Francis Rui

joueur de rugby
Francis Rui

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance
à Gimont (Gers)
Décès (à 42 ans)
à Toulouse (Haute-Garonne)
Taille 1,80 m (5 11)
Poste demi d'ouverture
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
1974-1976
1976-1996
1996-1998
ES Gimont
Castres olympique
RO Castelnaudary
? (?)
 ? (?)
 ? (?)


Carrière d'entraîneur
PériodeÉquipe 
1998-2000
2000-2001
Castres olympique (adjoint)
RO Castelnaudary

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
Dernière mise à jour le 16 août 2012.

Francis Rui, né à Gimont dans le Gers le 23 février 1959 et mort à Toulouse le 21 septembre 2001, est un joueur français de rugby à XV. Il mesurait 1,81 m pour 81 kg et occupe le poste de demi d'ouverture.

BiographieModifier

Francis Rui, surnommé Mr Drop, a démarré le rugby dans le Gers, à Gimont dont il était originaire. Ses chaussures à bouts carrés, dont il ne se séparait jamais, firent sa renommée[réf. nécessaire].

Arrivé en 1976 à Castres, il y effectuera l'ensemble de sa carrière jusqu'en 1996, 20 ans plus tard. Cette longévité est exceptionnelle, malgré de nombreuses sollicitations d'autres clubs.

Dans les années 80, il sauve à de multiples reprises le club de la descente.

En 1989, il connaît une première consécration, avec le titre de champion de France de Groupe B, qui assure la montée en 1re division au club.

En 1992, il est le meilleur réalisateur de drops du championnat avec 19 réalisations.

En championnat de France 1993, il s'impose face au FC Grenoble[1] sur le score de 14 à 11[2] avec notamment un essai controversé de Gary Whetton en faveur des Castrais[3]. Daniel Salles, l'arbitre de la rencontre, reconnaissant vingt ans plus tard en 2013, qu'il a alors commis une erreur d'arbitrage[4]. Il inscrit un drop en début de deuxième mi-temps et est élu talent d’or du match mais il appreciera peu d’apprendre ensuite que des contacts avaient été établis avec Alain Penaud la semaine précédant la finale pour prendre sa succession[5],[6].

Le club castrais dispute également la finale du Challenge Yves du Manoir, battu par le Stade toulousain sur le score de 13 à 8.

La même année, il est classé à la seconde place de la revue de l'élite par le Midi Olympique derrière le Briviste Alain Penaud mais devant l'Agenais Pierre Montlaur qui partira pourtant en tournée avec l'équipe de France en Afrique du Sud. Pour beaucoup de spécialistes, Il aurait mérité d’être appelé en Équipe de France[réf. nécessaire].

Il perd contre le Stade Toulousain la finale du championnat de France en 1995 malgré un drop qui ouvre le score.

Il dispute son dernier match au Stade Pierre Fabre face à Montpelier (victoire 49-15) devant une grande foule venu le célébrer. Le public lui réclamera d'ailleurs un drop. Le CO sera éliminé deux semaines plus tard contre Pau en 1/8è de finale (défaite 14-6).

Il est l’entraîneur adjoint d'Alain Gaillard du CO lors des saisons 1998/99 et 1999/00.

En 1998, il crée la section corporative de rugby au sein des laboratoires pharmaceutiques Pierre Fabre. Cette section sera sacré championne de France a 7 reprises, de 2002 à 2008. Son fils Alexandre en était l'ouvreur et buteur.

Vie privéeModifier

Il est décédé prématurément à l'hôpital Rangueil de Toulouse des suites d'un accident de la route le à Saint-Félix-Lauragais. Après un entraînement à Castelnaudary, sa voiture en panne, il rentrait sur Castres avec un jeune joueur du club, grièvement blessé lors de l'accident.

Marié, il était père de deux garçons Alexandre (1981) et Michael (1985).

Francis Rui travaillait au sein des Laboratoires Pierre Fabre. Une profonde admiration reliait les deux hommes, tous deux partageant les mêmes valeurs de fidélité à la région.

PalmarèsModifier

JoueurModifier

  • Championnat de France Groupe B
    • Champion (1) : 1989

EntraîneurModifier

Notes et référencesModifier

  1. Alexandre Mognol, « L'étrange finale Castres - Grenoble en 1993 », sur soundcloud.com/, (consulté le 8 juillet 2019)
  2. « Fiche finale Castres 14-11 Grenoble », sur www.finalesrugby.com (consulté le 10 juin 2009)
  3. « Top 14: Toulon-Castres, souviens-toi, il y a vingt ans... », sur www.lepoint.fr, (consulté le 13 juillet 2013)
  4. Frédéric Cormary, « Daniel Salles à propos de Castres-Grenoble en 1993 : « Je me suis trompé » »,
  5. « Brive, sur le toit de l’Europe », sur www.midi-olympique.fr, (consulté le 28 août 2019)
  6. « Francis Rui, le fidèle de Castres qui l'ouvre encore à 36 ans », sur www.humanite.fr, (consulté le 28 août 2019)
  7. Clément Garioud, « Ces sombres affaires qui ont entaché la réputation du rugby français », sur https://actu.fr, (consulté le 5 août 2019)

Lien externeModifier