Ouvrir le menu principal

Grand Prix automobile de Saint-Marin 1994

course de Formule 1
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Grand Prix de Saint-Marin 1994
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 58
Longueur du circuit 4,933 km
Distance de course 286,114 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher,
Benetton-Ford,
1 h 28 min 28 s 648
(vitesse moyenne : 198,234 km/h)
Pole position Drapeau du Brésil Ayrton Senna,
Williams-Renault,
1 min 21 s 548
(vitesse moyenne : 222,495 km/h)
Record du tour en course Drapeau du Royaume-Uni Damon Hill,
Williams-Renault,
1 min 24 s 335
(vitesse moyenne : 215,142 km/h)

Le Grand Prix automobile de Saint-Marin 1994 (14° Gran Premio di San Marino), disputé sur le circuit Enzo e Dino Ferrari à Imola, en Italie le est la quatorzième édition du Grand Prix, la 551e course du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950, la troisième manche du championnat 1994 et la première course européenne de la saison.

Le week-end de la course est marqué par les décès du pilote autrichien Roland Ratzenberger et du triple champion du monde Ayrton Senna ainsi que par de nombreux accidents et blessures. Il est décrit par le commentateur de la BBC, Murray Walker, comme « le jour de Grand Prix le plus sombre » dont il se souvient.

Michael Schumacher remporte finalement le Grand Prix devant Nicola Larini qui marque les premiers points de sa carrière et signe son unique podium tandis que Mika Häkkinen termine troisième. Lors de la conférence de presse d'après-course, Schumacher déclare qu’il ne peut se sentir ni satisfait, ni heureux du fait des événements tragiques du week-end.

Cette course mène à des reconsidérations sur la sécurité dans le sport automobile. La Grand Prix Drivers’ Association est rétablie après douze ans de mise en sommeil, de nombreux circuits sont redessinés et le design des voitures modifié. La réglementation technique est modifiée en 1995 pour que les monoplaces soient moins rapides, notamment en courbe[1].

Senna est honoré par des funérailles nationales au Brésil (3 jours de deuil sont décrétés) où près de 500 000 personnes s’alignent dans la rue pour voir passer son cercueil. Des juges italiens inculpent six personnes pour homicide involontaire ayant entraîné la mort d'Ayrton Senna. Ces inculpés, dont Frank Williams et Patrick Head, propriétaires de l'écurie Williams sont tous acquittés.

Sommaire

Contexte avant le Grand PrixModifier

Situation du championnat du mondeModifier

À l'approche du Grand Prix de Saint-Marin, le pilote Benetton Michael Schumacher, vainqueur des deux premières manches de la saison, mène le championnat du monde des pilotes avec 20 points, devant Rubens Barrichello, pilote Jordan, qui en a 7. Ils sont suivis par les pilotes Ferrari et Williams, Gerhard Berger et Damon Hill, qui totalisent 6 points chacun. L'autre pilote Williams, Ayrton Senna, l'un des principaux favoris pour le titre mondial, a abandonné lors des deux précédents Grands Prix malgré avoir signé à chaque fois la pole position, et n'a inscrit aucun point[2].

Chez les constructeurs, à l'issue du Grand Prix du Pacifique, Benetton occupe la première place avec 20 points, suivi par Ferrari avec 10 points. L'écurie italienne est talonnée par Jordan (7 points) et Williams (6 points), le champion en titre[3].

Situation des pilotesModifier

La semaine précédant le Grand Prix de Saint-Marin, Benetton annonce que le Néerlandais Jos Verstappen, qui a disputé les deux premiers Grands Prix de la saison en remplacement de Jyrki Järvilehto, blessé lors des essais de pré-saison, rend son baquet au Finlandais[4].

Le Japonais Aguri Suzuki, engagé par Jordan pour le Grand Prix du Pacifique pour remplacer Eddie Irvine, suspendu trois courses en raison du grave accident qu'il a causé au Brésil, cède son volant à l'Italien Andrea De Cesaris, qui assure l'intérim pour les deux courses suivantes. Le pilote essayeur de l'écurie, l'Anglais Kelvin Burt, était un temps pressenti pour pourvoir ce poste[5].

Journée du vendrediModifier

Séance d'essais libresModifier

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[6]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Ayrton Senna Williams-Renault 1 min 21 s 598
2   Damon Hill Williams-Renault 1 min 22 s 755 + 1 s 157
3   Michael Schumacher Benetton-Ford 1 min 22 s 848 + 1 s 250
4   Gerhard Berger Ferrari 1 min 23 s 067 + 1 s 469
5   Mika Häkkinen McLaren-Peugeot 1 min 23 s 495 + 1 s 897
6   Jyrki Järvilehto Benetton-Ford 1 min 24 s 066 + 2 s 468

Séance de qualificationsModifier

 
Rubens Barrichello, premier accidenté du Grand Prix.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance de qualification[7]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Ayrton Senna Williams-Renault 1 min 21 s 548
2   Michael Schumacher Benetton-Ford 1 min 22 s 015 + 0 s 467
3   Gerhard Berger Ferrari 1 min 22 s 113 + 0 s 565
4   Jyrki Järvilehto Benetton-Ford 1 min 22 s 717 + 1 s 169
5   Nicola Larini Ferrari 1 min 22 s 841 + 1 s 293
6   Damon Hill Williams-Renault 1 min 23 s 199 + 1 s 651

Le vendredi 29 avril, durant la première séance d'essais qualificatifs[8], la Jordan de Rubens Barrichello décolle sur un vibreur à la Varianta Bassa à 225 km/h[9]. Le pilote percute le haut d’une barrière de pneus, sa monoplace fait plusieurs tonneaux avant d’atterrir renversée. Barrichello, inconscient, est soigné par les équipes médicales sur place avant d'être conduit dans un centre médical. Il revient sur le circuit le lendemain malgré un nez cassé et un bras dans le plâtre qui le forcent à rester assis pour le reste du week-end[10]. Dix ans plus tard, Damon Hill, qui conduisait alors pour l’écurie Williams-Renault, décrit son sentiment après l’accident : « Nous avons continué les qualifications rassurés car nos voitures étaient solides comme des tanks : nous pouvions être secoués mais pas blessés »[11].

Journée du samediModifier

Séance d'essais libresModifier

Temps réalisés par les six premiers de la seconde séance d'essais libres[12]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Ayrton Senna Williams-Renault 1 min 22 s 083
2   Michael Schumacher Benetton-Ford 1 min 22 s 200 + 0 s 117
3   Damon Hill Williams-Renault 1 min 23 s 234 + 1 s 151
4   Martin Brundle McLaren-Peugeot 1 min 23 s 246 + 1 s 163
5   Karl Wendlinger McLaren-Peugeot 1 min 23 s 396 + 1 s 313
6   Nicola Larini Ferrari 1 min 23 s 596 + 1 s 513

Séance de qualificationsModifier

 
Roland Ratzenberger sur la Simtek le jour de son accident mortel.
 
La Villeneuve curva, lieu de l'accident de Ratzenberger.
Temps réalisés par les six premiers de la seconde séance de qualification[13]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Michael Schumacher Benetton-Ford 1 min 21 s 885
2   Damon Hill Williams-Renault 1 min 22 s 168 + 0 s 283
3   Gerhard Berger Ferrari 1 min 22 s 226 + 0 s 341
4   Nicola Larini Ferrari 1 min 23 s 006 + 1 s 121
5   Mika Häkkinen McLaren-Peugeot 1 min 23 s 140 + 1 s 255
6   Ukyo Katayama Tyrrell-Yamaha 1 min 23 s 322 + 1 s 437

Vingt minutes après le début de la séance finale de qualification, Roland Ratzenberger, dont c'est la première saison en Formule 1, escalade le vibreur au niveau de la chicane Acque Minerali. Le choc a vraisemblablement endommagé son aileron avant mais, plutôt que de rentrer aux stands pour vérifier l'état de sa monoplace, il enchaîne un nouveau tour rapide et ne parvient pas à négocier la Villeneuve curva. Sa Simtek percute quasiment de face le mur : si la cellule de survie reste globalement intacte, la force de l'impact provoque une fracture du crâne qui lui est fatale. À 310 km/h, la fissure de son aileron avant avait rendu impossible le contrôle de sa monoplace[14].

La séance de qualification est alors interrompue et les quarante minutes restantes sont finalement annulées[11],[9]. Cette mort fait du Grand Prix la première course fatale depuis le Grand Prix automobile du Canada 1982, qui avait vu le décès du pilote Riccardo Paletti. Le professeur Sid Watkins, à la tête de l'équipe médicale sur les circuits de Formule 1, rappelle dans ses mémoires qu'Ayrton Senna a pleuré sur son épaule à l'annonce de la mort de Ratzenberger[9]. Watkins tente alors de persuader Senna de ne pas courir le lendemain, lui disant qu'il était triple champion du monde, le plus rapide et qu'il ferait mieux de « se mettre à la pêche ». Senna lui rétorque qu'il n'a pas le contrôle sur certaines choses et qu'il doit continuer[9].

Senna obtient la pole position, Michael Schumacher se qualifie à la deuxième place, Gerhard Berger à la troisième, et le coéquipier de Senna, Damon Hill en quatrième position. Ratzenberger a réalisé un temps qui lui aurait permis de partir de la vingt-sixième et dernière place de la grille de départ.

Grille de départModifier

Grille de départ[15]
Pos. No  Pilote Écurie Temps Q1 Temps Q2 Écart
1 2   Ayrton Senna Williams-Renault 1 min 21 s 548 Pas de temps
2 5   Michael Schumacher Benetton-Ford 1 min 22 s 015 1 min 21 s 885 + 0 s 337
3 28   Gerhard Berger Ferrari 1 min 22 s 113 1 min 22 s 226 + 0 s 565
4 0   Damon Hill Williams-Renault 1 min 23 s 199 1 min 22 s 168 + 0 s 620
5 6   Jyrki Järvilehto Benetton-Ford 1 min 22 s 717 1 min 24 s 029 + 1 s 169
6 27   Nicola Larini Ferrari 1 min 22 s 841 1 min 23 s 006 + 1 s 293
7 30   Heinz-Harald Frentzen Sauber-Mercedes 1 min 23 s 119 Pas de temps + 1 s 571
8 7   Mika Häkkinen McLaren-Peugeot 1 min 23 s 611 1 min 23 s 140 + 1 s 592
9 3   Ukyo Katayama Tyrrell-Yamaha 1 min 24 s 000 1 min 23 s 322 + 1 s 774
10 29   Karl Wendlinger Sauber-Mercedes 1 min 23 s 788 1 min 23 s 347 + 1 s 799
11 10   Gianni Morbidelli Arrows-Ford 1 min 23 s 663 1 min 24 s 682 + 2 s 115
12 4   Mark Blundell Tyrrell-Yamaha 1 min 23 s 703 1 min 23 s 831 + 2 s 155
13 8   Martin Brundle McLaren-Peugeot 1 min 24 s 443 1 min 23 s 858 + 2 s 310
14 23   Pierluigi Martini Minardi-Ford 1 min 24 s 078 1 min 24 s 423 + 2 s 530
15 24   Michele Alboreto Minardi-Ford 1 min 24 s 276 1 min 24 s 780 + 2 s 728
16 9   Christian Fittipaldi Arrows-Ford 1 min 24 s 655 1 min 24 s 472 + 2 s 924
17 25   Éric Bernard Ligier-Renault 1 min 24 s 678 1 min 40 s 411 + 3 s 130
18 20   Érik Comas Larrousse-Ford 1 min 26 s 295 1 min 24 s 852 + 3 s 304
19 26   Olivier Panis Ligier-Renault 1 min 24 s 996 1 min 25 s 160 + 3 s 448
20 12   Johnny Herbert Lotus-Mugen-Honda 1 min 25 s 114 1 min 25 s 141 + 3 s 566
21 15   Andrea De Cesaris Jordan-Hart 1 min 25 s 234 1 min 25 s 872 + 3 s 686
22 11   Pedro Lamy Lotus-Mugen-Honda 1 min 26 s 453 1 min 25 s 295 + 3 s 747
23 19   Olivier Beretta Larrousse-Ford 1 min 27 s 179 1 min 25 s 991 + 4 s 443
24 31   David Brabham Simtek-Ford 1 min 27 s 607 1 min 26 s 817 + 5 s 269
25 34   Bertrand Gachot Pacific-Ilmor 1 min 27 s 732 1 min 27 s 143 + 5 s 595
26 32   Roland Ratzenberger Simtek-Ford 1 min 27 s 657 1 min 27 s 584 + 6 s 036
27 33   Paul Belmondo Pacific-Ilmor 1 min 28 s 361 1 min 27 s 881 + 6 s 333
28 14   Rubens Barrichello Jordan-Hart 14 min 57 s 323 Pas de temps + 13 min 35 s 775

Warm upModifier

Temps réalisés par les six premiers du warm up[16]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Ayrton Senna Williams-Renault 1 min 22 s 597
2   Damon Hill Williams-Renault 1 min 23 s 449 + 0 s 852
3   Nicola Larini Ferrari 1 min 23 s 795 + 1 s 198
4   Karl Wendlinger Sauber-Mercedes 1 min 23 s 922 + 1 s 325
5   Gerhard Berger Ferrari 1 min 24 s 302 + 1 s 705
6   Christian Fittipaldi Arrows-Ford 1 min 24 s 396 + 1 s 799

CourseModifier

Premier départModifier

Au départ, alors que les pilotes sont marqués par l'accident de Rubens Barrichello et surtout celui, mortel, de Roland Ratzenberger, Ayrton Senna parvient à conserver la tête de la course devant Michael Schumacher[17]. Mais la Benetton B194 de J.J. Lehto cale sur la grille : les pilotes derrière lui parviennent à éviter la voiture du Finlandais comme Heinz-Harald Frentzen qui frôle l'accident, mais Pedro Lamy, gêné par les monoplaces présentes devant lui, ne le voit pas et percute la Benetton, faisant voler des pneus et des morceaux de carrosserie en l'air. Des débris passent par-dessus les clôtures censées assurer la sécurité des spectateurs : l'un d'eux échappe de peu à une roue qui tombe juste derrière lui, tandis que trois autres et un policier sont légèrement blessé à cause des débris[17],[18]. Contrairement au dramatique accident entre Didier Pironi et Riccardo Paletti, provoquant la mort de ce dernier au Grand Prix du Canada 1982, Lamy percute Lehto sur le côté arrière droit, et non au milieu de la monoplace[17]. La boîte de vitesses de la B194 prend la majeure partie du choc, qui casse le moteur de la Lotus 107C[17]. Bertrand Gachot parvient à éviter de peu la voiture en perdition de Lamy[17]. Les deux pilotes sont quasiment indemnes malgré la violence du choc : « Ce qui m'est arrivé n'était rien » déclare Lehto, en comparaison à l'accident de Ratzenberger, avec qui il avait dîné quelques jours avant la course[17].

Article détaillé : Mort d'Ayrton Senna.
 
La mort du triple champion du monde Ayrton Senna durant la course changea durablement la Formule 1.

La voiture de sécurité intervient et les pilotes rescapés conservent leurs places à vitesse réduite derrière elle. Le fait de rouler derrière la voiture de sécurité à une vitesse lente conduisit les pneus à se refroidir. Lors du briefing d'avant-course, Ayrton Senna et Gerhard Berger ont exprimé leurs inquiétudes concernant ce problème[18]. Une fois le circuit nettoyé, la voiture de sécurité se retire et la course reprend. Un tour (le sixième) après la relance de l'épreuve, alors que Senna est en tête de la course, précédant Michael Schumacher, sa voiture sort de la piste à pleine vitesse dans la longue courbe de Tamburello. Bien qu'il ait décéléré de 306 km/h à 211 km/h, le pilote percute le mur. La cause de cet accident mortel est très probablement la rupture de la colonne de direction de la Williams FW16 du Brésilien. Elle a été réduite à la demande du pilote pour améliorer son confort de conduite, et une mauvaise soudure serait à l'origine de ce bris fatal rendant la monoplace incontrôlable à fond de sixième rapport dans cette courbe ultra-rapide.

À 14 h 17, le drapeau rouge est agité et la course interrompue. Sid Watkins arrive sur le lieu de l'accident pour s'occuper de Senna. Les pilotes en piste ralentissent puis retournent aux stands pour que les commissaires de course et l'équipe médicale puissent accéder au lieu de l'accident en toute sécurité. Par erreur, l'équipe Larrousse autorise Érik Comas à quitter les stands[19]. Les commissaires réussissent à lui intimer l'ordre de ralentir alors qu'il approche du lieu de l'accident presque à pleine vitesse. Comas évite toutes les personnes présentes sur le circuit mais est exclu de la course. Les images diffusées par la RAI montrant Senna en train d'être soigné sont si explicites quant à son état que la BBC décide de les remplacer par ses propres images de la ligne des stands[20]. Senna, enfin extrait de l'épave de la Williams, est transporté en hélicoptère à l'hôpital Maggiore, près de Bologne où son décès est prononcé. Trente-sept minutes après l'accident, à 14 h 55 la course reprend.

Deuxième départModifier

Les résultats de la course sont déterminés par les résultats du premier et du deuxième départ. Gerhard Berger prend la première position mais Schumacher reste premier sur la totalité de la course. Au douzième tour, soit quatre tours après le second départ, Schumacher reprend la tête de la course, Berger étant contraint à l'abandon. Après l'arrêt aux stands de Schumacher, Larini prend la tête de la course mais l'ordre est restauré dès que ce dernier s'arrête lui-même aux stands[21].

À dix tours de la fin, la roue arrière droite de la Minardi de Michele Alboreto se détache lors de sa sortie de la ligne des stands. Deux mécaniciens de Ferrari et deux de Lotus sont touchés et hospitalisés[22].

Michael Schumacher gagne finalement la course devant Nicola Larini et Mika Häkkinen. Il obtient donc après les trois premières courses du championnat du monde de Formule 1 1994 le maximum possible de 30 points. Larini monte pour sa seule fois de sa carrière sur le podium et inscrit à cette occasion ses premiers points. En hommage aux deux pilotes décédés, Roland Ratzenberger et Ayrton Senna, il n'y a pas d'ouverture de champagne lors de la cérémonie de remise des trophées.

Classement de la courseModifier

Classement de la course[23]
Pos. No  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 5   Michael Schumacher Benetton-Ford 58 1 h 28 min 28 s 642
(198,234 km/h)
2 10
2 27   Nicola Larini Ferrari 58 + 54 s 942 6 6
3 7   Mika Häkkinen McLaren-Peugeot 58 + 1 min 10 s 679 8 4
4 29   Karl Wendlinger Sauber-Mercedes 58 + 1 min 13 s 658 10 3
5 3   Ukyo Katayama Tyrrell-Yamaha 57 + 1 tour 9 2
6 0   Damon Hill Williams-Renault 57 + 1 tour 4 1
7 30   Heinz-Harald Frentzen Sauber-Mercedes 57 + 1 tour 7
8 8   Martin Brundle McLaren-Peugeot 57 + 1 tour 13
9 4   Mark Blundell Tyrrell-Yamaha 56 + 2 tours 12
10 12   Johnny Herbert Lotus-Mugen-Honda 56 + 2 tours 20
11 26   Olivier Panis Ligier-Renault 56 + 2 tours 19
12 25   Éric Bernard Ligier-Renault 55 + 3 tours 17
13 9   Christian Fittipaldi Arrows-Ford 54 Sortie de piste 16
Abd. 15   Andrea De Cesaris Jordan-Hart 49 Accident 21
Abd. 24   Michele Alboreto Minardi-Ford 44 Perte d'une roue 15
Abd. 10   Gianni Morbidelli Arrows-Ford 40 Moteur 11
Abd. 23   Pierluigi Martini Minardi-Ford 37 Sortie de piste 14
Abd. 31   David Brabham Simtek-Ford 27 Crevaison 24
Abd. 34   Bertrand Gachot Pacific-Ilmor 23 Pression d'huile 25
Abd. 19   Olivier Beretta Larrousse-Ford 17 Moteur 23
Abd. 28   Gerhard Berger Ferrari 16 Retrait volontaire 3
Abd. 2   Ayrton Senna Williams-Renault 5 Accident mortel 1
Abd. 20   Érik Comas Larrousse-Ford 5 Retrait volontaire 18
Abd. 6   Jyrki Järvilehto Benetton-Ford 0 Collision 5
Abd. 11   Pedro Lamy Lotus-Mugen-Honda 0 Collision 22
Np. 32   Roland Ratzenberger Simtek-Ford Accident mortel 26
Nq. 33   Paul Belmondo Pacific-Ilmor Non qualifié
Nq. 14   Rubens Barrichello Jordan-Hart Accident

Pole position et record du tourModifier

Ayrton Senna signe à Saint-Marin sa soixante-cinquième et dernière pole position de sa carrière[24], la troisième pour le compte de l'écurie Williams[25]. Cette pole position est la soixante-dixième de l'écurie Williams[26] et la quatre-vingt-onzième pour Renault en tant que motoriste[27].

Damon Hill signe quant à lui le cinquième meilleur tour en course de sa carrière[28], le soixante-dix-septième de son écurie[29] et le cinquante-neuvième de son motoriste[30].

Tours en têteModifier

Ayrton Senna, parti de la pole position, conserve la tête de la course jusqu'au début du sixième tour où il est victime d'un accident mortel au virage du Tamburello. Michael Schumacher prend alors la tête de la course jusqu'au douzième tour où il effectue son premier arrêt aux stands. Gerhard Berger passe alors en tête jusqu'au quinzième tour où il est dépassé par Mika Häkkinen. Ce dernier cède la première place à Nicola Larini lors de son arrêt au dix-huitième tour. Le pilote Ferrari conserve la première place jusqu'au vingt-cinquième tour où Michael Schumacher prend la tête pour le restant de la course[31].

Après-courseModifier

Réaction des pilotes à propos de la courseModifier

Michael Schumacher, vainqueur de l'épreuve, conserve sa première place au championnat du monde et conforte son avance en ayant remporté les trois premières courses de la saison. Néanmoins, ce nouveau succès est éclipsé par les drames survenu pendant le week-end : « Pour moi, il n'y a aucune satisfaction. Cette victoire devrait certainement me rendre heureux, mais selon moi, trop de choses sont arrivées ce week-end pour me laisser ressentir cela ».

Mika Häkkinen (McLaren-Peugeot), qui est arrivé en troisième position, réalise sa meilleure performance depuis le début du championnat et marque les premiers points en Formule 1 pour le motoriste Peugeot. Il déclare : « Je dois admettre que je suis heureux. C'était amusant. J'ai attaqué très fort jusqu'au bout, mais malheureusement, ce n'était pas suffisant pour obtenir une meilleure position. Le manque de vitesse de pointe a été notre problème ce week-end, et en partant de la huitième place, je savais qu'il serait difficile de dépasser ».

Le pilote Sauber Karl Wendlinger, quatrième de la course, égale son meilleur résultat en Formule 1 après avoir disputé un Grand Prix difficile : « Je suis très heureux de ma quatrième place, mais il n'y a aucune raison de faire la fête. Je suis juste très soulagé que ce triste week-end soit maintenant fini. J'essayais plusieurs fois de dépasser Häkkinen, mais à douze tours de la fin, l'échappement s'est cassé. Heureusement, le moteur n'a perdu trop de puissance ». Son équipier, Heinz-Harald Frentzen, termine à la porte des points, mais il n'y prête aucune importance, admettant que durant « toute la course », il a pensé à son « ami Roland »[17].

Hommage rendu à Ayrton SennaModifier

Article détaillé : Ayrton Senna.

À 18 h 40, heure locale, deux heures et vingt minutes après que Schumacher eut franchi la ligne d'arrivée, le docteur Maria Theresa Fiandri annonce officiellement le décès d'Ayrton Senna. La cause de la mort, établie par autopsie, incrimine une partie de la suspension de la voiture qui s'est détachée et a transpercé le casque du pilote pour se ficher dans son crâne, écrasant la partie avant de son cerveau[32]. L'heure du décès est établi à 14 h 17, ce qui signifie que le Brésilien a été tué sur le coup[33]. Le commentateur de la BBC, Murray Walker, décrit la mort de Senna comme « le jour de Grand Prix le plus sombre » dont il se souvient[34].

Senna reçoit des funérailles nationales à São Paulo (Brésil), le . Près de 500 000 personnes sont alignées dans les rues pour voir passer le cercueil[34]. Alain Prost, l'ancien rival de Senna, est l'un de ceux qui le portent[35]. Une grande partie de la communauté de la Formule 1 se rend à la cérémonie, même si le président de la FIA, Max Mosley, assiste pour sa part à l'enterrement de Ratzenberger qui a lieu le à Salzbourg (Autriche)[36]. Il déclare y être allé parce que tout le monde est allé à celui de Senna mais qu'il pensait qu'il était important d'aller à celui-ci[37].

Lors du Grand Prix suivant, à Monaco, afin de rendre hommage aux pilotes disparus, il est convenu de laisser vides les deux premières places de la grille de départ et d'y dessiner les drapeaux brésiliens et autrichiens, et d'observer avant le départ une minute de silence[38].

Enquête sur les circonstances de la mort de SennaModifier

Des procureurs italiens ont engagé des procédures judiciaires contre six personnes en relation avec la mort de Senna. Il s'agit de Frank Williams, Patrick Head et Adrian Newey de Williams ; Fedrico Bendinelli, représentant de l'Autodromo Enzo e Dino Ferrari ; Giorgio Poggi, directeur du circuit et Roland Bruynseraede, directeur de course[9]. Le verdict est rendu le , innocentant les six accusés des charges d'homicide[39].

À la suite de la décision de la cour, un appel est déposé par le procureur d'État contre Patrick Head et Adrian Newey. Le , l'appel blanchit Head et Newey de toutes charges du fait qu'aucune preuve ne les incriminait (des données de la boîte noire de Senna ont été perdues du fait de l'accident et 1,6 seconde de la vidéo de la caméra embarquée de Senna sont indisponibles du fait que le diffuseur a changé de plan juste avant l'accident), en vertu de l'article 530 du code pénal italien[40]. Le résultat de cet appel a été annulé en janvier 2003 par la cour de cassation invoquant une mauvaise interprétation de l'article 530[41]. Ce n'est que le que Head et Newey ont été définitivement acquittés[42].

Le renforcement de la sécurité des pilotesModifier

 
Le tracé du circuit d'Imola a été modifié après les deux accidents fatals de 1994.

Trois jours après le Grand Prix de Saint-Marin, la Fédération internationale de l'automobile organise une réunion extraordinaire lors de laquelle des mesures sont prises afin de renforcer la sécurité dans la voie des stands[4]. Afin de forcer les pilotes à rouler à faible allure, de légères courbes sont constituées à l'entrée et à la sortie des stands. L'accès aux puits est de plus interdit à toute personne n'intervenant pas lors des arrêts aux stands des pilotes. Enfin, un tirage au sort détermine l'ordre de passage des pilotes aux stands, qui ne peuvent ravitailler ou changer de pneumatiques en dehors de ce cadre. Les arrêts volontaires ne sont possibles qu'en cas d'urgence. Ces trois mesures sont effectives dès le Grand Prix de Monaco, disputé le week-end suivant[43].

Les accidents de Rubens Barrichello, Roland Ratzenberger et Ayrton Senna à Imola conduisent la FIA à modifier le règlement technique de la Formule 1 en cours de saison, outrepassant les accords Concorde. Ainsi, l'appui généré par le diffuseur et l'aileron arrière des monoplace doit être réduit de 15 % pour le Grand Prix d'Espagne ; les protections latérales des voitures doit également être renforcé à partir du Grand Prix du Canada tandis que leur poids minimum est augmenté de 25 kilogrammes. Des pompes à essence standard sont imposées tandis que les monoplaces doivent se doter d'un fond plat en escalier dès le Grand Prix d'Allemagne, cette dernière mesure devant initialement entrer en vigueur en 1995. Enfin, la FIA émet le souhait de diminuer la puissance des moteurs à 600 chevaux[4].

Toutefois, la suite du championnat est ponctuée par de nouveaux accidents : Damon Hill part en tonneaux au Grand Prix du Portugal, Yannick Dalmas décolle sur un vibreur à Monza et Karl Wendlinger heurte les barrières de protection à Monaco (le plongeant dans le coma). Cela conforte la FIA dans son intention de réduire les performances des monoplaces en changeant le règlement technique concernant leur design. Les intentions principales de la nouvelle réglementation sont de rendre les monoplaces encore plus sûres et moins rapides notamment en courbe. Ainsi, la cylindrée des monoplaces est réduite de 3 500 centimètres cubes à 3 000 centimètres cubes (cette réduction de cylindrée n'est toutefois pas directement liée aux accidents d'Imola), le poids des voitures est augmenté pour passer de 515 à 595 kilogrammes, la surface des appendices aérodynamiques réduite et surtout un patin en jabroc de 5 centimètres devient obligatoire sous le fond plat afin de réduire l'effet d'aspiration du sol. Les monoplaces sont dès lors équipées de structures de protection déformables intégrées à la coque autour du cockpit dont les dimensions sont accrues pour permettre au pilote de s'extraire de la monoplace en 5 secondes sans démonter le volant. Un appuie-tête de protection de 75 millimètres d'épaisseur et de 400 centimètres carrés de surface est également mis en place[44].

Le tracé du circuit d'Imola, dont la dernière modification date de 1981[45], est fortement modifié, notamment au niveau de Tamburello, lieu d'autres graves accidents (Gerhard Berger en 1989 et Nelson Piquet en 1987). Ce virage rapide est transformé en une chicane plus lente.

Les problèmes soulevés par Senna et Berger lors du briefing des pilotes le matin du Grand Prix de Saint-Marin ont mené à la refondation de la Grand Prix Drivers' Association (fondée en 1961 mais dissoute en 1982) lors de la course suivante (le Grand Prix de Monaco). En réactivant le GPDA, il s'agissait pour les pilotes de s'impliquer à nouveau dans les questions de sécurité[4].

Incendie chez Pacific RacingModifier

Alors que l'écurie britannique Pacific Racing rentre du Grand Prix de Saint-Marin, son camion prend feu. Toutefois, les Pacific PR01 ne sont pas endommagées et l'écurie assure être au départ du Grand Prix de Monaco[4].

StatistiquesModifier

Le Grand Prix de Saint-Marin 1994 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Ayrton Senna porte le record de pole positions qu'il détient depuis 1989 (il égalait le record de 33 pole positions de Jim Clark) à 65. Le record de Senna est égalé le 12 mars 2006 par Michael Schumacher qui le porte ensuite à 68 ; il est ensuite battu par Lewis Hamilton[57] ;
  • Nicola Larini marque ses premiers points (troisième de la course) en Grand Prix[58].

Classements généraux à l'issue de la courseModifier

Notes et référencesModifier

  1. Ainsi, la cylindrée des monoplaces est réduite de 3 500 à 3 000 cm3 (cette réduction de cylindrée n'est toutefois pas directement liée aux accidents d'Imola), le poids des voitures est augmenté pour passer de 515 à 595 kg, la surface des appendices aérodynamiques réduite et surtout un patin en jabroc de 5 centimètres devient obligatoire sous le fond plat afin de réduire l'effet de sol. Les nouveaux circuits, comme le circuit international de Sakhir (Bahreïn) incluront désormais dès leur conception de larges zones de ralentissement.
  2. « Classement des pilotes après le GP du Pacifique 1994 », sur statsf1.com (consulté le 2 septembre 2015)
  3. « Classement des constructeurs après le GP du Pacifique 1994 », sur statsf1.com (consulté le 2 septembre 2015)
  4. a b c d et e (en) « The Month in Motorsport », Motorsport Magazine,‎ , p. 6 à 10
  5. (en) « The Month in Motorsport », Motorsport Magazine,‎ , p. 4 à 8
  6. (de) « 1994 San Marino GP - Practice 1 », sur motorsportarchiv.de (consulté le 3 septembre 2015)
  7. (de) « 1994 San Marino GP - Qualifying 1 », sur motorsportarchiv.de (consulté le 3 septembre 2015)
  8. (en) « Ayrton Senna: The Last Hours », Andrew Longmore, The Times, 31 octobre 1994
  9. a b c d et e (en) Frank Williams, Maurice Hamilton, Macmillan, (ISBN 0-333-71716-3).
  10. (fr) « Ayrton Senna », Pierre Michaud, L'Humanité
  11. a et b (en) « Had Ayrton foreseen his death? » de Damon Hill, The Times, 17 avril 2004
  12. (de) « 1994 San Marino GP - Practice 2 », sur motorsportarchiv.de (consulté le 3 septembre 2015)
  13. (de) « 1994 San Marino GP - Qualifying 2 », sur motorsportarchiv.de (consulté le 3 septembre 2015)
  14. (en) (en) Brad Spurgeon, « 5 Years After Senna's Crash, Racing Is Safer — Some Say Too Safe : Imola Still Haunts Formula One », sur nytimes.com, (consulté le 20 avril 2013)
  15. « Saint-Marin 1994 Grille de départ », sur statsf1.com (consulté le 25 août 2011)
  16. (de) « GP San Marino 1994 - Warm-up », sur motorsportarchiv.de (consulté le 2 septembre 2015)
  17. a b c d e f et g (en) « Black Sunday », Motorsport magazine,‎ , p. 16 à 20
  18. a et b (en) « A tragic weekend »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), News International,
  19. (en) Autosport, 5 mai 1994
  20. (en) « There's Something about Murray », Roger Horton Autosport, 2000
  21. (en) « Grand Prix Results: San Marino GP, 1994 », GP Encyclopedia, grandprix.com.
  22. (en) émission télévisée San Marino Grand Prix, commentée par Steve Rider, BBC, 1994.
  23. « Saint-Marin Classement », sur statsf1.com (consulté le 25 août 2011)
  24. Soixante-cinquième pole position de sa carrière pour Ayrton Senna au GP de Saint-Marin, sur statsf1.com, consulté le 26 août 2011
  25. Troisième pole position d'Ayrton Senna pour Williams au GP de Saint-Marin, sur statsf1.com, consulté le 26 août 2011
  26. Soixante-dixième pole position pour Williams au GP de Saint-Marin, sur statsf1.com, consulté le 26 août 2011
  27. Quatre-vingt-onzième pole position pour Renault au GP de Saint-Marin, sur statsf1.com, consulté le 26 août 2011
  28. Cinquième meilleur tour en course de sa carrière pour Damon Hill au GP de Saint-Marin, sur statsf1.com, consulté le 26 août 2011
  29. Soixante-dixième meilleur tour en course de sa carrière pour Williams au GP de Saint-Marin, sur statsf1.com, consulté le 26 août 2011
  30. Cinquante-neuvième meilleur tour en course pour Renault au GP de Saint-Marin, sur statsf1.com, consulté le 26 août 2011
  31. Tour par tour, dans Sport Auto n° 389, juin 1994, p.69
  32. (en) « Williams Says Italy May Cite Steering In Senna's Death », Ian Thomsen, International Herald Tribune
  33. (en) « Secrets of Senna's black box », sur ayrton-senna.com (consulté le 4 septembre 2015)
  34. a et b (en) « Race ace Senna killed in car crash »,BBC News, 1er mai 1994
  35. (en) « Open Warfare », gpracing.com.
  36. (en) « Track Topics », David Tremayne, Mark Skewis, Stuart Williams et Paul Fearnley, Motoring News, News Publications Ltd., 5 avril 1994
  37. (en) « Max went to Roland's funeral », f1racing.net., 23 avril 2004
  38. (en) « A weekend to be endured », Motorsport Magazine,‎ , p. 23 à 29
  39. (en) « All six cleared in Senna trial », Senna Files, ayrton-senna.com., 16 décembre 1997
  40. (en) « Appeal absolves Head and Newey », Senna Files, ayrton-senna.com., 18 octobre 2006
  41. (en) « Senna death case back in court », BBC Sport, 28 janvier 2003
  42. (en) « Top designers acquitted on Senna », BBC Sport, 28 octobre 2006
  43. (en) « Formula One makes 3 safety changes », Reading Eagle,‎ , p. 6
  44. (en) « Preview of 1995 Formula1 Cars », Peter Wright, grandprix.com., 1995
  45. (en) « Autodromo Enzo e Dino Ferrari - Imola », gpracing.com.
  46. « Michael Schumacher - Victoires », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  47. « Benetton - Victoires », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  48. « Ford Cosworth - Victoires », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  49. « Ayrton Senna - Pole positions », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  50. « Williams - Pole positions », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  51. « Nicola Larini - Podiums », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  52. « Peugeot - Podiums », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  53. « Ayrton Senna - Grands Prix disputés », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  54. « Roland Ratzenberger - Grands Prix disputés », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  55. « Gerhard Berger - Grands Prix disputés », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  56. « Johnny Herbert - Grands Prix disputés », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  57. « Record des pole positions », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  58. « Nicola Larini points », sur statsf1.com (consulté le 3 septembre 2015)
  59. a et b « Saint-Marin 1994 Championnat », sur statsf1.com (consulté le 25 août 2011)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 septembre 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 26 septembre 2007 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.