs clarisses).

Le culte protestant se célèbre à l'église protestante évangélique de la rue des Carmes, et à l'église protestante Unie de la rue Saint Jean[58].

La communauté musulmane sunnite est accueillie à la mosquée de la rue Marfan[59].

Sports modifier

La ville de Castelnaudary est une ville très sportive où plus de trente disciplines sont pratiquées.

Le club de rugby à XV est le club phare de la ville, le Rugby Olympique Castelnaudary (ou RO Castelnaudary) évoluant en Championnat de France de 1ère Division Fédérale.
Club de football, le Club Olympique de Castelnaudary évoluant en division d'honneur régionale (DHR) en senior, en 1re division district en U19, en Ligue Honneur pour les U17 et U15.
Club d'Aviron, Aviron Lauragais qui évolue sur le canal du Midi.
La ville fut étape du Tour de France 1969.

Installations sportives
  1. Parc du Millénaire qui comprend plusieurs salles, pour les pratiques du basket-ball, du handball, du volley-ball, du badminton, de la gymnastique, des arts martiaux, de la musculation ainsi que des sports de plein air.
  2. Complexe Pierre-de-Coubertin qui comprend, un gymnase couvert des piscines avec bassins intérieur et extérieur, des terrains de tennis dont un couvert, un stade d'honneur, des aires EPS, une piste d'athlétisme et un skate-park.
  3. Complexe de la Giraille qui comprend, un terrain de foot, un terrain de rugby, un terrain beach volley, des terrains de tennis.
  4. Stand de tir de Burnels, et des boulodromes : couvert et extérieur. Pétanque et pétanque lyonnaise[60].

Services publics modifier

Castelnaudary possède un établissement public de santé (centre hospitalier Jean-Pierre-Cassabel), un service départemental d'incendie et de secours, un pôle gendarmerie, une poste, un centre de renseignements fiscaux, une trésorerie générale, un office de tourisme.

Vie militaire modifier

Les 1re et 2e compagnies du groupement d'instruction de la Légion étrangère (GILE), dépendant du 1er régiment étranger quitte Corte et la Corse en 1976 et s'installent à Castelnaudary au quartier « Lapasset ». Rejointes en par la compagnie d'instruction des cadres, ces unités deviennent le régiment d'instruction de la Légion étrangère (RILE), aux ordres du colonel Forcin, le . Régiment école de la Légion, il a pour missions essentielles de former les engagés volontaires ; de former les spécialistes au niveau du 1er degré en matière de transmission, auto engin toutes armes, administration et restauration collective ; de former et perfectionner les cadres non-officiers, dans la branche « combat de l’infanterie » du 1er et 2e degré. Il est articulé en une compagnie de commandement et de services, trois compagnies d’engagés volontaires, d’une compagnie d’instruction des cadres et d'une compagnie d'instruction des spécialistes.

Le , le ministre de la Défense nationale crée le 4e régiment étranger, par changement d'appellation du RILE. Il est implanté au nouveau quartier Capitaine-Danjou, depuis le . Il garde les missions de son prédécesseur et fait partie du « socle » du commandement de la Légion étrangère.

Économie modifier

Revenus modifier

En 2018, la commune compte 4 738 ménages fiscaux[Note 5], regroupant 9 630 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 18 470 [I 1] (19 240  dans le département[I 2]). 37 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 6] (39,9 % dans le département).

Emploi modifier

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 3] 10,1 % 13,1 % 10,6 %
Département[I 4] 10,2 % 12,8 % 12,6 %
France entière[I 5] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 7 356 personnes, parmi lesquelles on compte 72,5 % d'actifs (61,8 % ayant un emploi et 10,6 % de chômeurs) et 27,5 % d'inactifs[Note 7],[I 3]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui du département, mais supérieur à celui de la France.

La commune est la commune-centre de l'aire d'attraction de Castelnaudary[Carte 4],[I 6]. Elle compte 7 340 emplois en 2018, contre 7 048 en 2013 et 6 949 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 4 594, soit un indicateur de concentration d'emploi de 159,8 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 52,9 %[I 7].

Sur ces 4 594 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 2 947 travaillent dans la commune, soit 64 % des habitants[I 8]. Pour se rendre au travail, 63,3 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 4,8 % les transports en commun, 14,4 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 17,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 9].

Activités hors agriculture modifier

Secteurs d'activités modifier

1 147 établissements[Note 8] sont implantés à Castelnaudary au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 9],[I 10].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 1 147 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
104 9,1 % (8,8 %)
Construction 110 9,6 % (14 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
373 32,5 % (32,3 %)
Information et communication 23 2 % (1,6 %)
Activités financières et d'assurance 53 4,6 % (2,7 %)
Activités immobilières 75 6,5 % (5,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
143 12,5 % (13,3 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
176 15,3 % (13,2 %)
Autres activités de services 90 7,8 % (8,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 32,5 % du nombre total d'établissements de la commune (373 sur les 1 147 entreprises implantées à Castelnaudary), contre 32,3 % au niveau départemental[I 11].

Entreprises et commerces modifier

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[61] :

  • Durum, commerce de gros (commerce interentreprises) de céréales, de tabac non manufacturé, de semences et d'aliments pour le bétail (168 571 k€)
  • SA Mial, hypermarchés (34 492 k€)
  • Global Foods Solutions - GFS, commerce de gros (commerce interentreprises) de viandes de boucherie (30 126 k€)
  • Conserverie Du Languedoc, fabrication de plats préparés (30 122 k€)
  • Arterris Distribution, commerce de détail de fleurs, plantes, graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé (28 057 k€)

Un marché hebdomadaire se tient tous les lundis le long du cours de la République et des rues adjacentes[62],[63].

La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Aude qui gère la pépinière d'entreprises CréAude de Castelnaudary.

Le groupe Terreal y dispose d'une usine de production de tuiles.

La Société Coopérative Agricole Arterris y dispose de son siège social.

Agriculture et agroalimentaire modifier

La commune est dans le Lauragais, une petite région agricole occupant le nord-ouest du département de l'Aude[64]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 10] sur la commune est l'exploitation de grandes cultures (hors céréales et oléoprotéagineuses)[Carte 5].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 111 70 60 55
SAU[Note 11] (ha) 3 986 3 828 3 754 4 348

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 111 lors du recensement agricole de 1988[Note 12] à 70 en 2000 puis à 60 en 2010[66] et enfin à 55 en 2020[Carte 6], soit une baisse de 50 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 60 % de ses exploitations[67],[Carte 7]. La surface agricole utilisée sur la commune a quant à elle augmenté, passant de 3 986 ha en 1988 à 4 348 ha en 2020[Carte 8]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 36 à 79 ha[66].

La principale activité économique est fondée sur l'agroalimentaire, avec les entreprises agroalimentaires : SODICAS, Arterris[68], Société Spanghero, Société Audary, Société Escourrou, Lingodoc rivière SA, La Belle Chaurienne[69].

L'agriculture est basée sur la culture du haricot de Castelnaudary et des céréales (maïs, blé…).

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

Castelnaudary comporte plusieurs monuments :

Personnalités liées à la commune modifier


Héraldique modifier

  Blason
De gueules à une tour d'argent donjonnée de trois tours de même, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or[76].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Vie locale modifier

Gastronomie modifier

 
La grande confrérie du Cassoulet de Castelnaudary.

Le cassoulet est une spécialité de Castelnaudary, ainsi la ville se proclame « capitale mondiale du cassoulet ». Il tiendrait son nom de la cassole en terre cuite émaillée fabriquée à Issel non loin de Castelnaudary. Castelnaudary est, avec Toulouse et Carcassonne, l'une des trois villes se disputant l'origine du cassoulet.

D'autres spécialités sont l'alléluia de Castelnaudary et le castel, des pâtisseries, et le haricot de Castelnaudary.

Équipements culturels modifier

Films et téléfilms tournés à Castelnaudary modifier

Vie associative modifier

La vie associative chaurienne représente aujourd'hui plus de 5 000 adhérents répartis dans 147 associations. Engagées dans le domaine du sport, de l'entraide, de la culture ou du patriotisme, elles œuvrent efficacement pour renforcer le lien social de la ville.

Les associations bénéficient d’une palette d’aides : financière, technique et logistique. Ainsi, depuis 2006, elles disposent d’un nouvel équipement : la Maison des Associations.

Musique modifier

  • Union musicale Les Sans-Souci (créée en 1923)
 
Les Sans-Souci en défilé à Vinaros (Espagne) en .

En 1923, de jeunes musiciens bénévoles et amateurs, fils de familles aisées chauriennes, se regroupent et donnent pour nom à leur association "Sans-Souci", puisqu'ils n'ont aucun souci financier.

Aujourd'hui, l'Union musicale, qui vient de fêter ses 80 ans d'existence en 2003, continue de promouvoir la musique amateur, dans un esprit d'amitié et de partage autour de la musique. Elle se compose d'une soixantaine de musiciens, de tous les âges. La formation comprend un orchestre harmonie ainsi qu'une batterie fanfare. Son répertoire est donc très vaste et comprend des pièces classiques, contemporaines, militaires, de jazz, de variétés, ainsi que de la musique traditionnelle et de la musique de films. Les Sans-Souci se produisent également en défilés, au son d'airs de banda et de batterie-fanfare.

Après un classement en deuxième division en à Bédarieux, les Sans-Souci obtiennent un premier prix de première division le au concours national de Quillan.

L'orchestre donne des concerts dans la région, mais aussi à l'étranger : il possède ainsi à son actif des échanges culturels avec : la Suisse, l'Italie, l'Angleterre et plus récemment le Canada (2001-2002) et l'Espagne (2004-2005).

Les Sans-Souci sont actuellement placés sous la présidence de Christophe Cazanave et la direction musicale d'Albert Todo.

L'orchestre reste étroitement lié à l'école municipale de musique, dirigée par Bernard Grimaud, avec laquelle il partage ses locaux, et qui permet aux jeunes (et moins jeunes) élèves musiciens de le rejoindre rapidement. Il est également possible, pour tous les musiciens indépendants qui le souhaitent, de faire partie des Sans-Souci.

Ceux-ci possèdent leur propre hymne, intitulé Hymne des Sans-Souci, sur une musique de l'ancien président Paul Vialette et des paroles d'Eugène Dauzat. Il est repris à la fin de chacun de leurs concerts.

Voir aussi modifier

Bibliographie modifier

  • Francis Falcou, Castelnaudary, notre ville, monographie par l'Association des Amis de Castelnaudary et du Lauragais, 245 p., 1994 (ISBN 2-9508941-0-0)
  • Léon Clos, Notice historique sur Castelnaudary et le Lauragais, Édouard Privat imprimeur-libraire, Toulouse, 1880 (lire en ligne)

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références modifier

Notes et cartes modifier

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  5. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  6. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  7. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  8. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  9. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  10. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  11. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  12. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[65].
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Castelnaudary » sur Géoportail (consulté le 7 décembre 2021).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).
  4. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références modifier

Site de l'Insee modifier

Autres sources modifier

  1. [PDF] Éléments de valeur de la plaine du Lauragais p. 18
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. Plan séisme
  5. a et b [PDF] Charte du Pays Lauragais p. 17
  6. « Découpage en régions hydrographiques », sur sandre.eaufrance.fr (consulté le ).
  7. « Désoupage en territoires SDAGE/DCE du bassin Rhône-Méditerranée-Corse », sur rhone-mediterranee.eaufrance.fr, (consulté le ).
  8. « Fiche communale de Castelnaudary », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le ).
  9. Sandre, « le canal du Midi »
  10. Sandre, « le Fresquel »
  11. Sandre, « le ruisseau de Glandes »
  12. Sandre, « le ruisseau de l'Argentouire »
  13. Sandre, « le ruisseau de Tréboul »
  14. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  15. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  16. « Station Météo-France commune de Caunes-Minervois) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Station Météo-France commune de Castelnaudary) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  18. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  19. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Unité urbaine 2020 de Castelnaudary », sur insee.fr (consulté le ).
  23. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  25. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  28. a b et c - Logements à Castelnaudary : le parc
  29. - Logements en Languedoc-Roussillon : le parc
  30. - Logements à Castelenaudary : les occupants
  31. - Logements en Languedoc-Roussillon : les occupants
  32. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Castelnaudary », sur Géorisques (consulté le ).
  33. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  34. « Dossier départemental des risques majeurs dans l'Aude », sur aude.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  35. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  36. « Dossier départemental des risques majeurs dans l'Aude », sur aude.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque industriel.
  37. « Dossier départemental des risques majeurs dans l'Aude », sur aude.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  38. Lettres patentes de Louis XI, Dieppe, juillet 1464 (lire en ligne).
  39. Focus sur la bataille de Castelnaudary
  40. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  41. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  42. Ministère de l'Économie et des Finances : les comptes individuels des communes (budgets municipaux 2001 à 2006)
  43. Données taxe.com
  44. « Scrutin présidentiel de 2002 - Castelnaudary », ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  45. « Scrutin du 29 mai 2005 sur la constitution européenne - Castelnaudary », ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  46. « Scrutin présidentiel de 2007 - Castelnaudary », ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  47. Source : Villes et Villages Fleuris
  48. Article du Midi libre ()
  49. Délibération du conseil municipal reconduisant le jumelage en 2011
  50. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  51. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  52. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  53. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  54. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  55. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  56. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  57. http://cpjeannedarc.fr//
  58. « Église Protestante Unie de France ».
  59. Annuaire des mosquées et salles de prières musulmanes dans l'Aude
  60. http://www.ville-castelnaudary.fr/fr/trombinoscoplus.xml?id=138375 le sport à Castelnaudary
  61. « Entreprises à Castelnaudary », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  62. LE MARCHE DU LUNDI, sur le site officiel de la mairie de Castelnaudary (consulté le ).
  63. « A Castelnaudary, le grand marché du lundi », France Bleu Occitanie, .
  64. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  65. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  66. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Castelnaudary - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  67. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de l'Aude » (consulté le ).
  68. « Bienvenue sur le site Arterris - Arterris », sur Arterris (consulté le ).
  69. http://www.ville-castelnaudary.fr/fr/monopage.xml?id=134963 Industrie
  70. Yvette Carbonell-Lamothe - Deux collégiales du XIVe siècle dans l'Aude, Saint-Vincent de Montréal et Saint-Michel de Castelnaudary - p. 430-436, dans Congrès archéologique de France. 131e session. Pays de l'Aude. 1973 - Société française d'archéologie - Paris - 1973
  71. a et b « Eglise Saint-Michel », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  72. « Eglise Saint-Jean-Baptiste », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  73. « Chapelle Saint-Roch », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  74. « Un jour un Monument : L'Évolution de la Démocratie à l'Ancien Hôtel de Ville de Castelnaudary », sur carte-du-patrimoine.gregoryalary.dev, (consulté le )
  75. Jean-Charles Auvergnat, « Jean-Paul Coffinières (1750-1839) », dans Mémoires de l'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 1994, volume 156, p. 63-74 (lire en ligne)
  76. Malte-Brun, La France illustrée, 1882.
  77. Marine Pons, « Le téléfilm Le Canal des secrets, tourné à Castelnaudary et en Occitanie, diffusé sur France 3 », sur actu.fr, (consulté le ).
  78. « Rémi sans famille, tourné entre Tarn, Aude et Aveyron, dans les salles en décembre », sur ladepeche.fr, (consulté le ).
  79. « Castelnaudary. La rubrique de Denys : à moins de 100 km, un film », sur ladepeche.fr, (consulté le ).