Ouvrir le menu principal

27e division d'infanterie (France)

Les chefs de la 27e division d'infanterieModifier

  • -  : général Cambriels
  • (..)
  • -  : général de Saint-Hilaire
  •  : général Fay
  •  : général Lespieau
  • -  : général Zédé
  • -  : général Faure-Briguet
  •  : général Marchand
  •  : général Soyer
  •  : général Courbebaisse
  •  : général de Ferron
  •  : général Espinasse
  •  : général Baret
  •  : général Blazer
  •  : général de Bazelaire
  • -  : général Legrand
  •  : général Barthélémy
  • - : général Roux
  • (..)
  • -  : général Farret
  • 1926 : général Goybet
  • 1927 : général Demtz
  • (..)

Les chefs de corps de la 27e division d'infanterie alpine (DIAlp)Modifier

  • -  : général Dosse
  • (..)
  • 1938 : général Cartier
  • - 1940 : général Doyen
  • 1940 : général de Bizemont
  • .
  • 1944 : lieutenant-colonel Vallette d'Osia
  • 1945 - 1946 : général Molle
  • 1946 - 1958 : colonel Vallette d'Osia
  • 1958-1961 : général Faure
  • 1961- 1962 : général Le Ray
  •  ??? : Laurens
  • 1987 : De Peyrelongue
  • 1990 : Guy Giraud

Première Guerre mondialeModifier

Mobilisée dans la 14e Région, la division appartient au 14e corps d'armée, au sein de la 1re armée française.

Composition au cours de la guerreModifier

  • 53e brigade :
75e régiment d'infanterie d' à
140e régiment d'infanterie d' à
14e bataillon de chasseurs alpins d'août à
  • 54e brigade :
52e régiment d'infanterie d' à
7e bataillon de chasseurs alpins d'août à
415e régiment d'infanterie de à
416e régiment d'infanterie et de à
8e régiment d'infanterie territoriale d'août à
  • Cavalerie :
9e régiment de hussards (1 escadron)
  • Artillerie :
2e régiment d'artillerie de campagne (3 groupes 75) d' à
1er régiment d'artillerie de montagne (1 batterie de 65) d' à
2e régiment d'artillerie de montagne (1 batterie de 65) d' à
124e batterie de 58 du 6e régiment d'artillerie de campagne de à
101e batterie de 58 du 2e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
6e groupe de 155c du 114e régiment d'artillerie de juillet à
  • Génie :
4e régiment du génie (compagnie 14/1)

HistoriqueModifier

1914Modifier

13 -  : combats vers le col du Bonhomme et vers Sainte-Marie-aux-Mines. À partir du , mouvement par Saales, en direction de Schirmeck : combats vers Salm et Vaquenoux, puis défense de la région est de Prayé, col du Hantz.
Offensive en direction de Raon-l’Etape et combats vers Saint-Blaise-la-Roche. Puis le 27, repli derrière la Meurthe.

Combats vers Étival, Saint-Remy, Nompatelize, La Bourgonce, La Salle et la Croix-Idoux. À partir du , offensive jusque dans la région de Senones, Raon-l'Étape.

1915Modifier

17 -  : attaques françaises et contre-attaques allemandes.
  • 8 –  : retrait du front et repos vers Breteuil. À partir du , transport par V.F. dans la région de Courtisols.
  •  : mouvement vers le front et occupation d’un secteur vers le moulin de Perthes et le bois Sabot, réduit à gauche, le , jusqu’à l’est du bois Sabot. Engagé du 25 au 29 septembre, dans la 2e Bataille de Champagne. Attaques françaises à l’est de la cote 193, et enlèvement de toute la 1re position allemande.
 : réduction de la zone d’action qui est limitée, à droite, à la cote 193.
  •  : retrait du front et repos vers Courtisols et Pogny. À partir du , transport par V.F. dans la région de Giromagny ; repos, instruction. À partir du , mouvement, par Mélisey et Plombières-les-Bains, vers le camp d'Arches ; instruction. À partir du , occupation d’un secteur vers l’Hartmannswillerkopf, sous les ordres de la 66e DI. À partir du , mouvement vers Montbéliard ; travaux. À partir du , transport par V.F. dans la région de Gondrecourt. Repos vers Ligny-en-Barrois.

1916Modifier

  • -  : mouvement vers la région sud de Souilly, puis vers celle de Verdun. À partir du , engagée dans la bataille de Verdun, d'abord par éléments vers la ferme de Thiaumont et Damloup, puis à partir du en entier vers le sud de Damloup et d'Eix.
  • -  : retrait du front (éléments en secteur jusqu'au ), puis transport par camions vers Pierrefitte ; repos.
  • -  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers le sud du village des Éparges et Bonzée.
 : attaque allemande.
  • 12 -  : retrait du front, puis occupation d'un secteur entre la route de Verdun et Vaux-devant-Damloup et la ferme Dicourt, éléments en secteur dès le .
 : attaque française sur le bois du Chênois.
  • -  : retrait du front, repos vers Chaumont-sur-Aire. À partir du , transport par V.F. dans la région de Fismes.
  • -  : occupation d'un secteur vers Loivre et Berry-au-Bac.

1917Modifier

  • -  : retrait du front ; repos et instruction vers Ville-en-Tardenois. À partir du , mouvement par étapes vers Neuilly-en-Thelle ; repos.
  • 2 -  : transport par camions vers Hangest-en-Santerre et occupation d'un secteur entre Chilly et la route d'Amiens à Roye.
  • -  : retrait du front (relève par les troupes britanniques) ; repos vers Breteuil.
  • -  : occupation d'un secteur entre l'Avre et la route d'Amiens et de Roye. À partir du , poursuite des troupes allemandes lors de leur repli stratégique (opération Alberich) : combats à Jussy et à Hinacourt. À partir du , occupation d'un secteur vers Essigny-le-Grand et au nord de Vendeuil. À partir du , en seconde ligne.
  • 2 -  : retrait du front, mouvement vers Noyon ; repos et travaux. Le , mouvement vers Jussy et le vers Noyon ; repos.
  • -  : occupation d'un secteur vers Urvillers et Grugies.
  • 8 -  : retrait du front, mouvement vers Noyon ; puis transport par camions vers Fismes.
  • -  : engagée dans la bataille du Chemin des Dames, occupation d'un secteur entre la ferme d'Hurtebise et la route de Paissy à Ailles.
 : violente attaque allemande.
  • -  : retrait du front, mouvement vers Lassigny et à partir du , instruction au camp.
  • -  : mouvement vers Jussy, puis occupation d'un secteur vers Moÿ-de-l'Aisne et Urvillers.
  • -  : retrait du front, mouvement vers Salency ; repos. Le , mouvement vers Attichy et à partir du , travaux préparatoires vers le moulin de Laffaux en vue de l'offensive projetée.
  • -  : engagée dans la bataille de la Malmaison vers la ferme de Mennejean et le moulin de Laffaux ; progression jusqu'à l'Ailette. Organisation des positions conquises vers Anizy-le-Château et la ferme Rosay.
  • -  : retrait du front et transport par camions dans la région Chamant, Senlis, Gonesse (camp retranché de Paris) ; à partir du mouvement par étapes vers Senlis ; repos.
  • 7 -  : mouvement vers Attichy ; repos.
  • -  : transport par V.F. d'Attichy dans la région de Mailly-le-Camp ; repos et instruction au camp.

1918Modifier

 : attaque sur Koutkot et Haegedoorne.
  • -  : retrait du front et repos vers Oudezeele. À partir du , transport par V.F., de Saint-Omer, dans la région de Coulommiers, puis transport par camions vers le front.
  • -  : occupation de positions de seconde ligne vers Prosnes. Du 15 au , éléments engagés dans la 4e bataille de Champagne, résistance à l'offensive allemande. À partir du , occupation d'un secteur entre la ferme de Moscou et la Suippe, combats dans cette région.
  • 7 -  : retrait du front, repos dans la région de Châlons-sur-Marne, Épernay. À partir du , mouvement par étapes vers Cumières par Pocancy.
  • -  : transport par V.F. vers Lunéville et à partir du occupation d'un secteur vers Domèvre-sur-Vezouze et Leintrey.
  • -  : retrait du front et repos vers Gerbéviller. Le , mouvement vers Rosières-aux-Salines en vue de participer à l'offensive en préparation.

RattachementsModifier

Affectation organique : 14e CA, d’ à

-
20 -
-
-
-
-
-
-
-
-
17 -
2 -
17 -
-
-
-
-
-
-
10-
  • Détachement d'Armée du Nord
-
  • Groupement Pétain
-

L'Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

Le la 27e DIAlp, sous les ordres du général Doyen, est rattachée au 7e Corps d'Armée qui est intégré à la 8e Armée.

À cette date la 27e Division d'Infanterie Alpine se compose de :

En date du , dans une convention militaire française, secrète, avec la Suisse, le général Prételat fait allusion au détachement formé par les 13e, 27e division d'infanterie et la 2e brigade de Spahis du 7e corps de la 8e armée chargé de prendre contact avec l'aile gauche de l'armée suisse, vers Bâle dans la trouée de Gempen.

Depuis 1944Modifier

Notes et référencesModifier

  1. Du 27 mai au 18 juin 1915, la 53e brigade est détachée de la DI., dans le secteur d’Hébuterne, et remplacée dans le secteur de Lihons, par la 309e brigade, 154e DI.

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

Articles connexesModifier

Ordre de bataille de l'armée française le

Liens externesModifier

  • Sites officiels :
Centre National d'Aguérissement à la Montagne (CNAM)
Centre d'Instruction et d'Entraînement au Combat en Montagne (CIECM)
27e Brigade d'Infanterie de Montagne (27e BIM)
  • Sites des anciens :
Site réalisé par un ancien du 15-9
Site associatif UTDM.
  • Autres sites :
La 27° DI dans la bataille de l'Aisne (1917)