Bertrand Gachot

pilote automobile
Bertrand Gachot
Description de cette image, également commentée ci-après
Bertrand Gachot en 1991
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Luxembourg
Nationalité Drapeau de Belgique Belge
Drapeau de France Français
Nationalité sportive Drapeau de Belgique Belge (-1991)
Drapeau de France Français (1992-)
Carrière
Années d'activité 1989-1995
Statistiques
Nombre de courses 47

Bertrand Jean Gachot est un ancien pilote automobile franco-belge, né le à Luxembourg[1]. Malgré une carrière forte de 47 départs en Formule 1 entre 1989 et 1995 et d'une victoire aux 24 Heures du Mans 1991, il est surtout connu pour ses démêlés avec la justice britannique qui permirent à Michael Schumacher d'effectuer ses débuts en F1 en 1991.

BiographieModifier

 
Bertrand Gachot sur Jordan 191 au GP des États-Unis en 1991
 
Bertrand Gachot en 1991.

Bertrand Gachot, né d'un père français et d'une mère allemande, a passé sa jeunesse à Bruxelles, son père travaillant au sein des institutions de la CEE. Il a la nationalité française mais court sous licence belge. Il fait ses débuts en compétition en 1984 dans le championnat Benelux de Formule Ford où il court pour l'écurie néerlandaise VTT Racing qui aligne une Reynard. Auteur d'un prometteur début de carrière, marqué notamment par un titre dans le championnat britannique de Formule Ford en 1986 et la deuxième place du championnat britannique de Formule 3 derrière Johnny Herbert en 1987, Bertrand Gachot accède à la Formule 1 en 1989, au sein de la nouvelle écurie Onyx. Mais malgré des performances correctes (compte tenu de son matériel et de la densité de la concurrence, réussir à se qualifier était en soi une performance), il est limogé peu avant la fin de saison par son patron Jean-Pierre van Rossem, lequel lui reproche officiellement des déclarations faites à la presse. Il termine la saison chez Rial Racing, avant de trouver refuge en 1990 chez Coloni, où il ne parvient pas à se qualifier.

La carrière de Gachot semble en mesure de décoller en 1991, lorsque, grâce à ses soutiens financiers, il décroche l'un des deux volants de la prometteuse équipe irlandaise Jordan Grand Prix, qui débute en Formule 1. Au Grand Prix du Canada, quelques jours après avoir remporté les 24 Heures du Mans sur la Mazda à moteur rotatif, il inscrit les points de la cinquième place, avant d'enchaîner deux sixièmes places en Grande-Bretagne et en Allemagne. Puis, en Hongrie, il réalise le meilleur tour en course. Des performances qui tombent à point puisque pour des raisons budgétaires, sa place chez Jordan est alors menacée.

Mais tout bascule quelques jours avant le Grand Prix de Belgique à la suite d'une altercation avec un chauffeur de taxi à Londres. Reconnu coupable d'avoir utilisé un spray anti-agression, Gachot est condamné à une peine de 24 mois de prison par la justice britannique[2]. Au Grand Prix de Belgique, tandis que son écurie le remplace par un débutant allemand nommé Michael Schumacher, l'affaire Gachot est l'un des principaux sujets de discussion et de nombreux acteurs du monde de la F1 se mobilisent pour dénoncer la sévérité de la sanction. La peine sera finalement réduite en appel, et Gachot est libéré à l'issue de deux mois de détention[3].

De retour dans le paddock en fin de saison à l'occasion du Grand Prix du Japon, Gachot pense récupérer sa place chez Jordan mais Eddie Jordan qui a engagé l'Italien Alessandro Zanardi (lequel apporte un complément budgétaire) lui oppose une fin de non-recevoir. Gachot dispute finalement l'ultime Grand Prix de la saison en Australie sur une Larrousse, en remplacement d'Éric Bernard, accidenté au Japon.

Gachot reste chez Larrousse pour y disputer l'intégralité de la saison 1992[4], mais malgré une belle sixième place au Grand Prix de Monaco, il se fait surtout remarquer par ses nombreux accidents, conséquence d'une tendance au surpilotage.

 
Bertrand Gachot sur Pacific au GP de Grande-Bretagne 1995.

Après une pige en CART en 1993, il revient en 1994 au sein de l'écurie Pacific Racing, une équipe dont il est le pilote mais également l'un des actionnaires. Il ne se qualifie que pour cinq courses sans jamais rallier l'arrivée. En 1995, il effectue une meilleure saison grâce au remplacement du moteur Ilmor par un moteur Ford avec onze départs et deux arrivées. Lors de cette saison, il laisse son volant à Giovanni Lavaggi (Allemagne, Hongrie, Italie, Belgique) et à Jean-Denis Delétraz (Portugal, Europe) puis dispute les trois derniers Grands Prix, concluant sa carrière en Formule 1 avec une huitième place à Adélaïde.

En 1996 et 1997, il dispute quelques courses en All Japan Grand Touring Car.

Il est, à partir de 1998, le patron de la société de boissons énergisantes Hype[5].

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1989 Moneytron Onyx Formula One
Rial Racing
ORE-1
ARC2
Cosworth V8 Goodyear 5 0 Nc.
1990 Subaru Coloni Racing
Coloni Racing
FC189B
FC189C
Subaru Flat-12
Cosworth V8
Pirelli 0 0 Nc.
1991 Team 7Up Jordan
Larrousse F1
191
91
Cosworth V8 Goodyear 10 4 12e
1992 Central Park Venturi Larrousse LC92 Lamborghini V12 Goodyear 16 1 17e
1994 Pacific Grand Prix Ltd PR01 Ilmor V10 Goodyear 5 0 Nc.
1995 Pacific Grand Prix Ltd PR02 Cosworth V8 Goodyear 11 0 Nc.
Résultats détaillés des saisons de Bertrand Gachot en Formule 1
Année Écurie Châssis Moteur 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 Classement Points
1989 Moneytron Onyx Formula One Onyx ORE-1 Ford DFR 3.5 V8 BRA
Npq
SMR
Npq
MON
Npq
MEX
Npq
USA
Npq
CAN
Npq
FRA
13
GBR
12
GER
Nq
HUN
Abd
BEL
Abd
ITA
Abd
POR ESP NC 0
Rial Racing Rial ARC2 Ford DFR 3.5 V8 JPN
Nq
AUS
Nq
1990 Subaru Coloni Racing Coloni C3B Subaru 1235 F12 USA
Npq
BRA
Npq
SMR
Npq
MON
Npq
CAN
Npq
MEX
Npq
FRA
Npq
GBR
Npq
NC 0
Coloni Racing Srl Coloni C3C Ford DFR 3.5 V8 GER
Npq
HUN
Npq
BEL
Nq
ITA
Nq
POR
Nq
ESP
Nq
JPN
Nq
AUS
Nq
1991 Team 7UP Jordan Jordan 191 Ford HB4 3.5 V8 USA
10
BRA
13
SMR
Abd
MON
8
CAN
5
MEX
Abd
FRA
Abd
GBR
6
GER
6
HUN
9
BEL ITA POR ESP JPN 13e 4
Larrousse F1 Lola LC91 Ford DFR 3.5 V8 AUS
Nq
1992 Central Park Venturi Larrousse Venturi Larrousse LC92 Lamborghini 3512 3.5 V12 RSA
Abd
MEX
11
BRA
Abd
ESP
Abd
SMR
Abd
MON
6
CAN
DSQ
FRA
Abd
GBR
Abd
GER
14
HUN
Abd
BEL
18
ITA
Abd
POR
Abd
JPN
Abd
AUS
Abd
19e 1
1994 Pacific Grand Prix Ltd Pacific PR01 Ilmor 2175A 3.5 V10 BRA
Abd
PAC
Nq
SMR
Abd
MON
Abd
ESP
Abd
CAN
Abd
FRA
Nq
GBR
Nq
GER
Nq
HUN
Nq
BEL
Nq
ITA
Nq
POR
Nq
EUR
Nq
JPN
Nq
AUS
Nq
NC 0
1995 Pacific Grand Prix Ltd Pacific PR02 Ford EDC 3.0 V8 BRA
Abd
ARG
Abd
SMR
Abd
ESP
Abd
MON
Abd
CAN
Abd
FRA
Abd
GBR
12
GER HUN BEL ITA POR EUR PAC
Abd
JPN
Abd
AUS
8
NC 0

Résultats aux 24 Heures du MansModifier

Année Écurie Copilotes Voiture Catégorie Tours Class. Gal Class.
Cat.
1990   Mazdaspeed Co. Ltd.   Volker Weidler
  Johnny Herbert
Mazda 787 GTP 148 Abd Abd
1991   Mazdaspeed Co. Ltd.   Volker Weidler
  Johnny Herbert
Mazda 787B C2 362 1er 1er
1992   Mazdaspeed Co. Ltd.
  Oreca
  Johnny Herbert
  Volker Weidler
  Maurizio Sandro Sala
Mazda MXR-01 C1 336 4e 4e
1994   Kremer Honda Racing   Armin Hahne
  Christophe Bouchut
Honda NSX GT2 257 14e 6e
1995   Honda Motor Co. Ltd.   Armin Hahne
  Ivan Capelli
Honda NSX GT1 GT1 7 Abd Abd
1997   Kremer Racing   Christophe Bouchut
  Andy Evans
Porsche 911 GT1 GT1 207 Abd Abd

Résultats en CARTModifier

Année Écurie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Classement Points
1993 Dick Simon Racing SRF PHX LBH INDY MIL DET POR CLE TOR
12
MIS NHM ROA VAN MDO NZR LS 34e 1

Résultats en Formule 3000Modifier

Année Écurie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Classement Points
1988 Spirit/TOM's Racing JER
Abd
VAL
2
PAU
Abd
SIL
2
MNZ
Abd
PER
Abd
BRH
Abd
BIR
5
BUG
4
ZOL
6
DIJ
4
5e 21

DistinctionsModifier

Nationalité sportiveModifier

 
En 1995, Bertrand Gachot affiche le drapeau européen sur la carrosserie de sa Honda NSX GT1 pour les 24 Heures du Mans.

La nationalité de Bertrand Gachot a toujours été source d'incertitudes. Né au Luxembourg d'un père français et d'une mère allemande, élevé en Belgique (son père était un haut fonctionnaire à la Commission européenne), Gachot détient une super-licence belge jusqu'en 1992, date à partir de laquelle il court sous licence française.

BibliographieModifier

  • Frederick Llorens, "Bertrand Gachot, un Destin en Formule 1", FL Livres, 28 janvier 2012. (ISBN 2951995598)

Notes et référencesModifier