Ouvrir le menu principal

Bourron-Marlotte

commune française du département de Seine-et-Marne

Bourron-Marlotte
Bourron-Marlotte
La mairie.
Blason de Bourron-Marlotte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Canton Fontainebleau
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau
Maire
Mandat
Jean-Pierre Joubert
2014-2020
Code postal 77780
Code commune 77048
Démographie
Gentilé Bourronais-Marlottins
Population
municipale
2 766 hab. (2016 en augmentation de 3,09 % par rapport à 2011)
Densité 246 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 11″ nord, 2° 41′ 53″ est
Altitude 71 m
Min. 70 m
Max. 123 m
Superficie 11,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bourron-Marlotte

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Bourron-Marlotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourron-Marlotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourron-Marlotte
Liens
Site web http://bourronmarlotte.fr/

Bourron-Marlotte est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bourronais-Marlottins[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

Située à 8,5 km au sud de la ville de Fontainebleau, la commune s'étend entre la Forêt de Fontainebleau au nord et la rivière le Loing au sud.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Bourron-Marlotte
Fontainebleau
Recloses   Montigny-sur-Loing
Grez-sur-Loing La Genevraye

HydrographieModifier

Le système hydrographique de la commune se compose de deux cours d'eau référencés :

  • la rivière le Loing, longue de 142,7 km[2], affluent en rive gauche de la Seine ;
  • le fossé 01 de Saint-Léger, 2,7 km[3].

Par ailleurs, son territoire est également traversé par l’aqueduc du Loing[4] et, par un bras secondaire de 1,7 km [5].

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 6,85 km[6].

Voies de communication et transportsModifier

TransportsModifier

La commune est desservie par ;

  • la gare de Bourron-Marlotte - Grez sur la ligne Paris - Montargis.
  • les lignes d'autocars[7] :
    • 17A Nemours - Gare Carnot - Héricy - LEP Fontaineroux ;
    • 18B Saint-Pierre-lès-Nemours - Gare Foljuif - Montereau-Fault-Yonne - André Malraux ;
    • 7A Saint-Pierre-lès-Nemours - Gare Carnot - Fontainebleau - Stade de la Faisanderie ;
    • 7B Nemours - Gare Carnot - Avon - Lycée Uruguay ;
    • 7D Montigny-sur-Loing - Place Parodi - Nemours - Cité Scolaire ;
    • 34 Château-Landon - Place Verdun - Melun - Place de L'Ermitage-Melun.

Voies de communicationModifier

On accède à la commune par la D 607, de Fontainebleau au nord à 8,4 km et Nemours au sud à 9,9 km ;

UrbanismeModifier

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

La commune compte 77 lieux-dits administratifs répertoriés[8] dont Le Pavé du Roy.

Occupation des solsModifier

En 2018[9], le territoire de la commune se répartit en 42,1 % de forêts, 25 % de terres arables, 17,7 % de zones urbanisées, 4,2% de zones agricoles hétérogènes[Note 1], 3 % de mines, décharges et chantiers, 2,9 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication, 2,8 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée[Note 2] et 2,3 % de prairies[6].

LogementModifier

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 1 376 dont 87,3 % de maisons et 12,4 % d’appartements.

Parmi ces logements, 82,6 % étaient des résidences principales, 10,1 % des résidences secondaires et 7,3 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 74,5 % contre 22,9 % de locataires[10], dont 5,6 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 3] et 2,6 % logés gratuitement.

ToponymieModifier

Bourron et Marlotte fusionnèrent en 1919, pour former une seule commune, officialisant ainsi une situation de fait existant depuis longtemps[11].

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Borovilla en 1163[12],[13] ; Berevilla en 1167[14],[13] ; Busrum au XIIe siècle[15],[16] ; Borron en 1228[17],[13] ; Bourrum au XIIIe siècle[18],[16] ; Borrum in Bieria en 1299[19],[16] ; Byrone en 1331[20],[16] ; Bourrum au XIVe siècle[16] ; « La forteresse de Bourron en Gastinois close de murs et de fossez à eaues », 1403[21],[16] ; Bourron en Gastinoys en 1469[22],[16] ; Bouron près Fontainebleau en 1669[23],[16] ; Bourron-Marlotte en 1919[24],[16].

Marlotte, signalé pour la première fois en 1308, n'était jadis qu'un hameau, un « écart » de Bourron.
L'origine du nom de Marlotte présente plusieurs hypothèses : « marle » (pour marne, argile) ; « marlot », « merlot » (petit merle) ; la plus vraisemblable serait une déformation du bas-latin materiola (espace boisé)[11][source insuffisante], (espace forestier pour l'exploitation du bois de construction).

HistoireModifier

 
Rue de village à Marlotte, près de Fontainebleau, par Alfred Sisley, 1866, Galerie d'art Albright-Knox.

Le site semble avoir été occupé depuis la préhistoire. Des traces de présence humaine telles des gravures rupestres d'hommes et de cervidés ont été découvertes à la Vignette, site archéologique situé entre Recloses et Bourron, aujourd'hui délaissé. Un outillage de grès taillé, des débris de poteries néolithiques dont le fameux vase de Bourron, datant d'environ 4000 ans av. J.-C., sont exposés au musée de la Préhistoire de Nemours.

Des fondations de murs en brique, des pièces à l'effigie d'empereurs romains, de petits outils de fer ou de bronze, des débris de poteries sigillées, retrouvés dans le périmètre entre le Pavé du Roy, le château, l’église et les bords du Loing indiquent une implantation romaine. Au Moyen Âge, dès le XIIe siècle, Bourron a son église, sa forteresse féodale bâtie par ses seigneurs, les sires de Bourron (ou de Borron]), fidèles serviteurs des rois capétiens.

En 1234, Berruyer de Bourron accueille en sa demeure le roi Louis IX, futur Saint-Louis, qu'il va escorter jusqu’à Sens où le monarque épousera Marguerite, fille du comte de Provence.

Vers la fin du XVIe siècle, François de Sallard projeta le remplacement de la vétuste forteresse médiévale par un château plus confortable et mieux adapté à l’architecture du temps. Il sera achevé vingt ans plus tard et existe toujours.

Marlotte, signalé pour la première fois en 1308, n'était jadis qu'un hameau, un « écart » de Bourron, à l'égal de Saint-Léger, les Tremblots, le Moulin de la Fosse ou le Coq-Chaintreau.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1892 1896 Georges-Emmanuel Tartarat   Peintre
1896 1900 Pierre Isidore Davoigneau    
1900 1912 François Alexandre Coutor    
1912 1925 Charles Augustin Durand    
1925 1935 Anatole Maroteau    
1935 1944 Raymond Dupond    
1944 1945 Auguste Bertelo   Président du comité provisoire
mai 1945 1946
(démission)
Charles Alexandre Guillory    
1946 octobre 1947 Auguste Bertelo    
octobre 1947 mars 1971 Louis Arcambal    
mars 1971 mars 1989 André Poirier   Apiculteur
mars 1989 juin 1995 Jacques Margerie[26]   Directeur d'entreprise
juin 1995 août 1998[27]
(décès)
Monique Cucheval    
1998 mars 2001 Jean-Louis Dupays    
mars 2001 mars 2008 Colette Parant DVD  
mars 2008 mars 2014 Juliette Vilgrain DVD Directrice d'entreprise
mars 2014 En cours Jean-Pierre Joubert[28] DVD Cadre

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[30].

En 2016, la commune comptait 2 766 habitants[Note 4], en augmentation de 3,09 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8099149211 0571 2111 2571 2021 2211 282
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1851 1901 2341 2011 1781 2801 2831 2451 275
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3011 3771 3721 3831 4551 4841 4921 5421 941
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 4072 2762 4172 3252 4242 7372 8502 7122 767
2016 - - - - - - - -
2 766--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

Le nombre de ménages fiscaux en 2016 était de 1 126 représentant 2 745 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 26 910 €[10]

Entreprises et commercesModifier

  • Exploitation des Sablières Sifraco.
  • Exploitation des Gazons de Fontainebleau.
  • 70 artisans et commerçants.

Culture locale et patrimoineModifier

 
Château de Bourron, vue aérienne.

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Sévère, (XIIe siècle),   Inscrite MH (1926, Transept et nef)[33],[34].
  • Château de Bourron, (XVIIe siècle), ,   Classé MH (1971, Façades et toitures du château et des deux pavillons d'angle ; cour d'honneur ; douves avec leur pont ; partie ordonnancée du parc, y compris les deux grandes allées)[35].
  • Le musée de la mairie (peintures, gravures, lithographies, dessins et sculptures).

Personnalités liées à la communeModifier

 
Pierre-Auguste Renoir, Le Cabaret de la Mère Antony (1866), Stockholm, Nationalmuseum. Alfred Sisley et Jules Le Cœur sont en arrière-plan, Camille Pissarro de dos, devant un numéro de L'Événement[36],[37].

De nombreux artistes et écrivains ont résidé à Bourron-Marlotte aux XIXe siècle et XXe siècle :

 
Plaque à Bourron-Marlotte (Seine-et-Marne) indiquant que Jules Boucherit a vécu à cet endroit avec Magda Tagliaferro entre 1922 et 1950.

Atelier de céramiques d'artModifier

En 1902, Aristide-Calixte Bézard (1876-1916) et Émile Mousseux (1866-1941) ancien potier de Georges Delvaux créèrent dans l'ancien local de l'association L'Union artistique de Marlotte ou La Casserole, un atelier de céramiques, le premier décorant les pièces préparées par le second, production semblable à celle de Montigny-sur-Loing. Après la mort prématurée de son associé, Mousseux continua seul à assurer la fabrication jusqu'en 1933, date à laquelle il retourna à Montigny où il ouvrit avec son fils un magasin de cycles et écoula les derniers produits de l'atelier[38].

CinémaModifier

Héraldique, devise et logotypeModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'or à la fasce ondée d'azur chargée d'une burelle ondée d'argent, accompagnée en chef de trois losanges accolées, et en pointe d'une clef de sol entravaillée d'un pinceau et d'une plume à écrire passés en sautoir, le tout de gueules.

La fasce ondée burelée est mise pour la rivière Loing et la source Saint-Sévère. Les trois losanges accolés proviennent du blason des seigneurs de Bourron. La clé de sol, la plume et le pinceau font référence aux artistes, musiciens et écrivains venus à Bourron-Marlotte.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  2. Pelouses, pâturages naturels, landes et broussailles, végétation sclérophylle, forêt et végétation arbustive en mutation.
  3. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. http://www.habitants.fr/habitants_bourron-marlotte_77048.html
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Loing (F4--0200) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de Saint-Léger (F4378200) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Aqueduc du Loing (F---2402) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras Aqueduc Secondaire du Loing (F4379101) »
  6. a et b 77048 Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 4 mars 2019
  7. Transdev-idf
  8. Site territoires-fr.fr consulté le 4 mars 2019 sous le code commune 77048.
  9. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  10. a et b Statistiques officielles de l‘INSEE.
  11. a et b Henri Froment, Histoire de Bourron-Marlotte des origines à nos jours, édité par les Amis de Bourron-Marlotte.
  12. Archives de l'Yonne, G 137.
  13. a b et c Ernest Nègre - 1996 - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 929 - (ISBN 2600001336).
  14. Archives de l'Yonne, G 109.
  15. Archives de l'Yonne, H 377.
  16. a b c d e f g h et i Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 59.
  17. Cartulaire de N.-D. Paris, II, 211.
  18. Obit. des Trinitaires de Fontainebleau.
  19. Bibl. nat., ms. franç. 10365, fol. 30.
  20. Archives nationales, L 460, n° 34.
  21. Archives nationales, P 131, fol. 131 v°.
  22. Archives de la Seine-et-Marne, E 251.
  23. Archives nationales, Q1 1402.
  24. Décret du 24 octobre 1919.
  25. Les maires de Bourron-Marlotte
  26. Hommage à Jacques Margerie, sur bourronmarlotte.fr
  27. « Le village en deuil », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  28. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  33. « L'église », notice no PA00086828, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  35. « Château de Bourron », notice no PA00086827, base Mérimée, ministère français de la Culture
  36. Victoria Charles et Klaus Carl, L'Impressionnisme, Parkstone International, 2012, (ISBN 1780427786 et 9781780427782), p. 104
  37. Note de Julie Delmas, in Courbet et l'impressionnisme, catalogue d'exposition, Ornans, Musée Courbet, 2016, p. 25.
  38. Olivier Fanica et Gérard Boué, Céramiques impressionnistes et Grès Art Nouveau - Montigny-sur-Loing et Marlotte, 1872-1958, Ch.Massin, 2005, p. 87 et 88.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :