Racing Point F1 Team

équipe de Formule 1

Racing Point F1 Team
Logo
Discipline Formule 1
Localisation Drapeau du Royaume-Uni Silverstone
Dirigeants et pilotes
Président Drapeau du Canada Lawrence Stroll
Directeur Drapeau des États-Unis Otmar Szafnauer
Directeur technique Drapeau du Royaume-Uni Andrew Green (en)
Pilotes 11. Drapeau du Mexique Sergio Pérez
18. Drapeau du Canada Lance Stroll
27. Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg
Pilotes essayeurs Drapeau : Royaume-Uni Nick Yelloly
Caractéristiques techniques
Châssis Racing Point RP20
Moteurs Drapeau : Allemagne Mercedes V6 turbo hybride M11 EQ Power+
Pneumatiques Drapeau : Italie Pirelli
Résultats
Début Grand Prix de Belgique 2018
Courses disputées 44
Points marqués 279
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires 0
Podiums 2
Pole positions 1
Meilleurs tours en course 0

Racing Point Formula One Team (initialement créée sous le nom Racing Point Force India F1 Team) est une écurie de Formule 1 britannique basée à Silverstone en Angleterre, qui fait ses débuts en compétition le au Grand Prix de Belgique, après le rachat de l'ensemble des actifs de l'écurie Force India par le consortium Racing Point UK Ltd. mené par Lawrence Stroll.

En 2020, l'écurie, engagée sous la dénomination commerciale BWT Racing Point Formula One Team, poursuit avec Sergio Pérez et Lance Stroll, le fils du propriétaire Lawrence Stroll. En 2021, l'écurie deviendra Aston Martin et engage Sebastian Vettel pour faire équipe avec Lance Stroll.

HistoriqueModifier

Faillite de Force IndiaModifier

Force India Formula One Team Limited, la maison mère de l'écurie Force India basée à Silverstone, est placée en redressement judiciaire le . Fondée et codétenue par l'homme d'affaires indien Vijay Mallya qui a fait sa fortune dans les spiritueux et la bière, les finances de l'entreprise sont devenues désormais très critiques alors que, parallèlement, Mallya doit s'opposer à une extradition vers l'Inde où il serait inculpé pour blanchiment d'argent et fraude[1].

Rachat par Lawrence StrollModifier

Le , les administrateurs judiciaires chargés de la liquidation de Force India acceptent l'offre de rachat émanant du consortium emmené par le multimilliardaire canadien Lawrence Stroll, l'entrepreneur canadien André Desmarais, l'homme d'affaires monégasque Jonathan Dudman, John Idol, l'homme d'affaires américain John McCaw Jr, Michael de Picciotto et Silas Chou. Otmar Szafnauer, le responsable des opérations de Force India était en faveur d'une reprise par Stroll. Les créanciers de Force India, dont le pilote Sergio Pérez et le motoriste Mercedes, sont assurés de recevoir la totalité de leur argent tandis que les 405 emplois de l'usine de Silverstone sont sauvés[2],[3].

Szafnauer déclare : « Ce dénouement permet d'assurer la présence de Force India en Formule 1 et va nous permettre d'évoluer à notre plein potentiel. Je suis ravi que nous puissions bénéficier du soutien d'investisseurs qui croient en notre équipe et sont conscients du potentiel de Force India aussi bien à court qu'à moyen terme. J'aimerais remercier Vijay Mallya et la famille Mol pour tout leur soutien et avoir emmené l’équipe le plus loin possible. »[4]. Peu après, Bob Fernley, le directeur adjoint de l’équipe est licencié et Otmar Szafnauer, jusqu'alors directeur des opérations en piste, promu directeur sportif tandis qu'Andy Green garde le poste de directeur technique[5].

Obligation de créer une nouvelle écurie pour s'engager en championnat du mondeModifier

La veille du Grand Prix de Belgique, l'écurie est plongée dans un imbriglio juridico-sportif, la vente n'étant pas juridiquement bouclée. Si le consortium mené par Lawrence Stroll est propriétaire du matériel et des voitures, la cession de la structure juridique, nécessaire pour s'aligner en course, n'est pas encore effective car le consentement de treize banques indiennes créancières n'a pas encore été confirmé ; l'écurie pourrait se voir refuser de participer au Grand Prix[6].

Le soir même, la FIA donne son accord pour l'engagement, par Lawrence Stroll, d'une nouvelle équipe dénommée Racing Point Force India Formula One Team, l'écurie Force India étant exclue de la saison 2018 avec effet immédiat et perdant la totalité de ses points au championnat constructeurs[7] (elle en avait alors 59[8]). Szafnauer précise que la nouvelle structure conservera les primes accumulées sous son ancienne identité, grâce à un accord donné par l'ensemble des autres équipes au terme d'un débat qui a duré plusieurs jours, McLaren et Williams tardant à donner leur feu vert[9].

Débuts en compétitionModifier

 
Sergio Pérez, avec la Force India VJM11, lors des essais hivernaux a Barcelone

Racing Point F1 Team fait ses débuts en compétition le au Grand Prix de Belgique après le rachat de l'ensemble des actifs de l'écurie Force India par le consortium Racing Point UK Ltd. mené par Lawrence Stroll. Cette écurie, qui a disputé les douze premières courses de la saison et marqué 59 points, est exclue du championnat du fait de l'arrêt de ses activités. La nouvelle entité juridique fait courir les mêmes monoplaces avec les mêmes pilotes.

Au Grand Prix de Belgique, l'écurie Racing Point Force India marque ses 18 premiers points grâce aux arrivées dans les points de Sergio Pérez et d'Esteban Ocon, cinquième et sixième, prenant immédiatement l'avant-dernière place du championnat[10]. Une semaine plus tard à Monza, Esteban Ocon et Sergio Pérez terminent septième et huitième sous le drapeau à damier et gagnent chacun une place après la disqualification de Romain Grosjean. L'écurie est septième du championnat constructeur, devant Toro Rosso avec 32 points.

Le rachat de l'écurie par son père pourrait conduire à la titularisation de Lance Stroll à court ou moyen terme. Sachant que la place de Sergio Pérez n'est pas menacée, Esteban Ocon pourrait ainsi perdre son baquet, ce qui provoque une certaine gêne du côté de Lance Stroll[11],[12].

À Singapour, Ocon est accroché par son coéquipier Pérez, percute le mur et abandonne tandis que le pilote mexicain termine seizième. En Russie et au Japon, les deux pilotes terminent dans les points. Aux États-Unis, Pérez termine huitième alors que le Français est disqualifié, ayant dépassé la limite autorisée de débit de carburant.

Au Mexique, pour son Grand Prix national, Pérez abandonne à cause d'un problème de freins et Ocon termine onzième. Au Brésil, le Mexicain inscrit le point de la dixième place quand le Français finit quinzième. À Abou Dabi, Pérez marque à nouveau en finissant huitième ; Ocon abandonne, sur une perte de puissance de son moteur Mercedes. À l'issue de la saison, l'équipe novice termine septième du championnat, avec 52 points.

Le , Lance Stroll est officialisé pour la saison 2019, aux côtés de Sergio Pérez[13].

2019 : Partenariat avec SportPesaModifier

En 2019, SportPesa, une plate-forme de paris sportifs kényane, devient le sponsor-titre de l'écurie, engagée commercialement sous la dénomination SportPesa Racing Point F1[14].

2020 : les « Mercedes roses »Modifier

En 2020, BWT devient le sponsor-titre de l'écurie, avec une livrée présentée le [15]. Nico Hülkenberg remplace Sergio Pérez pour les deux Grands Prix disputés sur le sol britannique, le Mexicain ayant été testé positif à la maladie à coronavirus 2019.

Les Racing Point RP20, surnommées les « Mercedes roses » en raison de leur forte ressemblance avec la Mercedes W10 championne du monde en 2019, ont provoqué une réclamation de l'écurie Renault, portant spécifiquement sur leurs écopes de freins qui, selon le règlement technique, doivent être conçues et usinées par le constructeur qui engage la voiture dans le championnat. Le 7 août, les commissaires de la FIA acceptent la réclamation de Renault, estimant que Mercedes est bien le concepteur initial de ces écopes et que Racing Point était en violation des règles de conception de la Formule 1 pour la saison 2020[16],[17]. En conséquence, ils retirent quinze points à l'écurie de Lawrence Stroll (Racing Point en avait marqué 14 au Grand Prix de Styrie) et lui infligent une amende de 400 000 euros (200 000 euros par voiture non-conforme au Grand Prix de Styrie). Pour les courses en Hongrie et en Grande-Bretagne, pour lesquelles une protestation a également été faite (Racing Point ayant continué à utiliser ces écopes), l'équipe ne reçoit qu'une réprimande[18].

Cyril Abiteboul, le directeur de Renault, s'insurge que la sanction n'empêche pas Racing Point d'utiliser la RP20 dans sa configuration actuelle et explique vouloir faire appel[19]. Une semaine plus tard, Renault F1 Team et la Scuderia Ferrari formulent un appel contre une peine jugée trop clémente[20],[21]. Cyril Abiteboul explique que sa demande n'a pas pour but d'exclure Racing Point ou d'interdire la RP20 mais de clarifier la situation face aux écopes et de retirer les points, de manière rétroactive, acquis lors des premières courses de la saison. Il rappelle que l'argument selon lequel il s'agit d'une infraction au règlement sportif et non technique n'est pas suffisant pour ne pas disqualifier des monoplaces puisque Renault l'avait été au Japon en 2019 (après une réclamation de Racing Point) pour une infraction jugée sportive : « Nous nous attendions à une sanction logique vis-à-vis des autres sanctions vues dans le passé, la plus récente étant celle que nous avons acceptée à Suzuka l'an dernier où nous étions en infraction avec le règlement sportif et non technique, et que l'on a été exclus de l'événement et avons perdu tous nos points. Il n'y avait pas eu de réduction de peine pour Renault, et je ne sais donc pas pourquoi il devrait y en avoir une pour Racing Point. Cela devrait concerner tous les points des événements lors desquels on a porté réclamation[21],[22]. »

Le second point litigieux relevé par Cyril Abiteboul est l'autorisation donnée à l'équipe canadienne de continuer à utiliser ses écopes de freins, en dépit de l’infraction au règlement : « Nous allons vivre une situation étrange dans laquelle après chaque événement, Otmar Szafnauer (directeur de Racing Point) sera appelé chez les commissaires, ses écopes seront jugées similaires et inchangées et il recevra une réprimande. Nous faisons face à une situation de dix courses durant lesquelles ses voitures seront réprimandées. C'est une situation étrange et j'aimerais avoir davantage de clarté à ce sujet. Je ne dis pas qu'ils devraient être exclus de la saison mais d'un point de vue de la communication, y compris pour les fans, expliquer pourquoi une voiture qui est en infraction avec le règlement est réprimandée mais peut prendre part au championnat et marquer des points, nous pensons que c'est gênant[21],[22]. »

Racing Point, de son côté, fait également appel, mais pour tenter de se faire disculper et démontrer que la sanction (retrait de 15 points et 400 000 euros d'amende) est infondée et que le règlement de la Formule 1 n'a pas été enfreint[20].

Cette même année Lawrence Stroll devient propriétaire d'Aston Martin. De ce fait, le milliardaire canadien décide de renommer son écurie du nom de la prestigieuse marque britannique, qui apparaitra comme constructeur en 2021, et le 10 septembre, il engage pour la prochaine saison Sebastian Vettel dont le contrat avec la Scuderia Ferrari n'a pas été renouvelé. Le quadruple champion du monde prend la place de Sergio Pérez pour faire équipe avec Lance Stroll.

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

Résultats de l'écurie en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
2018   Racing Point Force India F1 Team Force India VJM11 Mercedes V6 turbo hybride Pirelli   Sergio Pérez
  Esteban Ocon
9 52 7e
2019   SportPesa Racing Point F1 Team Racing Point RP19 BWT-Mercedes V6 turbo hybride Pirelli   Sergio Pérez
  Lance Stroll
21 73 7e
2020   BWT Racing Point Formula One Team Racing Point RP20 BWT-Mercedes V6 turbo hybride Pirelli   Sergio Pérez
  Lance Stroll
  Nico Hülkenberg
14 154[N 1] 3e
Tableau synthétique des résultats de Racing Point F1 Team en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21
2018 Racing Point Force India F1 Team Force India VJM11 Mercedes V6 turbo
hybride M09 EQ Power+
Pirelli AUS BAH CHI AZE ESP MON CAN FRA AUT GBR ALL HON BEL ITA SIN RUS JAP USA MEX BRE ABU 52 7e
Sergio Pérez 5e 7e 16e 10e 7e 8e Abd. 10e 8e
Esteban Ocon 6e 6e Abd. 9e 9e Dsq. 11e 15e Abd.
2019 SportPesa Racing Point F1 Team Racing Point RP19 BWT-Mercedes V6 turbo
hybride M10 EQ Power+
Pirelli AUS BAH CHN AZE ESP MON CAN FRA AUT GBR ALL HON BEL ITA SIN RUS JPN MEX USA BRE ABU 73 7e
Sergio Pérez 13e 10e 8e 6e 15e 12e 12e 12e 11e 17e Abd. 11e 6e 7e Abd. 7e 8e 7e 10e 9e 7e
Lance Stroll 9e 14e 12e 9e Abd. 16e 9e 13e 14e 13e 4e 17e 10e 12e 13e 11e 9e 12e 13e Abd. Abd.
2020 BWT Racing Point Formula One Team Racing Point RP20 BWT-Mercedes V6 turbo
hybride M11 EQ Performance
Pirelli AUT STY HON GBR 70e ESP BEL ITA TOS RUS EIF POR EMI TUR BAH SAK ABU 154 3e
Sergio Pérez 6e 6e 7e Forf. Forf. 5e 10e 10e 5e 4e 4e 7e 6e 2e
Lance Stroll Abd. 7e 4e 9e 6e 4e 9e 3e Abd. Abd. Forf. Abd. 13e 9e
Nico Hülkenberg Np 7e 8e

Palmarès des pilotes Racing PointModifier

Palmarès des pilotes de l'écurie Racing Point F1 Team en championnat du monde de Formule 1
Pilotes Grands Prix
disputés
Victoires Podiums Points inscrits Meilleurs tours
en course
Tours
en tête
Meilleur
classement
  Sergio Pérez 36 0 1 118 0 0 2e
  Lance Stroll 29 0 1 78 0 0 3e
  Esteban Ocon 9 0 0 20 0 0 6e
  Nico Hülkenberg 2 0 0 10 0 0 7e

Notes et référencesModifier

NoteModifier

  1. Le 7 août, la FIA annonce que Racing Point écope d’une amende de 400 000 euros et perd 15 points au championnat du monde des constructeurs en raison d'écopes de freins illégales car conçues par Mercedes. Cette sanction s'applique uniquement en rapport avec le Grand Prix de Styrie et ne concerne pas les résultats des pilotes.[23]

RéférencesModifier

  1. « L'écurie indienne Force India placée en redressement judiciaire », sur europe1.fr, (consulté le 29 juillet 2018)
  2. Benjamin Vinel, « Force India craignait de subir le même sort que Caterham et Manor », sur fr.motorsport.com, (consulté le 10 août 2018)
  3. Adam Cooper, « Qui sont les nouveaux propriétaires de Force India ? », sur fr.motorsport.com, (consulté le 10 août 2018)
  4. Grégory Demoen, « Lawrence Stroll rachète Force India ! », sur f1i.fr, (consulté le 7 août 2018)
  5. Emmanuel Touzot, « Force India se sépare de Fernley, remplacé par Szafnauer. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 23 août 2018)
  6. Gaël Angleviel, « Force India se sépare de Fernley, remplacé par Szafnauer. », sur franceracing.fr, (consulté le 23 août 2018)
  7. Basile Davoine et Benjamin Vinel, « Officiel - Force India perd tous ses points et change de nom », sur fr.motorsport.com,
  8. Grand Prix de Hongrie — Classements
  9. Basile Davoine, « Racing Point Force India va conserver ses primes », sur fr.motorsport.com,
  10. GP de Belgique - Classements des championnats
  11. Olivier Ferret, « Wolff ne veut pas laisser tomber Ocon, menacé de perdre son baquet », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 29 août 2018)
  12. Pierre Van Vliet, « Stroll admet une certaine gêne vis-à-vis d'Ocon... », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 29 août 2018)
  13. Fabien Gaillard, « Officiel - Stroll enfin annoncé par Racing Point Force India », sur fr.motorsport.com,
  14. Fabien Gaillard, « Racing Point présente sa livrée et son sponsor-titre 2019 », (consulté le 13 février 2019)
  15. Racing Point explique la perte de son sponsor-titre, www.motorsport.com, 17 février 2020.
  16. Rémy Georges, « Amende-monstre et retrait de points pour Racing Point ! », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 7 août 2020)
  17. Olivier Ferret, « Officiel : Racing Point perd 15 points et prend 400.000 euros d'amende dans l’affaire des écopes de freins. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 13 août 2020)
  18. Gaël Angleviel, « La Racing Point est illégale, forte amende pour l'écurie », sur franceracing.fr, (consulté le 13 août 2020)
  19. Emmanuel Touzot, « Renault F1 réfléchit à faire appel contre Racing Point. La réflexion se fait autour de la complexité de l'affaire. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 14 août 2020)
  20. a et b Jérôme Bourret, « Renault et Ferrari se liguent contre Racing Point devant la FIA. », sur lequipe.fr, (consulté le 14 août 2020)
  21. a b et c Olivier Ferret, « Abiteboul veut que Racing Point perde tous ses points du début de saison et ne puisse plus utiliser ses écopes. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 14 août 2020)
  22. a et b Fabien Gaillard, « Renault veut que Racing Point perde un maximum de points. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 14 août 2020)
  23. (en) FIA, « F1 - RENAULT PROTEST DECISION », (consulté le 13 août 2020)

Liens externesModifier