Prince Bira

pilote automobile
Birabongse Bhanudej
dit Prince Bira
Description de cette image, également commentée ci-après
Prince Bira, en uniforme de flight lieutenant (Royal Air Force) en , sur la base de la Royal Navy de St Merryn (en), Cornouailles.
Biographie
Surnom Prince Bira
Date de naissance
Lieu de naissance Bangkok, Siam
Date de décès (à 71 ans)
Lieu de décès Londres, Royaume-Uni
Nationalité Siam (Thaïlande)
Carrière
Années d'activité 1935 - 1955
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Enrico Platé-Maserati
Écurie Siam-Maserati
Équipe Gordini
Connaught
Scuderia Milano-Maserati
Prince Bira-Maserati

Statistiques
Nombre de courses 23 (19 départs)
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0
Champion du monde 0

Birabongse Bhanutej Bhanubandh (พีรพงศ์ ภาณุเดช en langue thai), dit Prince Bira, est un prince et pilote automobile thailandais, né le à Bangkok (Krung Thep Maha Nakhon) au Siam et mort le à Londres.

Il participe aux premières éditions du championnat du monde de Formule 1 au début des années 1950, après des débuts européens en 1935. Il fait partie des plus grands gentlemen-drivers de son époque, connu pour son élégance et son raffinement (il portait un smoking sous sa combinaison de pilote).

Après sa carrière sur les circuits automobiles, il se consacre à la voile et participe à quatre éditions des Jeux olympiques, de 1956 à 1972.

Biographie modifier

Le prince Birabongse Bhanutej Bhanubandh (plus tard couramment appelé en Europe « Prince Bira »[1]) est le petit-fils du roi Mongkut. Après avoir perdu sa mère à l'âge de 4 ans, il est envoyé en 1927 en Europe pour terminer son éducation au collège d'Eton puis à l'université de Cambridge[2].

Carrière automobile modifier

Années 1930 modifier

 
Prince Bira vainqueur de la Coupe du Prince Rainier 1.5L. en 1936 à Monaco sur l'ERA B Remus.
 
La Bira Blue 1936, ou ERA B Remus du prince de la future Thaïlande, à ses couleurs.

Prince Bira perd alors son père, et c'est dorénavant son cousin, le prince Chula Chakrabongse, qui veille sur lui et avec qui il habite dans un appartement à Londres[2]. Il a sa première expérience en sport mécanique grâce aux finances de Chula qui crée, après les premiers succès de son écurie, la White Mouse Racing, pour laquelle Bira choisit les couleurs de course du Siam, bleu pâle et jaune. Prince Bira participe ainsi, au volant d'une Riley Imp, à deux courses à handicap sur le circuit de Brooklands en 1935, finissant cinquième et huitième. Il se tourne également vers les arts et étudie la sculpture et la peinture, et rencontre sa future femme, une Anglaise prénommée Ceril[2].

Il pilote ensuite à Brooklands une MG Magnette K3, lors de deux courses en juin- et enchaîne avec une épreuve à Donington. La même année, le prince Chula lui offre une voiturette de course ERA R2B qu'il surnomme Romulus[3]. Au volant de son Aston Martin, il connaît la première de ses quatre apparitions consécutives au Tourist Trophye puis, le , établit le record de vitesse du circuit court de Brooklands en catégorie 1,5 litres. Il se fait alors appeler « B. Bira » en course, étant alors la seule personne de son pays à disputer des compétitions internationales.

En 1936, le prince Chula achète une seconde ERA, Remus, pour disputer les courses britanniques, la Romulus restant affectée aux courses internationales. Il se porte également acquéreur d'une Maserati 8CM[2]. Prince Bira remporte la coupe du Prince Rainier à Monte-Carlo (pour monoplaces 1.5L) puis il gagne encore quatre courses avec l'ERA-B, dont deux victoires successives françaises au printemps et en été en Picardie et à Albi aux Planques[4]. Il conduit la Maserati de Grand Prix à la cinquième place à Donington et à la troisième à Brooklands[2]. Travaillant également avec passion la sculpture, il parvient à exposer à la Royal Academy. En 1937, il remporte les premières 12 Heures de Donington sur une Delahaye 135CS en compagnie de Hector G. Dobbs[5], puis finit troisième du Tourist Trophy sur une BMW 328[2]. Il remporte également le premier de ses trois BRDC Gold Star consécutifs.

Après le départ de Dick Seaman pour Mercedes en 1937, les cousins thaïs achètent une Delage de Grand Prix et un second exemplaire en pièces détachées. Malgré l'embauche de Lofty England, un ingénieur d'expérience et futur chef de l'équipe Jaguar, les voitures n'obtiennent pas les résultats attendus[3]. À plusieurs occasions, Prince Bira doit courir avec ses anciennes voitures, désormais dépassées. Les sommes dépensées pour l’entretien de la Delage mettent les finances de l'équipe à mal et les sommes allouées à l’entretien des ERA sont réduites en conséquence. Si Bira conserve des résultats respectables dans les courses anglaises (où l'un de ses grands rivaux est Arthur Dobson), ce n'est pas le cas lors des courses internationales. Il connaît sa première participation aux 24 Heures du Mans en 1939 où, au volant d'une Alfa Romeo 6C 2500 SS partagée avec Raymond Sommer, il abandonne sur problèmes de moteur[2]. Durant cette même année, il s'impose sur l'Instone Trophy, championnat officieux de Brooklands qu'il glane aussi en 1940.

Seconde Guerre mondiale modifier

 
Le flight lieutenant Prince Bira, en uniforme de la Royal Air Force en , au centre, à gauche de l’élève-pilote installé sur un siège, donnant des instructions de pilotage de planeur militaire sur la base de la Royal Navy (RN) de St Merryn (en), Cornouailles. Les personnes portant des calots au centre sont des élèves-pilotes ; les autres personnes présentes sont des cadres de la RAF et de la RN.

La guerre survient, et faute d'avoir pu intégrer la Royal Air Force, le prince Bira, son cousin et leurs épouses respectives se retirent dans une maison des Cornouailles[2].

Cependant, la photographie ci-contre, provenant de l’Imperial War Museum, atteste que Prince Bira, en , était flight lieutenant dans la Royal Air Force, avec fonction d’instructeur en chef (chief instructor), notamment pour du pilotage de planeur militaire, sur la base de St Merryn (en) de la Royal Navy, en bord de mer au nord des Cornouailles[réf. nécessaire]. C’est ce type de planeur qui a notamment été utilisé par les Alliés anglo-américains quatre mois après, dans la nuit du 5 au , en opération préliminaire au débarquement de Normandie.

Après-guerre et Formule 1 modifier

 
Bira au Grand Prix de Zandvoort en 1948.

Après la guerre, Prince Bira reprend la course automobile, de laquelle son cousin Chula prend peu à peu du recul. Il retrouve le succès dès 1946 en l'emportant au volant de sa Hanuman dans l’Ulster Trophy. L'année suivante, il remporte le Grand Prix des Frontières à Chimay en Belgique, avec une Maserati 4CL récemment achetée, tout en s'imposant sur une Simca-Gordini F2 à Berne et à Reims pour la première Coupe des petites cylindrées[2]. En 1948, année où son cousin se retire définitivement, il gagne le Grand Prix des Pays-Bas, et en 1949 le Grand Prix de Suède, avec sa Maserati[2]. Cette même année, il collectionne les deuxièmes places à Mar Del Plata, San Remo, Perpignan, Reims et Albi, souvent précédé par Fangio[2].

En 1950, le premier championnat du monde de Formule 1 voit le jour. Il prend part à quatre des sept Grands Prix avec une Maserati 4CLT/48. Il connaît deux abandons dont le premier lors du Grand Prix inaugural de Grande-Bretagne, mais termine 5e à Monaco puis 4e en Suisse, ce qui lui permet de décrocher la huitième place au championnat avec cinq points[3].

En 1951, il dispute des Grands Prix hors-championnat sur une Maserati 4CLT équipée d'un moteur O.S.C.A. V12, sans grand résultat, d'autant que le prince souffre des conséquences d'un assez grave accident de ski, avec néanmoins un succès au Richmond Trophy à Goodwood[2]. La saison suivante, il pilote des Gordini en F1, où il ne marque aucun point, et en F2 où il termine 2e à Marseille. En 1953, il change de monture avec dorénavant une Connaught A et obtient pour meilleur résultat une 7e place au Grand Prix de Grande-Bretagne. Il passe également plusieurs mois à Bangkok qu'il rallie depuis Londres aux commandes de son avion personnel, et s'intéresse aux régates ou encore au vol à voile[2].

En 1954, grâce à une nouvelle Maserati 250F, il gagne à nouveau le Grand Prix des frontières à Chimay, puis termine quatrième du Grand Prix de l'ACF[3]. Cette dernière lui donne ses trois derniers points en Formule 1, lui permettant de conclure le championnat au 17e rang. Hors championnat, il finit aussi deuxième à Rouen et Pescara et quatrième à Caen[2]. Il participe aussi une dernière fois aux 24 Heures du Mans sur Austin-Healey 100 qu'il partage avec Peter Collins. Il abandonne, cette fois ci après s'être retourné dans un fossé juste avant Maison-Blanche sous la pluie nocturne[2].

En 1955, il se rend en Océanie et gagne le Grand Prix de Nouvelle-Zélande disputé hors-championnat, puis termine 3e à Teretonga[2],[3]. C'est le même résultat qu'il enregistre lors de l’International Trophy à Silverstone, théâtre de sa dernière course avant sa retraite du sport automobile à 41 ans et son retour en Thaïlande[2].

Carrière en nautisme modifier

À partir de 1956, il dispute pour son pays quatre fois les Jeux olympiques d'été, en voilier de régate type star gréé en sloop[2].

En 1956 sur Tichiboo, il se classe douzième avec Luang Pradiyat Navayudh ; en 1960, avec Boonpuen Chomvith sur Siamese-Cat, il termine dix-neuvième. En 1964, avec le Dragon Linglom, il se classe vingt-deuxième et en 1972, avec le Tempest Tailand, il se classe vingt-et-unième à 58 ans[6].

Il devient ensuite en 1978 l'un des principaux organisateurs du championnat du monde de Fireball en Thaïlande. Il connaît aussi de lourds ennuis financiers[3].

Mort modifier

Prince Bira meurt brutalement d'une crise cardiaque en , alors qu’il est dans la station Barons Court du métro londonien[3],[2]. Comme il n’est pas accompagné et qu’il ne porte pas de papiers d’identité, il est identifié par l’ambassade de Thaïlande à Londres, après qu’un écrit en thaï est retrouvé sur lui par la police.

Hommages modifier

Le circuit automobile qui a ouvert l’année suivant sa mort, en 1986, situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Pattaya en Thaïlande, porte son nom : le circuit Bira (en).

Un mémorial à Regatta, érigé en 1990, lui est dédié.

Résultats en championnat du monde de Formule 1 modifier

Prince Bira a disputé au total dix-neuf Grands Prix de Formule 1.

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1950 Enrico Platé Maserati 4CLT/48 Maserati 4 en ligne compressé Pirelli 4 5 8e
1951 Écurie Siam Maserati 4CLT/48 Maserati 4 en ligne compressé
O.S.C.A. V12
Pirelli 1 0 n.c.
1952 Équipe Gordini Simca-Gordini T15
T16
Gordini 4 en ligne
Gordini 6 en ligne
Englebert 4 0 n.c.
1953 Connaught
Scuderia Milano
Connaught A
Maserati A6GCM
Lea Francis 4 en ligne
Maserati 6 en ligne
Dunlop 4 0 n.c.
1954 Prince Bira Maserati 250F Maserati 6 en ligne Dunlop 6 3 17e

Résultats en course avant-guerre modifier

 
Grand Prix de Cork 1938 : Prince Bira (vainqueur), Gianfranco Comotti et René Dreyfus en discussion avant le départ.

Courses pour lesquelles Prince Bira termina à l’une des trois premières places :

Classe Date Épreuve Écurie Autos. Position
G-P AG juil.-35 Nuffield Trophy Privé MG Magnette K3 2e
G-P AG juil.-35 Grand Prix de Dieppe Voiturette Privé ERA B 2e
G-P AG août-35 Prix de Berne Privé ERA B 2e
G-P AG oct.-35 Mountain Championship Privé ERA B 3e
G-P AG avr.-36 Coupe Prince Rainier Privé ERA B 1er
G-P AG mai-36 RAC International Light Car Race Privé ERA B 2e
G-P AG juin-36 ADAC Eifelrennen Voiturette ERA Ltd. ERA B 3e
G-P AG juin-36 Grand Prix de Picardie ERA Ltd. ERA B 1er
G-P AG juil.-36 Grand Prix d'Albi Privé ERA B 1er
G-P AG oct.-36 Mountain Championship Privé Maserati 8CM 3e
G-P AG avr.-37 Coppa Principessa di Piemonte Voiturette Privé ERA B 2e
G-P AG mai-37 Campbell Trophy Privé Maserati 8CM 1er
G-P AG juin-37 RAC International Light Car Race Privé ERA B 1er
G-P AG juil.-37 12 heures de Donnington White Mouse Stable Delahaye 135CS 1er
G-P AG août-37 Prix de Berne Privé ERA B 3e
G-P AG août-37 Junior Car Club 200 Mile Race Privé Maserati 8CM 2e
G-P AG sept.-37 RAC International Tourist Trophy Automobiles Frazer Nash Ltd. BMW 328 3e
G-P AG avr.-38 Cork Grand Prix Privé ERA C 1er
G-P AG avr.-38 Cork International Road Race Privé Maserati 8CM 2e
G-P AG mai-39 Sydenham Plate Privé Delahaye 135CS 1er
G-P AG juin-39 Nuffield Trophy Privé ERA C 1er
G-P AG juil.-39 Grand Prix d'Albi Privé ERA B 3e

Note : G-P AG: Grand-Prix formule avant guerre

Résultats en courses après-guerre modifier

 
Prince Bira au volant de sa Maserati 4CL, au départ du Grand Prix de Zandvoort 1948 qu’il va gagner.
 
La Maserati A6GCM de Prince Bira.
 
La Maserati A6GCM de Prince Bira en démonstration à Silverstone en 2009.
Courses pour lesquelles Prince Bira termina à l’une des trois premières places
Classe Date Épreuve Écurie Auto Position
G-P AG oct.-46 Ulster Trophy Privé ERA C 1er
Formule 2 mai-47 Prix du Léman Équipe Gordini Simca-Gordini T11 1er
Formule 2 juin-47 Coupe des Petites Cylindrées White Mouse Stable Simca-Gordini T11 1er
G-P AG août-47 Manx Cup Équipe Gordini Simca-Gordini T11 1er
Formule 2 sept.-47 Coupe de Lyon Équipe Gordini Simca-Gordini T11 2e
Formule 2 févr.-48 2e Grand Prix de Genève Équipe Gordini Simca-Gordini T11 2e
Formule 2 mai-48 Stockholm's Grand Prix Équipe Gordini Simca-Gordini T15 1er
G-P AG juil.-48 Grote Prijs van Zandvoort Privé Maserati 4CL[7] 1er
Temporada févr.-49 Gran Premio del General San Martín White Mouse Stable Maserati 4CLT 2e
G-P AG mars-49 Gran Premio di San Remo Enrico Platé Maserati 4CLT 2e
G-P AG juil.-49 Grand Prix de l'ACF-Reims Enrico Platé Maserati 4CLT/48 2e
G-P AG juil.-49 Grote Prijs van Zandvoort Enrico Platé Maserati 4CLT/48 3e
G-P AG juil.-49 Grand Prix du Roussillon Enrico Platé Maserati 4CLT/48 2e
G-P AG oct.-49 Grand Prix d'Albi Enrico Platé Maserati 4CLT/48 2e
G-P AG nov.-49 Gran Premio d'Italia Enrico Platé Maserati 4CLT/48 3e
Hors-champ. sept.-50 Goodwood Trophy Enrico Platé Maserati 4CLT/48 2e
Hors-champ. mars-51 Richmond Trophy Privé Maserati 4CLT/48 1er
Formule 2 avr.-52 Grand Prix de Marseille Équipe Gordini Simca-Gordini T15 2e
Formule 2 juin-54 Grand Prix des Frontières-Chimay Privé Maserati A6GCM 1er
Hors-champ. août-54 Circuito di Pescara Privé Maserati 250F 2e
Hors-champ. nov.-54 Grand Prix de Rouen Privé Maserati 250F 2e
Hors-champ. juil.-55 B.R.D.C.International Trophy Privé Maserati 250F 3e
Hors-champ. août-55 New Zealand Grand Prix Privé Maserati 250F 1er

notes :

  • Hors-champ. : hors championnat
  • G-P AG: Grand Prix formule avant guerre
  • Temporada: Grand Prix formule Argentine

Résultats aux 24 Heures du Mans modifier

Année Écurie Châssis Coéquipiers Résultats
1939 Automobili Alfa Romeo

R. Sommer

Alfa Romeo 6C 2500 SS Raymond Sommer Abandon
1954 David Brown Aston Martin DB3S Peter Collins Abandon

Distinctions modifier

 
Prince Bira en 1936, pour le Grand Prix de Picardie, qu’il remporte.

Notes et références modifier

  1. « 8W - Who? - "B Bira" », sur www.forix.com (consulté le ).
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s François Hurel, « Le Prince Bira », Auto Hebdo,‎ (ISSN 0395-4366).
  3. a b c d e f et g Martin Businaro, « La légende du Prince Bira », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le ).
  4. 1936 Grand Prix (team DAN).
  5. (en) Les 12 Heures de Donington - RacingSportsCars.
  6. (en 1972, le participant le plus âgé en voile est l'irlandais Joe McMenamin à 59 ans).
  7. [1] Détails.
  8. National F1 champions (AutoSport forums, le 31 janvier 2002).

Liens externes modifier