Ouvrir le menu principal

15e bataillon de chasseurs alpins

15e bataillon de chasseurs alpins
Image illustrative de l’article 15e bataillon de chasseurs alpins
Insigne du 15e BCA

Création 1854
Dissolution 1999
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Bataillon de chasseurs
Rôle Infanterie
Ancienne dénomination 15e bataillon de chasseurs à pied
Surnom Diables bleus
Devise En avant, Toujours en avant !
Marche Je fum'rais bien une pipe ! Mais je n'ai pas d'tabac !
Inscriptions
sur l’emblème
Voir étendard unique des chasseurs
Anniversaire Sidi-Brahim
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale

Le 15e bataillon de chasseurs alpins est une unité militaire dissoute de l'infanterie alpine française (chasseurs alpins) qui participa notamment aux deux conflits mondiaux.

Création et différentes dénominationsModifier

  • 1793 : création du 15e bataillon de chasseurs[1],[2].
  • 1794 : Le 15e bataillon de chasseurs, est automatiquement dissous lors de son amalgame avec les 2e bataillon de volontaires des Bouches-du-Rhône, 5e bataillon de volontaires de Vaucluse et 9e bataillon de volontaires du district de Lille pour devenir la 15e demi-brigade légère de première formation.
  • 1854 : création du 15e bataillon de chasseurs à pied (15e BCP),
  • 1916 : devient 15e bataillon de chasseurs alpin (15e BCA),
  • 19xx : redevient BCP ?
  • 1922 : redevient 15e BCA à Teschen dans les Sudètes et prend garnison à Barcelonnette.
  • 1940 : dissolution du 15e BCA,
  • 1944 : nouvelle création dans la Résistance à partir de la "compagnie Stéphane" et des bataillons "Belledonne" et "Grésivaudan" des FFI.
  • 1946 : nouvelle dissolution du 15e BCA en avril,
  • 1948 : recréé en Autriche à Lochau le 1er avril,
  • 1953 : dissolution à Mourmelon du 15e BCA,
  • 1954 : nouvelle création à Vienne (Autriche) du 15e BCA,
  • 1955 : dissolution à Uriage?
  • 1955 : nouvelle création du 15e BCA en Algérie par changement de dénomination du 2e bataillon du 99e régiment d’infanterie (1er octobre),
  • 1961 : forme le C.I. du 15e BCA (commando + EOR + section européenne) commandant : VAN HEEMS
  • 1963 : dissolution à Chambéry du 15e BCA qui devient le 13e BCA
  • 1964 : forme le centre d'entraînement de commandos du 15e BCA le 1er avril, à Modane
  • 1969 : nouvelle dissolution,
  • 1982 : re-création du 15eBCA par changement d'appellation du 157e RIA.Bataillon de réserve, comme le 22e BCA.PC à GAP soutenu par 11e BCA et 159e RIA
  • 1994 :'bataillon de réserve de Savoie' regroupant le 53e et le 67e BCA, formé de 5 compagnies (3 de Haute-Savoie et 2 de Savoie)
  • 1999 : dissolution.

Historique des garnisons, campagnes et bataillesModifier

Révolution et EmpireModifier

Le 15e bataillon de chasseurs est créé à Bastia le à partir des 2e, 3e et 4e bataillons de volontaires de la Corse qui avaient été licenciés le .

Second EmpireModifier

1859 : participe à la campagne d’Italie

De 1871 à 1914Modifier

1900 : il est en garnison à Brienne et Remiremont, et appartient alors au 7e corps d'armée.

Première Guerre mondialeModifier

Rattachements successifsModifier

Affectation :

1914Modifier

Alsace :

  • Août : traverse Urbès, Wesserling, Saint-Amarin et repousse l’ennemi devant Moosch (le 6) ; prise de Cernay (le 9) ; Aspach (le 10)et entre dans Mulhouse (le 19)
  • Septembre à décembre : La Lauch
  • Décembre : Steinbach (le 14), Uffholz (le 25)
  •  : attaque de la ligne WattwillerUffholz – Cernay par la 66e DI, le 15e BCP maintien sa position aux portes d’Uffholz jusqu’au 29.

1915Modifier

Alsace :

  • 13 –  : attaques sur Sondernach (le 14)et Metzeral (le 21) qui est finalement occupé le 22, malgré de lourdes pertes
  •  : contre-attaque sur le sommet de l’Hilsenfirst et organisation de la position ; ces deux actions lui valent 1 citation l’ordre de l’armée.
  •  : attaques sur la crête de Barrenkopf (le ), sur les hauteurs du Lingekopf (le ) ou Linge et sur la crête de Schratzmânnele (le 1er août).
  •  : attaque sur l’Hartmannswillerkopf
  •  : occupation du secteur de Rehfelsen
  •  : reprise du sommet de l’Hartmannswillerkopf
  •  : Rehfelsen

1916Modifier

  • Janvier- juin : Alsace: occupation de divers secteurs du sud de l’Hartmannwillerkopf et du Reichaker
  • 27 –  : le bataillon quitte l’Alsace pour le camp d’Arches.
  • Bataille de la Somme
    •  : en ligne devant Cléry-sur-Somme (le )
    •  : attaque au sud de Bouchavesnes
    •  : en position devant Saillisel (le )
  • Alsace : en fin d’année le bataillon revient en Alsace et occupe les secteurs de Judenhut puis Sondernach, jusqu’à la fin de

1917Modifier

1918Modifier

  • Italie
  •  : embarquement à Padoue à destination de la France et débarquement à Gournay-en-Gray le 12.
  • 12 – 26 : stationnement à Amiens
  • Fin avril : transporté à l’ouest d’Arras : en réserve pour parer à la nouvelle offensive sur la Lys et le mont Kemmel

 : occupation d’un secteur entre la queue de l’étang Dickebusch (Belgique) et la cote 44

  • Champagne
    • prise de positions en 2e ligne face à la Butte du Mesnil
    •  : Perthes-les-Hurlus
  • Somme
    • 5 –  : transport dans la Somme
    • 7-  : non engagé
    • 20 -  : attaque sur Crapeaumesnil qui est occupé le 27
  •  : embarquement à Saint-Just-en-Chaussée et débarquement à Chaulne
  •  : prise de Remaucourt
  •  : Essigny-le-Petit
  • 20 –  : occupation d’un secteur entre Étreux et Hannappes
  •  : canal de la Sambre
  •  : le bataillon est stationné à Nouvion lorsque est signée l’armistice

Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

  • En 1939, forme avec le 11e et le 28e BCA la 7e demi-brigade de chasseurs alpins. Il laisse sa SES dans le secteur fortifié de Savoie.
  • Aux avant-postes de la ligne Maginot en Lorraine puis en repos en haute Alsace.
  • Engagé dans de durs combats au Mont-de-Soissons le et à la Fère-en-Tardenois le 9,
  • Dissous en 1940.
  • Recréé dans la Résistance à partir de la "compagnie Stéphane" et des bataillons "Belledonne" et "Grésivaudan" des FFI
  • Participe à la campagne 1944-1945 dans les Alpes sous le commandement du chef de bataillon Lecoanet.

De 1945 à nos joursModifier

  • 1945 : occupation en Autriche à Feldkirch.
  •  : dissolution.
  • Recréé en Autriche à Lochau le , il reste à Bregenz jusqu'en .
  • Dissous à Mourmelon à la fin 1953.
  • Recréé à Vienne en Autriche, en 1954.
  • Dissous à Uriage en 1955.
  • Guerre d'Algérie. Recréé en Algérie par changement de dénomination du IIe bataillon du 99e régiment d'infanterie ; stationne dans la région de Tigzirt, sur la côte de Grande Kabylie.
  • Forme à Modane le C.I. du 15e BCA (commando + EOR (en 1961) + section européenne) ; commandant : Van Heems.
  • Au cessez-le-feu du en Algérie, le 15e BCA crée, comme 91 autres régiments, les 114 unités de la Force Locale (Accords d'Evian du ). Le 15°BCA forme une unité de la Force locale de l'ordre Algérienne, la 451° UFL-UFO, composés de 10 % de militaires métropolitains et de 90 % de militaires musulmans, qui pendant la période transitoire devaient être au service de l'exécutif provisoire algérien, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie.
  • Rentre à Chambéry à la fin de 1962, dissous fin 1963, devient 13e BCA.
  • Forme le le Centre d'entraînement de commando du 15e BCA qui est dissous en .
  • Recréé en 1982, par changement d'appellation du 157° RIA, sous le commandement du Colonel BERAUD. En garnison de réserve à Gap.
  • En 1994, migre vers les Alpes du nord comme Bataillon de Réserve de Savoie regroupant le 53e BCA et le 67e BCA, formé de 5 compagnies (3 de Haute-savoie et 2 de Savoie).
  • Rattaché au 13e BCA, ayant son quartier au Roc Noir.
  • Dissous en 1999.

TraditionsModifier

InsigneModifier

DeviseModifier

Aussi digne d'être montré à nos ennemis qu'à nos amis

DrapeauModifier

Comme tous les autres bataillons et groupes de chasseurs, leN e BCA ne dispose pas d'un drapeau propre. (Voir le Drapeau des chasseurs).

DécorationsModifier

Le bataillon reçoit la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre 1914-1918 le .

ChantModifier

Chefs de corpsModifier

  • 1854 : commandant Collin
  • 1857 : commandant Lion
  • 1860 : commandant Champion
  • 1868 : commandant Lafouge
  • 1874 : commandant Grivet
  • 1877 : commandant Prax
  • 1880 : commandant Daigney
  • 1886 : commandant de Lardemelle
  • 1891 : commandant Robiquet
  • 1893 : commandant Joppe
  • 1897 : commandant de Preval
  • 1900 : commandant Bonnefoy
  • 1908 : commandant Monterou
  •  : commandant Duchet
  •  : commandant Dussauge
  •  : commandant Barthélémy
  •  : commandant Schweisguth
  •  : commandant Fournier
  •  : commandant Boucomont
  •  : commandant Touchon
  • - ?: commandant Mellier
  • -  : commandant Simon
  • - 1933 : commandant Dessaux
  • 1933 - 1936 : commandant Lorber
  • 1936 - 1938 : commandant Rudlof
  • 1938-1939 : commandant René Cusenier
  • 27/10/1939 - 07/05/1940: commandant de Linarès
  • 1940 - dissolution : commandant Risterucci
  • 1944 - 1945 : commandant Lecoanet
  • 1945 - 1946 : commandant Craplet
  • Dissolution
  • 1948 - 1950 : commandant Roca
  • 1950 - ? : Commandant Chevalier
  • 1955 - 1956 : commandant Pellat
  • 1956 - 1958 : commandant Courbe Michollet
  • 1958 - 1960 : Lt colonel Blin
  • 1961 -? : Commandant Van HEEMS (C.I. du 15e BCA à Modane)
  • 1960 - 1962 : commandant Gombeaud
  • 1962 - 1963 : commandant Carlin
  • 1963 : commandant Ott
  • 1964: Commandant Lagarde
  • 1965 - 1968 : commandant Talon
  • 1968 - 1969 : commandant Gramond
  • Re-création en 1982 comme bataillon de réserve par changement d'appellation avec le 157eRIA
  • 1982 - 1983 : colonel Henri Béraud
  • 1983 - 1986 : Lt colonel Paul Franceschi
  • 1986 - 1989 : Lt colonel Paul Cezanne
  • 1989 - 1992 : Lt colonel J.Paul Ters
  • 1992 - 1994 : Lt colonel Hubert Tassel.
  • 1994 – 1997 : colonel Tiollier.
  • 1997 - 1998 : colonel Miguet

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au bataillonModifier

Personnalités ayant servi au sein du bataillonModifier

Sources et bibliographieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier