Ouvrir le menu principal

Aéroport de Carcassonne-Salvaza

aéroport desservant Carcassonne, France

Carcassonne-Salvaza
Aéroport Sud de France
Façade de l'Aéroport de Carcassonne Salvaza (avant rénovation)
Façade de l'Aéroport de Carcassonne Salvaza (avant rénovation)
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Carcassonne
Coordonnées 43° 12′ 58″ nord, 2° 18′ 30″ est
Superficie 110 ha
Altitude 132 m (433 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
CCF
CCF
Pistes
Direction Longueur Surface
10/28 2 050 m (6 726 ft) revêtue
10L/28R 800 m (2 625 ft) à renseigner
Informations aéronautiques
Code AITA CCF
Code OACI LFMK
Nom cartographique CARCASSONNE
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Transdev
Site web aéroport Consulter

L'aéroport de Carcassonne-Salvaza est un aéroport de la région Occitanie (faisant partie de l'ancienne région Languedoc-Roussillon) situé à Carcassonne, dans l'Aude. Il est appelé « aéroport Sud de France » par la région[1] et « aéroport de Carcassonne en Pays Cathare » par le département[2].

L'aéroport était propriété de l’État français avant son transfert à la région Languedoc-Roussillon en 2007. Exploité par la Chambre de Commerce et de l'Industrie (CCI) de Carcassonne, l'aéroport a vu sa concession attribuée à Transdev (anciennement Veolia Transport) depuis mai 2011[3].

Le trafic s'élève à environ 20 000 mouvements d'avions par an[4], dont une moyenne de sept vols commerciaux par jour[5]. En 2014 c'est le 23e aéroport de France et le 3e de la région Occitanie en termes de trafic passagers[6]. La compagnie Ryanair exploite les vols commerciaux depuis juin 1998[7], et transporte en 2013 quasiment 100 % des passagers.

Cet aéroport est ouvert au trafic national et international commercial non régulier, aux avions privés, aux IFR et aux VFR.

Installé dans l'enceinte de l'aéroport depuis 1970, le Service d'exploitation de la formation aéronautique (SEFA), intégré en 2011 à l'École nationale de l'aviation civile (ENAC), forme des pilotes de lignes et des instructeurs.

Évolution de l'exploitationModifier

Ouverte le 28 mai 1970, la liaison Carcassonne-Paris-Orly n'est plus exploitée depuis le 11 juin 2001, à la suite de la liquidation judiciaire de l'exploitant, Air Liberté. Peu rentable, elle n'avait pas trouvé de repreneur, les passagers pouvant gagner Paris à partir de Perpignan, Toulouse ou encore Montpellier.

La compagnie low-cost Ryanair, qui a lancé le 4 juin 1998 une liaison vers Londres, puis a ouvert des lignes vers Charleroi le 26 avril 2001 et Dublin le 8 avril 2005, a considérablement renforcé son implantation à partir de 2006. 10 nouvelles lignes ont été créées entre le 9 février 2006 et le 30 juin 2010. Quatre lignes non rentables ont cependant fermé le 16 mars 2010. A partir de 2013, Ryanair est en situation de quasi monopole, transportant presque 100 % des passagers. En 2016 Air Nostrum a cessé ses vols vers l’Espagne et en octobre 2017 la compagnie Atlas Atlantique Airlines a cessé ses vols vers l'Algérie . Ryanair est depuis la seule compagnie de vols réguliers.  

 
Tour de contrôle vue depuis le parking-autos.

En 2017 37 vols commerciaux[8] ont dû être déroutés à cause de la météo (manque de visibilité à cause d'un plafond nuageux trop bas). Pour éviter cela , le 23 mai 2019 , une nouvelle procédure d'approche utilisant le GPS a été mise en place pour atterrir piste 28.

Anciennes destinationsModifier

  1. Alicante (Espagne) avec Air Nostrum : 2015-2016,
  2. Alger (Algérie) avec Atlas Atlantique Airlines: 2016-2017
  3. Eindhoven avec Ryanair: ligne fermée en 2015,
  4. Billund : ligne saisonnière (printemps et été) 2012-2014,
  5. Bournemouth avec Ryanair : 2012-2014,
  6. Francfort : 2009-2010,
  7. Leeds : 2010-2011,
  8. Oran avec Atlas Atlantique Airlines : 2015-2017
  9. Paris-Beauvais avec Ryanair : déc 2012-2013
  10. Paris-Orly : 1970-2001,
  11. Shannon : 2008-2012

Évolution du traficModifier

Évolution du trafic de l'aéroport[9]
Année Passagers Dont compagnies à bas prix Mouvements
1998 88 390 - -
1999 37 929 - -
2000 108 636 - 27 324
2001 200 913 - 42 829
2002 189 221 - 39 946
2003 252 705 - 33 519
2004 273 708 272 203 35 306
2005 339 505 339 505 23 499
2006 426 798 426 798 24 216
2007 466 305 466 305 22 331
2008 444 702 444 702 28 874
2009 452 158 452 158 30 159
2010 392 940 392 465 24 320
2011 366 993 367 855 23 702
2012 395 361 394 367 25 291
2013 432 712 431 423 23 150
2014 413 724 412 104 23 405
2015 390 182 388 597 19 879
2016 392 148 381 399 19 271
2017 398 716 391 173 18 897
2018 375 400 374 150 24 178
 

L'aéroport a connu une croissance quasi ininterrompue depuis son ouverture jusqu'en 2007 (hormis en 2002, car l'aéroport a été fermé durant un mois (du 28 février au 28 mars) pour le rallongement de la piste.

L'aéroport de Carcassonne enregistre une baisse régulière d'activité entre 2009[10] et 2011 puis une reprise légère : entre 2011 et 2014, le trafic est en hausse de + 5,3 %.

Un aéroport en zone urbaineModifier

 
Boeing 737 en finale, piste 28.

Le seuil de piste 28 est à 2,5 kilomètres du centre-ville de Carcassonne. En finale avant l'atterrissage, les avions doivent suivre une portion de ligne droite sur leur trajectoire de descente. Par vent d'ouest, les avions survolent à faible hauteur la ville en particulier à l'atterrissage[11],[12]. Cela concerne 60 % des atterrissages.

Plan d'exposition au bruitModifier

La préfecture de l'Aude a mis en place un Plan d'exposition au bruit (PEB) qui concerne cinq communes (Carcassonne, Arzens, Caux-et-Sauzens, Pennautier et Villesèquelande) et de la Communauté d'agglomération du Carcassonnais[13].

Dans ce plan[14], 4 zones sont définies :

  • zone A de gêne très forte (supérieur à 70 décibels) :
  • zone B de gêne forte (supérieur à 62 dB)
  • zone C de gêne modérée (supérieur à 55 dB)
  • zone D de gêne faible (supérieur à 50 dB).

La Commission Consultative de l’Environnement de l’aéroport participe à toutes révisions ou modifications du Plan d’Exposition au Bruit.

Compagnies aériennes et destinationsModifier

AccidentsModifier

Le 30 août 2001, un Cessna 421 s’est écrasé quelques minutes après son décollage. Lorsque le moteur droit a pris feu, le pilote a tenté de revenir à l'aéroport[15]. Puis l'appareil explosa et se crasha dans les vignes[16]. Prisonniers des flammes, les six occupants de l’appareil ont été blessés, dont deux grièvement brulés : le pilote et une jeune technicienne de l’hôpital. L'appareil transportait une équipe médicale qui se rendait à Toulouse pour tester un nouveau scanner[17]

Le 6 août 2004, un avion du centre de formation de pilote s'est écrasé sur le versant nord du pic d'Embrosse sur la commune de Saint-Martin-Lys, avoir heurté une ligne à haute tension de 20 000 volts. L'accident avait fait deux morts[18].

L’impact économique de l'aéroport de CarcassonneModifier

D'après l'étude commandée par la Région Languedoc-Roussillon en 2013[19], les passagers de l'aéroport de Carcassonne en 2012 ont dépensé 111 millions d'euros en Languedoc-Roussillon et 116 millions d'euros au total. L'Aude obtient 60 % des dépenses soit 67 millions d'euros. L'Hérault et les Pyrénées-Orientales obtiennent respectivement 28 et 14 millions d'euros de dépenses. La ville de Carcassonne bénéficie de plus de la moitié des retombées de l'Aude soit 34 millions d'euros.

La plateforme aéroportuaire héberge 20 entreprises qui emploient 156 personnes. L'aéroport apporterait au département de l'Aude 400 emplois directs et indirects[20] et 1 065 emplois directs, indirects, induits et catalytiques[21].

Une activité soutenue par des subventions publiquesModifier

Ryanair a été en situation de monopole à l’aéroport de Carcassonne entre 2001[22] et 2015. A Carcassonne, on parle de 4 millions d'aide marketing, à quoi s'ajoute une participation au budget de l'aéroport de 3 millions d'euros[23]. Globalement, l'aéroport a bénéficié, entre 2000 et 2010, de 11 millions d'euros de subventions versées par la Région Languedoc-Roussillon, le Conseil Général de l'Aude, la ville de Carcassonne et Carcassonne Agglo[24].

En septembre 2011, la région annonce un investissement de 55 millions d’euros pour moderniser l’aéroport entre 2011 et 2018. Cet investissement se répartit entre la région (70 %), l’agglomération de Carcassonne (10 %), l’agglomération de Narbonne (10 %) et le conseil général de l'Aude (10 %)[25]. En 2012-2013, la caserne pour le Service de sauvetage et de lutte contre l'incendie d'aéronefs (SSLA) est modernisée pour un coût de 1,2 million d’euros[26].

En 2007, la Chambre régionale des comptes s'interroge sur la valeur juridique des engagements de la Chambre de commerce et d'industrie de Carcassonne-Limoux-Castelnaudary : « ce sont des contrats juridiquement contestables ». Le rapport publié le 20 juillet 2007[22] propose une formule laissant douter des véritables contreparties qu’offre Ryanair. « L’ampleur des aides versées à l’unique client, la compagnie Ryanair, trouverait ainsi sa justification dans les retombées économiques locales de l’aéroport. »

Publiée en juillet 2017, la 1re étude sur les retombées socio-économiques du transport aérien en région Occitanie[27] établit que chaque euros public investi rapporte 29 € de PIB dans l'ex-Languedoc-Roussillon. 

En septembre 2017, un conseil de développement aéroportuaire sera créé pour la région Occitanie afin de mettre en œuvre la stratégie de la région pour assurer la compétitivité des dix aéroports de la région.[28] 

Position officielle de la Commission européenne sur les aides d'Etat à l'aéroport de CarcassonneModifier

En novembre 2011 Air France a déposé plainte auprès de la Commission européenne concernant les mesures d'aides mises en œuvre par l'aéroport envers Ryanair. D'autres plaintes ont été déposées à propos d'autres aéroports régionaux (Pau, Nîmes...).

Le 4 avril 2012, la Commission européenne a annoncé l'ouverture d'une enquête approfondie sur des subventions reçues par l'aéroport de Carcassonne[29].

A l’issue de cette enquête, la Commission européenne a sollicité des informations complémentaires auprès des autorités françaises, notamment afin de confirmer la capacité de l'aéroport estimée à 500.000 passagers par an.[30]

En 2014, la Commission Européenne a défini les nouvelles lignes directrices sur les aides d’Etat aux aéroports et aux compagnies aériennes. Elles prévoient pour « les aéroports dont le trafic de passagers annuel est inférieur à 700 000 personnes, la Commission réexaminera après quatre ans les perspectives de rentabilité de cette catégorie d'aéroport afin de déterminer si des règles spécifiques sont nécessaires pour apprécier la compatibilité des aides au fonctionnement qui leur sont accordées avec le marché intérieur. »[30]

Notes et référencesModifier

  1. « Enquête publique relative aux travaux de mise aux normes et de modernisation de l'aéroport Sud de France de Carcassonne - La Région Languedoc Roussillon », sur www.laregion.fr (consulté le 21 juin 2015)
  2. « Un vaste réseau d'infrastructures de communication - Département de l'Aude », sur www.aude.fr (consulté le 21 juin 2015)
  3. Midi Libre - 5/04/2012 : Aéroport : l’Europe enquête sur les subventions à Salvaza
  4. « Union des Aéroports français : Statistiques annuelles de l'Aéroport de Carcassonne Sud de France », sur http://www.aeroport.fr (consulté le 8 août 2017)
  5. www.aeroport-carcassonne.com : Horaires des vols au départ
  6. Union des Aéroports français, « Résultats d’activité des aéroports français 2016 », sur aeroport.fr (consulté le 8 août 2017)
  7. La Dépêche - 5/06/1998 : Le premier Boeing de Ryanair à Salvaza
  8. [1]
  9. « STATISTIQUES ANNUELLES AÉROPORT DE CARCASSONNE SUD DE FRANCE », sur Union des aéroports français}.
  10. « Trafic en baisse à l'aéroport en 2011 », sur lindependant.fr, 21 juillet 2012.
  11. « Avions: Salvaza? C'est tout droit... », sur Article de La Dépêche du Midi, 14/08/2002.
  12. Comme on peut le voir dans ces 2 vidéos [2] et [3]
  13. « Salvaza fait s'envoler les nuisances sonores », sur La Dépêche du Midi, 08/09/2006.
  14. Service spécial des bases aériennes Sud-Est, « Le PEB... en résumé », sur http://www.aeroport-carcassonne.com, d2cembre 2002 (consulté le 30 août 2017)
  15. Nos étions comme des rats pris au piège - La Dépêche, 4 septembre 2013
  16. Carcassonne. L'interminable combat judiciaire du miraculé d'un crash - La Dépêche du Midi du 17 octobre 2013
  17. Carcassonne : crash au décollage - L'Indépendant du 31 août 2001
  18. Crash du cap 10 à Carcassonne. Le parquet demande des mises en examen - La dépêche, le 26 novembre 2010
  19. Étude des retombées socio-économiques du transport aérien en région Languedoc-Roussillon BIPE/BVA 2013 - CCI Montpellier
  20. La Dépêche - 17/01/2012 : Carcassonne. Ryanair:Bornemouth dixième ligne
  21. BILAN touristique 2012, Comité Départemental du tourisme de l'Aude Pays Cathare
  22. a et b [PDF]Rapport d'observations définitives : Chambre de commerce et d’industrie de Carcassonne-Limoux-Castelnaudry (Aude)
  23. Le Figaro - 22/07/2008 : Ryanair allie discours libéral et pratiques subventionnées
  24. Midi Libre - 05/04/2012 : Aéroport : l’Europe enquête sur les subventions à Salvaza
  25. « Carcassonne. 55 millions d'euros pour 1 million de passagers à l'aéroport », sur ladepeche.fr (consulté le 29 février 2016)
  26. « Carcassonne. L'aéroport va changer de standing », sur ladepeche.fr (consulté le 29 février 2016)
  27. Région Occitanie, « Etude des retombées socio-économiques du transport aérien en région Occitanie » [PDF], sur http://tarbes-infos.com, (consulté le 25 août 2017)
  28. « Un conseil de développement aéroportuaire régional installé en septembre 2017 », sur https://www.ladepeche.fr, (consulté le 25 août 2017)
  29. Midi Libre - 4/04/2012 : La Commission européenne enquête sur l'aéroport de Carcassonne
  30. a et b « COMMUNICATION DE LA COMMISSION - Lignes directrices sur les aides d’État aux aéroports et aux compagnies aériennes - (2014/C 99/03) », Journal officiel de l'Union européenne,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :