Ouvrir le menu principal

Aston Martin

constructeur automobile anglais

Aston Martin
logo de Aston Martin
illustration de Aston Martin

Création 1913
Dates clés 1947 : rachat par David Brown
1987 : rachat par Ford
2007 : rachat par Prodrive
Fondateurs Lionel Martin
Robert Bamford
Personnages clés Andy Palmer, David Richards, David Brown, Carroll Shelby, James Bond
Forme juridique Société ouverte à responsabilité limitée
Slogan « Power, Beauty, Soul »
Siège social Gaydon, Warwickshire, Angleterre
Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni
Direction Andy Palmer (en) (P.-D.G.)
Marek Reichman (design)
Actionnaires Investment Dar (d), David Richards et ADEEM Investment and Wealth Management Company (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Automobile,Motos
Produits Véhicules de luxe et de course
Société mère Prodrive
Filiales Lagonda
Effectif 1 250
TVA européenne GB904447237[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.astonmartin.com

Dette l
Chiffre d'affaires 1 097 000 000 de livre sterling ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Deux Aston Martin au ravitaillement, lors des 24 Heures du Mans 1935.

Aston Martin est une marque anglaise de voitures de luxe et de course, créée en 1913 par Lionel Martin et Robert Bamford. Basée à Gaydon, dans le Warwickshire (Angleterre), elle est une filiale de Prodrive depuis 2007. Le nom vient du fait que Lionel Martin avait créé une voiture qui remporta la course d'Aston Clinton, dont il fut vainqueur en 1914[3]. La fusion des deux noms « Aston » et « Martin » donna donc le nom de la marque. L'emblème ailé, introduit en 1932 par Sammy Davis, un ancien pilote de la marque Bentley, a pour origine le dieu égyptien Khépri, symbolisé par un scarabée[4].

HistoireModifier

De 1910 à 1930Modifier

Article détaillé : Lionel Martin.

La première voiture produite par Lionel Martin fut terminée en 1913 ; elle était destinée à concurrencer Bugatti. Cette voiture atteignait les 115 km/h. Après la Première Guerre mondiale, la firme fut sauvée par l'aide financière du comte Zborowski, riche mécène d'origine polonaise. Le , la « Bunny » bat le record du monde en roulant 16 h 30 min à une moyenne de 125 km/h. En 1925, l’entreprise est mise en liquidation, mais est reprise en octobre 1926 par Augusto César Bertelli. En 1932, une Aston Martin gagne la coupe biannuelle du Mans.

De 1940 à 1970Modifier

 
Autos fabriquées par la compagnie Aston à Birmingham en 1948.

En 1947, la firme fait face à des difficultés financières, elle est rachetée par David Brown Limited, qui la fusionne avec Lagonda, qu'il possède déjà. Il installe l'usine à Newport Pagnell. En 1948 la marque remporte les 24 Heures de Spa. En 1956 et en 1959, Aston Martin tente des incursions dans la formule 1 mais sans succès. En 1956, la marque remporte le RAC Rally avec Lyndon Sims sur modèle DB2. En 1959, sortent les DBR, les voitures de course qui feront la renommée de l'entreprise. Ces voitures gagneront trois fois successivement les 1 000 km du Nürburgring, et seront victorieuses dans de très nombreuses courses internationales (notamment avec Carroll Shelby aux 24 Heures du Mans 1959). Cette même année 1959 voit également paraître la DB4, modèle précédant la DB5 rendue célèbre par son apparition dans le film Goldfinger en tant que voiture de fonction de James Bond. La marque passe sous le contrôle d'investisseurs américains, la Company Developments en 1972.

De 1980 à 2006Modifier

 
Nimrod NRA/C2-Aston Martin, 1984.

Avant le milieu des années 1980, la société change à nouveau de propriétaire, c'est une famille d'armateurs grecs, les Livanos, qui possédait alors 75 % des parts de la firme anglaise. En 1987, le groupe américain Ford devient actionnaire majoritaire de la firme, puis acquiert la totalité des actions en 1993. Durant les années 1980 et 1990, de nombreux modèles à succès sortiront : DBS V8, cabriolet Volante, Vantage, DB7... En 2004 Aston Martin et le préparateur automobile Prodrive créent l'écurie de course automobile Aston Martin Racing.

De 2007 à nos joursModifier

Une nouvelle page se tourne le pour Aston Martin. Le groupe Ford, en difficulté financière, avait en effet décidé de vendre la marque pour pouvoir mieux se concentrer sur son activité principale (la marque Ford). Après plusieurs hypothèses, dont le groupe LVMH, c'est un consortium mené par David Richards, John Sinders et deux sociétés koweïtiennes Investment Dar et Adeem Investment qui remportent la mise et deviennent les nouveaux propriétaires d'Aston Martin. Ils annoncent que la production des voitures sera prochainement délocalisée.

David Richards a remporté le championnat du monde des rallyes en 1981 aux côtés du Finlandais Ari Vatanen et dirige depuis 1984 la société anglaise Prodrive qui fabrique des pièces détachées pour voitures de course et qui projeta de participer au Championnat du Monde de Formule 1 en 2008 (sans suite). Aston Martin a également remporté les Le Mans Series 2009 pour sa première apparition en LMP1 en terminant toutes les courses sur le podiums dont deux victoires. Le coupé est nommé Lola-Aston Martin B09/60 ou Lola Aston Martin DBR1-2 en hommage aux 50 ans de la victoire de la DBR1 aux 24 heures du Mans 1959.

En 2012, Aston Martin crée son antenne de personnalisation appelée Q.

En 2013, Aston Martin fête le centenaire de sa création.

En janvier 2014, Aston Martin est contrainte de rappeler 17 590 véhicules, soit 75 % de six ans de production, après avoir découvert qu'un de ses sous-traitants utilisait du plastique de contrefaçon pour confectionner une partie de la pédale d'accélérateur[5].

En septembre 2014, Andy Palmer devient le nouveau patron d'Aston Martin et remplace l'allemand Ulrich Bez parti chez Alset[6].

En juillet 2017, Aston Martin a annoncé sa première voiture électrique, la RapidE. L'entreprise planifie de produire 155 RapidE en 2019[7].

En novembre 2017, Aston Martin a dévoilé la Vantage version route[8] et GTE[9].

Dans une nouvelle logique, Aston Martin annonce le que le constructeur pourrait revenir en Formule 1 en tant que motoriste après 2020[10].

En 2018, la marque dévoile au salon aéronautique de Farnborough un concept d'appareil volant à moteur hybride et à décollage et atterrissage vertical, La Volante Vision d'Aston Martin. Le concept est créé en partenariat avec l’université de Cranfield, Cranfield Aerospace Solutions, et Rolls-Royce[11].

En octobre 2018 , la firme Aston-Martin-Lagonda est cotée en bourse de Londres, recevant un accueil mitigé[12].

En novembre 2018, Aston Martin a dévoilé son premier SUV encore sous camouflage, le DBX[13]. Le , le constructeur dévoile la version de série du véhicule[14] au salon de Los Angeles 2019.

Aston Martin et James BondModifier

Les voitures Aston Martin sont récurrentes dans les films de James Bond. Les modèles de la marque apparaissent dans les films suivants :

ModèlesModifier

 
Aston Martin DB5, 1963.
 
Aston Martin DB9 coupé, 2004.
 
Aston Martin One-77, 2009.
 
Aston Martin Vantage, 2017.
 
Aston Martin DBS Superleggera, 2018.

ÉconomieModifier

Difficultés économiquesModifier

En octobre 2015, pour faire face à des pertes économiques importantes, le PDG d'Aston Martin, Andy Palmer, annonce la suppression de près de 300 emplois sur les 2 100 que compte le Groupe[18].

Ventes annuellesModifier

Avec l'arrivée de la DB11, les ventes d'Aston Martin ont augmenté de 50 % en 2017 par rapport à 2016, avec 5 117 véhicules commercialisés[19], et avant même l'arrivée de la nouvelle Vantage, modèle d'entrée de gamme le plus vendu de la marque de Gaydon.

Tableau de synthèse des ventesModifier

Année Ventes mondiales du constructeur Aston Martin
1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 6 000 7 000
2012[20] 3 800  
2013[21] 4 200  
2014[22] 3 661  
2015[22] 3 615  
2016[23] 3 700  
2017[24] 5 117  
2018[25] 6 441  

Lieux de productionModifier

La marque Aston Martin est produite à Gaydon en Angleterre.

ExportModifier

2009 : Arrivée officielle en Suède, en Croatie

2010 : Arrivée officielle en Pologne, au Chili

2011 : Arrivée officielle en Ukraine, en Turquie

2013 : Arrivée officielle au Mexique

En 2015, Aston Martin distribue ses véhicules dans les pays suivants:

Courses automobilesModifier

Très tôt, les voitures Aston Martin (comme ses concurrentes anglaises Jaguar et Bentley) sont engagées dans les courses d'endurance, préférant délaisser les Grands Prix. En 1931, les Aston Martin participent pour la première fois aux 24 Heures du Mans. Grâce au partenariat avec David Brown, ils remportent l'épreuve en 1959.

Les voitures sont également engagées en Formule 1 mais n'obtiennent aucun résultat satisfaisant. En 2004, la légende renaît avec l'écurie Aston Martin Racing qui devient champion du monde d'endurance 2014 dans la catégorie GTAm. En 2016 la marque devient également un des sponsors de l'écurie Red Bull Racing, et devient sponsor en titre de cette dernière à partir de 2018.

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

Résultats d'Aston Martin en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
1959   David Brown Corporation Aston Martin DBR4 Aston Martin Avon   Roy Salvadori
  Carroll Shelby
4 0 5e
1960   David Brown Corporation Aston Martin DBR5 Aston Martin Dunlop   Roy Salvadori
  Maurice Trintignant
1 0 8e

Résultats aux 24 heures du MansModifier

Année Écurie Châssis Numéro Catégorie Pilotes Résultats
1931 Aston Martin Cars Ltd LM6 24 1001 à 1500 Humphrey Cook

Jack Bezzant

Abandon
LM5 25 Augusto Cesare Bertelli

Maurice Harvey

5e
LM7 26 Sammy Newsome

Kenneth Peacock

Abandon
1932 Aston Martin Cars Ltd LM 20 1001 à 1500 Henken Widengren

Sammy Newsome

5e
21 Patrick Driscoll

Augusto Cesare Bertelli

7e
22 Kenneth Peacock

Jack Bezzant

Abandon
1933 Aston Martin Cars Ltd Ulster 24 1001 à 1500 Augusto Cesare Bertelli

Sydney Charles Davis

7e
25 Clifton Penn-Hughes

Patrick Driscoll

5e
26 Elsie Wisdom

Mortimer Herbert Morris-Goodall

Abandon
1934 Aston Martin Cars Ltd Ulster 21 1001 à 1500 Clifton Penn-Hughes

Augusto Cesare Bertelli

Non-classé
22 Thomas Stewart Forthringham

John Appleton

Abandon
23 Mortimer Herbert Morris-Goodall

John Elwes

Abandon
1949 Aston Martin Lagonda DB2 19 2001 à 3000 Leslie Johnson

Charles Brackenburry

Abandon
1950 Aston Martin Cars Ltd DB2 19 2001 à 3000 George Abecassis

Lance Macklin

5e
20 Eric Thompson

John Stapleton Gordon

Abandon
21 Charles Brackenburry

Reg Parnell

6e
1951 Aston Martin Cars Ltd DB2 24 2001 à 3000 Reg Parnell

David Hampshire

7e
25 George Abecassis

Brian Shawe-Taylor

5e
26 Lance Macklin

Eric Thompson

3e
1952 Aston Martin Cars Ltd DB3 25 2001 à 3000 Lance Macklin

Peter Collins

Abandon
26 Dennis Poore

Pat Griffith

Abandon
27 Reg Parnell

Eric Thompson

Abandon
1953 Aston Martin Cars Ltd DB3S 25 2001 à 3000 Reg Parnell

Peter Collins

Abandon
26 Roy Salvadori

George Abecassis

Abandon
27 Dennis Poore

Eric Thompson

Abandon
1954 David Brown DB3S 8 2001 à 3000 Reg Parnell

Roy Salvadori

Abandon
20 Prince Bira

Peter Collins

Abandon
21 Graham Whitehead

Jimmy Stewart

Abandon
22 Carroll Shelby

Paul Frère

Abandon
1955 Aston Martin Cars Ltd DB3S 23 2001 à 3000 Peter Collins

Paul Frère

2e
24 Roy Salvadori

Peter Walker

Abandon
25 John Riseley-Prichard

Tony Brooks

Abandon
1956 Aston Martin Cars Ltd DB3S 8 2001 à 3000 Peter Collins

Stirling Moss

2e
9 Roy Salvadori

Peter Walker

Abandon
14 Reg Parnell

Tony Brooks

Abandon
1957 David Brown DBR2 5 3001 à 5000 Peter Whitehead

Graham Whitehead

Abandon
DBR1 19 2001 à 3000 Les Leston

Roy Salvadori

Abandon
20 Noël Cunningham-Reid

Tony Brooks

Abandon
DB3S 21 Jean Kerguen

Jean-Paul Colas

11e
1958 David Brown Racing Dept. DBR1 2 2001 à 3000 Jack Brabham

Stirling Moss

Abandon
3 Maurice Trintignant

Tony Brooks

Abandon
4 Stuart Lewis-Evans

Roy Salvadori

Abandon
1959 David Brown Racing Dept. DBR1 4 Sport Jack Fairman

Stirling Moss

Abandon
5 Carroll Shelby

Roy Salvadori

1er
6 Paul Frère

Maurice Trintignant

2e
1962 David Brown Racing Dept. DP212 11 EXP Richie Ginther

Graham Hill

Abandon
1963 David Brown

Aston Martin Lagonda

DP214 7 GT Jo Schlesser

Bill Kimberley

Abandon
8 Innes Ireland

Bruce McLaren

Abandon
DP215 18 P Phil Hill

Lucien Bianchi

Abandon
1989 Aston Martin Cars Ltd AMR1 18 C Michael Roe

Costas Los

Brian Redman

11e
19 Ray Mallock

David Leslie

David Sears

Abandon

Notes et référencesModifier

  1. « https://amadeus.bvdinfo.com/version-2019829/ » (consulté le 4 septembre 2019)
  2. rapport annuel, consulté le  
  3. Les noms de marque et leur origine, Edito-Service SA, Genève, 1979
  4. (en) Origin of the Aston Martin Badge, Aston Martin Magazine, hiver 2011, p. 42
  5. Article du , La Tribune
  6. Un nouveau pdg de luxe chez Aston Martin, sur le-blog-finance.com
  7. (en) Jeremy White, « Aston Martin is making its first all-electric model – the RapidE », ’’Wired’’,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2017)
  8. Gaël Angleviel, « Aston Martin dévoile la Vantage », sur franceracing.fr
  9. Gaël Angleviel, « Aston Martin lève le voile sur la Vantage GTE », sur franceracing.fr
  10. Vers un retour d'Aston Martin en F1 en tant que motoriste ? - L'Équipe, .
  11. Aston Martin Amène Le Luxe Jusqu’Aux Cieux Avec La Volante Vision, Forbes, 22 juillet 2018
  12. AFP, « Aston Martin fait une entrée mitigée en Bourse à Londres », RTBF,
  13. Matthieu Roux, « Aston Martin DBX: Le SUV anglais se dévoile camouflé », sur monautonews.com,
  14. Matthieu Roux, « Aston Martin DBX 2021, le SUV de la reconquête ? », Reead.com,
  15. Skyfall : L'Aston Martin DB5 de nouveau en action !, sur jamesbond007.net
  16. (en) Cette page du site officiel du constructeur propose une série de photographies et quelques détails techniques.
  17. Arnaud Peytier, « AMB 001, une Aston Martin à 2 roues », Turbo,
  18. « 300 licenciements en vue chez Aston Martin », sur Sportauto.fr (consulté le 19 octobre 2015)
  19. Audric Doche, « Explosion des ventes pour Aston Martin en 2017 », Caradisiac,
  20. Maël Pilven, « Aston Martin continue à réduire ses pertes », 'Sport Auto,
  21. Alain-Gabriel Verdevoye, « Aston Martin, la belle anglaise qui cumule les pertes », Challenges,
  22. a et b « Aston Martin a encore perdu de l'argent en 2015 », Sport Auto,
  23. Vincent Collen, « Aston Martin rebondit grâce au succès de sa nouvelle DB11 », Les Échos,
  24. Antoine Chênerie, « Aston Martin réalise 5 117 ventes dans le monde en 2017 », La Tribune Auto,
  25. Florent Ferrière, « Salon de Genève 2019 – Supercars, un monde qui ne connaît pas la crise », Caradisiac,

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier