Ouvrir le menu principal

Faïence de Moustiers

Fontaine, ateliers Olérys et Laugier à Moustiers, décor grand feu vert et manganèse, Musée de la faïence à Marseille.

La faïence de Moustiers est une faïence faite à Moustiers-Sainte-Marie, dans le département des Alpes-de-Haute-Provence.

HistoriqueModifier

XVIe et XVIIe siècles - ClérissyModifier

 
Vase pot-pourri à décor bleu, faïence stannifère de grand feu, Manufacture Clérissy, Moustiers, XVIIIe siècle, Bordeaux, musée des Arts décoratifs et du Design, Legs Pierre Omer Miller

Les Clérissy, venant sans doute d’Italie, sont installés vers 1550, comme « potiers de terre ». Pierre Ier est qualifié de « maître faïencier » en 1679. Son fils Antoine est associé à partir de 1702, il est le seul faïencier jusqu’en 1715. Son fils Pierre II, émancipé, devient à son tour associé en 1732, puis dirige seul à partir de 1736. Il vendra à Joseph Fouque.

La production est une faïence grand feu, généralement en camaïeu bleu, et ornementale.

On trouve trois décors principaux :

sur de « grands plats de chasse » de 50 à 60 cm de diamètre ; l’aile de ces plats est ornée de rinceaux, ferronneries, masques et lambrequins qui évolueront vers une « dentelle » de plus en plus fine ;

  • décor « à la Bérain », inspiré des ornemanistes de Louis XIV, comme Jean Bérain ;
  • pièces armoriées encadrées d’ornements.

Parmi les peintres dont ils surent s’entourer, il faut citer Francois Viry, engagé par Pierre Clérissy au début des années 1680, ainsi que ses fils Jean-Baptiste et Gaspard Viry[1].

XVIIIe siècle - Olérys et LaugierModifier

Joseph Olérys introduit vers 1737 la polychromie et les décors de grotesques, et s’associe avec Jean-Baptiste Laugier en 1739 pour créer une nouvelle fabrique.

Joseph II, son fils, lui succède en 1749, et dirige la manufacture jusqu’à sa mort en 1790. Son neveu Jean-Baptiste Chaix prend sa suite jusqu’en 1796.

Nous leur devons des décors bien connus : guirlandes et médaillons, fleurs de pomme de terre, grotesques chinois et décor au drapeau, ce sont plutôt des pièces de service.

XVIIIe et XIXe siècles - Fouque et PelloquinModifier

Joseph Fouque et Joseph-François Pelloquin, s'associent en 1749. Après leur séparation, Fouque rachète la fabrique Clérissy en 1783 et devient le plus important faïencier jusqu’à sa mort.

Il utilise la technique du petit feu : c’est peut-être lui qui l’introduit à Moustiers.

  • Féraud : la fabrique est fondée en 1779. Gaspard Féraud et Joseph-Henry Berbegier restent associés treize années. On leur attribue le décor mythologique de la fin du XVIIIe siècle. Leur production de grand feu a des couleurs très légères.
  • Ferrat : les Ferrat étaient potiers comme les Clérissy. Vers 1763, ils fondent une fabrique et font construire des fours spéciaux pour le petit feu dont ils se font une spécialité. Parmi leurs décors, on peut citer le décor au chinois d’après Pillement et le décor maritime, mais aussi beaucoup de pièces inspirées des productions de l’est de la France.

À partir de 1830, toutes les fabriques ferment l’une après l’autre. Celle de Fouque persiste jusqu’à la moitié du XIXe siècle. La faïence de Moustiers est alors oubliée jusqu’à sa renaissance au XXe siècle.

Musées exposant la faïence de MoustiersModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Pottery - Moustiers », sur oldandsold.com
  2. Museum of Fine Arts
  3. Cabinet non ouvert au public.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier